Mary

Septième Art 17 septembre 2017 Laisser un commentaire

C’est toujours une chouette sensation que de sortir du cinéma après avoir vu un film bien choisi – c’est ce que j’ai ressenti après avoir vu Mary (Gifted en VO), un film dont la bande-annonce m’avait séduite et qui semblait promettre un joli moment de cinéma. Promesse tenue.

Il s’agit d’une histoire relativement simple (et souvent les choses les plus simples sont les plus belles) où l’on rencontre Mary (Mckenna Grace), une enfant surdouée dans le domaine des mathématiques, élevée par son oncle Frank (Chris Evans).

Son premier jour d’école sera décisif et entraînera la suite des évènements qui conduiront notamment la fillette à rencontrer sa grand-mère, Evelyn (Lindsay Duncan).

Je crois que ça fait longtemps que je n’avais vu un film aussi touchant et sincère, tout en simplicité.

L’intrigue se porte sur le sujet des enfants surdoués et des problématiques d’éducation qui en découlent, caractérisés par Frank et Evelyn, aux visions et ambitions diamétralement opposées – faut-il isoler et mettre les meilleurs outils d’apprentissage à disposition d’un enfant surdoué, ou le laisser vivre une enfance « normale » ?

Si le film évoque brillamment ces questions, il n’a pas vocation d’y apporter une réponse définitive (existe-t-il seulement une seule réponse à de telles problématiques?) et aura plutôt à cœur de traiter les sentiments et émotions des protagonistes, offrant une vision plus humaniste de la question… ce qui en fait une œuvre sincère et authentique. 

La relation entre Frank et Mary, plus proche d’une amitié très forte que d’une relation père-fille, est éminemment touchante et belle. La jeune Kckenna Grace est incroyable de justesse, oscillant remarquablement entre la vivacité enfantine propre à son âge (le personnage de Mary a sept ans) et le sérieux d’un génie des mathématiques.

Quant à Chris Evans, je dois dire que sa prestation m’a beaucoup impressionnée (mon préjudice est lié à son rôle de Captain America, qui ne lui laisse pas beaucoup de marge de manœuvre côté jeu d’acteur). Il incarne le rôle de l’oncle inquiet de vouloir bien faire avec beaucoup de sobriété et d’émotion. (Et puis il faut bien le dire, il est très charmant.)

Mary est tout simplement un film d’une grande douceur, qui provoque tour à tour rires et larmes aux yeux et qui est plein de bons sentiments tout en évitant brillamment l’écueil de la niaiserie. 

Visuellement, le film nous berce par ses couleurs chatoyantes et ensoleillées (on est en Floride ici) et se distingue par des scènes d’une grande beauté, aussi bien dans le fond que dans la forme (je pense ici à cette magnifique scène à la plage, d’une sobriété et douceur inouïe et qui m’a beaucoup émue).

Quant à la bande-son, entre la délicatesse des accords de piano composés par Rob Simonsen et les morceaux folk distillés çà et là, elle accompagne parfaitement l’intrigue qui se déroule sous nos yeux.

Ah et j’oubliais! La relation entre Mary et son chat borgne, Fred, est à la fois une des choses les plus mignonnes et drôles du film et si ça peut paraître insignifiant, cette relation aura toute son importance à un moment-clef du film… (Je ne veux point trop vous en dire, mais en amoureuse des félins que je suis, ça m’a fait chaud au cœur.)

Je crois sincèrement que Mary est de ces films tout simplement beaux, qui ne peuvent que vous toucher en plein cœur. Si son intrigue ne semble particulièrement universelle (les enfants surdoués, ça ne court pas les rues après tout) c’est pourtant un film qui devrait chatouiller la sensibilité de tout le monde, car le film va au-delà du sujet initial.

Vous vous en doutez, je vous le conseille vivement – c’est un film parfait pour l’automne, pour une fin d’après-midi pluvieuse et dont vous ressortirez le cœur gonflé d’émotion et avec le sourire. Promis.

Est-ce que vous avez déjà vu Mary? Vous ai-je donné envie de le voir, peut-être?

Je vous souhaite une belle fin de journée et vous donne rendez-vous mardi pour ma sélection hebdomadaire de « Links I Love » !


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

12

Vous aimerez aussi

Links I Love #150

Links I Love 12 septembre 2017 Laisser un commentaire

Nouvelle semaine dit nouveaux « Links I Love » – vous commencez à connaître la rengaine maintenant!

C’est le cœur léger que je vous écris aujourd’hui et pourtant rien d’incroyable n’explique cette légèreté. Peut-être est-ce dû à ces quelques minutes, après que mon réveil ait sonné ce matin, passées dans la douce torpeur d’un réveil trop matinal, bien enroulée dans ma couette toute chaude. Ou encore à ce trajet de métro où, faisant fi de la foule qui se presse entre Bastille et Châtelet, je me suis perdue entre les pages du livre que je lis en ce moment.

Et puis c’est peut-être aussi le spectacle de mon chat devenu un peu fou après avoir découvert son nouveau jouet, l’écoute répétée de ma chanson favorite de ces derniers jours et la simple perspective d’une semaine bien remplie qui me mettent en joie. Qui sait?

Mais quoi qu’il en soit, j’en profite – cette insouciance enfantine n’est pas faite pour durer, du moins pas éternellement. C’est un sentiment fugace, qui me caractérise souvent (je crois) mais qui côtoie aussi la mélancolie que je ne connais que trop bien (aussi)…

C’est assez fascinant, au fond, les sentiments humains et leur propension à prendre mille et une formes, à changer et évoluer au sein d’une journée, d’une saison et puis surtout d’une vie. Les sentiments, les humeurs mais aussi tout le reste – à force de lire ici et là les articles de mes amies qui ont fêté leurs trente ans récemment, ou encore ces articles de rentrée où chacun semble plein d’une énergie nouvelle, ça me travaille un peu, visiblement.

Je vous en fais part semaine après semaine, des enseignements que je tire de mes expériences, de mes fluctuations d’humeur, de mes interrogations et autres pensées plus ou moins abouties… ce n’est pas tout à fait nouveau par ici, après tout. 

Est-ce qu’en me relisant, je verrai de mes propres yeux comment j’ai peut-être changé, doucement, depuis la première édition de ces « Links I Love » ? (Bonne question.)

Mais voilà que je perds le fil de ma pensée! (Pour peu qu’il y en ait eu un… ces quelques lignes me font davantage penser à un sorte de stream of consciousness un peu brouillon.)

Et si je vous laissais avec ma sélection de la semaine plutôt?

  1. Petites astuces pour tirer le meilleur parti de vos photos « ratées » – c’est testé et approuvé! (cachemireetsoie.fr)
  2. Revue des culottes menstruelles Thinx, petite innovation au sein des des protections hygiéniques. Peut-être que cet article vous décidera à sauter le pas (ou non). (mangoandsalt.com)
  3. Si le soleil et les vacances vous manquent, peut-être que ce récit imagé de road-trip en Italie vous apportera un peu de chaleur… (modeandthecity.net)
  4. Grâce à Mély je me suis de nouveau penchée (un peu) sur le test MBTI qui permet de mettre en perspective notre propre fonctionnement et notre manière d’appréhender le monde. Ça rejoint un peu mes propos précédents après tout… De mon côté il semblerait que je sois une INFJ et ça me correspond plutôt bien. Et vous? (chaudron-pastel.fr)
  5. Miam, des lasagnes de courgette avec également une ricotta végétale de courgette! (en anglais) (loveandlemons.com)
  6. De chouettes adresses, de belles photos et de bons conseils pour un séjour à Copenhague, c’est sur le blog de Lisalou et Guillaume! (mamieboude.com)
  7. Gala nous parle de notre droit à l’imperfection lorsque l’on est engagé pour une cause, et plus particulièrement dans le cas d’un engagement éthique. Ça fait du bien de lire ça. (galasblog.com)
  8. Un mariage simple, presque improvisé, mais plein de charme – ça ressemble un peu à mon idée du mariage, en fait, je crois… (unbeaujour.fr)
  9. Et on termine avec cette petite recette de tarte rustique quetsches-ricotta – et en plus, c’est de saison! (sarahmenesafraise.fr)

J’espère que ces articles vous auront plu! Et vous, qu’avez-vous aimé lire cette semaine passée?

Ma semaine ne s’annonce pas des plus reposantes, mais (étrangement) ça me met plutôt en joie – même si j’ignore si j’aurais le temps de vous préparer un autre article d’ici la semaine prochaine (peut-être que je préfèrerai regarder The Big Bang Theory cela dit…)(#bingewatching).

Mais avant de vous retrouver ici, je vous laisse avec ma chanson favorite du moment, que j’ai sûrement écouté au moins soixante-dix-huit fois depuis que l’album est sorti (vendredi dernier).

Bonne semaine à vous!


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

17

Vous aimerez aussi

Mes Dernières Lectures #12

Dans ma bibliothèque 8 septembre 2017 Laisser un commentaire

Me revoici déjà pour vous parler d’une partie de mes dernières lectures – je rattrape mon retard tant bien que mal, et c’est aussi pour ça que je vous présente mes lectures par quatre (et non plus par trois, comme par le passé).

Les quatre livres dont je vais vous parler ci-dessous auront été mes lectures de printemps et, mis à part pour l’un d’entre eux, de belles lectures, très différentes les unes des autres: un troisième tome de saga fantastique, une fresque familiale aux accents maritimes, une enquête mystérieuse dans les rues de Barcelone et un court roman français.

Vous me suivez?

The Loving Spirit – Daphne du Maurier

« He was home again, home to Plyn where he belonged, where he had always belonged before birth, before creation; Plyn with her lapping harbour water; her forest of masts, her hungry wheeling gulls, her whisper of peace and comfort to a lonely heart; Plyn with her own grey silent beauty. »

Ce livre aura été mon premier Daphne du Maurier (j’ai lu My Cousin Rachel entre temps aussi) et s’il n’a pas été un coup de cœur, c’était tout de même un joli moment de lecture qui m’a emmené en plein cœur des Cornouailles à travers les vies de la famille Coombe.

Dans The Loving Spirit, on rencontre d’abord Janet Coombe, une jeune femme qui rêve d’aventures en mer, de liberté et de voyages – mais au 19e siècle, la place d’une femme est auprès de son mari et de ses enfants, alors Janet se résigne et fonde une famille avec Thomas. Elle transmet pourtant son esprit passionné et aventureux à l’un de ses fils, Joseph, qui ne rêve à son tour que d’expéditions en mer…

C’est donc à travers les destins torturés de Janet, puis de trois de ses descendants (Joseph, Christopher et Jennifer) que l’on traverse le temps, parmi les paysages sauvages des Cornouailles ou sombres de Londres.

De mon côté, si j’ai beaucoup apprécié les récits concernant Christopher et Jennifer, probablement les personnages qui m’ont inspiré le plus de sympathie, j’ai beaucoup moins aimé les caractères de Janet et Joseph, que j’ai trouvé difficiles, impétueux et égoïstes. D’autant que leur relation m’a parfois mise mal à l’aise, la trouvant presque malsaine…

En revanche, tout au long du roman, j’ai beaucoup admiré l’écriture de Daphne du Maurier, fluide, limpide et parfois très lyrique. Elle est également très immersive, et une fois le roman refermé, je n’avais qu’une envie: me rendre à mon tour au bord de la mer et admirer le paysage sauvage des Cornouailles!

En somme, The Loving Spirit est une belle saga familiale, aux accents parfois surnaturels et gothiques (tout ce que j’aime), pleine de mélancolie et de nostalgie, mais aussi de passion et d’amour, portée par des personnages eux-mêmes exaltés et vifs.

À découvrir, pour peu qu’on apprécie ce type d’intrigue!

Et vous, l’avez-vous lu? Quels autres livres de Daphne du Maurier me conseillez-vous?

La Mémoire de Babel – C. Dabos

« Ophélie se sentit si exaspérée qu’elle tendit par inadvertance une gaufre à la pendule de la famille. »

Après vous avoir fait l’éloge des deux premiers tomes de la saga de la Passe-Miroir, de C. Dabos, laissez-moi vous parler un peu de la Mémoire de Babel, le troisième tome de la saga, sorti au mois de juin dernier et que j’ai attendu avec beaucoup d’impatience. D’ailleurs, je pense que comme beaucoup, je n’avais pas ressenti une telle ferveur et impatience depuis Harry Potter et ses derniers tomes!

L’intrigue se situe plus de deux ans après les événements qui clôturent Les Disparus du Clairdelune, et l’auteure entraîne Ophélie à travers une nouvelle arche, Babel, pour peut-être enfin percer les mystères qui lui sont apparus au Pôle…

J’ai beaucoup aimé me replonger dans l’univers de Christelle Dabos et retrouver Ophélie. Si j’ai un peu regretté l’ambiance glaciale et familière du Pôle, où se déroulait jusqu’à présent l’intrigue, j’ai aimé découvrir Babel, un arche beaucoup plus tropicale, colorée et d’apparence tranquille. (Mais seulement d’apparence!)

Avec la découverte de Babel, on découvre aussi de nouveaux personnages et esprits de famille, plus ou moins bienveillants et mystérieux… Mais j’ai parfois déploré qu’on n’en sache pas davantage sur eux – l’univers de la saga est déjà extrêmement riche et détaillé, mais ça ne m’empêche pas d’en vouloir encore plus!

Quant à certains « anciens » personnages, j’aurais beaucoup aimé en savoir davantage sur leurs aventures, en parallèle de celle d’Ophélie…

Il est en tout cas indéniable que l’intrigue s’étoffe tout au long de la Mémoire de Babel, et qu’Ophélie évolue et grandit tout autant. Ce n’est plus la « môme » du tout début de la saga, bien qu’elle ait toujours une propension incroyable à se retrouver au cœur des situations les plus délicates, bien malgré elle.

Comme dans les tomes précédents, la plume de l’auteur est délicieuse, entre humour et noirceur, pleine d’une imagination qui me semble sans limites – une fois plongé dans le livre, difficile d’en ressortir!

La Mémoire de Babel est un excellent troisième tome, et il me tarde d’en savoir plus et de résoudre (enfin!) les intrigues qui se mettent en place et qui sont bien loin de se trouver résolues à la fin de ce tome… Vivement qu’on y voie plus clair.

Est-ce que vous avez lu la Mémoire de Babel? Qu’en avez-vous pensé de votre côté?

Ce Cœur Changeant – A. Desarthe

« Les instants parfaits, il valait mieux les rêver, car ainsi on ne les perdait pas. »

Si vous vous souvenez bien, c’est le livre que j’avais reçu dans ma Kube il y a quelques mois, mais que je n’ai lu que bien après l’avoir reçu… ce qui n’aura pas été d’une grande importance, étant donné que je ne suis pas bien certaine d’avoir aimé ce livre.

On y suit les aventures de Rose, une jeune femme qui ne sait jamais trop ce qu’elle veut, ni où elle va. On la suivra dans l’opulence comme dans la misère, tandis qu’elle cherche sa place dans un monde en plein changement (l’intrigue se situe au début du 20e siècle à peu près).

C’est plus exactement au travers d’ellipses temporelles qu’on suit le destin de Rose, de façon très hachée, entre tragédie, désespoir, richesse, nostalgie et sensualité. Il m’a pourtant semblé très difficile de s’attacher à ce personnage qui n’a que peu de substance et qu’on voit balloté de situation en situation sans qu’elle paraisse avoir de volonté propre, ni même de caractère très affirmé…

De manière générale, aucun personnage de ce roman ne m’a paru sympathique et il m’a semblé impossible de s’attacher à cette galerie de personnages creux, froids et parfois même repoussants.

L’intrigue n’est pas totalement dénuée d’intérêt, bien qu’elle m’ait parfois parue manquer de réalisme (à moins que je ne fasse preuve ici de naïveté) et on dirait presque que le livre entier n’était qu’un prétexte à un exercice de style plus ou moins réussi

Et pourtant, je me souviens avoir été habitée par l’histoire de Rose quelques jours après avoir refermé le livre, comme si, après tout, il avait tout de même réussi à toucher quelque chose en moi.

Il me faut également souligner que je n’étais peut-être pas dans les meilleures dispositions pour lire Ce Cœur Changeant – c’était peu après mon emménagement, uniquement dans le métro (et je trouvais qu’il était particulièrement désagréable de lire dans la ligne 2 du métro, toujours bondée…) alors que mon propre esprit était encore un peu trop agité.

Quoi qu’il en soit, Ce Cœur Changeant ne m’a pas séduite et c’est bien dommage.

L’avez-vous lu? Je serais curieuse de lire l’avis de quelqu’un qui l’a apprécié!

L’Ombre du Vent – C. L. Zafón

« Rien ne marque autant un lecteur que le premier livre qui s’ouvre vraiment un chemin jusqu’à notre coeur. Ces premières images, l’écho de ces premiers mots que nous croyons avoir laissés derrière nous, nous accompagnent toute notre vie et sculptent dans notre mémoire un palais ou tôt ou tard – et peu importe le nombre de livres que nous lisons, combien d’univers nous découvrons -, nous reviendrons un jour. »

Voilà un de livre que j’ai adoré découvrir, et dont l’intrigue restera en moi un petit moment…

Dans l’Ombre du Vent, on suit Daniel Sempere, dès son enfance, où son père l’emmène dans le cimetière des livres oubliés pour choisir un livre qu’il devra « protéger » tout au long de sa vie. Évidemment, le livre qu’il choisira changera cette dernière et l’entraînera dans un labyrinthe de mystères et de secrets enfouis en plein cœur de Barcelone.

À la fois roman d’apprentissage, livre historique, intrigue policière et récit fantastique, ce livre possède mille facettes toutes plus fascinantes les unes que les autres, et j’ai très vite été happée par cette intrigue mystérieuse qui se dévoilait au fil des pages, sans jamais s’essouffler.

Je me suis aussi grandement attachée aux personnages, qu’il s’agisse du narrateur Daniel (même si ses agissements ne m’ont pas toujours paru très sensés) ou encore de Firmin (qui est très drôle).

Quant à l’intrigue Juliàn Carax, elle m’a tenue en haleine juste ce qu’il faut et est elle aussi peuplée de personnages intéressants et/ou attachants, à leur manière… (Je n’ose trop vous en dire!)

La plume de l’auteur est un régal, et je n’oublierai pas non plus l’ambiance délicieusement gothique du récit, l’atmosphère sombre et étouffante d’une Barcelone d’après-guerre ou encore l’hommage vibrant rendu aux livres et à leur place dans nos vies.

L’Ombre du Vent aura été pour moi une lecture prenante, tragique, drôle, émouvante… et par-dessus tout, très puissante. Je vous le recommande de tout cœur!

Le livre m’a été prêté par une amie, mais je contemple l’idée de me l’offrir, tant je l’ai aimé. Et je sais aussi que c’est un de ces livre que je prendrai plaisir à relire, dans quelques années.

Et vous, avez-vous lu l’Ombre du Vent? Qu’en avez-vous pensé?

Ces temps-ci je suis bien souvent plongée dans un livre – peut-être parce que j’ai tant lu cet été, l’habitude m’est quelque peu restée? Et l’automne approchant, j’ai de nouveau envie de lire des livres mystérieux, un peu sombres, aux ambiances un peu gothiques… (Même si, quoi qu’il arrive, c’est un de mes genres de prédilection, ne nous le cachons pas!)

Je me répète sûrement, mais je suis follement heureuse d’avoir remis la lecture au cœur (ou presque) de ma vie, ça me fait du bien, et qui sait si un jour je ne finirai pas par ouvrir ma propre petite librairie? C’est un de ces rêves un peu fous que je garde au creux de mon cœur…

Mais tout ça ne rend pas plus simple le fait de vous parler des livres que j’ai lus! C’est d’autant plus étrange que les livres que j’ai le plus aimés me semblent les plus difficiles à chroniquer. (Sans compter sur ma mémoire défaillante quand il s’agit d’écrire sur un livre lu il y a plusieurs mois…)

Mais enfin, ceci est une autre histoire… Et vous, que lisez vous ces temps-ci?

Je vous souhaite une belle journée et avec un peau d’avance, un très bon week-end!


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

Les liens des livres Amazon sont affiliés, ce qui permet de soutenir mon activité, mais rien ne vous empêche d’aller acheter vos livres chez votre libraire favori.

12

Vous aimerez aussi

Links I Love #149

Links I Love 5 septembre 2017 Laisser un commentaire

Premier « Links I Love » de ce mois de septembre et je dois bien vous l’avouer: l’arrivée imminente de l’automne (ma saison favorite, toujours trop courte à mon goût) me fait frétiller de plaisir!

Je pense déjà à ces journées, bien au chaud, passées à lire des intrigues automnales, entourée de bougies et cachée sous mon plaid… et pourtant l’été n’est pas encore officiellement terminé! Bon, en réalité mon caractère frileux est un peu perdu face à la météo et aux températures changeantes, et mon placard me donne l’impression que je n’ai rien à me mettre, mais ceci est une autre histoire.

Ces derniers jours je fais contre mauvaise fortune bon cœur, et tâche de faire des épreuves que la vie met en mon chemin des opportunités pour apprendre, encore et toujours. J’apprends à me contenter de ce que j’ai (et c’est déjà beaucoup) et je surveille mes dépenses, par exemple.

Mais j’apprends aussi à me faire entendre, qu’il s’agisse de mon entourage ou de moi-même – il est peut-être temps (pour de vrai) de m’écouter, de faire (vraiment) confiance à mon intuition, toute petite voix qu’elle soit, perdue au beau milieu des milles questions qui se bousculent dans ma tête et puis ne plus hésiter à dire non, à affirmer mes idées, écouter mes sentiments.

C’est peut-être la plus grande leçon de ces dernières années, de mes diverses expériences, tous domaines confondus. Une leçon pas tout à fait acquise, qui nécessite souvent quelques rappels, mais qui finira bien par imprégner mon esprit pour de bon.

On a trop longtemps abusé de ma gentillesse, de façon plus ou moins malicieuse – parce que j’ai trop longtemps cru que mon caractère plutôt bienveillant ne pouvait coexister avec un caractère affirmé, et sans doute aussi parce que ma confiance en moi m’a souvent fait défaut. Et puis ça a doucement changé.

C’est drôle, une amie que je ne connais pas depuis très longtemps m’a dit un jour que oui, oui, j’avais un sacré caractère quand même. Je n’en revenais pas: je me suis longtemps considéré comme une personne discrète, peut-être même un peu trop invisible parfois, et on venait de me dire que non, pas du tout, au contraire. C’est amusant comme on peut se tromper sur soi-même n’est-ce pas?

Autrement, ces temps-ci, si je ne suis pas en train de rire de bon cœur devant The Big Bang Theory (j’ai presque terminé la seconde saison alors que j’ai commencé la série il y a à peine deux semaines…) je passe le nez dans mes bouquins. J’ai terminé l’Énigme des Blancs-Manteaux, de JF. Parot, premier opus des enquêtes de Nicolas Le Floch et j’ai ad-do-ré! (Je vous en reparlerai, évidemment.)

J’ai aussi ajouté à ma collection de livres de recette véganes, deux livres prometteurs dont j’adore parcourir les pages pour me faire saliver et m’inspirer: le premier est Pâtisserie Vegan, de Bérengère Abraham et le second Ma Cuisine Vegan pour tous les jours, de Stéphanie Tresch-Medici.

Les livres me rendent heureuse, et je suis d’autant plus contente d’avoir repris la lecture sérieusement depuis deux ans (je dois une fière chandelle à Victoria et son club de lecture!) – parole de petit rat de bibliothèque!

Assez parlé, je vous laisse découvrir ce que j’ai aimé lire la semaine passée, mais sur les internets cette fois:

  1. Parisiens végéta*iens, une nouvelle adresse est à tester de toute urgence: l’Abattoir Végétal! Et Angéline nous livre ses impressions sur son blog. (carnetprune.com)
  2. Courte réflexion sur l’authenticité de la blogosphère, peut-être souvent perdue au profit des images toutes lisses. À méditer… (soisbelleetparle.fr)
  3. Victoria partage avec nous une nouvelle sélection de comptes Instagram de rats de bibliothèque et ça m’a mis des petits cœurs dans les yeux. (mangoandsalt.com)
  4. Préparez vous une tasse de thé et lisez donc le bel article de mon amie Laëtitia qui partage avec sincérité et sagesse ce qu’elle a appris du haut de ses trente ans. C’est très juste et très touchant aussi. (eleusis-megara.fr)
  5. D’ailleurs, vous retrouverez ici quelques astuces autour du thé toujours intéressantes à glaner. (missblemish.fr)
  6. C’est encore un peu l’été, officiellement, et cette recette de gaspacho qui incorpore du maïs m’a beaucoup intriguée. Et puis j’adore le maïs aussi. (en anglais) (loveandlemons.com)
  7. Quelques astuces pour lâcher du lest avec son téléphone. (Une vraie bonne idée si vous voulez mon avis!) (leblogdelamechante.fr)
  8. Yummy, des petites boulettes véganes d’inspiration indiennes! (en anglais/allemand) (kraut-kopf.de)
  9. Et on finit avec une autre adresse parisienne à tester un de ces jours (pardon à ceux qui ne vivraient pas à Paris!). (tokyobanhbao.com)

J’espère que cette nouvelle sélection vous a plu et vous aura inspiré de belles choses…

Quant à moi, je fourmille toujours d’idées et d’envies (c’est bien mieux que l’apathie, vous en conviendrez) et je m’efforcerai (pour de vrai cette fois) de vous parler d’autre chose avant de revenir mardi prochain pour une nouvelle édition de « Links I Love » – peut-être que je vous parlerai de livres, c’est bien ça non? (#monomanie)

Ah et je vais aller voir Nothing but Thieves en concert en décembre, alors d’ici là je vais sûrement écouter ce groupe 80% de mon temps. Dont acte.

Belle journée!


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

12

Vous aimerez aussi

Links I Love #148

Links I Love 29 août 2017 Laisser un commentaire

Cette nouvelle édition de mes « Links I Love » signe mon retour officiel de vacances! Et donc, c’était comment?

Le mois d’août, qui se termine bientôt, aura été un mois synonyme de sérénité, mais aussi de surprises… Cette année me semble être pour moi une période de changement profond, même s’il m’est un peu difficile de l’expliquer.

Il y a les changements tangibles, visibles – mon récent changement de poste qui m’a vraiment fait du bien, à une période où je semblais tourner en rond et mon déménagement, qui s’est pourtant fait au détriment de mes habitudes adorées, mais qui n’aura été qu’une étape de plus dans ma perspective d’évolution personnelle (c’est pompeux dit comme ça, mais bon, je sors de mes zones de confort). Par exemple.

Et puis il y a les changements plus discrets, moins visibles à l’œil nu. Certains ont sûrement leur origine dans ma thérapie, d’autres sont tout simplement le fruit de l’âge et de l’expérience (oui j’ai 80 ans, je ne vous l’avais pas dit?).

Je crois que ça s’est manifesté de diverses façons ces derniers mois – je consacre davantage de temps à des choses qui me tiennent réellement à cœur, je m’écoute davantage, je rencontre des gens différents et ma curiosité ne fait que grandir.

Je digresse un peu, comme toujours, mais pour en revenir à ce mois d’août et à mes vacances, je pense qu’elles sont assez représentatives de tout cela.

Notamment parce que je suis allée passer quelques jours seule en Belgique et que c’était mon premier (petit) voyage seule. C’était une expérience intéressante, grisante même par moments. Avec mon téléphone, je n’étais jamais réellement seule, mais c’était assez chouette de découvrir Gand en solitaire, mes mouvements seulement dictés par mes propres envies et aussi un peu par le hasard.

Je tâcherai de vous en reparler dans un article dédié, mais c’était au moins l’occasion de découvrir que voyager seule, eh bien, ça ne me fait plus aussi peur qu’avant. 

Et il y a eu une rencontre pour le moins intrigante, quelques jours sereins à Paris qui s’était vidé de ses habitants puis une dizaine de jours à la campagne où, même s’il n’a pas toujours fait beau, j’ai pu me reposer de tout mon saoul et lire, lire… je n’avais sûrement pas lu autant depuis longtemps.

Il a bien fallu rentrer à Paris, non sans une certaine nostalgie de ces journées allongées dans l’herbe, des crumbles de ma maman et des grasses matinées dans le grand lit qu’est le mien chez mes parents. Mais je suis aussi contente de retrouver une ville que je parcours maintenant depuis près de dix ans (déjà?), mes amis, mon petit chez-moi et même mes journées de travail bien fournies. 

Septembre s’annonce rempli, joyeux et plein de surprises aussi. Car évidemment, je suis rentrée à Paris avec des envies de rentrée – continuer à lire beaucoup, et pas uniquement des romans, participer à des conférences et évènements pour soutenir la cause des animaux et, incroyable mais vrai, j’ai même envie d’aller m’inscrire dans une salle de sport! (Mais peut-être qu’il n’en sera rien, ne nous emballons pas si vite.)

Et vous alors? Comment s’est passé votre été?

Trêve de bavardages, je vous laisse avec ma sélection de jolis articles à découvrir, un doux mélange d’évasion et de gourmandise, comme souvent!

  1. Découvrez le petit balcon de Tokyobanhbao, joliment fleuri et au mobilier de café parisien. Si j’avais un balcon, j’aimerais tout pareil! (tokyobanhbao.com)
  2. Une recette de tartines ricotta et miel, et surtout aussi une petite visite chez un apiculteur. Vous vous en doutez, les abeilles me plaisent tout particulièrement. (christelleisflabbergasting.com)
  3. Si vous cherchez de nouveau podcasts à vous mettre sous la dent, Célie partage quelques uns de ceux qu’elle préfère. (missblemish.fr)
  4. Un petit tour à Portland, ça vous dit? C’est en tout cas une ville qu’il semble plaisant d’aller visiter pour peu qu’on aime la verdure et peut-être aussi un peu les bizarreries…! (mamieboude.com)
  5. Sur le blog d’Emilie j’ai retenu deux recette véganes à préparer tant qu’il fait encore chaud. D’abord ces barres glacées crues au chocolat, sûrement délicieuses et faciles à préparer, puis cette parmesane d’aubergine qui me donne très faim! (aime-mange.com)
  6. Aline nous partage ses coups de cœur à Copenhague, une ville que j’aimerais aussi explorer à mon tour un jour… (lodeurducafe.com)
  7. Une petite recette de pizza aux tomates anciennes, mais surtout avec de la ricotta au pesto: ça a l’air divin! (en anglais) (joanne-eatswellwithothers.com)
  8. Un article touchant sur l’échec de la PMA de Garance Doré. Ce n’est pas un sujet qui me touche pour l’instant (les enfants c’est pas pour tout de suite à priori) mais ça parle de pression sociale et de violence psychologique de la part des médecins. C’est intime et ne laisse pas insensible. (en anglais) (lennyletter.com)
  9. Enfin, Anouchka nous parle de déménagements et de perte (ou non) de repères. Pour avoir souvent déménagé plus jeune, c’est un article qui me parle. (biobeaubon.com)

C’est tout pour cette fois! Est-ce que ces articles vous ont plu? 

De mon côté, j’ai envie de vous parler de plein de choses et il est fort probable que je vous écrive bientôt quelque chose sur les séries et films que j’ai vus pendant mes vacances (et que je continuerai à vous parler de livres).

D’ici-là je vous souhaite une belle journée et vous dis à très vite!


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

10

Vous aimerez aussi