2021 : faisons le bilan !

Laurelas1 février 2022

C’est une tradition on dirait : je n’arrive jamais à écrire sur l’année passée avant la fin du mois de janvier. Quand tout le monde a déjà fait le bilan depuis longtemps, peut-être déjà oublié ses résolutions, je prends enfin le temps de me souvenir de l’année dernière

C’est toujours un exercice un peu difficile de rassembler ses souvenirs, surtout dans le contexte actuel – j’ai l’impression que la pandémie a commencé hier, et pourtant ça fait déjà plus de deux ans que nos vies ont des contours un peu flous, qu’on ne fait plus (autant) certaines choses et qu’on vit (encore plus) au jour le jour. Je ne me souviens pas, par exemple, des périodes de couvre-feu, de fermeture de restaurants et autres restrictions… impossible pour moi de dater ces évènements, qui ont pourtant eu lieu l’an dernier.

Au delà du contexte mondial, ma propre vie n’avait pas de contours très nets ces derniers temps. J’abordais une dernière année de chômage et je me souviens très bien de l’angoisse que je ressentais en début d’année, juste avant de me lancer dans mon bilan de compétences, où il me semblait qu’il me fallait vite, vite, trouver ma voie avant que le sable du sablier ne s’écoule pour de bon.

Le regarde tourné vers l’avenir… // Quand il neige à Paris

Spoiler alert : malgré mes hésitations et autres peurs de me lancer, j’ai fini par me reconvertir (mais ça vous le savez déjà) et par devenir bibliothécaire et ça, c’est assurément la chose que je retiendrai de 2021 !

Je vous en ai déjà parlé en long en large et en travers à travers mon article sur mon bilan de compétences, mais clairement, sans ce dernier, je ne suis pas sûre que je serais là où je suis aujourd’hui. Je ne crois pas que je m’en suis tout à fait rendue compte quand j’étais en plein dedans, mais cet accompagnement m’a aidé à clarifier mes envies et m’a donné les outils pour aller véritablement de l’avant, professionnellement parlant. C’était inespéré.

Mais avant de reparler de tout ça, il faut bien dire que mon souvenir de l’hiver 2021 est celui d’une période un peu morose. Heureusement qu’il y a eu un peu de mimosa, de neige, des puzzles et de nombreuses heures passées devant ma console, à construire mon île sur Animal Crossing, pour égayer cette période que je n’aime jamais beaucoup en réalité…

Quand il neige à Paris (bis) // Lecture hivernale

Il y a bien eu un peu de dépaysement, sous forme d’un week-end à Chambéry où il a fait froid mais pas suffisamment pour faire des raquettes, et où les soirées fondue se sont étirées en soirées jeux… Et aussi sous la forme d’un week-end d’anniversaire dans le Perche, en amoureux, pour se promener dans des petits villages médiévaux, croiser des moutons (et le soleil) avant de faire un saut (trop) rapide chez mes parents pour que je souffle quand même quelques bougies pour mes 32 ans.

Aller à la campagne, voir ma famille aussi souvent que je l’aurais aimé, c’est vraiment mon principal regret de cette dernière année (ou plutôt : de ces deux dernières années). Globalement, ces derniers temps m’ont semblé bien solitaires.

Évidemment, il y a eu de chouettes moments avec ma sœur, avec mes ami‧es parfois aussi et mon amoureux, lui, est toujours à mes côtés, mais que ce soit à cause de la pandémie, d’un emploi du temps trop chargé ou d’une famille qui prend beaucoup de temps, les sorties entre ami‧es se sont faites rares… et ce serait mentir que de dire que ça ne me rend pas triste, que la vie d’adulte (et une pandémie) se mette en travers de mes amitiés.

Heureusement il y a internet et ces ami‧es qui sont parfois très loin, avec lesquel‧les peut-être on n’échange pas forcément sur des sujets très profonds, mais tous les jours un peu quand même. Si je pense souvent perdre mon temps sur Twitter, c’est aussi là-bas que j’entretiens peut-être le mieux ces amitiés qui n’ont rien de virtuel à mes yeux.

Le jour où j’ai failli faire des raquettes pour la première fois // Matin ensoleillé dans le Perche

Et puis le printemps est arrivé et comme chaque année, c’est une petite renaissance. Les promenades dans les parcs qui refleurissent me font beaucoup de bien, le travail de mon bilan de compétences continue, je fais beaucoup de pizze (parce qu’on s’est offert une pierre à pizza dont on est ravis), ma sœur vient souvent chez moi pour jouer à des jeux de société et papoter, je refleuris nos rebords de fenêtre…

La douceur revient, en somme.

Une de mes BD favorites de l’année // Le printemps au Jardin du Luxembourg

Puis en mai, les cinémas ont enfin rouvert – ça je m’en souviens plutôt bien, car ils sont restés longtemps fermés, et aller au cinéma me manquait vraiment

En 2021, je suis donc allée voir 25 films au cinéma, dans des genres très divers… voici mes favoris :

  • Promising Young Woman, un film qui mêle les genres, entre comédie noire et thriller, au sujet résolument féministe (même si je regrette vraiment le dénouement du film…) qui m’a beaucoup marqué quand je l’ai vu. La bande-son m’a aussi accompagné quelques semaines après la séance.
  • Nomadland, un très beau film à la fois politique et contemplatif, d’une sincérité et d’une beauté visuelle qui ne peuvent pas laisser indifférent‧e.
  • Boîte Noire, un thriller à la tension extrêmement bien maîtrisée, porté par Pierre Niney, qui m’a scotchée sur mon siège de cinéma tout au long de la séance.
  • West Side Story, le dernier film que j’ai vu en 2021, remake parfait, beau et émouvant, d’autant plus pour moi qui ai grandi avec la musique et les chansons du film – j’ai adoré, et j’ai beaucoup pleuré.

Difficile de ne pas aussi citer Cruella, que j’ai vu deux fois et que j’ai beaucoup aimé, Petite Maman, le dernier film de Céline Sciamma, qui m’a laissé un souvenir mélancolique mais lumineux, Dune, impressionnant et indispensable à vivre au cinéma, Aline, que j’ai trouvé très doux et respectueux, mais aussi très drôle ou encore Le Dernier Duel, un film assez pesant et difficile à regarder, mais important (et au sujet féministe).

Retourner au cinéma toutes les semaines (ou presque) aura au moins apporté une impression de retour à la normale et même si j’y vais moins que lorsque j’étais étudiante (ah ce temps béni où j’y allais plusieurs fois par semaine) ça reste toujours une de mes activités préférées… surtout quand c’est suivi par une bonne pizza !

Pizza en terrasse… // Printemps aux Tuileries

Et tant qu’on est dans les bilans culturels, l’année a aussi été bien remplie de séries en tous genres ! Pas mal de sitcoms ou de séries drôles pour se changer les idées (on a notamment terminé Seinfeld, entamée l’année précédente, et j’ai enfin vu son dénouement étrange !) et j’ai notamment adoré me plonger dans Parks & Recreations, que j’aime encore plus que The Office, que je découvre doucement (car je la regarde seule, mon compagnon l’ayant déjà vue avant moi).

Notre rythme de visionnage s’est considérablement ralenti en fin d’année, et pour cause : retourner travailler c’est se lever tôt, et donc… se coucher plus tôt !

Autrement, les séries que j’ai préféré en 2021 c’était… :

  • Ted Lasso, assurément. Je vous en ai déjà parlé, mais c’est vraiment la meilleure série de l’année passée, c’est drôle, intelligent, bienveillant et met en scène des masculinités à contre-courant de la masculinité virile habituellement associée aux footballeurs et ça fait du bien.
  • Loki, parce que Tom Hiddleston. Voilà, c’est tout. Mais plus sérieusement, au delà du charme de son interprète, Loki est une série bien ficelée, avec une intrigue qui nous plonge dans le multiverse et pose les bases de la suite du MCU…
  • The Morning Show, une série intelligente qui traite de l’ère #MeToo à travers des personnages complexes et bien écrits. C’est souvent cynique mais résolument engagé et féministe, la première saison m’a beaucoup marquée. En revanche, j’ai trouvé la seconde saison beaucoup moins réussie, d’autant qu’elle intègre le Covid à son intrigue… (meh, merci bien)

Et vous, c’était quoi vos séries favorites en 2021 ?

Dix ans de vie commune avec Fanfan // Une vue dont je ne me lasse pas

L’été est arrivé, et pendant ce temps-là je faisais mes stages d’immersion en bibliothèque… Je me souviens de l’appréhension, je me demandais si ça allait me plaire pour de vrai, je me demandais même si je savais encore interagir avec des inconnus et surtout j’avais peur que si ça ne me plaisait pas, il faille tout recommencer (mes questionnements professionnels en tout cas).

Mais vous le savez, ça m’a vraiment beaucoup plu – j’ai fait deux stages, dans deux bibliothèques différents et le premier m’a tellement plu que je serais bien restée tout de suite au sein de cette équipe et bibliothèque. J’étais soulagée, j’avais fait un bon choix.

Un album fleuri qui rejoint ma bibliothèque personnelle… // … et Versailles fleuri

D’ailleurs en parlant de livres, l’année s’étant déroulée sous le thème d’une reconversion dans un métier où je suis entourée de livres à longueur de journée, j’ai évidemment beaucoup lu, plus encore que l’année précédente !

En tout et pour tout, j’aurai lu 75 livres, soit un total de 12 450 pages, comme d’habitude dans des genres très variés – beaucoup de BD, mais aussi des essais, des romans, des mangas… et pour la première fois, des livres sur la bibliothéconomie, le genre de livre qu’on ne lit que si on s’intéresse aux métiers en bibliothèque en réalité.

Parmi toutes mes lectures, difficile de n’en distinguer que quelques unes, mais voici quelques favoris :

  • La trilogie His Dark Materials (À la Croisée des Mondes en VF) qui a été ma grande lecture fantasy de l’année et que j’ai beaucoup aimée pour son univers riche et ses personnages hauts en couleurs – une belle découverte (tardive).
  • La BD Malgré Tout, l’une de mes favorites de cette année, autant pour son histoire à rebours, émouvante et belle, que pour son graphisme précis et doux à la fois. Je l’avais empruntée à la bibliothèque, mais elle fait partie de ces albums que je compte m’offrir un jour !
  • Mon premier roman de Sally Rooney, qui est également son dernier, Beautiful World Where are You, m’a beaucoup plu et j’ai compris l’engouement général pour sa prose. J’ai trouvé que l’histoire personnelle des personnages (tous imparfaits) se mêlait bien à un propos politique qui est dans l’air du temps, et j’ai adoré les descriptions très cinématographiques de l’autrice.

Si vous êtes curieux‧ses de connaître toute l’étendue de mes lectures en 2021, je vous invite à consulter ce récapitulatif sur Goodreads – mes avis détaillés se trouvent quant à eux sur la notice de chacun de ces ouvrages.

En tout cas, cette nouvelle année a démarré sur les chapeaux de roues côté lecture ! Me lever tôt et prendre le RER aura au moins cet avantage : je lis au moins une bonne heure tous les jours, ce qui fait que j’ai déjà lu neuf livres depuis le début du mois de janvier. (le Covid qui m’a clouée au lit y a aussi contribué…)

Cabines de plage colorées à Gouville-sur-mer // Une pause au jardin du Musée Christian Dior

Une fois mes stages terminés et ma décision de tenter ma chance dans le monde des bibliothèques prise, j’ai passé l’été entre repos et travail. J’ai refait mon CV, j’ai postulé à des offres d’emploi et je me suis même inscrite à un concours pour voir, sait-on jamais…

J’ai donc aussi travaillé comme je pouvais pour me préparer un peu à ce concours – j’ai emprunté des livres, j’ai lu des choses plus moins intéressantes et même fait des petites fiches bristol, chose que je n’avais pas faite depuis le baccalauréat (ou peut-être depuis mes études à la fac ? depuis longtemps en tout cas).

Les vacances début septembre m’ont emmenée dans la Manche cette fois, puis de nouveau en Provence, comme l’année précédente (et aussi brièvement chez mes parents). C’était doux et c’était salutaire de changer un peu d’air.

Les belles couleurs de l’automne aux Tuileries // Sirius, toujours le plus beau, depuis deux ans avec nous

La fin de l’année s’est précipitée, je suis allée passer ce fameux concours, au fin fond de Rungis, j’en suis revenue avec l’impression de ne pas m’être totalement plantée (et c’était vrai, vu que je saurai quelques mois plus tard que j’étais passée à un seul petit point d’être admissible à l’oral) mais je ne savais toujours pas si j’allais pouvoir travailler dans une bibliothèque, et si oui, où

Et puis un jour on m’a rappelée, la bibliothèque que j’avais préférée, même si elle était un peu loin de chez moi, m’offrait un poste ! The rest is history, comme on dit.

Je ne me lasse pas de Paris illuminé // Un thé avec Sally Rooney

C’était à prévoir, mes deux premiers mois dans mon nouveau travail, qui ont aussi été les deux dernier mois de l’année, sont passés à une vitesse folle ! Il y a eu (et il y a toujours) beaucoup de choses à découvrir, des choses à apprendre et un rythme à trouver.

Mais la bonne nouvelle, c’est tout de même que ça me plaît vraiment d’être bibliothécaire. J’ai souvent évoqué l’envie de trouver une occupation qui me plairait vraiment, sur le long terme, et surtout où je ne m’ennuierais pas.

J’ai aussi souvent pensé que ce métier n’existait peut-être pas, et pourtant, même si certains matins je préfèrerais rester au lit, je suis contente de me rendre dans ma petite bibliothèque de proximité, effectuer tout au long de la journée des tâches très diverses, parfois en contact avec le public, parfois pas, sans jamais m’ennuyer.

Ça ne fait que trois mois, oui, et j’ai encore plein de choses à apprendre et vivre en bibliothèque, mais… so far, so good !

Morceau de paysage matinal quand il fait beau… et moins beau !

Voilà, c’était ça et bien plus encore, 2021. C’était aussi mon premier Noël sans mes parents (et c’était pas facile à vivre pour moi qui aime tant cette période…), l’année où j’ai aussi finalement décidé d’aller me faire percer la narine, celle où ma sœur s’est fiancée avec son amoureuse et a adopté un petit chat, une année vaccinée, toujours un peu rousse et encore et toujours une année à puzzles, même si j’en fais un peu moins…

Alors, qu’est-ce que je me souhaite pour 2022 ?

Nom, nom les soupes de nouilles asiatiques ! // Une devanture de Noël si jolie…

En tout début d’année, j’ai tenté – sans grand succès – de définir mes intentions pour l’année à venir, à l’aide d’un exercice proposé par Clotilde Dusoulier, du podcast Change ma Vie. Peut-être était-ce la fatigue ou que sais-je encore, mais cet exercice a eu tout l’effet inverse de celui qu’il aurait dû avoir : je me suis sentie assez nulle de ne pas avoir de grandes ambitions, ou de n’avoir pas créée des choses formidables l’année passée.

Cela dit, même sans m’aider de cet exercice, je crois que l’une de mes intentions majeures pour l’année à venir est liée à la confiance – la confiance en moi, d’une part, mais surtout la confiance en l’avenir. Car s’il y a bien une chose que je devrais apprendre de mes expériences c’est que quoi qu’il arrive, tout ira bien.

Au fond, je le sais déjà, j’aimerais juste m’en souvenir plus souvent, pour m’éviter de l’anxiété inutile.

Je ne prends pas réellement de résolutions (et ce depuis des années) mais j’ai quelques envies pour 2022… J’ai envie de continuer à prendre du temps pour moi et tant pis si ma présence sur les réseaux sociaux en pâtit, c’est la vie. J’aimerais pouvoir passer plus de temps avec mes ami‧es et peut-être enfin rencontrer en vrai certaines amitiés de l’internet. J’ai l’ambition de repasser le même concours que celui de l’an passé, et peut-être arriver jusqu’aux épreuves orales cette fois, mais sans pression : si j’y arrive, tant mieux, et sinon je recommencerai.

J’ai envie d’apprendre au mieux les diverses facettes de mon nouveau métier, de mieux connaître le monde éditorial et en somme de devenir une bonne bibliothécaire. J’aimerais beaucoup aussi faire la paix avec mon corps, accepter que peut-être, perdre du poids n’est pas à l’ordre du jour et continuer à me constituer une garde-robe remplie de choses qui me vont vraiment… (mais c’est pas forcément gagné, je vous l’avoue)

Évidemment, j’ai envie de continuer à me plonger dans de chouettes livres, films et séries, mais ça, c’est une constante dans ma vie je crois bien. Enfin, j’aimerais vraiment beaucoup revoir ma famille plus souvent et prendre le temps d’aller respirer l’air de la campagne plus régulièrement, mais ça, hélas, ça ne dépend pas entièrement de moi…

Voilà ce que je me souhaite dans les grandes lignes pour 2022 – de la légèreté, toujours, de la confiance, de belles découvertes et de l’amour !

À vous qui me lisez, je vous souhaite tout autant de légèreté, du courage si vous en avez besoin (après tout, les temps restent très incertains), de beaux projets, qu’ils soient petits ou grands, plein d’amour et de lumière, du temps pour prendre soin de vous et de vos proches et plein de belles découvertes culturelles notamment ♥︎

Merci à vous de me lire et d’être fidèles à ce petit blog qui a fêté ses dix ans l’année dernière !

Adam Melchor - Moon In The Morning (Official Music Video)

Je vous laisse avec cette chanson qui m’enchante en ce début d’année et vous dis à très bientôt !

Toutes les photos illustrant l’article viennent de mon compte Instagram


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le  situé sous cet article – merci !

32

Commentaires (9)

  • Caroline

    1 février 2022 at 13h21

    Bonjour,

    bravo pour ce bilan ! Pas facile de dresser le portrait d’une année qui ne ressemble à aucune autre, pour personne. J’ai moi aussi bien du mal à prendre du recul et à en faire un bilan entièrement positif. Et pourtant ce fut une très belle année ! Ce qui m’aide, c’est de faire un album photo de toute l’année, et de redécouvrir les sorties, rencontres et évènements que j’ai vécus en 2021 (j’ai pris tellement de photos que l’album va être énorme haha).
    Et pour le savoir, cette reconversion en bibliothécaire est incroyable, je te souhaite un beau parcours, c’est un chouette métier plein de ressources et de belles rencontres ☼

    1. Laurelas

      7 février 2022 at 15h04

      Merci beaucoup <3

      L’album photo c’est vraie bonne idée, je m’en veux toujours de ne pas mieux m’occuper de mes photos… mais depuis l’an dernier je fais des videos d’une seconde par jour, c’est aussi une façon de garder des souvenirs en image !

  • Fanny

    1 février 2022 at 14h09

    Une année bien remplie pour toi ! Bravo pour la reconversion, ce n’est jamais quelque chose de simple (je suis passée par là il y a 10 ans).
    Concernant les séries qui m’ont marquées en 2021 je dirais Maid et It’s a Sin (mon dieu mais quelle claque monumentale) ah et évidement Normal People.
    Au ciné j’en ai vu peu, mais j’ai adoré Illusions Perdues, je me suis ennuyée devant Dune, j’ai frissonné devant West Side Story (et ensuite j’ai revu l’original que j’avais tant aimé plus jeune…bah en fait un remake était indispensable quand même, ça a sacrément vieilli. Au secours le maquillage des acteurs blancs pour les faire passer pour des portoricains…).

    1. Laurelas

      7 février 2022 at 15h07

      Il faut que je revoie l’original (pour West Side Story) mais je ne doute pas qu’un remake était nécessaire ne serait-ce que pour ce que tu as soulevé dans ton commentaire ! Sinon Maid est sur ma liste aussi :)

      Merci pour ton petit mot :)

  • Laëtitia

    3 février 2022 at 9h20

    Quelle année, tu peux être super fière de toi ! Tu as vraiment nailed it ta reconversion professionnelle – doigts croisés pour le concours en 2022 Ça fait plaisir de lire que tu te sens alignée et épanouie dans ton travail, tu le mérites !

    1. Laurelas

      7 février 2022 at 15h08

      Moh merci bichette <3

  • Romain

    4 février 2022 at 13h02

    Je suis content que les choses changent pour toi et j’espère que tu vas continuer sur cette lancée. :)
    De mon côté, mon bilan me permet au moins de faire relativiser les autres personnes qui ont la sensation d’avoir trop d’échecs. J’espère que la roue va tourner après un vide absolu de quinze ans dans ma vie. J’ai plus de trente ans et je n’ai jamais été en couple, jamais travaillé non plus. Le temps passe vite et je n’ai pas envie de tout rater, donc j’ai une pression folle sur les épaules. J’ai eu la confirmation l’année dernière que j’avais un profil atypique, ce qui me permet au moins de savoir d’où viennent mes drôles de dons, même si je ne sais pas encore ce que je suis exactement. Dans le désespoir, je mise tout sur l’écriture de ma trilogie sur mon univers de manoir hanté. Je sais qu’un livre avec mes trois histoires et même une adaptation en trois films d’animation est possible. Il y a tant de livres et de films chaque année, pourquoi pas sur mon univers ? ^^

    1. Laurelas

      7 février 2022 at 15h10

      Je te souhaite de réussir à réaliser ce rêve d’écriture, il n’est jamais trop tard pour se réinventer (mon parcours pro en est la preuve) – ça m’intrigue en tout cas, un manoir hanté ! (si c’est pas troooop terrifiant ahah)

      Merci en tout cas pour ton petit mot et ta fidélité !

      1. Romain

        8 février 2022 at 11h58

        Merci à toi pour ta gentillesse ! :)
        Il y a souvent deux choix pour une histoire de manoir hanté : l’horreur ou l’humour. Je te rassure, je ne suis pas très fan de tout ce qui est horreur. Mon univers est donc plutôt enfantin et centré sur l’humour, avec une bande de onze créatures très loufoques.
        J’ai créé les bases de cet univers de manoir hanté quand j’étais petit et j’ai bien rigolé l’année dernière, en me rendant enfin compte que Romain est un anagramme de manoir ! On peut dire que c’est le destin ! ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Article précédent

210 Idées Cadeaux Etsy pour Noël

Article suivant

Culture-list #9