Souvenirs de 2020

Laurelas26 janvier 2021

Malgré une année plus que particulière, je ne pouvais déroger à la règle et ne pas revenir, ne serait-ce qu’un petit peu, sur 2020 et mes souvenirs.

C’est toujours une belle façon de clore l’année, en se souvenant des jolies choses qui l’ont jalonnée et comme j’ai parfois une très mauvaise mémoire (je suis souvent incapable de dater les évènements de ma vie, quand ce ne sont pas de “grands” changements et/ou évènements) c’est aussi une façon de garder une trace écrite de cette tranche de vie… Retrouvez d’ailleurs mes bilans pour 2019 ou 2018 par ici, si vous aimez les voyages dans le temps.

En tout cas, on peut tous s’accorder pour dire que 2020, quoi qu’il arrive, on s’en souviendra

Attendre le printempsInviter le soleil chez soi

Je me souviens mi-amusée, mi-nostalgique du tout début de l’année 2020 : comme d’habitude, la langueur de l’après-fêtes, le soleil froid et les expositions au musée que j’ai collectionnées avec ma petite sœur (on a vu Degas au Musée d’Orsay, Toulouse-Lautrec au Grand Palais et ma préférée, Tolkien à la BNF).

J’ai ensuite enchaîné des petits soucis de santé (dont une grosse grippe carabinée mi-janvier, qui, avec le recul, aurait pu être le Covid-19, mais qui sait ?) qui m’ont laissée sur le carreau à la fin de l’hiver.

Par conséquent, je misais tout sur le printemps et l’énergie qui revenait doucement début mars, d’autant que mon anniversaire approchait et que le temps était doux… et puis, le jour de mon anniversaire, l’annonce d’un confinement imminent, la fermeture des lieux accueillant un large nombre de personnes, le tout accompagné d’une certaine sidération.

Petite sœur photographeUn brunch entre amies, souvenir d’un passé révolu

Je n’ai donc pas du tout eu l’impression d’avoir eu 31 ans, cet anniversaire est presque complètement passé à la trappe avec tous les évènements qui ont entouré cette date… Puis c’était le début du confinement, de ces balades de printemps dans une ville qui paraissait endormie, le retour des jeux vidéos dans mon quotidien et les gâteaux et autres cookies préparés pour se réconforter.

Je garde, mine de rien, un souvenir assez doux et ensoleillé de ce premier confinement.

C’était peut-être aussi parce que la situation semblait exceptionnelle, unique – pour une fois, rester chez soi (un grand plaisir pour la casanière que je suis) était valorisé en quelque sorte et encouragé.

Des cookies confinésEt Paris qui s’est vidé de ses passants

Bizarrement, j’ai des souvenirs moins précis des mois suivants. Il y a eu un semblant de retour à la normalité, une fois l’été venu, mais jamais pour de bon non plus. J’ai rendu visite à mes parents trois semaines, à la campagne, et je crois que ça m’a fait beaucoup de bien, après ce temps enfermée dans un appartement parisien (certes très agréable, mais pas très grand tout de même).

Il y a aussi eu un peu d’insouciance retrouvée, une visite en forêt, une journée à Versailles, des vacances en Bretagne et en Provence, un retour masqué à Disneyland… Des retrouvailles entre amis et Paris dans ses habits d’été et sans trop de touristes – du jamais vu. Mais je crois quand même qu’il y avait un sentiment de flottement, d’entre-deux assez déroutant.

Si j’avais espéré profiter de l’énergie du printemps pour mettre en route des projets (ou plutôt une recherche de projets), je n’ai pas réussi non plus à me secouer les puces et à m’y mettre l’été dernier…

Chat curieux & ciel bleuLes tulipes de la Place Dauphine

Du côté des belles choses, la grande nouvelle de 2020 (et probablement l’unique grand évènement de cette année à titre personnel) c’est que mon amoureux et moi on s’est pacsés – ce n’est pas un mariage, mais presque !

C’est d’ailleurs l’une des premières choses qu’on a faites au sortir du confinement et je me souviens encore très bien de cette journée : c’était le premier jour de réouverture des cafés, il faisait beau et le café glacé hors de prix de la place Saint Sulpice sera à tout jamais lié au souvenir de notre union civile.

Je suis infiniment heureuse d’avoir partagé cette année avec lui – il aura rendu toutes les incertitudes et angoisses de l’année bien plus douces, et je n’aurais vraiment pas pu rêver mieux comme compagnon de confinement.

Versailles, un jour d’étéCoucher de soleil sur les toits de Paris

Sinon, peut-être encore davantage que les années passées, j’ai adoré me plonger dans d’autres univers en 2020 – à travers des livres, des films et séries, mais aussi des jeux vidéos et des puzzles (grande passion, re-découverte presque par hasard l’été dernier, n’y ayant pas succombé lors du confinement comme beaucoup d’autres pourtant).

En revanche, et c’est étonnant, j’ai lu moins de livres en 2020 qu’en 2019. Je me suis cette fois plongée dans 65 livres, soit 14 558 pages, tous genres confondus, même si j’ai lu beaucoup de BDs (empruntées à la bibliothèque) ce qui fait rapidement grimper le compteur !

Parmi toutes ces lectures, j’ai particulièrement aimé :

  • La saga du Sorceleur, de A. Sapkowski, que j’ai lue tout au long de l’année en version française (les éditions de Bragelonne étaient trop jolies pour passer à côté) et qui m’a délicieusement emportée dans son univers fantasy emprunt de contes et mythes slaves, aux côtés de personnages complexes, attachants et différents.
  • The Starless Sea, de E. Morgenstern (autrice de l’un de mes livres favoris au monde, The Night Circus) qui a été le tout premier livre lu de l’année et qui se déroule lui aussi dans un univers fantasy mais plus cosy que celui du Sorceleur, rempli de livres, d’histoires et de mystère
  • Les Petites Distances, de V. Cazot est probablement l’une des BDs que j’ai le plus aimées cette année, pour la délicatesse de ses dessins et pour son histoire toute douce, un brin mélancolique (et je vous en avais déjà parlé juste ici)

Si d’aventure vous êtes curieux de voir la liste complète des livres que j’ai lus en 2020, je vous invite à consulter cette page sur Goodreads (et pourquoi pas à m’y suivre, si ce n’est pas déjà le cas) où vous pourrez aussi retrouver mes avis complets sur les fiches des livres en question.

Ma première lecture de l’annéeUne vie de chat

Si j’ai l’impression d’avoir été très peu souvent au cinéma en 2020 (et pour cause : les salles ont été fermées longtemps) j’ai tout de même, à ma grande surprise, cumulé 19 séances l’année dernière et ce malgré une offre assez limitée

Parmi mes films préférés, vus au cinéma, il y a eu :

  • Brooklyn Affairs, un film noir dont l’ambiance, dans les années 50′ à New York et ses clubs de jazz, m’a marquée et dont les prestations de ses acteurs, Edward Norton en tête, m’ont beaucoup plu. Il ne me semble pas vous en avoir parlé à l’époque, mais si vous ne l’avez pas vu, je vous le recommande chaudement.
  • The King of Staten Island, le dernier film de Judd Apatow qui raconte l’histoire de Scott, ce mec un peu paumé, couvert de tatouages et qui rêve d’ouvrir son propre salon, mais n’arrive à rien, et surtout pas à faire le deuil de son père… Celui-ci en revanche je vous en avais parlé et j’en garde un excellent souvenir.
  • Adieu les Cons, de et avec Albert Dupontel, un film plein de fantaisie et de douceur, dont je vous ai déjà parlé à peu près partout, qui m’a beaucoup fait rire mais aussi émue… et à ce jour, c’est le dernier film que j’aurai vu au cinéma (quelle tristesse).

Parmi ces dix-neuf séances, il y a aussi eu quelques ratés, des films que je n’ai pas du tout aimés (comme Le Bonheur des Uns, à fuir), que je n’ai pas vraiment compris (Kajillionnaire par exemple), un Disney vraiment chouette, probablement passé inaperçu (En Avant) et un seul blockbuster (Tenet) que j’ai bien aimé aussi.

Malheureusement, et sans surprise, 2020 n’aura pas été une année très cinéma…

Retour à la campagnePuis la Bretagne

Par contre, c’était sans nul doute une année à séries ! Vu que nos soirées étaient vouées à rester chez nous, encore davantage que d’habitude, ça a été l’occasion de découvrir plein de nouvelles séries et de profiter comme il se doit de nos divers abonnements…

Il y a eu des sitcoms légères qui font du bien (et font surtout bien rire) – j’ai terminé ma découverte de Friends, et j’en garde une certaine tendresse, même si j’ai été un peu (beaucoup) critique au début de mon visionnage (forcément, une série qui a plus de vingt ans, ça peut être daté de par certains aspects). J’ai aussi terminé, des années après, The Last Man on Earth, une série déroutante à regarder dans le contexte de 2020 (dans la série la population mondiale a été tuée à cause d’un virus… sounds familiar ?).

J’ai aussi commencé à regarder Community, mais après trois saisons il me fallait une petite pause (c’est assez répétitif non ?) et on a commencé à regarder Seinfeld, que j’adore et avais déjà vu il y a quelques années.

Autrement, parmi mes séries favorites il y a eu :

  • L’Amie Prodigieuse, cette adaptation des livres d’Elena Ferrante m’a beaucoup, beaucoup plu. L’ambiance dangereuse du quartier de Naples où grandissent Lenu et Lila, le soleil d’Ischia, les performances des actrices surtout, la fidélité aux livres… tout m’a plu, et après avoir découvert les deux premières saisons, j’ai hâte que les suivantes arrivent !
  • Hollywood (une série dont je vous ai aussi déjà parlé) est l’un de mes coups de cœur Netflix de l’année (avec The Queen’s Gambit) avec ses décors et costumes somptueux, son intrigue dans le milieu du cinéma des années 50′ et ses charmants acteurs… À découvrir, si ce n’est déjà fait !
  • Gentleman Jack est l’une des dernières séries regardées l’an dernier, mais quelle série ! Je vous en ai déjà parlé, là aussi, en long, en large et en travers, mais si jamais vous avez manqué mes diatribes sur le sujet, je vous invite chaleureusement à vous intéresser à cette série qui met en lumière Anne Lister, un personnage réel qui est absolument fascinant.

J’aurais pu vous faire une liste bien plus longue, tant mes découvertes de cette année passée étaient de qualité, mais je sens que cet article devient déjà trop long…

Fanfan, petite mignonnePuzzle d’Halloween

Il y a aussi eu de nombreux puzzles (dont je vous parle plus en détail sur Instagram si ça vous intéresse) mais aussi des jeux vidéos, notamment Sims 4, Cities Skylines ou encore Animal Crossing en toute fin d’année, comme autant de raisons de s’échapper du quotidien de 2020…

L’automne aura apporté fraicheur, lassitude et second confinement (qui n’en avait que le nom, me semble-t-il) et toujours son lot d’incertitudes.

C’est difficile à décrire, cette ambivalence que je ressens quand je pense à 2020. D’un côté il y a la chance d’avoir été préservée, en relative bonne santé (mes proches tout autant que moi), entourée de mille choses agréables à faire, sans réelle urgence à devoir décider de la suite de ma vie professionnelle, comme si j’étais encouragée par la situation à prendre mon temps et ne pas me presser…

D’un autre côté, il y a de la culpabilité, celle de n’avoir “rien fait” – je n’ai pas profité du confinement pour me réinventer, pour apprendre l’aquarelle ou apprendre l’italien. Il y a aussi ce sentiment (qui est encore bel et bien présent à l’heure où je vous écris) d’être paralysée et soumise aux circonstances extérieures, m’empêchant (et c’est un ressenti très personnel) d’y voir assez clair pour “avancer”.

Automne aux TuileriesPremiers crumpets faits maison

Parce que oui, l’une des choses qui n’a pas changé en 2020, c’est que je ne travaille toujours pas. Mes dernières missions de traduction en freelance remontent à l’hiver dernier et je suis toujours aussi incertaine de la voie dans laquelle m’engager

Pour m’aider à y voir plus clair, je commence d’ici peu un bilan de compétences/accompagnement professionnel duquel j’attends beaucoup (mais sur lequel j’essaie tout de même de projeter des attentes réalistes – ce n’est peut-être pas grâce à ça que je saurai quel est LE job de mes rêves, car peut-être qu’il n’existe tout simplement pas) et qui me fera, dans tous les cas, beaucoup de bien.

À suivre donc…

Tradition des cartes de vœuxGourmandise d’hiver

Cet article me semble tout décousu – un peu comme 2020 peut-être… Une année tellement étrange, à la fois douce et inquiétante, passée en grande majorité entre les quatre murs de chez moi (ce sont mes chats qui étaient contents) et où les occasions de voir ma famille et mes amis ont été si rares.

C’est aussi l’année où j’ai décidé de colorer mes cheveux de reflets roux, juste un peu, l’année des dix ans de ce blog et d’un nouveau design aussi, l’année où l’Amérique n’a pas réélu Trump et probablement l’année où j’aurai le plus cuisiné !

Hiver à la campagneAutomne à la ville

Qu’attendre de 2021, quand (à l’heure où je vous écris du moins) elle ne semble qu’être une continuité de l’année précédente ?

Cela fait bien longtemps que je ne prends plus de véritables résolutions et cette année ça me semble tout de même difficile de souhaiter autre chose qu’un retour à une certaine forme de “normalité”… Avant tout, j’aimerais que cette pandémie soit enfin maîtrisée (et qu’elle disparaisse pour de bon, hein, évidemment) et qu’on puisse reprendre le cours de nos vies, sans masques, sans peur(s) et avec le plaisir d’aller manger une pizza en terrasse et de rendre visite à nos proches à la campagne.

J’ai relu mes “souhaits” de l’an passé, et ça me fait sourire, parce que je me souhaite (grosso modo) la même chose que l’an dernier : savoir un peu plus précisément de quoi sera fait le prochain chapitre de ma vie professionnelle et ne pas (trop) laisser place au hasard dans ce domaine, comme par le passé… (même si le hasard fait aussi bien les choses parfois, cette fois j’aimerais ne pas entièrement m’y abandonner)

Et puis lire, encore et toujours, peut-être davantage de romans cette année, et toujours beaucoup de fantasy (ça commence bien, j’ai entamé la trilogie His Dark Materials). Continuer à cuisiner de bonnes choses, noter mes recettes favorites dans ma boîte à recettes toute neuve et profiter des jolis riens du quotidien – en ce moment, c’est bien tout ce qu’il nous reste.

Je crois que je n’ose pas esquisser trop d’envies pour une année qui s’annonce incertaine, c’est probablement une façon de me préserver, même si je reste (malgré tout) une éternelle optimiste et que je suis certaine que la lumière est quelque part au bout du tunnel…

À vous qui me lisez, je vous souhaite le meilleur, de tenir bon, de trouver de la joie dans les petites choses comme dans les grandes, d’avoir des projets enthousiasmants, de lire de chouettes livres, de vous indigner quand il le faut et de retrouver bientôt tout ce qu’il vous manque. Merci aussi, si vous me lisez encore, depuis le début ou depuis quelques mois seulement ♥︎

Je ne savais pas exactement quoi écrire sur 2020, je ne savais même pas si cet article verrait le jour tant mes sentiments ambivalents face à cette année et cette situation me semblaient difficiles à réconcilier et à exprimer – j’espère relire cet article avec davantage de sérénité, plus tard, quand tout ça sera derrière nous pour de bon.

N’hésitez pas à me raconter votre année, à partager vos sentiments face à cette période si étrange, après tout on est tous un peu dans le même bateau…

Je trouve que les sea shanties qu’on entend un peu partout sur les réseaux en ce moment sont particulièrement indiqués pour cette période un peu incertaine qu’on traverse tous

À très vite et prenez soin de vous !

Toutes les photos illustrant l’article viennent de mon compte Instagram.


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le  situé sous cet article – merci !

25

Commentaires (8)

  • Romain

    26 janvier 2021 at 17h35

    Toutes les photos sont magnifiques. ^^
    Bon courage à toi pour la suite et très bonne année 2021 ! :)

    1. Laurelas

      1 février 2021 at 12h43

      Merci beaucoup, c’est très gentil :)
      Bonne année à toi aussi !

  • Rita

    28 janvier 2021 at 9h11

    Merci de ce concentré 2020 qui d’un œil extérieur, est plein de douceurs.

    1. Laurelas

      1 février 2021 at 12h44

      Merci à toi pour ce petit mot :)

  • Claire

    28 janvier 2021 at 14h50

    Tes photos sont si douces et jolies ✨ C’est agréable de te lire et de voir les jolies choses qui ont ensoleillé ton année 2020 :) Et félicitations pour le pacs !!

    1. Laurelas

      1 février 2021 at 12h45

      Merci Claire :) ce n’était pas forcément évident de retrouver des jolies choses dans une année si dominée par les mauvaises nouvelles, mais bon… c’est vrai qu’il y en a quand même eu !

  • Tom

    29 janvier 2021 at 10h37

    Très beau panorama de l’année qui vient de s’écouler !

    1. Laurelas

      1 février 2021 at 12h45

      Merci “Tom” ahah :p

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent

Les Jolies Choses #25

Article suivant

Culture-list #5