Culture-list #5

Laurelas31 janvier 2021

En cette saison un peu grise et incertaine, rien ne vaut un bon livre ou une série pour se changer les idées… il était donc grand temps que je partage avec vous une nouvelle édition de ma “Culture-list” ! Peut-être que ça vous donnera des idées ?

À vrai dire, depuis la dernière édition, j’ai encore consommé beaucoup de contenus culturels (surtout des séries, assez courtes) et il m’est toujours un peu difficile de faire des choix – sauf que je choisis évidemment de vous parler ici de mes plus gros coups de cœur. Quant au reste, j’en parle régulièrement (ou j’essaie en tout cas) de vous en parler en story Instagram. Ces dernières restent ensuite en Une, si ça vous intéresse !

Bref, cet hiver ne déroge pas à la règle : mes humeurs ne sont pas forcément toujours au beau fixe, je dors beaucoup, je rêve de jours nouveaux et me perds beaucoup dans les jeux vidéos ces temps-ci. Par conséquent, tout ce qui peut m’apporter une once d’évasion, loin des actualités et de la pluie qui obscurcit le ciel, je prends.

La fantasy est fantastique pour cette raison exactement, m’emmener loin, très loin de mon quotidien et en 2021 je continuerai mon exploration de ce genre que j’aime tant. Mais en attendant, je vous laisse découvrir les quelques séries, livres et films qui m’ont particulièrement plu ces dernières semaines.

Ah je vous ai mis un petit sommaire cette fois, pour accéder plus rapidement à la catégorie qui vous intéresse le plus :

∙Séries

Comme je vous l’ai dit plus haut, j’ai regardé beaucoup de séries ces dernières semaines – des mini-séries principalement, de Noël entre autres, mais aussi moins joyeuses. Parmi toutes celles que j’ai regardées, j’avais surtout envie de vous parler de ces trois-là.

Normal People

Culture-list #5

L’histoire d’amour et d’amitié entre Marianne et Connell, de leur ultime année au lycée jusqu’au milieu de leurs vies d’étudiants à Dublin, avec tous ses hauts et ses bas…

Si le résumé de la série est aussi court c’est d’une part parce que l’histoire que raconte Normal People est simple et se résume à l’histoire de la relation de Connell et Marianne, mais d’autre part parce que justement, il ne s’agit pas uniquement de ça, et que je ne veux trop rien divulguer.

Car au-delà d’une histoire d’amour parfois tourmentée, parfois éteinte et parfois heureuse, la série aborde des thèmes tels que la dépression, la différence de classe, la solitude, la sexualité, etc, avec beaucoup d’intelligence et d’authenticité. J’avais un peu peur d’être déçue (la série, et le livre dont elle est tirée, ayant eu un succès assez retentissant, notamment outre-manche) mais il n’en est rien – Normal People m’a vraiment beaucoup touchée.

C’est une série assez différente des séries qui mettent en scène de jeunes adultes. Je l’ai trouvée sincère, brute, pleine de ces silences de la vraie vie, de moments suspendus, réaliste mais délicate. Et je crois que l’histoire de Marianne et Connell va encore m’habiter longtemps (comptez sur moi pour lire le livre dans un futur proche).

J’ai été très impressionnée par les acteurs, Daisy Edgar-Jones et Paul Mescal, et plus particulièrement encore par ce dernier. J’ai beaucoup aimé le personnage de Connell et j’ai aimé voir un personnage masculin qui avait des failles car je trouve qu’on ne montre pas assez ce type de sensibilité masculine à l’écran. Paul Mescal a donc parfaitement interprété Connell, avec justesse et naturel.

La série contient aussi beaucoup de scènes d’amour (assez explicites d’ailleurs, vous êtes prévenus) et si parfois ces scènes me semblent irréalistes dans d’autres films/séries, il y avait ici une grâce toute particulière, une sensualité et une douceur incroyable – et dieu sait que ça doit être difficile pour des acteurs de jouer ce type de scène !

La mise en scène, la façon dont les acteurs sont filmés, ainsi que la bande-son, ne font que sublimer encore davantage ce récit mélancolique et beau. Si le rythme de la série est assez lent, je trouve que ça ne sert qu’à davantage explorer les émotions de ses protagonistes (et c’est bien).

Bref, je n’ose en dire davantage, mais s’il y a bien une chose que je vous conseille de découvrir, c’est Normal Peoplemon petit cœur ne s’en est pas tout à fait remis je crois.

Normal People Trailer (Official) • A Hulu Original

La série est à voir sur Amazon Prime via Starplayz.

His Dark Materials

Culture-list #5

Dans un monde qui ressemble au notre, Lyra, jeune fille impétueuse, se met à la recherche de son meilleur ami, disparu mystérieusement, avec son dæmon Pantalaimon, alors qu’elle-même vient de quitter Jordan College, à Oxford, pour partir à Londres avec la non moins mystérieuse Mrs Coulter. Ses aventures vont la mener dans le grand nord, sur les traces de Lord Asriel et le chemin est semé d’embûches…

Cette série est également une adaptation d’un livre, à savoir À la Croisée des Mondes, de P. Pullman, une saga fantasy bien connue et que j’ai d’ailleurs entamée suite au visionnage de la première saison de la série.

Dans un univers complexe, bien qu’il ressemble au notre, on suit les aventures de Lyra et les dangers sont partout… Au tout début de la série, je crois que j’ai été assez déroutée par certaines choses, ne comprenant pas exactement tout, mais me laissant tout de même entraîner dans une histoire bien plus sombre qu’elle n’en a l’air au premier abord.

Il y a des dæmons (sortes d’extensions de l’âme, sous formes animales), des ours polaires de combat, des gens très mal-intentionnés, d’autres qui croient bien faire, un Magisterium, sorte d’Eglise toute puissante, des sorcières, plusieurs mondes et des portails qui permettent de naviguer à travers ces mondes et puis il y a la Poussière, cet élément qui semble fasciner et interroger

Bref, s’il m’a fallu un peu de temps pour rentrer dans cet univers fantasy assez unique, j’ai ensuite adoré découvrir dans quoi s’est embarquée Lyra… même si je crois que je ne m’attendais pas à une atmosphère aussi sombre !

La série est très belle, visuellement c’est un régal, des décors aux costumes (un peu 50’s par moments) en passant par l’animation des dæmons (un bien joli travail de CGI) et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on ne s’ennuie pas. Chaque épisode apporte son lot de questions et d’aventure, de quoi donner envie de regarder le suivant, vite, vite.

Côté acteurs, je suis encore un peu partagée sur l’interprétation de Dafne Keen, mais plus j’avance dans le livre, plus je crois que c’est le personnage de Lyra qui m’agace parfois… En revanche, Ruth Wilson est absolument terrifiante et captivante à la fois dans le personnage (complexe) qu’est Mrs Coulter. J’aime aussi beaucoup Lin-Manuel Miranda en Lee Scoresby – je ne l’ai pas encore rencontré très souvent dans le livre, mais du peu que j’ai lu, je trouve qu’il interprète très bien le caractère facétieux de Lee.

À l’heure où je vous écris, il me reste trois épisodes à regarder avant de terminer la seconde saison (que j’aime encore plus que la première je crois) et j’approche de la fin de ma lecture du premier tome, je crois donc que je peux sans crainte avancer le fait que cette adaptation est vraiment très réussie.

Elle est fidèle et pourtant certains changements astucieux ont été opérés, et c’est très bien comme ça (du moins en ce qui concerne la première saison). Après tout, l’auteur est un des producteurs de la série, nul doute qu’il doit avoir son mot à dire sur l’adaptation de ses livres !

J’ai en tout cas bien hâte de continuer ma découverte de cet univers qui m’intrigue et me plaît déjà beaucoup !

His Dark Materials: Season 1 | Official Trailer | HBO

Mention spéciale aussi à la bande originale de la série qui accompagne à merveille l’histoire, et au générique du début qui me donne toujours tellement la chair de poule…

La série est à voir sur OCS.

The Undoing

Culture-list #5

Quand le mari de Grace disparaît et que la police la questionne au sujet d’une sombre histoire de meurtre, sa vie bascule et elle se retrouve soudain sous les feux des projecteurs… Mais qui croire ?

Cela fait maintenant longtemps que j’ai vu The Undoing, alors je vais tâcher de me souvenir au mieux de mes impressions sur ce whodunnit qui réunit Nicole Kidman et Hugh Grant… La série est par ailleurs elle aussi une adaptation d’un livre (décidément) qui s’intitule You Should Have Known, écrit par J. H. Korelitz (Les Premières Impressions en VF).

Si l’intrigue est assez simple, à priori, la série est assez efficace pour mener le spectateur par le bout du nez et instaurer un climat de méfiance. Chaque épisode recèle d’indices et de grandes révélations, de quoi donner envie de tout enchaîner en une soirée… Et évidemment, on en vient à soupçonner tout le monde.

J’ai personnellement été assez captivée par l’intrigue, m’abandonnant totalement à la surprise (il faut dire que je suis très bon public) lors de chaque révélation. D’autres m’ont fait part de leur déception face à un suspens peut-être amené de façon un peu artificielle, mais ça n’a pas du tout été mon cas…

En plus, j’ai trouvé les acteurs assez époustouflants, notamment Hugh Grant et Donald Sutherland, ou encore Noma Dumezweni, dans le rôle de l’avocate de la défense. J’ai aussi apprécié le jeu de Nicole Kidman, même si je sais que d’autre diront qu’elle a l’air un peu figé. Mention spéciale aussi à la photographie, que j’ai trouvée plutôt réussie.

Si la série ne semble vraiment pas faire l’unanimité (j’ai l’impression qu’on adore ou qu’on déteste) je trouve que c’est une série efficace, qui se regarde vite fait bien fait, tout en offrant une intrigue psychologique intéressante. Elle m’a en tout cas, cette fois aussi, donné envie de lire le livre qu’elle adapte, à l’occasion…

Vous l’avez regardée vous ?

The Undoing: Official Teaser | HBO

La série est à voir sur OCS.

+ Peu après, on a également regardé les deux saisons de Big Little Lies, une série un peu similaire à The Undoing et si je ne vous en parle pas, c’est notamment parce qu’elle a déjà fait grand bruit à sa sortie, mais si toutefois vous ne l’avez jamais vue, je vous la conseille également chaleureusement – surtout la première saison !

∙Livres

Ces dernières semaines je lis un peu moins (disons que depuis qu’Animal Crossing est entré dans ma vie, j’ai momentanément mis de côté mes autres centres d’intérêt…) mais j’ai pris l’habitude de lire un chapitre ou deux avant de dormir (plutôt que d’être vissée sur l’écran de mon téléphone) et j’aime assez cette nouvelle habitude.

Tout ça pour dire que je n’ai que deux livres à vous présenter cette fois-ci, même si j’ai quand même lu un peu plus que deux livres ces derniers temps. Ah et j’ai aussi lu le dernier tome des Cahiers d’Esther (le cinquième) et comme les autres, j’ai beaucoup aimé et vous recommande vivement de les lire aussi si ce n’est déjà fait !

Persepolis (l’intégrale), Marjane Satrapi

Culture-list #5

Un récit autobiographique, qui retrace la vie de l’autrice, de son enfance à Téhéran, jusqu’à ses années passées eu Europe, avant de revenir étudier en Iran – elle raconte l’Histoire à travers sa propre histoire et ses expériences.

J’ai passé un après-midi entier plongé dans l’intégrale de cette BD (c’était assez dense et honnêtement, si je n’avais pas eu un challenge de lecture à terminer, peut-être que je me serais laissée le temps de respirer un peu entre les chapitres) et c’était passionnant.

L’épopée personnelle de Marjane ne peut laisser indifférent : tour à tour déchirante et révoltante, elle n’est pourtant pas exempte de moments de légèreté et c’est aussi ce qui le rend aussi intéressante. Je dois avouer connaître bien mal les évènements décrits dans Persepolis et mon expérience d’occidentale contraste forcément avec celle de Marjane qui a vécu sous un régime autoritaire…

J’ai beaucoup admiré la force et l’intégrité de l’autrice, me demandant comment moi j’aurais réagi face à tout ce qu’elle a pu vivre. Il y a beaucoup de moments assez dramatiques dans Persepolis, mais pas uniquement, Marjane relatant sa jeunesse dans ses bons comme ses mauvais moments, aussi paradoxal que ça puisse parfois paraître (je pense à cet épisode où elle et ses amis ne cessent de faire la fête, en cachette, malgré les interdictions du régime).

Le dessin de Persepolis est assez simple, presque maladroit, et tout est en noir et blanc. Si de prime abord je n’ai pas forcément trouvé ça très joli, j’ai assez vite revu mon jugement – la forme convient finalement assez bien au fond de l’histoire.

Enfin, la BD m’a forcément fait penser à l’Arabe du Futur, de Riad Sattouf, même si je n’ai lu que le premier tome de cette dernière, et ça me met devant une réalité un peu honteuse : je ne connais vraiment rien à la vie (et aux conflits) du Moyen-Orient.

Avez-vous lu Persepolis ?

The Familiars, Stacey Halls

Culture-list #5

Au 17e siècle, Fleetwood est une jeune femme noble qui se retrouve à nouveau enceinte, après une suite de fausses couches. Alors qu’elle craint à chaque instant perdre de nouveau son enfant, elle rencontre par hasard Alice Gray, une jeune sage-femme qui l’aide à mieux vivre cette grossesse. Elles se rapprochent, partagent leurs joies et leurs peines, mais malheureusement, Alice se trouve mêlée à des rumeurs de sorcellerie et se fait arrêter…

J’avais emprunté ce livre, un peu par hasard à la bibliothèque, alors que je l’avais en réalité déjà mis auparavant dans mon immense liste de livres que j’aimerais lire… et quelle bonne surprise !

L’histoire se base sur un véritable procès qui a eu lieu de début du 17e siècle en Angleterre, concernant les “Sorcières de Pendle” et l’autrice y a greffé une jolie histoire de sororité, avec une pointe de magie et de mystère qui n’était pas pour me déplaire… J’ai personnellement beaucoup aimé la plume de l’autrice, ses descriptions très évocatrices et le caractère vivace de son personnage principal, Fleetwood.

J’ai aussi beaucoup aimé l’ambiance générale, cette amitié entre les deux femmes, la façon dont les sentiments étaient décrits et le suspens justement dosé tout au long du livre – j’avais bien du mal à m’arrêter de lire !

Si vous aimez les histoires de femmes, les romans historiques et cherchez un peu de légèreté ce livre pourrait être pour vous. À savoir qu’en version française, le livre s’appelle tout simplement Les Sorcières de Pendle.

∙Films

Bon qui dit cinémas fermés dit aussi moins de films, ou en tout cas, moins de nouveaux films. On a tenté de garder l’habitude de regarder un film le vendredi soir et de transformer notre salon en cinéma, mais c’est souvent l’occasion de revoir des films qu’on aime – et autour des fêtes, c’était surtout des films de Noël !

Il y a tout de même un film dont je voulais vous parler, parce que je serais de toute façon allée le voir au cinéma si ça avait été possible…

Soul

Culture-list #5

Passionné de jazz et professeur de musique dans un collège, Joe Gardner a enfin l’opportunité de réaliser son rêve : jouer dans le meilleur club de jazz de New York. Mais un malencontreux faux pas le précipite dans le « Grand Avant » – un endroit fantastique où les nouvelles âmes acquièrent leur personnalité, leur caractère et leur spécificité avant d’être envoyées sur Terre. C’est là-bas qu’il va rencontrer 22, une âme qui n’a aucune envie d’aller vivre sur la Terre…

Ah, j’aurais adoré découvrir Soul au cinéma… parce que je l’ai vraiment beaucoup aimé !

De toute façon, je suis entièrement acquise aux films de Disney-Pixar depuis le début (il n’y vraiment aucun de leurs films qui m’ait déplu) tant ils mêlent habilement divertissement et émotion tout en réchauffant le cœur.

Bref, Soul ne fait pas exception et m’a à la fois fait beaucoup rire et émue. J’ai trouvé cette histoire pleine de bienveillance et de douceur, et pour quelqu’un comme moi, qui se sent parfois un peu comme 22, inquiète de ne pas “avoir de vocation”, le film fait beaucoup de bien et rappelle qu’après tout, il ne faut pas oublier de profiter des petits bonheurs de tous les jours qui croisent notre chemin

Alors si en plus ce joli message est joyeusement entouré d’airs de jazz, dans un New York chaleureux (et d’un gros chat tout pataud), le film ne pouvait que me séduire !

Visuellement, et comme d’habitude, c’est un régal, d’autant que les différents mondes (qu’il s’agisse de New York ou du “Grand Avant”) contrastent fortement – j’ai trouvé assez chouette et inventif cette façon de représenter le monde spirituel, plus abstrait et éthéré que notre monde. Ah et puis la bande-son est aussi géniale, qu’elle soit jazzy et légère ou encore un peu électronique et atmosphérique par ailleurs (quand Joe est dans le “Grand Avant” notamment).

Disney and Pixar’s Soul | Official Trailer | Disney+

Petite mention spéciale d’un second rôle dont j’ai adoré retrouver la voix dans Soul : je veux bien évidemment parler de Richard Ayoade et de sa voix reconnaissable entre mille !

Est-ce que vous avez vu Soul, vous aussi ? Qu’en avez-vous pensé ?


C’est ainsi que se termine cette nouvelle revue culturelle ! J’espère qu’elle vous aura plu, et peut-être permis de découvrir des œuvres que vous ne connaissiez pas. N’hésitez pas à aller consulter les éditions précédentes si vous êtes en mal de nouveautés à découvrir…

De mon côté, comme je vous l’ai dit, je suis partie pour être plongée dans l’univers de His Dark Materials encore un petit moment (la trilogie fait plus de mille pages, et l’édition que je lis regroupe les trois tomes), tout comme je pense encore jouer beaucoup à Animal Crossing dans les temps à venir. Bref, que des choses pour m’accompagner dans ma version de l’hibernation, de toute façon, il n’y a pas beaucoup d’autres choses à faire ces temps-ci…

J’espère que vous vous portez bien et n’hésitez pas à me faire part à votre tour de vos dernières trouvailles en matière de séries, livres, films, peut-être que vous me ferez découvrir des choses à votre tour.

À bientôt !

Cet article contient des liens affiliés.


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci !

27

Commentaires (10)

  • David Loeven

    5 février 2021 at 13h22

    Bah alors, serais-je le premier et seul commentaire de cet article ?

    Comme toujours, j’adore te lire parce qu’à travers ton écriture transparait de la légèreté et, peut-être aussi, beaucoup de gentillesse et de bienveillance.

    J’ai en tout cas noté TOUTES les séries que tu as présenté, je n’en ai vu aucune. Je suis peut être moins enclin à voir HDM que j’ai lu en livre il y a très longtemps quand j’étais ado sous la couette avant de m’endormir. Je ne suis pas très bon public lorsqu’il s’agit de voir une adaptation d’un livre que j’ai déjà lu ;) Cela ne te fait rien à toi ?

    Merci pour ton partage, maintenant je vais devoir voir tout ça, ça tombe bien je ne savais plus trop quoi regarder, même si j’ai découvert Firefly Lane il y a quelques jours que je trouve sympa (avec des actrices connues dont je ne connais pas le nom haha désolé, mais y’en a une qui a joué dans… Grey’s anatomy. pfiou, j’ai mis bien 20 secondes à me rappeler du nom de la série), elle pourrait peut-être te plaire. Je n’ai vu que 4 épisodes néanmoins, je ne sais pas si elle est bien dans la durée.

    1. Laurelas

      5 mars 2021 at 13h26

      Merci pour ton commentaire, pardon, j’y réponds tard… >.< Je note pour Firefly Lane, je crois l'avoir vue passer sur Netflix ! Et non, regarder des adaptations de livres déjà lus ne me gêne pas - je préfère faire l'inverse, pour que l'univers "s'étende" à travers la lecture (même si certains n'aiment pas avoir des images pré-crées par films/séries, moi ça ne me dérange pas) mais j'aime beaucoup le genre de l'adaptation (enfin si on peut appeler ça un genre, vu que beaucoup de séries/films en sont de nos jours ahah) En tout cas celle de His Dark Materials est vraiment très bien, et assez fidèle (maintenant que j'ai lu les deux premiers tomes, je peux le dire) avec des approfondissements bienvenus, notamment pour le personnage de Mrs Coulter... À bientôt :)

  • Ophélie

    10 février 2021 at 16h46

    Rien de tel que des recommandations culturelles en ce moment, en effet! Ça me donne bien envie de voir la saison 2 de His dark Materials, la 1e était déjà très bien.
    De mon côté, j’ai apprécié dernièrement la série En thérapie (alors, c’est un peu dur, pas forcément le genre de série à regarder pour se changer les idées, mais les dialogues sont remarquables, et c’est intéressant de se plonger dans les thérapies des personnages, j’ai découvert plein de choses que je ne connaissais pas!) Et, toujours sur Arte (aka la meilleure chaîne de TV, il faut le dire…), Je me suis plongée avec délice dans les films d’Emmanuel Mouret mis à disposition sur le site arte.tv, comme j’avais adoré “Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait”. J’ai particulièrement aimé “Un baiser svp” et “Mademoiselle de Joncquieres”. De quoi découvrir de nouveaux films malgré la fermeture des cinémas (snif…).

    1. Laurelas

      5 mars 2021 at 13h29

      Merci pour ton commentaire <3
      On a aussi regardé En Thérapie et je suis partagée : j’ai aimé certains aspects de la série, d’autres pas du tout et franchement ça m’a plutôt déprimée… ahah et je me note “Un Baiser SVP” alors, j’avais bien aimé ses autres films en effet :)

      À bientôt Ophélie :)

  • Louise Grenadine

    17 février 2021 at 10h33

    Une très jolie sélection ! :)
    Je n’ai pas (encore) vu The Undoing mais cette série me tentait beaucoup.
    Et le livre The Familiars pourrait beaucoup me plaire je crois (et pour ne rien gâcher, sa couverture est superbe *-*)

    1. Laurelas

      5 mars 2021 at 13h30

      Merci ! Oui c’est un livre vraiment chouette, j’ai trouvé (et c’est clair que la couverture ne gâche rien, ils ont même gardé la même en VF, c’est chouette !)

  • Irène

    19 mars 2021 at 11h56

    Pour une raison mystérieuse, en relisant la sage en français, je n’ai pas trouvé Lyra agaçante (ou à peine, comme une enfant de 12 ans élevée dans un cadre élitiste on va dire), alors que j’avais clairement ce souvenir. Question de traduction ou simplement évolution de ma perception… Dur à dire. Mais j’ai beaucoup apprécié le jeu de Dafne Keen parce que je trouve que justement elle retranscrit ça correctement, sans être dans la caricature non plus.

    1. Laurelas

      12 avril 2021 at 13h35

      Oui je suis assez d’accord avec toi, Dafne Keen est très chouette en Lyra !

  • Irène

    19 mars 2021 at 11h58

    Et alors le générique de His dark material quel délice oui !

    1. Laurelas

      12 avril 2021 at 13h36

      (j’adore l’écouter très fort, je l’aime trop)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent

Souvenirs de 2020

Article suivant

Links I Love #174