Links I Love #169

Links I Love 16 avril 2020 Laisser un commentaire

Après quasiment un mois, me revoilà pour partager avec vous une nouvelle sélection d’articles que j’ai aimé lire ces dernières semaines, au cas où vous ayez besoin d’un peu d’évasion (comme nous en avons tous un peu besoin en ce moment).

Mais avant tout, revenons un peu sur ce mois passé, un mois à la maison, entrecoupé de rares sorties pour prendre l’air au soleil ou pour faire les courses. Les semaines se sont succédées, se fondant les unes aux autres et pourtant elles ne se ressemblent pas.

Les débuts avaient un petit goût de stupéfaction et de nouveauté, peut-être même d’excitation (c’était, après tout, une expérience nouvelle à vivre). Puis est arrivé le « nouveau normal » : rester chez moi, cuisiner et pâtisser bien plus qu’avant, à peine mettre un orteil dehors, c’était mon nouveau quotidien. Et enfin, je crois, est arrivée, par surprise, une phase de lassitude, dans laquelle je suis encore, mais avec moins d’amertume qu’en début de semaine.

Chacun vit ce confinement différemment, je le vois, je le sais et je le lis un peu (mais pas trop, mis à part celui de Pauline et de Célie, je ne lis aucun « journal de confinement » à proprement parler) et il n’y a sûrement aucune façon parfaite de le vivre (bien que j’envie tout de même ceux qui ont la chance d’avoir un jardin).

Honnêtement, je fais ce que je sais faire de mieux : vivre au jour le jour, ignorant autant que possible toute notion d’avenir, d’après. Et ça me va. Parce que si je pense un peu trop à « après », je sens l’angoisse pointer son nez, au loin là-bas et je sais pas vous, mais moi j’en veux pas de cette angoisse-là.

Mes journées ont gardé un certain rythme « normal », mon cher et tendre étant appelé à travailler quelques jours par semaine à l’extérieur et je pense que ça m’aide à savoir quel jour on est exactement (même si parfois je l’oublie quand même). Et je continue à faire ce que j’aime et me fait du bien.

Je lis (j’ai commencé la saga fantasy/young adult Artemis Fowl, le premier tome était assez rigolo), quoi qu’un peu moins peut-être, ma concentration me faisant parfois défaut, je fais davantage de gâteaux et de cookies qu’avant et surtout : je rejoue à Sims.

Et mine de rien, ça me prend un temps fou. Pas tant le jeu en lui-même, auquel je joue étonnamment peu. En revanche je regarde des vidéos sur YouTube, je télécharge du contenu personnalisé et j’ai même lancé un tumblr dans lequel je raconte les aventures de mes sims. Leur vie est un peu plus remplie que la mienne, et c’est totalement une façon de vivre par procuration…

Si vous aimez les Sims au moins autant que moi, je vous invite à aller y faire un tour, je pense que je le mettrai à jour assez régulièrement (du moins en ce moment) et je tâcherai d’y partager quelques unes de mes ressources de téléchargement favorites également ! #vivelessims

Ce retour des jeux vidéo dans ma vie est assez salutaire pour moi en tout cas : rien de tel pour déconnecter de la réalité, sans rester dans la passivité qu’apporte un livre ou un film par exemple.

Et vous, qu’est-ce qui vous fait du bien ces temps-ci ?

Je vous laisse maintenant découvrir quelques articles (et recettes évidemment) qui m’ont plu ces dernières semaines :

  1. Ma copine Laura m’a donné envie de lire deux livres qui parlent de féminisme et prostitution, une oxymore pour beaucoup, bien que le sujet soit plus complexe qu’il n’en a l’air ! (lorettabanana.fr)
  2. Et si c’était le moment de gloire des introvertis, cette période de confinement ? (en anglais)(bloomberg.com)
  3. Chez Délia j’ai repéré deux recettes que je vais reproduire incessamment sous peu : le cake marbré et des lasagnes façon chili sin carne. Nom, nom, j’ai hâte ! (deliacious.com)
  4. Victoria m’a donné envie de rendre mes vêtements d’intérieur un peu plus élégants (même si j’adore mon bas de pyjama à pois dans lequel je passe le plus clair de mon temps). (mangoandsalt.com)
  5. Un long article, mais plein d’espoir quant à « l’après » confinement. À lire ! (en anglais)(theguardian.com)
  6. Quand le Professeur Moustache revient pour parler de la transpiration, c’est à la fois super instructif et drôle, comme toujours. (tumourrasmoinsbete.blogspot.com)
  7. Une salade fraîche et printanière (et facile à faire) qui donne envie en ces temps de radoucissement des températures. (100-vegetal.com)
  8. Je sais pas vous, mais ces images de République Dominicaine m’ont fait voyager et donné envie de plages de sable fin… (hellolaroux.com)
  9. Une recette de curry de chou-fleur, pois chiches et petit pois testée et approuvée (la majorité des recettes du blog de Stéphanie sont fabuleuses). (lafeestephanie.com)
  10. Arianne Clément a pris en photo la beauté de ces femmes et hommes âgés et pourtant tendres et sensuels. Un très beau photo-reportage. (arianneclement.com)
  11. Et s’il vous fallait une autre recette de cookies, en voilà une qui a l’air délicieuse ! (christelleisflabbergasting.com)

J’espère que parmi tout ça, vous trouverez votre bonheur !

De mon côté je retourne à mon obsession de sims, mes chats et mes gâteaux faits maison. J’espère sincèrement que de votre côté tout va pour le mieux et que vos proches vont bien également – d’ici quelque temps (j’espère) tout ceci ne sera qu’un souvenir étrange.

À très bientôt, prenez soin de vous !


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci !

23

Vous aimerez aussi

Culture-list #1

Culture 25 mars 2020 Laisser un commentaire

Après un long moment à ne plus trop partager mes coups de cœur culturels avec vous ici, me revoilà avec une nouvelle façon de partager avec vous ce que j’ai aimé lire, regarder, découvrir

Si par le passé je tentais de vous parler d’à peu près tous les livres que je lisais, j’ai fini par laisser sombrer la rubrique, par manque de temps et aussi, soyons honnêtes, d’intérêt, car chaque livre que je lis ne mérite pas forcément d’être évoqué. (Pour tous ceux qui seraient intéressés de voir absolument tout ce que je lis, il y a toujours mon profil Goodreads, que je mets à jour en temps réel.)

La même chose est arrivée à ma rubrique ciné, car décidément, tous les films que je vois au cinéma ne me donnent pas toujours envie de vous en parler.

Bref, il était temps pour moi d’avoir une rubrique qui regroupe mes derniers coups de cœurs culturels, tous genres confondus, sans obligation d’être exhaustive et à la régularité… aléatoire, disons.

Alors sans plus attendre, je vous fais découvrir ce qui m’a plu récemment !

The Witcher (le Sorceleur en VF) – Livres + série

Quelque part en début d’année j’ai décrété que 2020 serait une année fantasy. Je compte relire Le Seigneur des Anneaux (en VO cette fois), j’ai envie de me plonger dans La Boussole d’Or (His Dark Materials) que je n’ai jamais lu et pour mon anniversaire, mes parents m’ont offert la collection complète de la saga Artemis Fowl.

Mais dans mes envies de lectures fantasy, Le Sorceleur se plaçait tout en haut de ma liste, en grande partie parce que Netflix a produit une adaptation des livres tout récemment.

Avant d’évoquer la série, je vous laisse avec quelques mots sur les livres, du moins les trois premiers tomes que j’ai lus.

Le Sorceleur – Le Dernier Vœu, de Andrzej Sapkowski

À travers les plaines arides et les montagnes escarpées des Royaumes du Nord, un homme avance seul. En ces temps obscurs, il est l’un des rares à ne pas craindre les terribles créatures qui croisent sa route. Car Geralt de Riv est un sorceleur : un mercenaire initié aux secrets d’une ancienne magie. Il suit son propre code d’honneur dans un monde qui a oublié le sien, avec l’espoir inavoué de réaliser son dernier voeu : retrouver son humanité.

Ce premier livre est en réalité un recueil de nouvelles qui permet de découvrir le monde de Geralt de Riv, ses monstres et quelques-uns des personnages principaux de la saga.

J’ai beaucoup aimé découvrir un univers fantasy différent des univers anglo-saxons auxquels je suis habituée, davantage ancré dans le folklore slave et les contes européens.

Le tout est relevé avec beaucoup d’ironie et une bonne dose d’humour, qui contrastent quelque peu avec la noirceur de cet univers (ou même avec Geralt, un personnage qui n’a pas l’air très commode au premier abord).

Toutes les nouvelles ne m’ont pas séduite, et le format m’a un peu frustré : j’avais envie d’en savoir plus et de suivre Geralt dans une aventure au long cours ! C’était néanmoins une chouette entrée en matière et il ne m’a pas fallu longtemps avant de plonger dans le second livre de la saga…

Le Sorceleur – L’Épée de la Providence, de Andrzej Sapkowski

Geralt de Riv, le sorceleur, mène sa mission sans faillir dans un monde hostile et corrompu, dépourvu d’espoir. Sa renommée légendaire n’a d’égales que la peur et la haine qu’il inspire chez ceux qu’il traque sans pitié. Mais sa rencontre avec la petite Ciri, l’Enfant élue, va donner un sens nouveau à l’existence de ce héros solitaire. Geralt cessera-t-il enfin de fuir pour affronter la providence et découvrir son véritable destin ?

Ici encore, on est face à un recueil de nouvelles, mais contrairement au premier livre, j’y ai trouvé plus de cohérence et malgré un découpage en nouvelles, la chronologie semble plus claire et les personnages et situations semblent connaître une véritable évolution.

Le ton est moins léger et les enjeux semblent plus graves que dans les nouvelles du premier livre. J’ai aussi aimé voir le personnage de Geralt gagner en profondeur, revoir Jaskier et Yennefer, et rencontrer le personnage de Ciri.

L’univers est toujours aussi riche et intéressant, peuplé d’une multitude de créatures diverses et variées, bienfaisantes ou… non. J’en garde un très bon souvenir, avec des nouvelles qui m’ont semblé avoir plus de relief que celles du premier livre – à découvrir donc !

Le Sorceleur – Le Sang des Elfes, de Andrzej Sapkowski

La jeune princesse Ciri est l’unique survivante du royaume de Cintra. Alors qu’elle tente de fuir la capitale, elle croise le chemin de Geralt de Riv, qui la prend sous son aile et la conduit à Kaer Morhen, l’antre des sorceleurs. Initiée aux arts magiques, Ciri y révèle sa véritable nature et l’ampleur de ses pouvoirs, qui attirent bien des convoitises : un mage mystérieux est prêt à affronter le sorceleur afin d’atteindre sa protégée…

Cette fois, on est plongé dans un vrai roman et les choses sérieuses commencent ! Cela dit, le rythme de ce troisième tome est assez lent et les personnages sont tous éparpillés à travers le monde, ce qui donne lieu à des chapitres où ils sont (souvent) isolés dans leur coin d’aventure. On sent que quelque chose d’important va se passer… mais plus tard.

J’ai beaucoup aimé suivre les divers personnages féminins qui prennent plus d’ampleur, mais j’ai beaucoup moins aimé tout le côté politique du livre (je me suis un peu ennuyée quand il s’agissait de stratégies militaires et autres, et j’ai passé mon temps à confondre tous les rois et seigneurs…).

Maintenant j’ai assez hâte de découvrir le quatrième tome et de continuer mon incursion dans cet univers que j’aime beaucoup.

Donc, après avoir lu les trois premiers livres de la saga, j’étais fin prête à me plonger dans la série et c’était dans l’ensemble une belle découverte !

J’étais plutôt contente d’avoir l’intrigue fraîchement en tête en abordant cette adaptation, d’autant plus que celle-ci passe allègrement d’une chronologie à une autre sans crier gare (ce qui peut être franchement déroutant).

L’une des qualités de cette adaptation est d’avoir intégré assez fidèlement certains épisodes de la saga du Sorceleur, tout en ayant étoffé certains personnages (je pense bien entendu à Yennefer), malgré certaines modifications qui m’ont paru au premier abord discutables. J’ai moi-même quelques réserves concernant certains personnages, mais l’ensemble me semble tout de même plutôt réussi et cohérent.

L’ambiance de la série est chouette, les décors sont très réussis et la bande-son immersive à souhait. Du côté des acteurs, Henry Cavill, en plus d’être incroyablement sexy (il faut bien le dire), est assez convaincant en Geralt de Riv taciturne et sombre, et j’ai aussi beaucoup aimé Anya Chalotra qui interprète Yennefer (même si je m’étais faite une image assez différente du personnage à travers les livres).

L’intrigue est rythmée et les combats assez impressionnants – vraiment, visuellement, cette série vaut le détour. Maintenant j’ai assez hâte que la seconde saison voie le jour, d’autant que d’ici là j’aurai sans doute bien avancé dans ma lecture des livres…

Est-ce que vous avez vu et/ou lu The Witcher vous ? Qu’en avez-vous pensé ?

À savoir que, si vous l’ignoriez, les livres ont été adaptés en jeux vidéo il y a quelques années déjà. Je n’y ai pas joué (et je ne sais pas si je m’y frotterai, je suis un peu sensible aux jeux qui font peur…) mais peut-être que ça vous intéressera de plonger dans cet univers par ce biais !

∙ Jeux Vidéo

Ghost of a Tale

Une fois n’est pas coutume, je viens vous parler d’un jeu vidéo auquel je joue en ce moment et que je trouve trop chouette.

Dans Ghost of a Tale, un jeu d’action-aventure, vous incarnez Tilo, une petite souris-ménestrel enfermée dans la prison de Fort Deruine qui cherche à retrouver sa femme, Merra, tenue prisonnière ailleurs…

J’avais repéré ce jeu à l’époque de sa sortie sur console, m’extasiant sur la beauté des décors et des personnages (bien trop mignons) mais ça ne fait que quelques semaines que je m’y suis mise (et je me demande bien ce que j’attendais) et j’aime beaucoup y jouer.

Comme je l’ai dit plus haut, je ne suis pas une joueuse très téméraire (les jeux qui font peur, très peu pour moi, les missions d’infiltration me stressent souvent et je peux facilement sursauter… on ne se moque pas, merci) alors même ici, quand il s’agit d’éviter les gardes-rats et faire preuve de ruse, je ne fais pas toujours la maligne…

J’aime beaucoup l’ambiance du jeu, un peu médiévale, avec ses mystères et légendes, ses personnages hauts en couleur et ses quêtes variées qui permettent d’explorer les lieux de fond en comble. Il faut parfois faire marcher ses méninges, mais dans l’ensemble c’est un jeu très accessible. (Le niveau de difficulté n’est pas modifiable)

À l’heure où je vous écris, je pense en être à un peu moins de la moitié du jeu (et je joue lentement, j’explore beaucoup…) pour une quinzaine d’heures de jeu, et mis à part une caméra parfois capricieuse et des cartes des lieux pas toujours très claires, je n’ai pas de reproches à faire à ce jeu que j’aime beaucoup.

Le jeu est disponible sur PC et consoles, et une version Switch devrait bientôt voir le jour.

Cinéma

Onward (En Avant en VF)

Dans un monde où la technologie a peu à peu remplacé la magie, deux frères se lancent dans une quête fantastique pour pouvoir passer quelques heures avec leur père…

Bon, même s’il est actuellement impossible d’aller au cinéma, confinement oblige, je voulais tout de même vous parler un peu d’Onward, le dernier Disney-Pixar que nous avons vu au cinéma peu avant… bref, vous savez.

J’ai beaucoup aimé ce film, qui se joue dans un monde teinté d’heroic fantasy (décidément, c’est le thème récurrent de cet article) rempli d’elfes, cyclopes et autres fées qui n’ont pourtant plus grand chose de magique, la technologie les ayant quelque peu rendus paresseux… Le film est plein de petites références geek et plein d’humour, mais possède aussi cette petite touche de poésie et d’humanité propre aux films Pixar.

Bien que le ton soit léger, Onward aborde des thèmes importants et variés tels que le deuil, la quête du père, l’affirmation de soi, le pardon et la relation fraternelle… et ils sont abordés avec intelligence et sincérité, comme c’est souvent le cas dans les productions Pixar.

On m’avait conseillé de le voir avec ma sœur et effectivement, à la fin du film j’étais bien contente d’avoir ma petite sœur à côté de moi pour l’étreindre au milieu de nos larmes d’émotion – je réitère donc ce conseil, allez le voir (quand ce sera possible) avec vos sœurs/frères, ce sera un joli moment à partager !

BDs

Depuis que je me suis inscrite à la bibliothèque, je lis beaucoup (mais vraiment beaucoup) de BDs et moi qui en avais une image un peu désuète (j’en étais peut-être restée à Astérix et Tintin) et qui pensais que le genre n’était pas fait pour moi, je me retrouve à lire ce genre de littérature en majorité ces temps-ci. Comme quoi, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !

Peut-être que je vous écrirai quelques articles pour vous parler de mes préférées un jour, mais en attendant je voulais vous parler de deux albums que j’ai particulièrement aimé lire récemment…

Tant Pis pour l’Amour, de Sophie Lambda

Quand Sophie rencontre Marcus, elle tombe amoureuse en 48h. Elle qui était si cynique en amour, cette fois, elle y croit. Sauf qu’il se révèle vite étrange. Sophie a alors besoin de comprendre ce qui ne va pas. Confronté à ses mensonges et ses incohérences, il a des réactions violentes, des excuses pour tout et arrive à se sortir de chaque impasse. Mais jusqu’à quand ? Sophie aime un manipulateur narcissique.

À travers 300 pages (qui se lisent d’une traite) l’autrice raconte l’histoire d’amour qu’elle a vécue avec un manipulateur, et surtout comment elle s’en est sortie, comment elle s’est reconstruite après une histoire intense et destructrice…

Sophie raconte son histoire avec beaucoup d’humour, malgré un sujet qui est quand même assez pesant et j’ai beaucoup aimé la dimension pédagogique de l’album (la seconde moitié explique les mécanismes de pensée et stratégies des manipulateurs pour garder leur emprise sur leurs victimes) qui permet de mettre en lumière le comportement des manipulateurs et s’en prémunir si besoin.

C’est un album que je conseille à tous de lire, que le sujet vous touche de près ou de loin (et même si ce n’est pas le cas).

Moi en Double, de Navie (dessins d’Audrey Lainé)

Navie était malade. Elle était en obésité morbide et souffrant chaque jour, avec le sourire, sans jamais le montrer… L’acceptation de soi est ce qui lui tient le plus à coeur, mais comment aimer cette fille dans le miroir qui n’est que le reflet de sa souffrance ?
Navie portait son double. Un double qu’elle a aimé, qu’elle a essayé de fuir puis de tuer. Mais comment fait-on pour se tuer sans mourir ?

Un très beau témoignage, superbement mis en dessin par Audrey Lainé, et dans lequel toute femme, qu’elle soit grosse ou non, se retrouvera forcément un peu… Le rapport à notre corps, à notre image est rarement serein et c’est avec beaucoup de sincérité que Navie parle de ces choses à travers sa propre expérience.

J’ai été très touchée par ce récit doux-amer et je le conseille à tous, lui aussi.

Stand-up comedy

En ce moment, peut-être plus que jamais, il s’agit de se changer les idées comme on peut, et quoi de mieux qu’un spectacle de stand-up ? De préférence intelligent et vraiment drôle, sans racisme, grossophobie, ou sexisme, c’est mieux.

Voici une petite sélection de mes derniers spectacles comiques favoris.

Féministe pour Homme, Noémi de Lattre

Ce premier spectacle est à voir à Paris, au Théâtre de la Pépinière, donc évidemment, en ce moment il est en stand-by, mais j’ose espérer qu’il sera de nouveau joué quand la vie aura repris son cours normal…

Comme son nom l’indique, ce spectacle parle de féminisme et pas qu’à moitié : Noémi est engagée et elle en parle avec beaucoup de force mais aussi avec malice et humour, tout en restant bienveillante. Un mélange détonant qui galvanise, m’a beaucoup fait rire mais m’a aussi beaucoup touchée.

C’est un spectacle intelligent, sincère et drôle, et j’aimerais que tout le monde aille le voir ! Emmenez-y tout particulièrement vos ami.e.s qui ne comprennent peut-être pas le féminisme, ça leur fera du bien.

Hexagone, Fary (Netflix)

Sur les bons conseils de Laëtitia (qui m’avait déjà conseillé le spectacle de Noémi de Lattre) on a regardé la première partie du nouveau spectacle de Fary, Hexagone, sur Netflix la semaine dernière et… on a beaucoup aimé !

Je ne connaissais pas du tout cet humoriste avant de regarder ce spectacle et de fait, c’était une chouette découverte. Fary se pose des questions d’identité, de culture et si le spectacle a un aspect politique, il n’en reste pas moins très drôle.

À découvrir à votre tour !

La seconde partie du spectacle sera disponible mi-avril.

Afraid of the Dark, Trevor Noah (Netflix)

J’aimais déjà beaucoup regarder les extraits du Daily Show de Trevor Noah sur YouTube de temps à autres, mais j’ai tout récemment découvert ses spectacles sur Netflix, dont celui-ci, Afraid of the Dark, qui date de 2017.

Rien de tel pour se remonter le moral un jour de petite mine que Trevor Noah et ses parfaites imitations d’accents, ses propos si justes sur l’immigration et les relations internationales (et son sourire contagieux).

Il me semble que son spectacle suivant, Son of Patricia, est plus apprécié du public, mais mis à part quelques blagues un peu longuettes, j’ai beaucoup ri devant Afraid of the Dark et c’est exactement ce qu’il me fallait à ce moment-là.

Et c’est sur cette note d’humour que je termine cet article probablement un peu trop long (j’ai pourtant tâché d’être succinte) mais qui m’aura permis de vous parler de ces quelques petites choses que j’ai apprécié découvrir ces dernières semaines.

N’hésitez pas à me faire part de vos avis et impressions, qu’il s’agisse du fond de l’article ou de sa forme – je suis ouverte à toutes vos propositions d’amélioration, si besoin !

Je suis en tout cas assez contente de revenir partager avec vous mes coups de cœur, moi qui ne savais plus trop comment vous en parler, j’ai l’impression d’avoir trouvé la meilleure formule en ce qu’il me concerne… Un grand merci à Pauline aussi, qui m’a gentiment laissé emprunter le nom de cet article ♡

Je vous souhaite de belles découvertes et vous dis à très vite, prenez soin de vous.


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

13

Links I Love #168

Links I Love 19 mars 2020 Laisser un commentaire

Non, non, vous ne rêvez pas… c’est bien un nouvel article « Links I Love » que voilà !

Après près d’un an et demi sans m’atteler à cette série d’articles (par manque de temps à l’époque, qui a ensuite cédé la place à une période où je lisais moins de blogs…) c’est peut-être l’ambiance « confinement » qui m’a redonné envie de partager avec vous des lectures que j’ai aimées, ou qui m’ont marquée… Après tout, c’est le bon moment de s’évader ou de s’instruire à travers la lecture, non ?

De mon côté, confinée depuis presque une semaine (on peut dire que j’aurai fêté mon anniversaire avec une première journée sans mettre le nez dehors, ô joie), mis à part une sortie express pour aller voter dimanche, pour l’instant je le vis plutôt bien.

Il faut aussi dire que depuis que je ne travaille plus, le confinement c’est presque mon quotidien. Je dis presque, parce qu’évidemment ça ne fait pas huit mois que je ne sors plus de chez moi, et il est certain que mes sorties entre amis, mes sorties-ciné en amoureux ou les sorties-musées avec ma sœur vont me manquer pendant cette période un peu floue et étrange…

Ce qui me frustre d’autant plus c’est que ça y est : le printemps arrive, la nature s’éveille et le temps s’adoucit ! Et si la situation se prolonge (ce qui est fort probable…) qui sait si je pourrai profiter de la campagne et fêter Pâques en famille ? Enfin, chaque chose en son temps et en attendant, restons chez nous, toutes fenêtres ouvertes.

J’ai tout de même beaucoup de chance, je suis avec mon amoureux et nos deux chats, à défaut d’un jardin ou d’un petit balcon on a une vue dégagée et le soleil en matinée et les distractions ne manquent pas entre nos livres à lire, les jeux vidéos, les films et séries… sans oublier le vaste monde d’internet !

Et vous, comment ça va ? J’espère de tout cœur que la situation ne vous angoisse pas trop et que vous allez bien. N’hésitez pas à partager vos inquiétudes en commentaire, l’entraide et la solidarité sont essentielles, encore davantage en ce moment.

Et pour vous changer les idées, voici une sélection de mes lecture favorites de ces derniers temps :

  1. Si vous souhaitez vous améliorer en photographie (bien que la période ne soit peut-être pas la plus propice…) je vous invite à lire cet article de Florence qui est assez complet ! (la-mouette.com)
  2. Vous souhaitez mieux consommer en matière de mode ? Suivez le guide, joliment illustré, de Nawal. (serialchineuse.com)
  3. J’ai très, très envie de manger des naans depuis que je suis tombée sur cette recette de naans au fromage végane… à essayer ! (rosecitron.fr)
  4. Trier votre bibliothèque en ce moment, pourquoi pas ? Je vous invite à lire les conseils de Pauline d’abord. (uninvincibleete.com)
  5. Un article intelligent et intéressant pour mettre en place une stratégie écologique sans stress et culpabilité. À lire ! (en anglais)(nytimes.com)
  6. Un petit tour en Écosse, ça vous tente ? (louisegrenadine.fr)
  7. Si vous cherchez des rouges à lèvres plus clean, je vous conseille d’aller voir ceux que Daphné a testé récemment. (modeandthecity.net)
  8. Je n’ai jamais cuisiné de flans moi-même, mais celui-ci au chocolat et végane à l’air SI BON ! (deliacious.com)
  9. Encore un article qui parle d’écologie, et plus particulièrement sur les façons d’embarquer votre entourage à y penser davantage (sans être le relou de service de préférence). (magazine.laruchequiditoui.fr)
  10. Un article très long, mais très intéressant qui questionne la structure familiale nucléaire qui est la norme actuelle… et probablement à tort. L’article évoque des exemples aux USA, mais je pense que ça peut s’étendre au mode de vie occidental en général. À lire ! (en anglais)(theatlantic.com)
  11. Myrtille nous donne des idées de choses à faire dans les prochaines semaines et commence avec.. la broderie, bonne idée non ? (histoireseconde.com)
  12. Voici un plat réconfortant, sain et simple à faire avec nos derniers légumes d’hiver et il est fort probable qu’on mange ça chez nous ce soir ! (lafeestephanie.com)

J’espère qu’il y aura quelques petites choses qui vous auront inspirés parmi ces articles ! N’hésitez pas à partager avec moi vos articles favoris ou même vos nouveaux blogs favoris, j’ai assez envie de renouveler mes lectures.

Il n’est pas certain que je recommence à publier cette série d’articles de façon hebdomadaire, comme avant, mais je vais tâcher de remettre un peu de régularité dans ce rendez-vous… J’ai aussi très envie de partager mes découvertes culturelles (livres, films et autres) à travers un « nouveau » type d’articles un peu plus « fourre-tout » que ce que j’ai pu faire par le passé. (il ne me manque que le nom)

D’ici là, prenez soin de vous ♡


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

12

Vous aimerez aussi

3 séries féministes à découvrir

Small Screen Love 6 mars 2020 Laisser un commentaire

Alors que l’actualité de ces derniers jours donne envie de se terrer sous la couette, pourquoi ne pas vous parler de trois séries, féministes de surcroît, pour vous changer les idées tandis que la pluie tombe au dehors ?

Les trois séries dont je vais vous parler font partie de mes découvertes (plus ou moins) récentes et elles ont toutes les trois pour point commun de mettre en avant des femmes indépendantes, intelligentes et fortes. Elles sont d’ailleurs toutes trois créées par des femmes… (coïncidence, je ne crois pas)

Sans plus attendre, je vous laisse découvrir de quelles séries il s’agit !

Anne with an E (3 saisons, terminée – Netflix)

Librement adaptée du livre Anne of Green Gables de Lucy M. Montgomery, cette série suit le quotidien d’Anne, une jeune orpheline adoptée par Marilla et Matthew Cuthbert (qui sont frère et sœur), dans sa nouvelle vie sur l’île du Prince Edward. Dotée d’une imagination débordante, d’un amour profond pour la nature et d’une faculté d’émerveillement infinie, Anne va bousculer la petite vie tranquille des habitants de l’île au gré de ses aventures.

J’ai découvert cette série peu après la diffusion de sa première saison et le coup de cœur a été immédiat. J’ai été séduite par la beauté des paysages, par l’ambiance visuelle globale de la série (la nature y est si belle), par la justesse des acteurs et par les thèmes évoqués tout au long des saisons.

Le personnage de Anne, superbement interprété par Amybeth McNulty (que j’espère voir dans d’autres films/séries à l’avenir) est parfois agaçant d’intensité, mais j’ai surtout été touchée par sa sensibilité et emportée par son enthousiasme à toute épreuve.

J’ai aussi beaucoup de tendresse à l’égard de Matthew Cuthbert (interprété par R. H. Thomson) et de sa sœur Marilla (Geraldine James) qui composent comme ils le peuvent avec le fait d’être soudainement devenus parents. Globalement, tous les acteurs font mouche et mis à part quelques antagonistes notables, très justes dans leurs rôles aussi, ils m’ont tous beaucoup touchée.

Mais comme je le disais, ce sont les thèmes développés tout au long de la série qui font de cette série l’une des meilleures que j’ai pu voir récemment. On y évoque sans détour la place des femmes à une époque où justement leur place semble être à la maison, à travers des personnages qui ne l’entendent pas de cette façon et s’émancipent chacune à leur manière.

On rencontre également dans la série des personnages homosexuels et noirs qui vivent leur propre histoire, ont une place à part entière dans la série et ne vivent pas leurs intrigues dans l’ombre des autres personnages, dans des rôles de faire-valoir par exemple.

Finalement, s’il n’y avait qu’une seule chose à retenir de Anne with an E, c’est la beauté avec laquelle la série célèbre les différences et confronte tous ceux qui ne verraient pas ces différences d’un bon œil à leur intolérance et à leur étroitesse d’esprit.

Je pourrais encore vous parler de mille choses que j’ai adorées dans cette série, mais ça vous enlèverait peut-être le plaisir de les découvrir à votre tour… (et puis cet article deviendrait beaucoup trop long)

Vous l’aurez compris je crois, mais je vous conseille très chaleureusement de regarder Anne with an E pour vous réchauffer le cœur et vous redonner espoir dans le genre humain (oui, oui). Et n’oubliez pas vos mouchoirs, je crois que j’ai versé une petite larme à environ chaque épisode.

Vous connaissiez déjà Anne with an E ? N’hésitez pas à me faire part de votre avis sur cette série si vous l’avez vue !

The Marvelous Mrs Maisel (3 saisons, en cours – Amazon Prime)

Crée par Amy Sherman-Palladino (à laquelle on doit déjà la formidable série Gilmore Girls), The Marvelous Mrs Maisel suit Miriam « Midge » qui a tout ce dont elle peut rêver : un mari parfait qui fait du stand-up à ses heures perdues, deux enfants et un appartement élégant dans l’Upper East Side. Sauf qu’un jour elle apprend que son mari la trompe et, pire encore, emprunte ses numéros de stand-up à d’autres comiques… et c’est presque par hasard qu’elle se trouve à son tour sur scène.

Ici encore, le coup de foudre a été immédiat, ce qui n’est pas très étonnant connaissant mon goût pour l’esthétisme des années 1950 et mon amour pour Gilmore Girls.

The Marvelous Mrs Maisel est une série fabuleuse à bien des égards. Son personnage principal est d’une grande justesse, Midge (Rachel Brosnahan) étant sans cesse tiraillée entre sa vie domestique qu’elle aime et sa nouvelle vie, plus irrévérencieuse et presque scandaleuse, dans laquelle elle se trouve propulsée presque malgré elle mais dont elle tire beaucoup de plaisir et de fierté.

Sa relation avec Susie, sa manager au caractère bien trempé (Alex Borstein), est truculente, tout comme l’est celle avec ses parents plus conservateurs et qui ne sont jamais très loin…

La série est également un véritable bijou visuel, qu’il s’agisse de la mise en scène ou de la photographie, tout est parfaitement parfait. Les décors sont superbes et les costumes, ohlala, m’ont donné envie d’avoir la même garde-robe que Midge (surtout dans les deux premières saisons, la troisième est un peu plus sixties dans l’âme).

Et tout comme Gilmore Girls à l’époque, les personnages ont de l’esprit, les dialogues sont brillants, rythmés et pleins d’ironie – c’est parfois un peu épuisant mais c’est le plus souvent très drôle et savoureux. Enfin, malgré son ancrage dans les années 50′, la série est très moderne dans ses propos et ça c’est chouette, évidemment.

Si vous cherchez une série légère, drôle (mais pas que) et qu’en plus vous avez un petit faible pour ces années-là, n’hésitez plus et jetez un œil à celle-ci !

Mais peut-être que Mrs Maisel vous a déjà séduit vous aussi ?

Jane the Virgin (5 saisons, terminée – à voir sur Netflix)

Dans Jane the Virgin, une série filmée comme une telenovela, on suit la vie de Jane (Gina Rodriguez), une jeune femme romantique qui a décidé de se préserver jusqu’au mariage, dont la vie va être totalement chamboulée suite à une insémination artificielle accidentelle…

Malgré ce synopsis improbable (véritablement digne d’une intrigue de telenovela ahah) cette série qui a déjà quelques années au compteur (elle a été diffusée de 2014 à 2019) est rapidement devenue l’une de mes favorites pour une multitude de raisons.

Peut-être est-ce le subtil mélange d’absurde et de bienveillance, omniprésente à travers la série, qui la rend si irresistible, ou peut-être que ce sont les personnages, aux caractères si différents, parfois changeants, mais toujours intéressants…

Mon visionnage de la série remonte un petit peu, j’ai sans doute oublié beaucoup de choses, mais je sais que ce que j’ai aimé (entre autres) dans Jane the Virgin c’est que c’est une série portée par des femmes. Des femmes, de la même famille, qui ne s’entendent parfois pas du tout, mais qui finissent toujours par se réconcilier et se retrouver.

Et malgré des situations rocambolesques, des triangles amoureux à n’en plus finir et des situations de pure telenovela (qui est un genre assez codifié et machiste), la série met en avant une héroïne forte, indépendante et qui n’a pas besoin des hommes de son entourage pour être valorisée.

Dans toute sa légèreté, Jane the Virgin est aussi prompte à examiner ses propres failles (je pense à un épisode soumis au test de Bechdel par le narrateur omniscient) et à se remettre en question (et donc pousser le spectateur à le faire). Sans oublier les tenants politiques de la série, notamment à propos d’avortement ou d’immigration (un sujet traité notamment dans les dernières saisons, en plein dans l’ère Trump…).

Jane the Virgin est donc un parfait mélange d’intelligence, de légèreté et d’originalité, chaque personnage évolue vraiment tout au long des saisons et c’est une série très savoureuse (à mon humble avis). Je ne serais d’ailleurs pas contre un re-visionnage prochainement…

Mais peut-être que vous aussi vous adorez déjà Jane the Virgin ?

J’espère de tout cœur que je vous ai donné envie de regarder ne serait-ce qu’une seule de ces séries qui font partie toutes trois de mes séries favorites. Et si jamais vous les avez déjà toutes regardées, j’ai trois petites recommendations supplémentaires, qui sont (en plus) des formats de série courts, contrairement à celles citées précédemment !

+ Dead to Me (1 saison, en cours – Netflix) est une série où se lient d’amitié Jen (C. Applegate) qui vient de perdre son mari, et Judy (L. Cardellini) une femme un peu excentrique… mais très vite, on se rend compte que les apparences sont trompeuses. J’ai regardé cette série en une après-midi l’été dernier, accrochée à ses cliffhangers de fin d’épisode, et fascinée par le féminisme assumé d’une série qui n’a pas peur de montrer la colère des femmes et la manipulation masculine. À voir !

+ Tuca & Bertie (1 saison, terminée – Netflix), est une série animée, colorée et psychédélique où sont abordés des thèmes importants tels que la pression subie par les femmes aux alentours de la trentaine, le harcèlement et les violences sexuelles, le tout sur fond d’amitié et de sororité. C’est une série qui parle de femmes, mais sans clichés féminins (douceur, gentillesse et autres). C’est cru et génial, et c’est bien dommage qu’il n’existe qu’une seule saison !

+ Fleabag (2 saisons, terminée – Amazon Prime), une série de Phoebe Waller-Bridge dont on a beaucoup entendu parler récemment et qui, un peu comme Tuca & Bertie, montre une femme qui n’est pas parfaite, est indépendante et pleine de fêlures… et ça change des personnages féminins trop lisses. À découvrir, si vous ne l’avez pas déjà fait (de mon côté j’ai aimé sans adorer, et j’ai préféré la seconde saison).

Bon eh bien, avec tout ça vous devriez avoir quelques heures de séries de qualité à déguster !

En ce moment, de mon côté, je regarde toujours Friends par-ci, par-là pour la première fois (et comme je l’ai déjà dit précédemment un peu partout, ça se regarde facilement, mais je cringe souvent) et j’ai commencé la série The Witcher, maintenant que j’ai lu les trois premiers tomes de la saga (et j’aime beaucoup !).

N’hésitez pas à me donner votre avis sur les séries que j’ai citées et aussi à m’en recommander d’autres – j’ai déjà une liste longue comme ma haine du patriarcat, mais une de plus ou de moins…

Belle journée, bon week-end et à bientôt !


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le  ♥︎ situé sous cet article – merci!

13

Vous aimerez aussi

2019 : et si on faisait le bilan ?

Journal de Bord 22 janvier 2020 Laisser un commentaire

Après bon nombre de jours et de semaines (en réalité : de mois) sans venir écrire ici, je ne savais pas très bien comment « revenir » (bien que je ne sois jamais officiellement partie). Comment reprendre la plume, comme on dit.

Et puis finalement, je me suis dit qu’il n’y a jamais de bon (ou de mauvais) moment, ou en tout cas, si je devais attendre d’avoir réuni tout ce que je pensais nécessaire à mon retour, mon bilan de l’année 2019 aurait vu le jour en 2022, et niveau timing on aurait vu mieux.

Pour écrire cet article, je me suis replongée dans mon bilan de l’année 2018, une année qui a été riche, plutôt très jolie, car marquée par la rencontre avec celui qui partage désormais ma vie depuis deux ans. Que le temps passe vite…

Du coup, je me suis dit que ce serait chouette de partager quelques morceaux de 2019, peut-être que ça vous inspirera et dans tous les cas, ça m’aidera à me souvenir de cette année.

Souvenirs d’un week-end normandFanfan, la plus belle

Ce qui est certain, c’est que 2019 aura été une année pleine de changements, plus encore que 2018 !

Avec Romain, on a trouvé notre premier appartement à deux, j’ai retrouvé la vie en plein centre (ou presque) de Paris et à mes souvenirs d’un quartier dans lequel j’aurai bientôt vécu dix ans, s’ajoutent désormais les souvenirs de cette première vie à deux. C’est doux et je me sens infiniment chanceuse.

L’année dernière j’ai aussi quitté mon travail avec un immense soulagement. Je ne suis jamais réellement entrée dans les détails de ma vie professionnelle ici, peut-être parce que mon travail n’a jamais été celui que je voulais faire, le hasard m’y ayant menée après mes études… Et même si j’y ai appris beaucoup de choses (et rencontré des gens formidables) mes dernières années là-bas n’ont guère été passionnantes.

Depuis le premier jour de ma nouvelle liberté j’ai souhaité vous en parler, partager mes sentiments (souvent ambivalents)… et puis je ne savais pas comment, je ne savais pas si c’était pertinent ou intéressant et je crois aussi que j’avais un peu peur du jugement. Pour l’instant ça reste un peu entre les lignes.

Se sentir comme dans RatatouilleUn thé & de la légèreté

En 2019 j’ai aussi fêté mes trente ans, sans grande émotion, mais avec tout de même cette drôle d’impression d’être entrée dans une période où il est temps de penser à des choses d’adulte (mais avec nulle intention de le faire ahah).

Et dans la catégorie des grandes choses qui sont arrivées cette année passée, il y a bien sûr l’adoption de Sirius, notre petit chat noir, qui nous fait tant rire quand il court partout et nous regarde avec ses grands yeux. ♥︎

Je ne suis toujours pas certaine que Fanfan soit très heureuse de ne plus être chat unique, mais elle n’a jamais été extrêmement sociable après tout… (et rassurez-vous, elle ne semble pas malheureuse pour autant)

Fanfan dans les fleursLe printemps à la campagne

Quand je regarde 2019 dans son ensemble, je vois une année où j’ai passé beaucoup moins de temps à partager de choses sur internet (c’est l’année où j’aurai publié le moins d’articles ici, j’ai assez peu publié sur Instagram et il n’y a que sur Twitter où je n’ai pas faibli) et beaucoup plus de temps à profiter de mes proches.

Je me suis aussi beaucoup reposée, j’ai dormi longtemps, j’ai beaucoup lu et profité de mes six premiers mois de vie sans travail.

Je n’ai jamais occupé des postes à forte responsabilité et travaillé sans compter mes heures, mais depuis que je suis arrivée à Paris, j’ai quasiment toujours travaillé pendant mes études (et cumulé avec l’écriture de ce blog par ailleurs). Quand on y regarde de plus près, je ne me suis pas beaucoup ménagée durant ma vingtaine… d’où peut-être cette envie de commencer mes années de trentenaire tout doucement, à faire ce que j’aime ?

Ah, vivement le printemps – La belle Fédora

L’année 2019 aura aussi été marquée par une foule de belles découvertes, au cinéma, en littérature et un peu partout ailleurs. Je vais tâcher d’être la plus brève possible, mais j’ai tout de même envie de partager quelques uns de mes favoris…

Côté lecture, je dis ça chaque année maintenant (mais c’est toujours vrai) : je n’ai jamais autant lu qu’en 2019.

Il faut aussi dire que mon inscription à la bibliothèque m’a plongée dans le vaste monde de la BD, un genre que je lisais peu pas tant par manque d’intérêt que par non-envie d’investir (un album coûte souvent deux fois plus qu’un livre et du coup, je n’ai que rarement « investi » à l’aveugle).

En 2019 j’ai donc lu 71 livres (dont une trentaine de BDs) soit 17 828 pages, tous genres confondus. Parmi tous ceux-là j’ai particulièrement aimé :

  • Sorcières et Chez Soi, de Mona Chollet, deux essais que j’ai adoré lire en début d’année, qui ont alimenté mes réflexions (notamment féministes) et m’ont beaucoup appris. De la même autrice, je me plongerai bientôt dans Beauté Fatale.
  • Les Carnets de Cerise (cinq tomes), de J. Chamblain et A. Neyret, ma série de BD favorite de cette année, où l’on suit Cerise, une petite fille inventive et qui rêve d’écrire des livres, dans ses aventures. C’est bienveillant et les dessins sont superbes. À lire, qu’on soit petit ou grand !
  • Fille du Destin, d’I. Allende, un roman historique d’aventures qui met en scène une femme forte : bingo ! J’ai adoré et il est certain que je me plongerai dans d’autres livres de l’autrice à l’avenir.

Outre ces livres-là, j’ai adoré lire plein d’autres choses et si vous êtes curieux d’avoir la liste complète des 71 livres de l’année (avec mes avis en sus) je vous invite à aller consulter cette page sur Goodreads.

L’une de mes trouvailles Vinted favoritesLa beauté du Perche

Côté cinéma, on a continué à aller voir un film toutes les semaines quand c’était possible, ce qui fait monter le compte à 35 films vus sur grand écran (sur 36 séances – j’ai vu deux fois Downton Abbey, parce qu’il était chouette, mais surtout parce que j’y suis allée avec deux personnes différentes).

Ici encore, voici mes favoris de l’année (mais la liste n’est pas exhaustive) :

  • Chambre 212 et Notre Dame, deux films assez différents mais dont l’esprit fantasque m’a marqué en cette fin d’année. Le premier se concentre sur un couple, le temps d’une nuit et remonte le temps… Avec Vincent Lacoste et Chiara Mastrioanni et une BO parfaite, j’ai adoré. Le second met en scène une architecte un peu dépassée, mais toujours joyeuse. C’est un film de et avec Valérie Donzelli que j’aime beaucoup et qui, à sa manière, célèbre Paris.
  • Parasite, de Joon-ho Bong, un film primé et pour cause : il est glaçant mais parfaitement réalisé. Une vraie claque, il m’a beaucoup marquée.
  • Portrait de la Jeune Fille en Feu, de Céline Sciamma, intense, superbe, brûlant et plein de sororité. Je l’ai beaucoup aimé aussi.

J’ai aussi vu (et aimé) beaucoup de dessins animés Disney et la plupart des derniers Marvel, parce que hé, ne suis-je pas une enfant dans l’âme ?

Au Jardin du LuxembourgParis la nuit

Enfin, du côté des séries découvertes, il y a eu un peu de tout. J’ai par exemple commencé à regarder Friends, moi qui n’ai jamais regardé la série en son temps (et si je trouve ça divertissant dans l’ensemble, je lève bien trop souvent les yeux au ciel… je trouve que ça a très mal vieilli à certains égards, et je déteste Ross de toute mon âme).

J’ai aussi terminé (mille ans après tout le monde) Jane the Virgin et j’ai adoré. C’est vraiment une série que je vous conseille de tout cœur. Mais sinon, voici mes favorites de l’année :

  • Good Omens, une adaptation d’un livre de T. Pratchett et N. Gaiman (que je n’ai toujours pas lu) qui mêle fantastique, religion et grand n’importe quoi. Jubilatoire, très drôle et superbement réalisé.
  • Sex Education, dont la seconde saison vient de sortir, et que j’ai trouvée très rafraîchissante et bien réalisée.
  • Anne with an E, dont j’avais déjà vu la première saison bien avant, mais que j’ai revue récemment. À l’heure où je vous écris il me reste quelques épisodes de la 3e saison à terminer, mais cette série fait désormais partie de mes préférées pour ses thèmes inclusifs, sa tolérance et sa beauté visuelle. Un vrai bijou à mettre entre toutes les mains.

On a aussi regardé d’anciennes saisons de Ru Paul Drag’s Race, qu’on adore, et la dernière saison de Marvelous Mrs Maisel, qui est aussi l’une de mes séries favorites depuis peu.

La Bretagne, mon amourPassion crumpets, toujours

L’année 2019 aura également été marquée par quelques jolies escapades, jamais très loin mais toujours avec beaucoup de plaisir.

Des week-ends (ou semaines entières) chez mes parents, à profiter de la verte campagne, mais aussi deux séjours outre-manche en amoureux, une première fois pour le mariage d’une amie, la seconde fois pour visiter les Studios Harry Potter (c’était siiiii bien).

Nous sommes aussi retournés en Bretagne, dans ce petit coin qu’on aime tant, et cette fois nous avons eu la bonne idée de louer des vélos. Il faisait moins chaud que l’an dernier (nous sommes partis en septembre) mais c’était tout aussi doux.

Au printemps nous avons aussi profité d’un joli week-end à découvrir Bruges. Romain, en amoureux attentif, avait réservé dans un bed & breakfast charmant comme tout et on a beaucoup aimé arpenter la ville (et manger des gaufres, bien sûr).

Oh et de mon côté il y a aussi eu ce chouette séjour dans le Perche, où il a fait beau et où on a beaucoup rigolé, mais peut-être aviez-vous déjà lu le récit de cette aventure.

Tranche de BD d’automneSirius, le nouveau membre de notre famille

Il y a aussi eu de jolies expositions au musée avec ma sœur notamment, quelques spectacles (dont Wicked à Londres, qui était vraiment bien) et le concert de MUSE l’été dernier (qui était trop cool aussi). J’ai aussi fait encrer une abeille sur ma peau et j’en suis très contente, j’ai aussi fait bien plus de vélo cette année (j’ai résilié mon abonnement de métro/bus), j’ai activement repris mon compte Postcrossing et j’ai adoré cuisiner un peu plus qu’avant, dans une cuisine digne de ce nom.

En somme une année riche, pleine de petits riens qui font sourire, pleine de découvertes, de bons repas partagés, de rires et de joie. Mais évidemment, il y a aussi eu la peur, les doutes, quelques larmes, de la tristesse parfois et beaucoup d’inconnu (et l’inconnu ça fait peur).

L’automne à la campagneL’automne à Paris

Et alors, qu’en est-il de 2020 ?

Les années précédentes j’avais pris soin d’esquisser des envies, quelques projets, mes intentions pour l’année à venir et je déroge pas à la règle cette fois, même si je crois que j’ai (encore davantage) envie de me laisser porter cette année qui arrive…

Évidemment, j’aimerais être un peu plus sûre de moi en ce qui concerne le volet professionnel de ma vie, mais après avoir rêvé pendant si longtemps de ne pas travailler, je compte bien en profiter un peu. Ce n’est pas quelque chose qui s’avoue facilement dans un monde tel que le nôtre, où notre valeur est (malheureusement souvent) rattachée à notre identité professionnelle, et c’est un peu timidement que je l’écris aujourd’hui.

« Trouver ma voie » est un peu le sujet qui me hante le plus, qui m’angoisse aussi le plus. J’ai quitté mon travail il y a six mois, avec l’idée de me lancer, peut-être, dans une carrière de libraire. Mais est-ce une bonne idée ? De quoi d’autre suis-je capable ? Quel autre métier me conviendrait ? (cette liste de questions est sans fin)

Je ne sais pas si je vais pouvoir répondre à ces questions cette année encore. On verra. Pour l’instant je mesure ma chance de pouvoir faire autre chose que de travailler et je vais tâcher de tirer parti de tout ce temps pour évoluer, différemment. (et puis juste faire des choses que j’aime all day long)

Vegan English Breakfast (nom, nom)Noël à Londres

En 2020 j’aimerais donc prendre le temps de lire encore et toujours, des essais, des BDs, des romans… et plus particulièrement de la littérature fantasy (une de mes grandes passions).

J’ai d’ailleurs commencé l’année avec la saga du Sorceleur et je compte ensuite me plonger dans His Dark Materials, de P. Pullman. J’ai aussi très envie de me replonger dans le Seigneur des Anneaux, que je n’ai pas lu depuis plus de dix ans et que j’aimerais lire en anglais cette fois.

L’année qui arrive va aussi me voir replonger dans mes jeux vidéos favoris grâce à Shadow, un service auquel je me suis abonnée et qui me permettra d’avoir accès à un PC super-puissant sans avoir à en payer le prix. Je projette déjà de me replonger dans les Sims et à découvrir Cities : Skylines, entre autres. Vivement avril, que mon compte soit activé !

J’aimerais aussi profiter du temps libre que j’ai pour continuer à faire du yoga à la maison (j’ai commencé le challenge Home de Yoga with Adriene) et retourner à la piscine de temps en temps. J’ai une relation conflictuelle avec mon corps qui a pris du poids, alors peut-être que ça m’apportera davantage de sérénité…

Notre premier sapin de NoëlDisney en période festive

Et puis il y a la question de ma présence sur internet. Déjà l’année dernière je disais vouloir trouver un meilleur équilibre, partager davantage (« comme avant ») et retrouver l’envie d’écrire par ici (ou ailleurs aussi)…

Cette année encore, j’aimerais mettre de l’ordre dans tout ça, partager avec plaisir comme j’ai pu le faire auparavant, me détacher d’une certaine pression (que je me mets toute seule je crois, mais qui est aussi liée à ce qui est « consommé » sur internet de nos jours) et réinventer cet espace, en quelque sorte.

Je cherche encore la meilleure formule pour partager mes coups de cœur, mais l’envie est là au fond. J’ignore juste encore comment m’y prendre, exactement.

Mine de rien, ce blog aura dix ans à l’automne et ça me semble assez normal de ne plus avoir envie de faire la même chose, après l’avoir fait pendant si longtemps… J’ai changé et je crois que je ne suis pas la seule, vous (les lecteurs de blogs, ô rares que vous êtes) aussi avez un peu changé, non ?

Là aussi, je me laisse le temps. On verra ce qu’il en ressort…

Pour 2020, je me souhaite du lâcher-prise, de l’entrain, des câlins, des croissants et du café crème, de la légèreté, du détachement, je me souhaite de lire des livres passionnants qui m’emmèneront dans d’autres mondes, de voir mes amis, de rêver, de jouer à des jeux de société et de redécouvrir Sims comme une enfant, de ne pas perdre patience, et puis d’aimer et de rire beaucoup.

À vous aussi je vous souhaite une belle année, qu’elle soit riche de tout ce qui vous fait sourire et vous rend heureux. Et si vous êtes encore là à me lire, après tout ce temps, je vous remercie de continuer à le faire et à me suivre ♥︎

N’hésitez pas à partager avec moi vos morceaux de 2019 ou encore vos pensées à propos de l’année à venir, ça me fait toujours plaisir de vous lire (même si je réponds tard à vos petits mots, pardon).

À très vite !

NB : Toutes les photos illustrant l’article viennent de mon compte Instagram.


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le  ♥︎ situé sous cet article – merci!

45

Vous aimerez aussi