Les Jolies Choses #23

Les jolies choses 22 octobre 2019 Laisser un commentaire

Revenir comme si de rien n’était… mais pas tout à fait en réalité. Alors que des envies d’écrire et de partage viennent me titiller de temps à autres, je n’ai jamais aussi peu publié (aussi peu eu envie aussi) ce qui est paradoxal car je n’ai jamais eu autant de temps à ma disposition que maintenant.

Ma vie est en quelque sorte en jachère et comme souvent, je me laisse porter et j’apprends à lâcher prise. C’est bien aussi.

Et quoi de mieux pour commencer cet article qu’une photo de la mer en Bretagne, prise il y a un peu plus d’un mois lors de mes vacances à retardement avec mon amoureux, au pays des crêpes et des embruns ?

Nous étions partis alors que la plupart avaient repris le chemin de l’école, il n’a certes pas fait aussi chaud qu’en plein cœur de l’été, mais avoir la plage à soi, même si l’eau est à 17ºC, c’était quand même vraiment chouette. On a lu plein de BD (ma nouvelle passion lecture), on s’est baladés en vélo, on a mangé de délicieuses galettes et surtout on a profité de cette parenthèse de douceur tous les deux.

Vivement l’été prochain…

Je ne pouvais pas résister à partager avec vous mon dernier (immense) coup de cœur pour la box Papergang by Ohh Deer, qui (comme vous pouvez le deviner via la photo ci-dessus) est une box d’articles de papeterie made in Grande Bretagne.

Alors déjà aux mots « papeterie » et « Grande Bretagne » j’étais conquise. Après tout, en matière de papeterie (et de couvertures de livres), nos voisins anglo-saxons ont une longueur (voire dix) d’avance, non ?

Chaque mois, la box met en avant un.e illustrateur.trice et propose une sélection d’articles de papeterie (carnet, cartes, masking tape, feutres, etc) spécialement crées pour l’occasion. Chaque box est au prix de £14 pour un abonnement mensuel (soit 16€20 avec la conversion actuelle) mais il me semble qu’ils font des promotions de temps à autres (de mon côté mon abonnement de trois mois m’a coûté £27,40 au lieu des £39,95 actuels).

Ci-dessus vous pouvez donc avoir un aperçu de la box de septembre (qu’il n’est malheureusement plus possible de commander, désolée !) qui met en avant des illustrations d’Oana Befort qui ont achevé de me convaincre de m’abonner au moins pour trois mois.

La box d’Octobre, reçue la semaine dernière, est plus abstraite dans son design, mais tout aussi qualitative – si elle vous plaît, vous pouvez toujours la recevoir en vous abonnant dès maintenant*, mais plus pour longtemps !

Alors si comme moi vous aimez les belles illustrations et la papeterie anglo-saxonne, je suis sûre que vous serez conquis.e.

Vous connaissiez déjà la box Papergang ?

*si jamais vous souhaitez vous abonner via ce lien, cela pourrait me permettre de recevoir une box gratuite dès que j’aurai parrainé deux personnes – c’est un avantage ouvert à tous les abonnés de la box, et je ne gagne rien de plus que cela !

Ça y est, il fait plus frais, le soleil se couche de plus en plus tôt et Halloween approche à grands pas…

À cette occasion j’ai ajouté quelques nouveaux titres (et une nouvelle image de couverture) à ma playlist d’Halloween que je peaufine depuis quelques années et qui est un savant mélange de titres issus de films qui font peur et de chansons qui vont plutôt bien (d’après moi) avec ce thème.

Si vous utilisez Spotify, je vous invite à vous y abonner pour frissonner de plaisir en attendant Halloween ! 

Il y a de ça déjà plusieurs mois, on m’a proposé de tester le site Posterlounge* pour décorer l’appartement dans lequel nous venions fraichement de nous installer.

J’ai mis un certain temps à peaufiner ma sélection tant le site regorge de possibilités, et à l’époque, alors qu’on n’avait même pas encore reçu tous nos meubles, je n’étais pas certaine de mes choix. Au final, mon choix s’est porté sur cette affiche retro que l’on peut voir à gauche et sur cette affiche stylisée du Voyage de Chihiro, de Miyazaki.

S’il est possible de choisir jusqu’à huit types de support (poster, toile, sticker mural… etc) j’ai préféré opter pour le format « poster » au rendu légèrement brillant, surmonté de cadres en bois pour les deux affiches.

Ce qui est chouette c’est que vous pouvez vraiment choisir la finition, la taille et le cadre (ou non) que vous préférez, de façon à ce que votre affiche s’intègre le mieux chez vous.

Pour l’occasion je vous ai préparé une petite sélection d’affiches que j’aime bien, qui sait, cela vous donnera peut-être des idées pour vos cadeaux de Noël à venir

Touffe d’herbesCarnation, lily, lily, roseCarte de Paris
The Soul of the roseSwimming bathsBlade Runner, 2049

Est-ce que cette sélection vous plaît ?

Ah Vaux-le-Vicomte… Si vous me suivez sur Instagram, vous avez déjà vu passer cette photo (et son pendant d’il y a 25 ans) prise lors de ma dernière visite du château et de ses superbes jardins.

Le château de Vaux-le-Vicomte me semble moins connu que d’autres châteaux de la Loire par exemple et pourtant, c’est (selon moi) l’un des plus beaux domaines à visiter non loin de Paris. Mon attachement à ce château s’explique par mes nombreuses visites lors de mon enfance, avec mes parents, quand nous vivions non loin (#passionchateau depuis toujours !).

Mais je suis aussi fascinée par ce domaine pour toute son histoire : construit par Nicolas Fouquet, surintendant des finances de Louis XIV, le domaine aura été au cœur de conspirations qui feront tomber Fouquet (qui était un peu trop ambitieux au goût de Colbert et du Roi Soleil)… mais surtout, Vaux-le-Vicomte a été crée par les mêmes artisans (Le Nôtre, Le Brun et Le Vau notamment) que Versailles, d’où sa magnificence.

Lors de cette dernière visite avec Romain, nous avons testé la visite du château en parcours immersif et j’ai trouvé ça absolument génial !

Tout au long de la visite vous êtes accompagnés par les voix des comédiens qui incarnent Fouquet et son entourage, et ils vous racontent sa disgrâce, le tout ponctué par de la musique classique ou des sons d’ambiance comme des portes grinçantes et autres orages…

Pour les plus jeunes, il existe un autre parcours raconté par les animaux des Fables de la Fontaine me semble-t-il (et la prochaine fois j’aimerais bien essayer celui-là !).

Si d’aventure vous visitez bientôt le château de Vaux-le-Vicomte, ne manquez pas cette façon de visiter le château, j’ai vraiment adoré cette expérience ! (et c’est évidemment compris dans le prix de votre entrée)

Connaissez-vous déjà Vaux-le-Vicomte ?

Ces temps-ci j’écoute un peu moins de podcasts (je le faisais surtout en rentrant du boulot, et là je ne sais pas encore comment insérer cette habitude dans mon quotidien…) mais récemment j’ai beaucoup aimé écouter l’entretien de Victoire Tuaillon avec Virginie Despentes, qui s’étend sur quatre épisodes, dans son podcast Les Couilles sur la Table.

Ensemble elle parlent de masculinités, de viol, de l’essai King Kong Théorie (que j’ai fini par lire entre temps) mais aussi de paternité, du choix d’avoir des enfants (ou non) et de ce que le féminisme a fait à la littérature et au cinéma, entre autres.

À l’heure où je vous écris, il me reste à écouter le dernier épisode de ce long entretien, mais je sais déjà que ce sera passionnant.

Vous connaissez déjà ce podcast ?

Il y a quelques jours, j’ai été invitée par les Éditions First à une matinée « l’Optimiste » en compagnie des auteurs des trois livres* ci-dessus, Meik Viking, Valérie Benaïm et Ismaël Khelifa.

Ils ont tous les trois présenté leurs livres et au-delà de ça, ils nous ont avant tout insufflé leur façon de penser et/ou de voir la vie et de se construire une vie heureuse. C’était follement inspirant et je suis repartie de cette matinée avec le sourire.

Je vous présente rapidement les trois livres avec lesquels je suis repartie…

  • L’Art de se Créer de Beaux Souvenirs, de Meik Viking.

Appuyant son propos sur des études scientifiques et de nombreux témoignages recueillis aux quatre coins du monde, Meik Wiking explore le lien entre le bonheur et le regard que l’on porte sur notre passé.
Avec humour et empathie, il nous donne des conseils pratiques pour créer des moments parfaits, des moments dont on se souviendra pour toujours, des moments qui façonneront qui nous sommes.

Un livre dans lequel j’ai hâte de plonger, tant j’avais aimé la façon dont Meik Viking écrit (j’avais beaucoup aimé Le Livre du Lykke notamment, ça m’avait donné plein d’idées).

  • La Vie Simple, d’Ismaël Khelifa.

Depuis 2018, Ismaël Khelifa est l’un des animateurs de l’émission Échappées belles diffusée sur France 5. Avant cela, il a été guide naturaliste dans les régions polaires. Au cours de ses voyages, il a eu l’occasion de rencontrer des êtres humains magnifiques. De la France à l’Antarctique, en passant par le Sinaï, la Mauritanie ou la Polynésie, il vous propose de partir à la rencontre de ces hommes et de ces femmes. Ce ne sont ni des sages ni des gourous, simplement des êtres inspirants, généreux, combattifs. Des anonymes dont les parcours de vie l’ont poussé à repenser sa place dans le monde et qui, sans aucun doute, seront pour vous aussi une source d’inspiration. Vous découvrirez dans ce livre une vision de la vie où les rêves sont accessibles, où l’on essaie de respecter au mieux la nature et où l’on se consacre à la réalisation de soi, en harmonie avec les autres.

Le seul des trois livres que j’ai déjà lu, et je l’ai beaucoup aimé pour son authenticité et sa douceur. J’aime beaucoup la façon dont Ismaël parle de la nature et il me semble profondément généreux. Une belle découverte !

  • Kiffeuse en série, de Valérie Benaïm.

Dans cet ouvrage, Valérie partage ce qui l’inspire et l’émerveille chaque jour, ce qui l’aide à se sentir vivante et à se dépasser. Questions existentielles ou interrogations futiles, éducation, mode, amour ou beauté, elle vous ouvre les portes de son univers où tout est une question de plaisir et d’optimisme, où chaque jour est une nouvelle invitation à grandir et à déployer nos ailes.
La bonne humeur et la positive attitude, c’est un travail de fond, un sport de compétition, pour lequel Valérie vous livre ses secrets pour être bien dans ses baskets !

Celui-ci non plus je ne l’ai pas encore lu, mais je suis certaine qu’il sera plein de bonnes idées pour apporter de l’optimisme dans la vie de tous les jours. À suivre !

Est-ce que vous lisez des livres de développement personnel comme ceux des Éditions First de temps à autres ?

Je ne pouvais pas terminer cet article sans vous montrer le nouveau venu dans notre famille : je vous présente Sirius, notre petit chaton noir qui a fait fondre les cœurs de tout le monde à la maison (même un peu celui de Fanfan, si, si !).

Pendant que certains attendent leur premier enfant, ici on adopte un second chat, sans vraiment l’avoir prémédité (on dira que c’était le destin). Et après bientôt deux semaines à nos côtés, on dirait vraiment qu’il était là depuis bien plus longtemps ♥︎

J’espère que cet article vous a plu, ça faisait un long moment que je ne vous avais pas préparé un article de la sorte… peut-être que ça me remettra sur les rails de l’écriture ? Nous verrons.

En attendant, n’hésitez pas à me partager vos propres trouvailles récentes ou tout simplement à me donner votre avis sur l’une ou l’autre des choses dont je vous ai parlé.

Je vous souhaite une belle journée et vous dis à bientôt !


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le  ♡ situé sous cet article – merci!

*Les articles marqués par une astérisque m’ont été offerts par la marque.

27

Vous aimerez aussi

L’Eure-et-Loir… côté Perche

Voyage 8 septembre 2019 Laisser un commentaire

Après un été passé à me reposer, me revoici (enfin !) pour vous raconter un week-end au vert, en Eure-et-Loir, que j’ai passé en charmante compagnie au tout début de l’été.

Pour ma part, l’Eure-et-Loir est un département que je connais bien, étant donné que mes parents y vivent, et que j’y ai moi même vécu une grande partie de mon adolescence avant de partir à l’aventure à Paris. C’est une région où on s’est installés presque par hasard (ce n’est pas ma terre natale en somme) mais où il fait plutôt bon vivre.

Et si je connais déjà l’Eure-et-Loir côté ville (Chartres, Rambouillet…) et côté champs (le fief de mes parents étant plutôt dans la Beauce, vous savez, le « grenier de la France ») je ne me suis jamais vraiment aventurée du côté Perche.

Cette erreur est désormais réparée. Je vous montre ?

L’Auberge Grand’Maison

Notre premier arrêt est également notre doux logis pour ce week-end et nous sommes tous ravis de découvrir l’Auberge Grand’Maison, un ancien manoir et corps de ferme, aménagé en chambres d’hôtes.

Joyeusement accueillis par Gordon (l’adorable chien de la maison) la visite des lieux se fait dans la douce tranquillité d’une soirée à la campagne – il faut dire que le domaine, arboré et calme, contraste fortement avec l’ambiance agitée des villes que nous venons de quitter.

Si vous souhaitez explorer la région, je ne peux que vous conseiller de passer une nuit ou deux (ou plus !) ici, d’autant que vous pouvez choisir de dormir dans la maison principale ou… dans une cabane dans les arbres ! (Mon vertige m’a empêché d’aller la visiter, mais tout le monde m’a assuré qu’elle était charmante)

Dans le domaine se trouve également une piscine, un jacuzzi, des jeux divers et variés et quelques animaux à observer, de près ou de loin. Moi c’est le jardin qui m’a conquise : rien ne vaut un après-midi ensoleillé, à lire sous un arbre.

À savoir que le lieu peut également être loué pour un mariage.

Juliette est la seule courageuse qui s’est jetée à l’eau ! #bretonne

Le thème du week-end était « le Perche Vintage » alors j’ai joué le jeu !

Auberge Grand’Maison
28 240 Meaucé
02 37 81 05 32

Collège Royal & Militaire de Thiron-Gardais

Le lendemain de notre arrivée, nous nous sommes rendus à Thiron-Gardais, où se trouve le Collège Royal & Militaire et ses jardins, restaurés par Stéphane Bern qu’on a même eu le plaisir de croiser…

Sans doute était-il curieux d’observer notre valeureux véhicule : un Citroën U23 d’époque dans lequel nous avons voyagé à travers la région tout le week-end !

Quant au Collège Royal & Militaire, il se compose d’un musée, de petits jardins charmants à souhait et d’une Orangerie où vous pouvez prendre le thé. Une petite bibliothèque est même à disposition, si d’aventure vous auriez oublié votre livre !

Nous n’avons pas visité le musée, faute de temps, mais qui sait, peut-être que je retournerai à Thiron-Gardais une prochaine fois…

Collège Royal & Militaire
12, rue de l’Abbaye
28 480 Thiron-Gardais

En revanche, nous avons eu la chance de déjeuner à l’ombre d’un parasol, au beau milieu du jardin et on s’est régalés des plats préparés pour l’occasion par l’Auberge de l’Abbaye, où nous sommes d’ailleurs retournés le soir même.

Mention spéciale aux menus végétariens qui ont été crées pour certains d’entre nous à cette occasion, et qui étaient très savoureux – on était bien loin d’une cuisine végétarienne insipide sans inspiration ! N’hésitez donc pas à demander qu’on végétalise votre assiette, même si le menu officiel du restaurant n’a rien de très végétarien à première vue.

L’Auberge de l’Abbaye
15, rue du Commerce
28 480 Thiron-Gardais

Si vous vous sentez l’âme aventurière, sachez que Thiron-Gardais renferme son propre escape game, au sein du Domaine de l’Abbaye. Avec désormais trois salles/énigmes tout à fait différentes les unes des autres, vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer !

Quand nous y sommes allés, nous avons pu tester « Les Secrets des moines de l’Abbaye » et « Ciné-studio : ça tourne ». Pour ma part, j’ai fait partie de l’équipe qui devait résoudre l’énigme sur le thème du cinéma et… j’ai adoré ! Pourtant, contrairement à Angéline (qui vit pour les escape games !) j’en ai rarement fait et j’étais un petit peu appréhensive, mais tout s’est bien passé et je me suis beaucoup amusée.

Je serais maintenant curieuse de découvrir leur nouvelle salle, « Le Grenier »…

Domaine de l’Abbaye
Grange aux Dîmes
18, rue de l’Abbaye
28 480 Thiron-Gardais

Comme vous pouvez le voir, les jardins thématiques du Domaine de l’Abbaye sont aussi très charmants. Décidément, Thiron-Gardais regorge de jolies choses à voir !

À Bicyclette… 🎶

L’un de mes moment favoris de tout le séjour aura été cette très longue balade à vélo (à assistance électrique tout de même, ce qui a été très appréciable à travers cette région joliment vallonnée). Il faisait délicieusement beau et chaud, le paysage était calme et en plein essor estival, en deux mots : j’ai a-do-ré !

Je vous laisse apprécier le paysage…

Bain de nature dans la forêt de Senonches

Pas de photo pour ce morceau du séjour, et pour cause : un bain de nature ça implique forcément de la déconnexion (et j’ai joué le jeu) !

Pour ceux qui n’auraient pas entendu parler de sylvothérapie, il s’agit d’une pratique inspirée du « Shinrin-Yoku », qui vient tout droit du Japon, et qui consiste à prendre un « bain » de forêt. C’est une pratique de pleine conscience, assez méditative et qui fait autant de bien au corps qu’à l’esprit.

J’était assez curieuse de découvrir cette pratique et l’expérience était très intéressante. Après quelques exercices rapides, nous avons parcouru un bout de forêt les yeux bandés jusqu’à atteindre chacun « notre » arbre, faisant doucement connaissance avec lui… C’est une certaine expérience du lâcher-prise ! 

Si jamais cette expérience vous intéresse, je vous conseille d’y aller avec un petit groupe de personnes, les distractions se feront moindres. Et si vous êtes dans le Perche, n’hésitez pas à le faire accompagnés de Nicolas, notre guide sylvestre du jour !

Notre dernier arrêt avant de repartir à Paris était le restaurant La Forêt (on reste dans le thème) à Senonches.

Là encore, je me suis régalée d’un menu végétarien aussi beau que bon – décidément, il ne faut pas hésiter à demander à végétaliser les assiettes de certains restaurants ! (À noter que celui-ci dispose d’une formule végétarienne dès le départ – halleloo !)

La Forêt
22, rue de Verdun
28 250 Senonches

*********

Et c’est ici que se termine mon récit de ce joli séjour au vert – merci à l’agence Air Pur et à Eure-et-Loir Tourisme de m’avoir conviée à cette découverte du Perche qui s’est faite dans la joie et la bonne humeur !

Est-ce que vous avez déjà visité le Perche de votre côté ? Ou peut-être vous ai-je donné envie d’aller visiter l’Eure-et-Loir ?

La région est à moins de deux heures de route de Paris, et c’est un coin de la France aussi beau que calme. (Et c’est bien pour ça que j’adore revenir me reposer chez mes parents aussi souvent que possible…)

J’espère que la visite vous a plu, et je vous dis à très bientôt !


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci ! 

14

Vous aimerez aussi

Monthly Movie Digest #8

Septième Art 10 juin 2019 Laisser un commentaire

Décidément, ces temps-ci je ne reviens que par ici pour vous parler de cinéma (mais c’est déjà ça) – je suis toujours dans un entre-deux, sorte de flottement, où je ne sais toujours pas exactement quelle est la place de cet espace virtuel auquel j’ai pourtant consacré tant d’années.

Avec bientôt davantage de temps à ma disposition (je quitte mon boulot, j’ai de nouveaux projets, mais aussi avant tout envie de me reposer, de me recentrer – je vous en reparlerai) j’aimerais retrouver davantage l’envie de partager ici ou ailleurs (sur Instagram). Ma vie a quand même beaucoup changé depuis plus d’un an et tant mieux, je l’aime beaucoup ainsi.

Et à l’orée d’un nouveau changement (et pas des moindres !) je ne sais pas exactement de quoi sera fait demain, ni si je continuerai à vous écrire, à quelle fréquence, à propos de quoi, de quelle façon… À suivre, et d’ici là je continue à me laisser porter comme je sais si bien le faire.

Pour en revenir à cette édition du « Monthly Movie Digest », il apparaît assez clairement que 1) ces deux derniers mois je suis surtout allée voir des blockbusters et 2) je ne suis pas allée tant de fois au cinéma que ça. Comptez sur moi pour rattraper ça dans les temps à venir !

(En cliquant sur les titres des films, vous accédez aux fiches de ces derniers sur Allociné, si vous souhaitez en savoir plus !)

Shazam!, un film de David F. Sandberg

Héros atypique de l’univers DC Comics, Shazam (qui ironiquement s’appelait Captain Marvel avant qu’on ne change son nom pour éviter la confusion avec l’héroïne éponyme de Marvel) est en réalité un jeune garçon de 14 ans dont les pouvoirs lui sont transmis presque par hasard et qui découvre ces derniers avec une certaine candeur et une innocence tout à fait rafraichissante.

Cependant, très vite, la réalité le rattrape tandis que le très méchant Thaddeus Sivana (Mark Strong) répand ses horreurs sur le monde… Pourra-t-il le vaincre ?

En deux mots : j’ai adoré Shazam! – c’était léger, très drôle sans être potache (ça mérite d’être souligné) et contre toute attente, plutôt bien écrit et amené.

La famille (comme dans tout film de super-héros qui se respecte) est un thème fondamental et c’est avec beaucoup de douceur et d’émotion (mais sans verser dans le pathos) que ce dernier est développé dans le film. C’est également central dans le développement du super-méchant du film, avec beaucoup moins de douceur par contre…

D’ailleurs ce super-méchant est aussi super flippant, accompagné de ses horribles créatures, contrastant très fortement avec la légèreté du film – certaines scènes frôlent l’horreur, attention aux plus jeunes spectateurs !

Quant à Zachary Levi, il est irrésistible, avec son air de grand dadais adulescent, et le duo qu’il forme avec Jack Dylan Grazer, son acolyte, est aussi drôle qu’attachant.

En somme, en sortant du cinéma, c’est à peine si je ne suis pas retournée le voir dans la foulée – c’est dire à quel point ce film m’a plu !

Malheureusement, je crois qu’il n’est plus diffusé dans beaucoup de salles (en même temps il est sorti le 3 avril…) mais si vous avez l’occasion de le voir, n’hésitez pas, surtout si comme moi vous avez gardé votre âme d’enfant, je pense qu’il vous plaira.

Raoul Taburin, un film de Pierre Godeau

Raoul Taburin, c’est l’histoire d’un petit garçon devenu grand sans savoir faire du vélo. L’histoire d’un immense malentendu vécu comme une malédiction. Un imposteur malgré lui.

Cette adaptation d’un album de Sempé est devenue sur grand écran un joli conte intemporel, ensoleillé et nostalgique, plein de charme et de poésie.

J’ai été charmée par le personnage de Raoul Taburin, parfaitement interprété par Benoît Poelvoorde, plus doux que bourru cette fois-ci, autant que par les paysages lumineux de la Drôme provençale ou que par l’intrigue presque enfantine du film.

S’il y a quelques longueurs parfois, elles vont bien finalement avec le reste car c’est un film qui se savoure, qui se déroule lentement, avec émotion et légèreté… 

Je vous conseille chaleureusement ce film plein de délicatesse et d’humour un peu naïf, à regarder avec vos enfants si vous en avez.

Avengers: Endgame, un film de Joe & Anthony Russo

Évidemment, un an après l’opus précédent qui m’avait laissée sans voix, je suis allée, comme tout le monde, voir la suite et fin de cet arc du MCU, prête à vibrer et pleurer (forcément) comme il se doit. Eh bien, je n’ai pas été déçue.

Je ne vais pas trop rentrer dans les détails de l’intrigue, ni m’étendre sur les qualités et défauts du point de la vue de la cinématographie. Car malgré certaines choses qui font défaut, certaines facilités scénaristiques et autres choses discutables (le personnage de Thor et son traitement, le fameux rassemblement de super-héroïnes, clin d’œil féministe un peu trop évident et pauvre) le film est avant tout un superbe point final à un chapitre très riche du MCU et un bel hommage à ses héros et leurs spectateurs.

C’était grandiose, c’était fou, c’était beau et émouvant – j’ai ri, j’ai vibré, j’ai pleuré et j’ai adoré ça. Et maintenant je n’ai qu’une envie : me replonger petit à petit dans tout les films qui l’ont précédé (surtout que je n’ai pas vu certains d’entre eux, mais chut…)

Je ne sais pas trop s’il y a un entre-deux et j’ai l’impression que soit on adore les films Marvel, soit on y est tout à fait indifférent… Nul doute que vous savez déjà à quelle catégorie j’appartiens !

Et vous, l’avez-vous vu et autant aimé que moi ? 

Dumbo, un film de Tim Burton

Si je ne garde pas un très bon souvenir de la version animée de Dumbo (que je n’ai dû voir qu’une fois en réalité), j’étais tout de même curieuse d’aller voir la version de Tim Burton (un de mes grands favoris, malgré certaines de ses œuvres récentes qui n’arrivent pas à la hauteur de ses réalisations passées) non sans une certaine appréhension…

Eh bien figurez-vous que globalement, Dumbo aura été une bonne surprise !

L’ensemble est visuellement très réussi, très beau, très lisse aussi (c’est un film Disney, ne l’oublions pas) avec une pointe d’univers étrange et sombre à la Burton, mais pas trop.

Et si les acteurs manquent globalement de relief (les enfants n’ont malheureusement aucun charisme, Colin Farrell est un peu effacé, Michael Keaton un peu caricatural et Eva Green est superbe, mais manque de substance) le film est dominé par l’émotion transmise par les grands yeux bleus de Dumbo, petit éléphanteau aux grandes oreilles. C’est fou ce qu’on peut faire avec les images de synthèse de nos jours.

L’intrigue ne comporte pas de grandes surprises, mais m’a personnellement beaucoup émue (sortez les mouchoirs si votre cœur est sensible comme le mien) et je n’ai pu qu’applaudir face à la conclusion du film, qui dit qu’aucun animal ne devrait être enfermé en cage.

En somme, Dumbo aura eu le mérite de pousser la réflexion un peu plus loin que dans sa version animée et d’offrir un élan de modernité à un conte profondément émouvant et quand même un peu magique…

Aladdin, un film de Guy Ritchie

On ne présente plus ce conte oriental de Disney, ici adapté en prises de vue réelles, où l’on suit à la fois Aladdin qui cherche à séduire la princesse Jasmine et Jafar, vizir aux rêves de grandeur, qui veut s’emparer de la lampe magique…

Cette adaptation aura globalement bien retranscrit l’univers du dessin animé, tout en superlatifs : c’est plus coloré, plus grandiose, plus rythmé (mais pas forcément meilleur).

Mais malgré ce côté un peu trop lisse, un peu too much, je me suis allègrement laissée entraîner dans cet univers des mille et une nuits, notamment grâce à la bande son (que j’écoute régulièrement depuis que nous sommes allés le voir…) et aussi un peu grâce à une intrigue qui donne un peu plus de substance à Jasmine.

Cette nouvelle version d’Aladdin aura tenu ses promesses de divertissement pour grands et petits et m’aura donné envie de voler moi aussi en tapis volant… et c’est déjà bien suffisant.

Vous l’avez vu vous ?

**********

Et c’est ici que se termine cette revue cinéma, partagée entre films de super-héros et productions Disney... à croire que j’ai principalement nourri mon âme d’enfant en quête de magie ou de grand spectacle ces derniers temps (et ce n’est pas entièrement faux, bien qu’entièrement fortuit).

Sachant que le prochain sur le liste sera le dernier X-Men, il y a fort à parier que ça ne va pas s’arrêter là… Sauf si vous avez une poignée de films plus sérieux à me conseiller ?

Je vous souhaite une belle journée et vous dis à bientôt !


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

12

Vous aimerez aussi

Monthly Movie Digest #7

Septième Art 2 mai 2019 Laisser un commentaire

Me revoilà (enfin) pour vous parler un peu de cinéma, plus particulièrement de certains films vus récemment dans les salles – ça faisait longtemps !

Je ne suis plus là autant qu’avant par ici (et par conséquent vous non plus, c’est bien normal)(j’ai quand même eu une bouffée de nostalgie pour le temps où j’étais plus assidue par ici en regardant mes statistiques qui ont drastiquement chuté..) et ça me fait tout drôle, mais ça n’empêche que j’ai envie de partager mes découvertes en tout genre avec vous, notamment mes découvertes culturelles.

Il est probable que dans un futur proche, je retrouve davantage de temps à consacrer à cet espace virtuel que je questionne tout de même beaucoup. J’effleure le sujet en permanence, mais la vraie question qui me revient sans cesse est la suivante : est-ce encore pertinent d’avoir un blog en 2019 ?

Sous-entendu dans un monde où le public « zappe » de sujet en sujet, n’aime pas vraiment lire de « longs » articles et consomme surtout des images (via Instagram, YouTube et consorts). La grande majorité consomme des articles légers et les oublie tout aussi vite et j’ai l’impression d’être une vieille personne en continuant à aimer lire/voir des choses avec davantage de substance.

Si vous avez des remarques à ce sujet, n’hésitez pas, je suis assez curieuse de lire vos avis (et vos envies surtout).

Mais place au cinéma ! Ici je vais revenir sur les quelques films vus au ciné au mois de mars, et qui m’ont tous globalement beaucoup plu. Au programme, un peu de légèreté avec deux films d’animation, un Marvel et une comédie française, mais aussi un film historique que j’ai beaucoup aimé.

(En cliquant sur les titres des films, vous accédez aux fiches de ces derniers sur Allociné, si vous souhaitez en savoir plus !)

Ralph 2.0, un film de Rich Moore et Phil Johnston

Il n’est pas vraiment nécessaire d’avoir vu Les Mondes de Ralph pour apprécier Ralph 2.0 qui me semblent tous deux des films de Disney assez méconnus et plutôt à tort (selon mon humble avis).

Dans ce second opus, on retrouve donc Ralph et la jeune Vanellope, cette fois dans le très vaste monde d’internet. Vanellope rêve d’évasion et de nouveauté, tandis que Ralph est inquiet face à tout cela, de peur de perdre son amie…

Si l’intrigue n’est pas follement innovante, il y a plein de petites choses que j’ai appréciées dans Ralph 2.0, notamment sa dimension féministe, portée par des personnages féminins forts, émancipés et carrément cools (la fameuse scène avec les princesses Disney est d’ailleurs un malicieux pied de nez aux décennies d’héroïnes Disney enfermées dans leur rôle de jolie princesse).

Par ailleurs, on y trouvera une critique plus ou moins féroce (on reste dans un film Disney) du monde d’internet, de la course aux likes jusqu’aux autres dérives plus sombre du média (darknet et cie).

Dans sa globalité c’est surtout un film d’animation léger et coloré, où l’on se régale des nombreuses références à notre propre monde 2.0 qui m’ont, pour ma part, beaucoup fait rire et sourire.

À découvrir, un dimanche après-midi pluvieux avec des cookies et un chocolat chaud !

Dragons 3 : Le Monde Caché, un film de Dean DeBlois

Suite (et fin) de la saga How to Train your Dragon, dont le premier opus avait vu le jour en 2010 (autant dire que ça remonte !) on retrouve ici encore Harold (Hiccup en VO) qui a désormais pris la tête de son clan, aux côtés de son dragon Krokmou (Toothless en VO) dans un monde où vivent en paix dragons et vikings.

Mais leur tranquillité est bien vitre troublée par l’arrivée d’un vil chasseur de dragons qui n’a qu’une idée en tête : éradiquer toutes les Furies (dont Krokmou fait partie). Ils se mettent donc en route vers le fameux monde caché dont rêve Harold depuis des années…

C’est avec grand plaisir que je me suis replongée dans le monde de vikings et de dragons de cette saga, dont les images coupent le souffle et où l’intrigue n’a de cesse de nous attendrir, tout en légèreté.

L’intrigue, un poil prévisible (et avec un dénouement un peu rapide à mon goût) n’en a pas moins été émouvante et le film est constellé de scènes drôles ou mignonnes, parfois les deux en même temps. Un très beau dernier film, pour une très belle saga.

En revanche, si possible, regardez bien les deux opus précédents avant de voir celui-ci, car je ne l’avais pas fait et les années qui séparent tous les films m’ont rendue partiellement amnésique…

Je vous le conseille chaleureusement ! Et vous, l’avez-vous vu ?

Marie Stuart, Reine d’Ecosse, un film de Josie Rourke

Dans la lancée de ce début d’année marqué par de très beaux films historiques, je suis allée voir Marie Stuart, Reine d’Ecosse avec l’envie de me plonger dans un morceau d’histoire britannique, un sujet que j’affectionne tout particulièrement.

Le film met en scène la vie de Marie Stuart suite à son retour en Ecosse (après avoir passé le début de sa vie en France, en épouse du roi de France) où elle compte reprendre son trône. Mais à cette époque, l’influence d’Elizabeth I s’étend jusqu’en Ecosse, et les deux souveraines finissent peu à peu à se disputer la couronne d’Angleterre…

Si la véracité historique du film peut, à certains moments du moins, être questionnée, il s’agit avant tout d’un superbe hommage à deux souveraines, deux femmes fortes dans un monde dominé par des hommes. Saorise Ronan et Margot Robbie sont incroyables dans leurs rôles respectifs et j’ai été touchée par leurs interprétations sincères.

J’ai aussi beaucoup apprécié la modernité du film, où l’ont voit notamment à l’écran un accouchement naturel (en position accroupie) et des menstruations, de même qu’une certaine valorisation du plaisir sexuel féminin. Mention spéciale aussi aux magnifiques décors et paysages écossais, de même qu’aux costumes très soignés.

En revanche, j’ai trouvé que le film avait un rythme inégal, qu’il était parfois un peu confus dans son enchaînement d’évènements et pas forcément très pédagogue dans sa façon de parler de l’Histoire (celle avec un grand H).

En somme, un bon film, pas forcément dénué de défauts, mais que j’ai beaucoup aimé pour sa représentations de figures féminines puissantes et pour ses détails réalistes. À découvrir !

Captain Marvel, un film de Anna Boden et Ryan Fleck

Avant la sortie d’Avengers: Endgame au cinéma, il fallait bien aller voir Captain Marvel, qui raconte comment Carol Danvers est devenue Captain Marvel alors que deux races extraterrestres se mènent une guerre intergalactique.

Dans le monde très masculin des héros Marvel, il était temps qu’une héroïne badass voie le jour et c’est plutôt réussi avec Captain Marvel, brillamment interprétée par Brie Larson, pourtant peu habituée aux rôles de blockbusters.

Encore une une fois, la recette Marvel (bien que prévisible) fait mouche, et on est joyeusement entraîné dans une intrigue où les méchants ne sont pas ceux que l’on croit et où l’héroïne partiellement amnésique finit par faire des étincelles (et sauver tout le monde).

J’ai beaucoup aimé l’ambiance années 90′ du film, j’ai été bluffée par le rajeunissement numérique de Samuel L. Jackson et j’ai également été séduite par le personnage de Captain Marvel.

Ce n’est peut-être pas un opus majeur du MCU (et pourtant Captain Marvel est un personnage très important !) mais un chouette film tout de même. À voir, pour les amateurs du genre.

Le Mystère Henri Pick, un film de Rémi Bezançon

On termine cet article ciné avec un film bien de chez nous, adapté du roman éponyme de David Foenkinos, et que j’ai pour ma part beaucoup aimé.

Dans le Mystère Henri Pick, on retrouve Frabrice Luchini dans un rôle de critique littéraire (et ça lui va bien) qui ne croit pas une seconde qu’Henri Pick, pizzaïolo décédé deux ans plus tôt, est l’auteur d’un best-seller miraculeusement retrouvé au fin fond d’une drôle de bibliothèque en Bretagne. Il mène donc l’enquête, avec l’aide inattendue de la fille d’Henri Pick lui-même…

Camille Cottin et Fabrice Luchini forment un duo pétillant assez complice dans cette drôle d’enquête sur fond de livres et de Bretagne (deux de mes choses favorites au monde) qui se déroule sous nos yeux avec humour et une pointe de nostalgie.

Un joli divertissement qui donne envie de lire plein de livres (dont notamment le roman qui a inspiré le film) et d’aller faire du vélo en Bretagne.

À découvrir, pour un peu de légèreté.

**********

C’est tout pour cette fois ! J’espère que ces quelques avis (plutôt concis pour une fois) vous auront peut-être donné envie de plonger dans l’un ou l’autre de ces films et surtout n’hésitez pas à me donner votre avis sur ces derniers si vous les avez également vus au cinéma.

Je n’ai pas beaucoup fréquenté les salles obscures en avril et il faut encore que je me mette au courant des sorties du mois de mai, mais sans doute que je reviendrai bientôt vous parler de cinéma et peut-être même de séries… à suivre !

Belle journée à vous et à très vite…


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

27

Vous aimerez aussi

Sélection Déco avec PIB

Intérieur & Décoration, Sélections Shopping 7 avril 2019 Laisser un commentaire

Me revoilà, après près d’un mois et cette fois pour vous parler… déco !

Si vous vous souvenez bien, j’ai déménagé en début d’année et j’ai par conséquent quasiment triplé ma surface habitable – sans compter que je suis passée d’un petit studio semi-meublé, à un appartement pour deux quasiment vide (heureusement notre cuisine est bien équipée).

Bref, il a donc fallu qu’on achète des meubles, qu’on conjugue ensemble nos besoins et notre budget, et qu’on pallie au plus urgent (acheter un lit et un canapé). Maintenant que tout ça c’est fait, même s’il reste quelques cartons à vider, on passe doucement à la phase de décoration et de finition… et ça c’est plutôt chouette !

Notre petit chez-nous mêle à la fois le style années 50′ et le style scandinave, avec l’envie de créer quelque chose d’intemporel qui nous plaira encore dans quelques années (même si je m’interroge sur les façons dont les modes nous influencent, jusqu’à notre intérieur, mais ceci est une autre question…).

Alors quand le site PIB m’a permis de recevoir gracieusement l’un de leurs articles, mon choix s’est tourné vers le marche-pied de cette sélection, qui a trouvé sa place à côté de mon canapé, en guise de table d’appoint, et qui s’intègre tout à fait dans notre salon aux tonalités claires.

Je vous ai donc préparé une sélection shopping de meubles et articles de décoration dénichés sur le site de PIB, où vous trouverez de beaux meubles aux styles intemporels et fabriqués dans des matériaux nobles, ainsi que des éléments de décoration jolis et pratiques.

  1. Carafe à décanter, 45€ (au lieu de 55€) // 2. Lanterne en bambou, 75€ // 3. Marche-pied scandinave, 115€* // 4. Miroir doré, 280€ // 5. Canapé vintage, 2 280€ // 6. Meuble TV vintage, 840€ // 7. Table d’appoint en marbre, 195€ (au lieu de 215€) // 8. Bols en porcelaine, 35€ // 9. Lampe argentée, 95€

J’espère que cette sélection vous a plu et peut-être donné quelques idées !

De notre côté, il reste plein de petites choses à trouver pour agrémenter notre appartement – un fauteuil pour le salon, des plantes (mais c’est encore un autre problème avec mon chat qui croque tout ce qui est vert…), des lampes par-ci, par-là, de la décoration murale… Ça avance, doucement mais sûrement.

Et vous, comment avez-vous imaginé votre intérieur ? Peut-être que ça me donnera des idées !

À bientôt ♡


Article écrit en partenariat avec PIB
*produit offert


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

 

3

Vous aimerez aussi