Gentleman Jack

Laurelas3 décembre 2020
Gentleman Jack

Cela fait bien longtemps que je n’avais écrit d’article qui soit dédié à une seule série ou un seul film, mais il me semblait que Gentleman Jack méritait bien son propre article – déjà parce que ma future nouvelle “Culture-list” ne verra sans doute pas le jour cette année et ensuite parce qu‘il me semble important de faire connaître cette série au plus grand nombre, sans plus attendre !

Gentleman Jack a été crée par Sally Wainwright, dans une co-production BBC et HBO, et je m’étonne du peu de notoriété de cette série que je connaissais moi-même à peine de nom avant que mes parents ne me la recommandent, alors même que d’autres séries de la même écurie font partie des séries les plus regardées… mais passons.

La série raconte la vie d’Anne Lister au 19e siècle, une femme intelligente et pleine d’assurance, propriétaire terrienne et entrepreneuse (ce qui est assez rare à son époque) qui est par ailleurs lesbienne et qui s’en cache à peine. Au début de la série, on la rencontre le cœur brisé, à cause de sa précédente compagne qui a fini par se fiancer avec un homme, mais pleine de résolution et d’énergie pour développer ses affaires et son domaine, Shibden Hall.

Gentleman Jack

Elle rencontre ensuite Ann Walker, une jeune femme à la constitution fragile et qui ne semble pas, au premier abord, être au goût d’Anne… et pourtant, elle n’auront de cesse de se rapprocher, au grand dam de certains membres de la famille d’Ann !

Dès le premier épisode, le personnage d’Anne Lister m’a totalement fascinée, et l’interprétation de Suranne Jones y est pour beaucoup – elle insuffle à son personnage toute l’audace et le charisme qui caractérisaient sans aucun doute Anne Lister, et même si elle frise parfois l’arrogance, il me semble impossible de ne pas s’attacher à un personnage aussi éblouissant.

Sophie Rundle, qui incarne Ann Walker, est elle aussi particulièrement convaincante dans un rôle qui peut agacer parfois, mais j’ai trouvé (après réflexion) qu’elle avait parfaitement bien interprété le tiraillement qu’a pu ressentir la véritable Ann Walker, partagée entre raison et sentiments, en quelque sorte

La série est centrée sur leur histoire d’amour, sur les ambitions entrepreunariales d’Anne Lister (et toute les difficultés auxquelles elle se heurte) en pleine expansion industrielle, mais aussi sur quelques intrigues secondaires, qui concernent ses domestiques ou ses métayers. Mais il faut bien le dire : le personnage est si flamboyant qu’il laisse à peine de la place aux autres !

Évidemment, j’ai adoré Gentleman Jack parce qu’on ne voit pas tous les jours des histoires de femmes extraordinaires, qui tiennent tête aux hommes, assument pleinement (ou presque) leur sexualité et tout ça dans une époque où les femmes n’ont pas vraiment leur mot à dire… Les dialogues sont fins et intelligents et le rythme de la série est assez enlevé (mis à part quelques longueurs par-ci, par-là), de quoi vous donner envie d’enchaîner les épisodes.

La série brille aussi pour sa reconstitution fidèle – les décors sont soignés (la série a été filmée dans le véritable domaine d’Anne, Shibden Hall), les costumes également (ah les costumes d’Anne Lister, quelle élégance !) et je suis sûre que n’importe quelle personne aimant les period dramas y trouvera son compte !

Gentleman Jack: OFFICIAL TRAILER - BBC

La petite particularité de Gentleman Jack est de briser, de temps à autres, le quatrième mur, un peu à la façon de Fleabag. C’est moins récurrent que dans cette dernière, mais c’est toujours un petit clin d’œil de connivence délicieux et qui souligne le caractère parfois effronté d’Anne Lister.

C’est une série à la fois drôle, parfois dramatique ou cinglante, mais résolument féministe et importante en termes de représentation lesbienne. Anne Lister a eu un destin incroyable, totalement transgressif pour l’époque, et la série le met parfaitement en lumière, sans pour autant occulter ses travers ou ses faiblesses – son personnage est authentique et sonne vrai, et ça la rend d’autant plus attachante.

Pour tout ça, Gentleman Jack mérite bien qu’on s’y intéresse davantage, vous ne trouvez pas ?

À savoir qu’Anne Lister consignait toute sa vie dans ses journaux, où elle utilisait (en partie seulement je crois) un langage codé, notamment pour parler de ses aventures amoureuses, et ces derniers n’ont été retrouvés et déchiffrés que bien plus tard par ses descendants. Une partie de ses journaux ont été publiés, mais aucune traduction n’existe encore en français…

Est-ce que vous connaissiez Anne Lister ? Avez-vous regardé Gentleman Jack ?

J’espère que cet article vous aura permis de découvrir cette femme extraordinaire, et vous aura donné envie de vous y intéresser de plus près !

Gentleman Jack est à voir sur OCS.


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci !

15

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent

145 Idées Cadeaux Etsy pour Noël

Article suivant

30 Livres à offrir pour Noël