Links I Love #108

Links I Love 28 juin 2016 Laisser un commentaire

Links I Love

Les semaines passent et, comme d’habitude, ne se ressemblent guère, si ce n’est dans ma régularité à partager avec vous mes « Links I Love », une chose qui continue à m’étonner de moi-même. (Non parce qu’à part cette catégorie, je n’arrive pas à m’imposer quelconque rythme de publication sur le blog… La vie prend le dessus!)(Et tant mieux.)

À J+15 de ce moment où j’ai appris qu’il fallait que je déménage bientôt, je ne me suis pas encore plongée dans les annonces d’appartements (sinon je pleure) mais je pense déjà aux divers tris que je vais effectuer, de quels livres/vêtements je vais me séparer, tout en rêvant d’un nouveau chez-moi… J’essaie de voir les choses du bon côté, et quitter Saint Michel n’aura pas que des mauvaise côtés. We’ll see.

Je vous l’avais dit, j’ai passé le week-end au vert, avec ma famille, que je n’avais pas vue depuis près de trois mois (soit un assez long moment pour nous) et c’est, évidemment, passé trop vite. Il n’a pas fait très chaud, mais presque beau, juste assez pour lire un peu au soleil avec ma sœur et se promener un peu, tout en cueillant des fleurs des champs…

J’ai mangé beaucoup trop de pâtes (mais c’était si bon!) et retrouvé mes chats de là-bas. Et puis j’ai fini l’Amie Prodigieuse d’Elena Ferrante, et c’était un vrai coup de cœur – je vous en parlerai, un jour. J’ai un peu oublié le temps, fait des drôles de rêves dans mon lit géant et eu dix ans de nouveau en faisant le pitre comme je sais le faire (quand je suis en famille). Tout ça jusqu’au dimanche soir, où le blues m’a rattrapé…

Rentrée lundi matin, dans la grisaille et le froid, j’ai dormi un peu dans le train, j’ai traîné les pieds… jusqu’à ce que je me souvienne que, non, au fond, ça ne servait à rien. Et puis j’ai fini la soirée à chanter sur du Britney et du Céline dans mon salon, et tout allait bien. (…)

En somme, en ce moment j’ai l’impression de vivre encore plus au jour le jour que d’habitude. Je ne vais pas assez au cinéma, mais je lis beaucoup (plus qu’avant du moins) et je vais boire des verres avec mes amis. (Quand je ne suis pas devant Jane the Virgin, sous mon plaid…) Life ain’t bad.

Sur ce, je vous laisse avec ma sélection de la semaine, pleine de jolis voyages et de réflexions qui m’ont touchée…

1. De jolis souvenirs de l’Australie par May, de quoi donner envie de prendre un billet simple pour l’Australie! (vie-de-miettes.fr)

2. Ma passion pour le chai tea latte est sans limites, sachez-le. (makemylemonade.com)

3. Petits conseils pour ceux qui souhaiteraient se mettre à apprendre une langue étrangère. (biobeaubon.com)

4. Un joli mariage à Cuba avec le pari fou de laisser quelqu’un s’occuper de la décoration à sa place… Surprise! (leblogdemadamec.fr)

5. Sarah et moi on partage une passion pour la noix de coco… même si je pense qu’elle me surpasse largement! En tout cas ce cake coco m’a l’air divin, rien de moins. (sarahmenesafraise.fr)

6. Découverte d’une chouette illustratrice sur le blog de Noémi. (trendymood.com)

7. Encore plus que la tenue de Lisa, c’est le lieu du shooting qui m’a plu, à savoir la Philarmonie de Paris. C’est pas mal, après tout… (makemylemonade.com)

8. Un « breakfast sandwich » avec de l’œuf et des champignons, moi je prends! (en anglais) (athoughtforfood.net)

9. En tant que mamie à temps partiel, je me suis pas mal retrouvée dans cet article de Pauline… (uninvincibleete.com)

10. Léa nous parle très bien du fait de vivre avec un blog et non vivre pour un blog. Pertinent et plus que jamais d’actualité (en tout cas pour moi). (becomeadinosaur.com)

11. Ma copinette Louise nous parle de ses dix mois de yoga.. et ça donne envie de s’y mettre! (cherrylouise.blogspot.fr)

12. Charlotte nous donne ses conseils pour photographier moins (et mieux) pour profiter plus (de ses vacances par exemple) – une réflexion qui rejoint les miennes lors de mon séjour à Londres (où je jonglais entre mes appareils et étais plutôt frustrée qu’autre chose… et où j’ai fini par ne pas prendre beaucoup de photos) (charlottebocquet.com)

13. On termine avec ce premier article de Juliette sur la Norvège.. et OH MY, que c’est beau! (jenesaispaschoisir.com)

Est-ce que cette nouvelle sélection vous a plu? Par ailleurs, je me demandais.. est-ce que vous lisez beaucoup de blogs l’été? Ou est-ce que vous êtes trop occupé(e)s à vous prélasser à la plage…?

Je vous pose cette question car je me demande quel rythme de publication adopter cet été (concernant cette rubrique, car on est d’accord, je suis bien plus irrégulière par ailleurs…) sachant qu’il sera, je pense, inévitable que je ferai moi-même une pause à la fin du mois d’août (déménagement et vacances obligent). Dites-moi tout!

Je vous souhaite une belle semaine et vous laisse avec ce morceau qui m’envoûte un peu depuis quelques jours…


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

4

Vous aimerez aussi

Links I Love #107

Links I Love 21 juin 2016 Laisser un commentaire

Links I Love

Comme si de rien n’était, me revoici avec mes « Links I Love » après un peu plus d’une semaine de disparition virtuelle (enfin presque). Il s’est passé à la fois beaucoup de choses… et pas grand chose.

Je pourrais vous parler de cet e-mail, reçu lundi dernier, qui a chamboulé mes plans d’avenir et qui va me forcer à changer de vie, ne serait-ce qu’un peu. Cet e-mail qui m’a annoncé qu’à la rentrée il faudra que je vive ailleurs. Adieu Saint Michel, après cinq ans de vie en plein cœur de Paris, il va falloir que je me trouve un nouveau toit sur la tête. (Et ça m’angoisse terriblement.)(Si vous connaissez quelqu’un, qui connaît quelqu’un, qui… faites-moi signe.)

Mais je ne vous en parlerai pas davantage. Après la panique, les pleurs, l’angoisse (qui elle n’est jamais vraiment partie) est arrivée la résignation. Car après tout, je ne peux rien faire de plus qu’attendre et chercher un autre appartement. Et la nostalgie me rattrapera bien assez vite. (Je me connais.)

La fin de ma semaine aura, quant à elle, été un tourbillon de verres de rosé, de rires, de sourires, de cigarettes, de sommeil erratique et de familiarité. Saint Michel – Le Marais – Jardin du Luxembourg – Saint Sulpice. Il y avait peut-être quelque chose d’une fuite en avant dans ce comportement presque adolescent. (Sans doute.) Et si ça m’a fait du bien, ça n’a pas empêché la mélancolie de s’emparer de mes humeurs fatiguées en ce début de semaine, assorties au ciel gris de Paris.

Et ce week-end, je retourne enfin à la campagne. Deux jours de rien du tout qui me feront (je l’espère) du bien. J’en ai bien besoin, après ces dernières semaines mouvementées, de retrouver le calme, la nature et (bien sûr) ma famille. Un week-end qui sera diamétralement différent de celui que je viens de vivre…

À ce propos, je ne peux m’empêcher de sourire au contraste qui se dessine entre les diverses facettes de ma vie et j’ai souvent l’impression de me retrouver dans la peau de Dr Jeykill and Mr Hyde. C’est amusant, parfois déroutant aussi, mais je crois que j’ai renoncé à savoir laquelle de mes « personnalités » était la véritable « moi » – je m’en tiens donc à sourire face à l’éclectisme de mon caractère.

Est-ce vous aussi vous ressentez ce genre de choses parfois?

En tout cas, après tant d’émotions, je vais tâcher de me reposer un peu dans les jours à venir. There’s only so much one can take. Je vous laisse avec une sélection assez variée elle aussi, avec des choses découvertes au fil des deux semaines passées…

1. On commence la sélection avec un texte qui parle d’introversion, joliment et de façon à ce qu’on s’y reconnaisse tous un peu… (alwayschasingthesun.fr)

2. Pour celles et ceux qui mettent un point d’honneur à s’organiser le plus efficacement possible, Marina nous partage ses trois applications mobiles favorites pour… s’organiser. (leblogbleu.com)

3. Un café, sous la nouvelle canopée des Halles, à aller tester de ce pas! (Cette tarte à la banane me fait rêver…) (sarahmenesafraise.fr)

4. Les huiles essentielles c’est fantastique et ce n’est pas Coline qui dirait le contraire ! (etpourquoipascoline.fr)

5. Parce que dire merci et éprouver de la gratitudes est (je le pense) une des façons les plus simples d’être heureux. Il s’agit simplement de ne pas l’oublier… Piqûre de rappel avec Pauline ! (uninvincibleete.com)

6. Un brioche qui a l’air gourmande à souhait, avec un glaçage au rhum – alléchant non? (blog.vanessapouzet.com)

7. Le porridge me semble être le plat un peu en vogue en ce moment, mais c’est la recette (simplissime) de Déborah qui me fait le plus envie. (Et promis, la prochaine fois, à la biocoop, je n’oublie pas la Salade du Pêcheur !) (absofruitly.fr)

8. Cinq gestes écolo vraiment simples (et pour de vrai) – rien de très nouveau pour vous si vous êtes déjà bien écolo dans l’âme, mais il est toujours bon de s’en rappeler.. ou de s’y mettre! (etpourquoipascoline.fr)

9. Comme toujours, Céline écrit merveilleusement bien. Cette fois sur la mélancolie, la douceur et le paradoxe qui entoure ces deux sentiments qui vont et viennent dans nos existences. Le doux et le dur. (lesmotsailes.fr)

10. Pourquoi il est très probable qu’on épouse la « mauvaise personne » par excès de romantisme. Sous ses airs pessimistes et tristes, c’est un article intelligent et intéressant. (en anglais) (nytimes.com)

11. Et si vous réalisiez votre propre ketchup maison, avec que des bonnes choses dedans? La recette est par-ici! (healthyjuliette.com)

12. J’ai adoré suivre les voyage d’un groupe de blogueurs en Egypte récemment sur les réseaux sociaux (et surtout parce que deux d’entre elles sont mes copines <3) alors les premières images « officielles » sur le blog d’Anne m’ont de nouveau fait voyager. (le-chien-a-taches.com)

13. Estelle me donne toujours envie d’aller découvrir de nouvelles adresses parisiennes et celle-ci ne fait pas exception: Auteuil Brasserie, un restaurant italien à découvrir après une promenade aux serres? (le-polyedre.com)

14. Court, touchant et vrai. Some days, you have nothing. (en anglais) (zenhabits.net)

15. Non, être un lève-tôt n’est pas gage de supériorité… (en anglais) (newyorker.com)

Est-ce que cette sélection vous a plu? N’hésitez pas à me faire part de vos impressions!

Je vous laisse avec cette chanson de MUSE (pour changer…) qui m’aura accompagnée durant mon week-end et que j’ai toujours trouvé magnifique de toute façon. Ce qui est rigolo c’est que la chanson s’accorde à merveille avec le livre (Replay de Ken Grimwood) dans lequel j’étais plongée (entre deux soirées) et que j’ai adoré.

Bonne journée!


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

17

Vous aimerez aussi

Mes Dernières Lectures #4

Dans ma bibliothèque 10 juin 2016 Laisser un commentaire

Mes Dernières Lectures - Whatever Works

Cet article qui vous présente mes dernières lectures aurait dû être publié il y a fort longtemps – comme toujours, j’ai lu une (grosse) poignée de livres supplémentaires depuis ces trois là et il va donc falloir que je fasse appel à ma mémoire et mes souvenirs de lecture pour vous parler au mieux de ces trois livres.

Le bon côté des choses, c’est que malgré mon manque évident de temps et/ou d’organisation, j’arrive tout de même à lire des livres et ça, ça m’avait beaucoup manqué ces dernières années où je n’arrivais vraiment à lire que pendant les vacances… (Et encore.)

Je lisais beaucoup pendant mon enfance, puis pendant l’adolescence (même si j’ai très vite adoré passer du temps devant mon écran d’ordinateur) et ces dernières années j’avais totalement mis de côté la lecture. Je préférais aller au cinéma, boire des verres avec mes amis ou regarder des séries. Par un mystère de l’élasticité du temps, j’arrive à continuer à faire ces choses-là mais aussi à lire, du moins un peu plus qu’avant. Et ça, c’est pas plus mal quand on regarde tous les bouquins qui s’entassent sur ma pile à lire depuis des années…

Assez parlé, place maintenant à ces trois livres que j’ai lus dernièrement – un grand classique britannique, une BD et un roman à l’intrigue mystérieuse, pleine de secrets de famille…

Mes Dernières Lectures - Whatever Works

Peter Pan – J.M. Barrie

« All children, except one, grow up. »

C’est un comble – pour quelqu’un comme moi qui se définit comme une sorte de Peter Pan – de n’avoir jamais lu auparavant Peter Pan, classique de la littérature britannique et mythe connu de tous.

Et pourtant! Il a fallu que j’attende cet hiver pour me plonger dans ce livre, relativement court d’ailleurs, et découvrir l’œuvre originale de J.M. Barrie. Et pour vous dire la vérité, c’est un livre qui m’a un peu dérouté… Je vais commencer par vous parler de ce que j’ai pensé de Peter and Wendy, l’une des deux histoires sur Peter Pan que l’édition que je possède contient.

Si on a tous (plus ou moins) grandi avec l’image de Peter Pan véhiculée par Disney, le personnage originel n’a pas tout à fait le même caractère – cruel, ignorant et égoïste, Peter est bien loin d’être le jeune garçon innocent qui refuse tout simplement de grandir que l’on connaît. Peut-être est-ce une façon d’apprendre aux (jeunes) lecteurs que grandir, en fait, c’est pas si mal?

La cruauté est d’ailleurs omniprésente et traitée avec la plus grande légèreté du monde. Les enfants perdus se font tuer par les pirates, qui se font eux-mêmes tuer par les indiens, sans que personne ne semble s’en émouvoir. Et le Pays Imaginaire est loin d’être l’oasis merveilleux auquel on pense quand on a gardé en tête la version édulcorée de Disney.

Ce n’est tout bonnement pas aussi magique que je ne me l’imaginais. Et que le cœur même de l’intrigue réside dans l’oubli, rend l’ensemble plutôt triste au fond, car ça nous renvoie à nos propres souvenirs d’enfance oubliés et au temps qui passe, inlassablement…

Mais finalement on revient un peu à l’essence même du mythe: Peter Pan ne veut pas grandir car grandir c’est oublier. C’est paradoxal car Peter oublie tout et tout le monde, et c’est un personnage qui vit dans le moment présent de façon permanente. (Je pense que je ne fais qu’effleurer tout ce que l’on pourrait dire de cette œuvre!)

Pour tempérer un peu, j’ai quand même apprécié certains passages, très drôles, ainsi que le narrateur qui est plein d’esprit (mais peut-être un peu trop présent par moments). Ah et contre toute attente, le personnage qui m’a le plus touché est celui du Capitaine Crochet car (étrangement) c’est celui que j’ai trouvé le plus humain. 

Quant à Peter Pan in Kensington Gardens, sorte de première ébauche de Peter Pan, où ce dernier est un très jeune enfant, il en est ressorti un sentiment similaire et j’ai eu certaines difficultés à m’y intéresser. C’est un peu ennuyeux au début, très étrange et on y retrouve cette combinaison de cruauté et de légèreté. Pourtant on se prend au jeu et on finit par apprécier ces étranges histoires enfantines.

À noter que, aussi bien dans Peter and Wendy que dans Peter Pan in Kensington Gardens, la plume de l’auteur s’apprécie à travers des expressions et des images habilement tournées, et ça c’est une des choses que j’ai le plus aimées.

En somme, je dois dire que je ressens divers sentiments ambivalents et contradictoires à l’encontre de ce livre – je l’ai aimé, en partie, mais je l’ai aussi trouvé sombre et froid, ce qui m’a parfois déçue, parfois choquée et tout simplement déstabilisée. Et puis je crois que je l’ai surtout refermé avec une pointe de mélancolie…

Peut-être qu’il faudrait que je le relise un jour, maintenant que je sais que la véritable histoire est à mille lieues d’être aussi inoffensive que la version de Disney. C’est une histoire qui se rapproche beaucoup des contes de fées originels qui étaient eux aussi plus cruels et sombres que l’on ne le croit.

Est-ce que vous avez lu Peter Pan? Peut-être qu’il serait aussi intéressant de jeter un œil à la version théâtrale de l’histoire un jour…

(Si vous voulez le lire en français, c’est par ici. Ou chez votre libraire.)

Mes Dernières Lectures - Whatever Works

The Legacy – Katherine Webb

« I can’t get to sleep. My brain scrambles to life each time I start to drift, sending up a starburst of faces and names and memories to confound me. »

Quand je vous disais que j’avais un certain retard dans mes comptes-rendus de lecture, ce n’était pas un euphémisme… The Legacy était le livre du mois de février au sein du club-lecture de Victoria et il faut savoir que j’ai lu les livres de chaque édition depuis (je vais encore vous parler de livres bientôt donc).

Mais revenons-en au livre en question! Dans The Legacy, on rencontre Erica et Beth Calcott, deux sœurs venues passer la fin de l’année dans la maison de leur grand-mère Meredith, récemment décédée. Très vite, les souvenirs resurgissent et le mystère autour de la disparition de leur cousin, bien des années auparavant, se rappelle à leur mémoire… Parallèlement, on suit la vie de leur arrière grand-mère, Caroline, dans sa jeunesse, en plein cœur des États-Unis.

Encore une fois, je suis assez partagée sur ce livre – d’une part je l’ai beaucoup aimé, pour diverses raisons dont je vous parlerai ci-dessous, et d’autre part, je ressentais un agacement tel envers certains personnages que ça m’a un peu « gâché » l’histoire… (Même si gâcher est un bien grand mot!)

J’ai beaucoup aimé la façon d’avancer en parallèle dans deux univers et deux époques différentes (c’est un procédé littéraire dont je suis assez friande je dois dire) et c’était assez rafraichissant de passer d’une atmosphère à une autre.

Vous avez d’une part l’Angleterre froide d’un mois de décembre, dans un domaine austère et pourtant bucolique et d’autre part le fin fond des États-Unis, la chaleur d’un ranch et la solitude d’une vie sur la plaine. Sans oublier que plus de cent ans séparent les deux intrigues, celles-ci étant dominées par le spectre de lourds secrets de famille… Et évidemment, plus on tourne les pages, plus on a envie d’en savoir plus! 

L’écriture est fluide et le mystère plutôt bien amené et développé. Si j’ai assez facilement deviné quel était le premier secret de famille, le second m’a totalement prise au dépourvu et c’était plaisant de se laisser surprendre de la sorte. En revanche, comme je vous l’ai dit, je n’ai pas ressenti une très grand empathie envers les personnages…

En particulier pour le personnage de Caroline (je ne vous en dis pas plus) que j’ai tout simplement dé-tes-té! Elle m’a semblé d’une naïveté et d’un égoïsme sans pareil et au moindre de ses gestes je levais les yeux au ciel (là, c’est un euphémisme). J’ai plutôt apprécié le personnage d’Erica, de même que Ed et Dinny, mais sans m’y attacher avec grande ferveur pour autant.

En somme, c’était un livre que j’ai aimé lire (et qui m’a particulièrement tenu en haleine durant certains passages), aux intrigues intéressantes et contrastées, mais qui ne m’a pas laissé un souvenir impérissable. Cela dit, c’était un livre parfaitement de saison (à l’époque, en février-mars…) et parfait à accompagner d’une tasse de thé, un dimanche gris où l’on cherche à s’évader un peu!

Et vous, qui faites peut-être partie du club-lecture, qu’en avez-vous pensé? 

(En français, le livre s’intitule L’Héritage.)

Mes Dernières Lectures - Whatever Works

California Dreamin’ – Pénélope Bagieu

« All the leaves are brown and the sky is gray.
I’ve been for a walk on a winter’s day.
I’d be safe and warm if I was in L.A.;
California dreamin’ on such a winter’s day. »

À mon grand regret, je ne lis pas beaucoup de BDs et pourtant c’est un genre que j’aime beaucoup. C’est sans doute pour ça que j’ai décidé de m’offrir, sur un coup de tête, la dernière BD de Pénélope Bagieu, California Dreamin’.  Et quelle bonne idée j’ai eue là!

Il n’est pas nécessaire de connaître le groupe The Mamas and The Papas pour pouvoir apprécier le travail de Pénélope ici. Au contraire, moi qui connaissais très mal le groupe, ça m’a donné envie d’en savoir plus et surtout, d’en écouter davantage. 

Si l’aspect crayonné (et l’absence de couleurs) m’a surprise de prime abord et que le caractère plus brut de cette BD contrastait avec les cases plus soignées de ses BDs précédentes, ça n’a en rien enlevé à l’expressivité du coup de crayon de Pénélope.

C’est plus particulièrement sur Cass Eliott que se concentre California Dreamin’, au travers des « témoignages » des personnes qui l’ont côtoyée tout au long de sa vie et de sa carrière, ce qui permet à la fois de se forger une image assez riche du personnage tout en entretenant une certaine part de mystère… Car comme le personnage n’est observé qu’à travers d’autres, on retrouve forcément une grande part de subjectivité dans son portrait.

Quelque part, ça m’a peut-être un peu manqué de ne pas entendre la voix de Cass elle-même… Mais j’ai trouvé la BD passionnante et je l’ai lue avec grand plaisir!

Avez-vous lu California Dreamin’? Lisez-vous beaucoup de BDs? 

J’espère que ces revues de mes dernières lectures (du moins, une partie d’entre elles) vous ont plu et je vous encourage à partager vos ressentis avec moi, que vous soyez d’accord avec moi… ou non!

Quant à moi, je devrais mieux m’organiser pour vous parler de mes lectures… C’est toujours un peu difficile de se souvenir de ses impressions aussi longtemps après avoir refermé un livre (heureusement, je m’aide de mes reviews sur Goodreads, que je publie juste après avoir fini un livre, mais qui restent très courtes). Et c’est aussi pour ça que je préfère vous écrire en revenant du cinéma, quand je parle de films… les sensations, les impressions premières sont toujours les plus promptes à s’envoler.

Quoi qu’il en soit, je vais tâcher de rattraper mon retard concernant cette rubrique et d’ici là, je vous souhaite de bonnes lectures et vous dis à très vite!


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

15

Vous aimerez aussi

Links I Love #106

Links I Love 7 juin 2016 Laisser un commentaire

Links I Love

Je vous retrouve de nouveau aujourd’hui pour partager avec vous mes « Links I Love » de la semaine avec un programme qui se partage entre gourmandises et évasion… Vous me connaissez, ce sont un peu mes deux thèmes de prédilection ! 

Comme d’habitude, j’ai passé ma semaine à courir après le temps mais aussi à me poser mille questions – sur moi, sur mon avenir et j’en passe. (La remise en question est perpétuelle chez moi.) Et hier, en voulant remonter le moral à une amie, je me suis doucement rendue compte que tous mes conseils, j’avais complètement oublié de me les appliquer à moi-même ces dernières semaines.

Ne dit-on pas du cordonnier qu’il est le plus mal chaussé ? Il y a un peu de ça… J’ai parlé de bienveillance à mon amie, de lâcher prise, de recul, de gratitude et de petits bonheurs. Et je me suis rendue compte à quel point ces dernières semaines, prise dans un tourbillon de stress, j’avais oublié ma propre bienveillance. Je n’ai plus rempli mon carnet de petits bonheurs quotidiens depuis longtemps. Et je me suis habituée à me contenter de la grisaille du quotidien.

C’était un constat terrible.

Alors on recommence. Petit à petit, je vais tâcher de faire plus attention – à ce que je pense, à ce que je fais mais aussi au monde qui m’entoure. Il faut que je me souvienne que dans la vie, on fait un pas après l’autre, rien n’est jamais réellement acquis… et que tout n’est qu’éternel recommencement. 

Ainsi, sur ces bonnes paroles, je vous laisse découvrir ma sélection de la semaine…

1. Des pancakes aériens qui donnent envie qu’on soit tout de suite dimanche. (en anglais) (theroastedroot.net)

2. Céline nous parle d’Harry Potter, et je crois qu’on (ceux qui font partie de notre génération surtout) a tous une histoire un peu similaire à raconter (pour peu qu’on aime Harry Potter, bien sûr). (lesmotsailes.fr)

3. Anne-Solange a vraiment les mots qui touchent, tout le temps, dans le mille. À lire absolument. (cachemireetsoie.fr)

4. Le joli look délicieusement rétro de Lisa photographié au milieu des Serres d’Auteuil me fait penser que je ne vous ai jamais montré les photos que j’ai prises là-bas l’an dernier… (makemylemonade.com)

5. Un cheese dip parfait pour vos soirées séries (avec des chips, c’est complètement mon pêché mignon). (en anglais) (notwithoutsalt.com)

6. Coline nous parle avec intelligence du prix des choses et pourquoi non, une pièce de petit créateur n’est pas forcément « trop chère » juste pour le plaisir. À lire ! (etpourquoipascoline.fr)

7. De l’avocat + des edamame / un sandwich = miam, miam, miam ! (en anglais) (loveandlemons.com)

8. Juliette nous emmène à travers son objectif dans la cité florale à Paris, et ça m’a donné très envie d’aller y faire un tour moi aussi (et de faire la connaissance de tous les chats qui y résident). (jenesaispaschoisir.com)

9. On retourne encore en Écosse avec Victoria qui nous emmène sur des lieux de tournage des films d’Harry Potter. (mangoandsalt.com)

10. Ébauche de réflexion sur l’idée que s’accepter tel que l’on est (avec ses défauts) n’est peut-être pas une très bonne idée, au fond… (en anglais) (qz.com)

11. Petit voyage à Marrakech à travers une visite du Jardin Majorelle – c’est beau ! (frenchimalvi.blogspot.fr)

12. Chloé nous parle de l’envers du décor des blogtrips (notamment par rapport à un reportage sur Capital – que je n’ai pas vu) et plus généralement c’est pas mal pour réaffirmer que s’occuper d’un blog, c’est un vrai travail (parfois à plein temps, mais pas forcément) aussi plaisant que ce soit ! (lapenderiedechloe.com)

J’espère que cette nouvelle sélection vous aura plu, de mon côté ça aura été une semaine riche en belles découvertes en tout cas.

Quant à moi j’espère revenir vous parler de livres bientôt (je suis terriblement en retard pour vous parler de mes lectures…) ou peut-être de séries. Si je le pouvais, en ce moment, je passerais la moitié de ma journée dans un livre et l’autre moitié devant Jane the Virgin… (Ah, si seulement !)

Je vous souhaite une belle journée et je vous laisse avec Yves Montand…


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

11

Vous aimerez aussi

Un Week-End à Londres

Voyage 5 juin 2016 Laisser un commentaire

Un Week-end à Londres - Whatever Works

Avant de vous parler de mon séjour à Lisbonne dans les temps à venir, petit retour en arrière sur un week-end à Londres, au mois d’avril dernier – trois jours et deux nuits, autrement dit un voyage express en terres londoniennes. Parce que ça nous avait manqué.

Cette fois je suis partie avec une amie et nous sommes en grande partie restées aux alentours de Notting Hill et du quartier de Kensington, même si nous avons fait quelques excursions au-delà de ces quartiers, évidemment.

La première nuit, nous l’avons passée au Royal Garden Hotelun hôtel qui se trouve en plein cœur du quartier de Kensington et dont les chambres donnent sur Kensington Gardens – autant dire que la vue était à couper le souffle !

Je vous laisse découvrir ça par vous-même…

Un Week-end à Londres - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

La chambre que nous avions était une « Garden Room » et elle était parfaitement confortable – entre le canapé, parfait pour prendre un thé, le lit (géant) tout doux et la salle de bains (géante aussi) dotée à la fois d’une cabine de douche et d’une baignoire, on s’est senties comme des princesses.

Sans compter sur les petites attentions du personnel (en rentrant de notre journée, le soir, la radio était allumée, des bouteilles d’eau mises à disposition et le lit préparé pour qu’il ne nous reste plus qu’à nous glisser dedans !) et leur disponibilité à toute épreuve qui ont vraiment rendu ce petit séjour unique.

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Ah, et ce petit déjeuner ! Nous avions clairement eu les yeux plus gros que le ventre en faisant notre choix le jour d’avant car nous n’avons pas eu la force de tout finir… Mais c’était fabuleux – full English breakfast, avec du thé, des céréales, mais aussi des fruits, des viennoiseries et un jus d’orange. Quand il nous a été apporté dans la chambre, c’était un peu comme si c’était Noël…

Nous avions aussi opté pour une livraison matinale du Times et c’était rigolo de faire comme si nous étions anglaises, le temps d’une lecture rapide du journal.

En me lisant, je pense qu’on dirait une enfant tant j’ai profité de cette nuit au Royal Garden Hotel avec un émerveillement enfantin. C’était en tout points parfait, et si jamais vous vous laissez tenter par une nuit dans cet hôtel, vous pouvez y aller les yeux fermés… il s’agit d’un cinq étoiles après tout ! 

Bien que les tarifs ne soient pas forcément accessibles à toutes les bourses (la nuit dans une chambre est à partir de £272 et je ne sais pas s’il s’agit d’une chambre ayant vue sur les jardins) et que l’hôtel ne soit pas doté d’un design particulièrement remarquable, il s’agit néanmoins d’une belle idée pour une nuit en plein cœur de la ville, tout en profitant du luxe d’un cinq étoiles. 

De notre côté en tout cas, l’expérience était réjouissante et dépaysante… et je ne me remets pas de cette magnifique vue !

Royal Garden Hotel 
2-24 Kensington High Street
www.royalgardenhotel.co.uk

Merci au Royal Garden Hotel de nous avoir invitées – c’était parfait. 

Un Week-end à Londres - Kensington Gardens + Hyde Park - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Kensington Gardens + Hyde Park - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Kensington Gardens + Hyde Park - Whatever Works

Avez-vous remarqué le héron qui prend fièrement la pose ?

Un Week-end à Londres - Kensington Gardens + Hyde Park - Whatever Works

Lors de notre première journée à Londres, après nous être reposées un peu dans notre chambre d’hôtel, nous avons beaucoup marché. En passant par Kensington Palace Gardens, une rue privée que nous avons parcourue de long en large pendant notre séjour et qui est bordée par d’innombrables belles demeures (dont beaucoup sont des ambassades)(et dont l’une d’elles semble être la copie conforme de la maison des Playmobil…) nous avons rejoint Kensington Gardens… sous la pluie.

Le parapluie était l’accessoire indispensable lors de notre séjour, ce qui m’aura (entre autres) grandement découragé dans mes envies de photographie. Je n’ai presque pas pris de photos avec mon appareil photo (hormis le premier jour) et j’ai presque laissé de côté mon iPhone également (presque).

Heureusement, le soleil aura fait une courte apparition lors de notre promenade à travers Kensington Gardens (où j’ai revu Peter Pan rapidement) puis Hyde Park (qui se trouve dans le prolongement de Kensington). Après un arrêt déjeuner au Serpentine Bar & Kitchen, nous avons remonté le chemin jusqu’à Marylebone pour admirer les jolies façades et nous nous sommes retrouvées à… Baker Street !

Cette fois-ci, nous n’avons pas visité le musée de Sherlock Holmes (que j’avais déjà visité lors de mon dernier séjour), mais mon amie Victoria n’avait encore jamais été jusqu’au 221B Baker Street, c’était donc l’occasion d’y retourner, comme une sorte de pèlerinage…

Un Week-end à Londres - Kensington Gardens + Hyde Park - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Kensington Gardens + Hyde Park - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Kensington Gardens + Hyde Park - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Marylebone - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Marylebone - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Marylebone - Whatever Works

Le soir-même, nous sommes retournées du côté de Notting Hill, dans un pub plutôt chouette qui dispose d’une petite cour intérieure très tranquille, ornée de guirlandes lumineuses – c’est sûrement très agréable l’été !

Après quelques bières, nous avons aussi fini par dîner sur place et leur veggie burger était vraiment très bon. Je vous recommande l’endroit, d’autant qu’il s’agit d’un pub dans la plus pure tradition anglaise.

The Champion
1 Wellington Terrace
www.thechampionpub.co.uk

Un Week-end à Londres - Whatever Works

Le lendemain, après notre petit déjeuner géant à l’hôtel, nous avons rejoint (sous la pluie) notre chambre Air Bnb pour notre seconde (et dernière) nuit en ville (jolie chambre, propriétaire adorable mais avec une odeur canine assez prononcée…) avant d’aller visiter le Tate Museum… en passant par Big Ben et les Houses of Parliament.

Un Week-end à Londres - Big Ben - Whatever Works

J’avais déjà visité le Tate lors de mon dernier séjour, mais c’était chouette d’y retourner, d’autant que c’était l’occasion d’y découvrir de nouvelles œuvres que je n’avais pas vues auparavant…

Toujours sous la pluie, nous avons rejoint Soho en bus pour un afternoon tea à Muriel’s Kitchen. C’était bon, c’était mignon mais le service était un peu brouillon. À savoir qu’il y a plusieurs adresses à Londres !

Muriel’s Kitchen
36-38 Old Compton Street
Afternoon tea à environ £16 par personne
www.murielskitchen.co.uk

Un Week-end à Londres - Whatever Works

Les journées passent vite à Londres… Nous avons aussi fait un tour à Oxford Circus pour faire un tout petit peu de shopping (et où j’ai découvert le plus grand Topshop du monde – j’étais un peu fatiguée et sans le sou, mais tant mieux, j’aurais un peu trop dépensé sinon !) et avant de partir, un peu de healthy shopping au grand Whole Foods Market de Kensington.

Sans oublier que nous avons aussi parcouru Portobello Road Market (et qu’il y avait beaucoup de monde) et acheté des cartes de vœux à Paperchase…

Ah et dernière adresse plutôt chouette, un coffee shop entre Kensington et Notting Hill, complètement dans l’air du temps (mobilier minimaliste en bois clair, gâteaux sans gluten et bons cafés) où il a été bon de partager un dernier moment entre copines avant que j’aille attraper mon Eurostar ! (Mon amie est restée plus longtemps à Londres que moi.)

Kensington Coffee
43 Kensington Church Street
www.kensingtoncoffee.co.uk

Malgré la pluie (et le froid !) c’était un joli week-end londonien entre copines et une façon de déconnecter un peu du quotidien parisien. C’était aussi (sans que je le sache) un dernier week-end de répit avant un mois de mai bien chargé !

À chaque fois que je vais à Londres, je suis ravie et pourtant, à chaque fois, c’est aussi une ville dans laquelle j’ai l’impression de me sentir vraiment toute petite… Je ne m’y vois pas vivre par exemple. Je l’ai déjà dit avant, mais c’est une ville trop grande pour moi.

Mais il y a toujours cette ambivalence, ce sorte de je t’aime moi non plus entre Londres et moi… Et si je suis toujours pleine de sentiments divers en quittant cette ville, j’ai toujours aussi cette inlassable envie d’y retourner, ne serait-ce que pour mieux la connaître. See you again soon, London !

Est-ce que cette petite escapade londonienne vous a plu ? Partagez-vous mes sentiments à propos de Londres… ?

Je vous souhaite une belle soirée et une belle semaine à venir !


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le  situé sous cet article – merci!

22

Vous aimerez aussi