Links I Love #146

Links I Love 25 juillet 2017 Laisser un commentaire

Deux semaines séparent cette nouvelle édition de « Links I Love » de la précédente. Deux semaines où il ne s’est trop rien passé, et pourtant…

Je suis partie au vert pour un long week-end à l’occasion de la fête nationale, je me suis reposée, j’ai lu et j’en suis revenue avec les cheveux courts. Cette envie de changer de tête est l’expression littérale de mon envie de changement(s). Je ne sais pas bien ce que je vous dirai de 2017 quand l’année aura touché à sa fin, mais il y a au moins une chose qui est certaine, au vu du printemps mouvementé que j’ai vécu: il y a un semblant de changement dans l’air.

Mais parfois j’ai la douloureuse impression que certaines choses ne changeront jamais… (J’ai un esprit de contradiction très exacerbé, oui.) Comme ma propension à vivre mes émotions à l’extrême, cette facilité déconcertante (dont je me passerais bien) à passer d’une journée sereine à une autre où tout semble sombre et triste.

Et j’ai beau savoir que les émotions ça va, ça vient, la violence de ma tristesse me surprend toujours autant. Si je vous parle souvent de mes fluctuations d’humeur, je ne rentre jamais vraiment dans le détail, le pourquoi et le comment – par pudeur, par fierté. Car après tout, les yeux rougis par la perspective d’une solitude éternelle, c’est ridicule, c’est trop dramatique, encore plus quand c’est écrit noir sur blanc. 

J’ai beau me targuer d’être d’une grande indépendance, je crains (sans doute plus que je ne l’imagine) de devoir me contenter de ça, ad vitam aeternam et de ne jamais trouver cet alter-ego avec lequel partager mes joies et mes peines.

Encore une fois, je suis beaucoup trop fière pour le dire tout haut, mais c’est sans doute l’angoisse qui m’étreint avec le plus de force… Jusqu’à ce que je reprenne confiance, que je retrouve mon entrain et que tout retourne dans l’ordre – ce qui semblait dramatique et insurmontable hier, sera déjà oublié demain. (Jusqu’à la prochaine fois.)

Sinon, émotions mises à part, ces derniers temps je regarde avec entrain (surtout depuis la seconde saison, bien meilleure que la première) la série The 100, commencée presque par hasard, et que je continuais par nostalgie et par habitude (aussi parce que chaque fin d’épisode était suffisamment prenante pour donner envie de regarder l’épisode suivant). Peut-être que je vous en parlerai plus en détail un jour…

Côté littérature, j’ai terminé My Cousin Rachel, de Daphne du Maurier et je l’ai beaucoup aimé – j’attends avec impatience la sortie du film sur grand écran, pour retrouver cette atmosphère un brin gothique que j’aime tant!

Quant à ma prochaine lecture… je ne me suis pas encore décidée à vrai dire, et je me demande encore quels livres je vais emmener avec moi en vacances (même si j’en ai commandé deux nouveaux que j’ai fait envoyer chez mes parents, où je passerai une partie de mes vacances, suite à l’annonce des lectures estivales du club-lecture de mon amie Victoria)(comme si je n’avais pas assez de livres dans ma pile à lire, n’est-ce pas!).

Enfin, avec les vacances, mes podcasts favoris sont en pause, mais j’ai découvert le chouette podcast Blockbusters, toujours sur France Inter, qui parle de pop culture à travers des sujets comme Walt Disney, les films de Miyazaki ou encore Friends et Game of Thronestout ce que j’aime en somme! Je vous invite vivement à le découvrir à votre tour.

Ah et j’ai failli oublier: j’ai décidé de partir en vadrouille à Gand, en Belgique, pour quelques jours pendant mes vacances. C’est la première fois que je partirai seule, même si ce n’est pas un séjour très long, et ce sera aussi ma première fois en Belgique. Si vous avez de bonnes adresses à Gand, n’hésitez pas!

Je vous laisse maintenant découvrir ce que j’ai aimé lire ces derniers temps:

  1. Un joli mariage, frais et élégant, qui a eu lieu en Écosse – de quoi faire rêver un peu en ce début de semaine… (unbeaujour.fr)
  2. Une recette simple (mais délicieuse) de frittata, pour les jours où l’inspiration culinaire est au plus bas. (mangoandsalt.com)
  3. Vous projetez d’aller à Bali pour vos prochaines vacances? Peut-être que les conseils de Tokybanhbao pourront vous servir! (tokyobanhbao.com)
  4. Aline nous emmène à travers le jardin botanique de Copenhague, et ça donne des envies de voyage et de nature… (lodeurducafe.com)
  5. Moments de douceur entre amies et (encore) de jolis clichés de la nature, voici ce qui vous attend dans cet article tout doux sur le blog d’Anne. (le-chien-a-taches.com)
  6. Hélène était récemment en Grèce, et elle a rapporté dans ses valises plein de bonnes idées à cuisiner, comme ces galettes de courgette-feta ou encore cette recette de fava, qui a l’air délicieuse! (green-me-up.com)
  7. Des nouvelles de Garance Doré, qui en peu de mots et toujours avec simplicité, dit des choses très vraies, qui font du bien à lire. (atelierdore.com)
  8. Suite et fin des aventures de Juliette et Gaëtan en Norvège, avec toujours des images à couper le souffle. (jenesaispaschoisir.com)

J’espère que cette courte sélection vous aura plu et vous aura peut-être donné des idées…

Quant à moi, je vous souhaite une belle semaine, où que vous soyez, j’espère que vous allez bien et profitez de l’été – moi je serai en vacances dès la semaine prochaine, et comme je l’ai déjà évoqué dans ma dernière édition des « Jolies Choses » le week-end dernier, je ne sais pas encore si je prendrai des vacances par-ici ou non… À suivre donc!

À très vite ♡


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

7

Vous aimerez aussi

Les Jolies Choses #20

Journal de Bord, Les jolies choses 23 juillet 2017 Laisser un commentaire

Ça faisait une éternité que je voulais vous préparer une nouvelle édition de « Jolies Choses » – et puis je n’ai jamais pris le temps de faire mes photos, je suis partie en week-end à la mer, puis au vert, et j’ai aussi un peu oublié…

Mais me revoilà enfin, pour partager avec vous quelques unes des choses que j’ai aimé ou qu’on m’a envoyé récemment (et que j’ai aussi aimé). C’est parti!

On commence avec mon seul et unique achat de soldes (pour l’instant) et dont je suis follement ravie: un nouveau sac Matt & Nat, qui sera de toute beauté pour cet automne-hiver (et au-delà) avec sa jolie couleur cerise (il est un peu plus foncé en réalité).

Depuis que j’ai déménagé et que j’ai passé de longues journées à trier tout et n’importe quoi, en me demandant comment diantre l’on pouvait accumuler autant de choses (certes, en dix ans de vie parisienne), j’ai envie d’une approche plus minimaliste dans ma vie… et donc de mieux acheter.

M’offrir un sac Matt & Nat (qui a un certain prix, il faut bien le dire et c’est aussi pour ça que j’en ai profité pendant les soldes) s’est fait dans cette démarche à la fois plus responsable et minimaliste. Je tâche désormais de m’offrir des produits de qualité, intemporels, qui me suivront de nombreuses années.

Matt & Nat est aussi un choix évident pour mon éthique qui se véganise de jour en jour. Car si vous l’ignoriez encore, Matt & Nat est une marque végane, qui utilise notamment des matériaux recyclés. Une belle marque, en somme!

Est-ce que vous connaissiez Matt & Nat? Que pensez-vous de mon nouveau sac?

Si vous souhaitez à votre tour vous offrir une de leurs créations, n’hésitez pas à regarder ce qu’il reste en soldes!

Hop, la transition est parfaite, alors que je viens d’évoquer avec vous le minimalisme, laissez-moi vous présenter Le Bonheur est dans le Peu*, de Francine Jay, un livre qui (vous vous en doutez) fait l’apologie du minimalisme et vous donne une méthode simple pour inviter ce dernier dans votre vie.

À l’heure où je vous écris, je ne l’ai pas encore tout à fait terminé (il ne me reste que quelques chapitres pratiques à lire) mais je dois dire que c’est une lecture idéale pour mes envies de simplicité.

Dans Le Bonheur est dans le Peu, l’auteure aborde avec légèreté un mode de vie désencombré et ses bienfaits, donne des petits conseils pour se détacher de ses objets et partage avec nous sa méthode pour appliquer le minimalisme à notre vie (qu’elle a baptisé « méthode Streamline »).

On passe également en revue, pièce par pièce, les différentes façons de se désencombrer, et c’est assez pratique pour mettre en œuvre (pour de vrai) un tri régulier.

De mon côté, ayant commencé à le lire juste après avoir déménagé/emménagé, je n’ai quasiment plus de tri « en attente » à faire, mais le livre m’a quand même donné quelques idées pour éviter d’encombrer de nouveau mon nouvel appartement (mais comme il est plus petit que mon ancien appartement, le minimalisme s’impose à moi!) et pour ne pas faire preuve de trop de sentimentalisme.

J’ai longtemps été une collectionneuse (et le suis encore à certains égards) mais j’aspire désormais à « moins » et, mine de rien, je respire mieux dans un espace moins rempli (même si j’ai encore beaucoup de choses, et que j’en aurai sûrement toujours beaucoup, ne serait-ce que des livres…).

Si le sujet vous intéresse, je vous invite aussi à regarder le documentaire Minimalism, disponible sur Netflix.

Qu’en est-il de votre côté? Êtes-vous plutôt collectionneur pathologique, ou minimaliste convaincu? (Vous pouvez être entre les deux, bien sûr!)

Sur mon nez en ce moment et pour me protéger du soleil: mes lunettes en bois ShinyWood*!

Une jolie marque de solaires qui a en outre une démarche éthique – pour chaque paire achetée, une partie des revenus est reversée à une association (comme Planète Urgence) qui œuvre pour l’environnement par exemple. (Leur site mériterait d’être plus clair sur leurs actions éthiques, je vous l’accorde.)

Quant aux lunettes que j’ai choisies, il s’agit du modèle Punta Cana, qui est un petit peu oversize, mais pas trop. Elles sont très confortables, le bois étant un matériau très léger et leurs verres sont de vrais verres solaires (Catégorie 3 – UV400).

Bref, je ne quitte plus mes lunettes en bois!

Connaissiez-vous ShinyWood? Est-ce que des lunettes en bois ça vous plaît? 

Le nouvel album de Lana del Rey est sorti il y a quelques jours, et si je suis encore en phase de découverte de l’album, je peux d’ores et déjà vous dire que certaines chansons me plaisent beaucoup. (D’autres moins, comme toutes celles chantées avec A$AP Rocky par exemple…)

Le côté éthéré de Lana del Rey, la tonalité souvent mélancolique et la douce langueur de la plupart de ses chansons en font la bande-son parfaite d’une matinée sous la couette, passée à lire des magazines et à boire du thé. (C’est en tout cas ce que j’ai fait ce week-end.)

Je crois que jusqu’ici, ma chanson favorite de son nouvel album, Lust for Life, est « Tomorrow Never Came », chantée avec Sean Ono Lennon, mais qui sait ce qu’il en sera dans quelque temps?

Et vous, avez-vous écouté le nouvel album de Lana del Rey?

Petit aperçu du bijou reçu dans la box Emma & Chloé* de ce mois de juillet – un joli bracelet Nilaï, qui aurait été idéal au bord de la plage quand j’étais en Normandie!

Qu’en dites-vous?

Il y a quelque temps, j’ai pu choisir deux jolis ensembles de lingerie sur le site Toutes les Poitrines, qui, comme son nom l’indique, propose un large choix de lingerie, quelle que soit la taille de son bonnet.

De mon côté, je préfère désormais porter un soutien gorge sans armatures, comme j’ai une poitrine plutôt menue et c’est d’autant plus confortable. Je me suis donc tournée vers deux ensembles qui allient confort et jolis détails…

D’abord ce joli ensemble de la marque Antigel de Lise Charmel*, qui me semble à la fois simple et sophistiqué, avec ses jolis détails à plumetis… Vous ne trouvez pas?

Quant à celui-ci, il s’agit de l’ensemble « Sweet Cotton »* de la marque Huit (qui n’est malheureusement plus disponible à ce jour). Il est confortable et tout comme l’ensemble Lise Charmel, présente de jolis détails qui le rendent unique.

Que pensez-vous de ces deux ensembles? Avez-vous aussi abandonné les soutien-gorges à armatures?

Il y a quelques semaines déjà, j’ai pu recevoir l’ensemble de la gamme les Petites Pousses*, pour pouvoir les goûter – ça changeait un peu de mes yaourts au soja!

Peut-être les avez-vous déjà aperçus au détour d’un rayon de supermarché, ces petits yaourts sans lactose ni soja? C’est en tout cas une vraie bonne idée pour étendre le choix des yaourts végétaux, quand on n’aime pas vraiment le goût du soja par exemple.

Parmi la gamme des Petites Pousses, vous trouvez des yaourts au lait de coco et au lait d’amande, en version nature mais aussi au chocolat ou à la framboise. Et la cerise sur le yaourt, c’est que toute la gamme est bio! 

De mon côté j’ai beaucoup aimé ces alternatives végétales, notamment la version chocolatée au lait de coco (j’ai un petit faible pour le lait de coco, sachez-le) et mon seul regret est peut-être de ne pas les trouver partout encore…

Leur prix (un peu élevé, il faut bien le dire)(aux alentours de 2,75€-2,95€) fait de toute façon d’eux un petit plaisir ponctuel!

Avez-vous déjà pu goûter aux yaourts les Petites Pousses? Qu’en avez-vous pensé?

Je voulais aussi vous montrer mes boucles d’oreilles préférées pour cet été que j’ai dénichées… chez Hema!

Le hasard fait parfois bien les choses… Comme ce sont des bijoux fantaisie, leur qualité me fait craindre qu’elles ne tiendront que le temps de cet été (elles commencent déjà à montrer des signes d’usure) mais je les aime follement.

Si toutefois vous savez où trouver des bijoux similaires, mais de meilleur qualité, n’hésitez pas à me le dire!

Il y a quelques jours, j’ai reçu un petit colis avec du thé vert Darjeeling de la part de Campagne de Thé, une marque allemande qui a une démarche éthique très intéressante.

En privilégiant le circuit court et supprimant les intermédiaires, 60% des bénéfices sont reversés aux producteurs locaux. Le thé est aussi conditionné dans de grands sachets de 250 grammes (pour réduire les déchets) et surtout il est bio, et entièrement traçable. Le tout à un prix défiant toute concurrence! (Retrouvez le détail de leur démarche juste ici.)

Les deux sachets de thé vert que j’ai reçus proviennent de jardins et de récoltes différentes, mais je ne les ai pas encore suffisamment dégustés pour déceler les différences (qui sont sûrement assez subtiles).

Quand l’été sera passé, peut-être que je me tournerai vers leur Darjeeling noir, une variété de thé que je trouve toujours plus propice à l’automne-hiver (tandis que je consomme davantage de thé vert l’été) – je serai en tout cas ravie de pouvoir soutenir une marque à la démarche éco-responsable!

Que pensez-vous de la démarche de Campagne de Thé?

J’espère que cet article ne vous aura pas semblé trop interminable – j’avais beaucoup de choses à partager avec vous! 

C’est bientôt les vacances pour moi, et je ne sais pas encore si je vais en profiter pour préparer quelques articles (parce que j’ai une longue liste d’articles à écrire, notamment sur mes dernières lectures et mes escapades passées) ou au contraire, rester loin de mes écrans, comme l’été dernier… À suivre!

En attendant, je vous souhaite un beau dimanche ♡


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

*Les articles marqués par une astérisque m’ont été offerts par la marque.

11

Vous aimerez aussi

Ma cure de jus Detox Delight

Healthy Living 19 juillet 2017 Laisser un commentaire

Aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, je vais vous parler de mon expérience de cure de jus Detox Delight, dont j’ai pu profiter il y a quelques mois – ceux qui me suivent sur Instagram se souviendront peut-être que je vous en avais déjà un peu parlé, et que j’avais partagé mes jus quotidiens via mes Stories.

Peut-être vous souvenez-vous aussi de mes expériences en matière de cure de jus maison, réalisées il y a quelques années maintenant? Pour tout vous dire, je n’avais pas eu le temps ou l’énergie de réitérer la chose aussi souvent que je ne l’imaginais… Et pourtant, on pourrait presque dire que je suis une adepte des cures de jus!

Pourquoi faire une cure de jus?

Les principales raisons qui m’ont poussée à faire des cures de jus, via Detox Delight ce printemps, ou toute seule il y a quelques années, sont toutes simples: je souhaitais remettre mon organisme au vert, me redonner de l’énergie et mettre mon corps « au repos » (et au passage, perdre un peu de poids, ou plutôt, me sentir un peu plus légère).

Pourtant, les cures de jus ne font pas toujours l’unanimité… Certains pointent du doigt les quantités de sucre que peuvent contenir certains jus (et qui, sans l’absence de fibres, sont très vite assimilés par l’organisme, provoquant un pic de glycémie), l’aspect restrictif, voire ascétique de la pratique ainsi que le coût de la chose. D’autres doutent tout simplement des réelles qualités de ce type de cure sur la santé.

Je vous le dis simplement: je ne suis pas médecin et ne me targue pas de tout savoir sur le sujet, mais en ce qu’il me concerne, quelques jours de cure m’ont toujours fait le plus grand bien.

Cure de jus Detox Delight

Je ne vais pas m’éterniser sur la question, mais de mon côté, entre trois et cinq jours de cure (au-delà ça me semble vraiment trop long) m’ont toujours permis de gagner en vitalité (même si paradoxalement, une cure de jus incite à se reposer et prendre soin de soi par ailleurs), en légèreté, tout en me permettant de reprendre mes bonnes habitudes alimentaires par la suite – je le considère un peu comme une remise à zéro.

Au bout de trois jours de repas liquides, soit la durée de ma cure Detox Delight, mâcher et manger quelque chose de solide ça me manquait… ce qui ne veut pas dire que je me suis précipitée à manger n’importe quoi (et de toute façon, ce serait un peu dommage de se jeter sur des pizzas et des pâtes sitôt la cure terminée). Il faut se réhabituer, doucement, à mâcher, et c’est toujours une drôle de sensation, après avoir avalé des litres de jus auparavant.

Et quels sont les avantages d’une cure de jus Detox Delight au juste?

Le principal atout (je trouve) d’une cure Detox Delight, c’est que tout est préparé à l’avance et livré sur le pas de votre porte dès que vous commencez votre cure.

Lors de mes précédentes cures maison, éplucher, couper les fruits et légumes, préparer les jus à la minute (ou s’organiser pour les préparer à l’avance en cas de déplacements), puis nettoyer les machines (la centrifugeuse + le blender) plusieurs fois par jour, c’était quand même la phase la moins rigolote de la cure.

Là, les jus de mes trois jours de cure sont arrivés un beau matin, et tout ce qu’il me restait à faire c’était de les boire (et de faire de la place dans mon frigo, parce que 18 bouteilles de jus, ça prend de la place mine de rien!).

Je m’inquiétais un peu de la qualité des jus, préparés à l’avance, mais en fin de compte, j’ai été très agréablement surprise de la fraicheur de mes jus. Il faut aussi souligner que les jus Detox Delight sont pressés à froid, ce qui permet de limiter l’oxydation et préserver un maximum de qualités nutritionnelles.

Si je pense qu’un jus pressé à la minute sera toujours meilleur (aussi bien en goût qu’en terme de qualités nutritionnelles), j’ai été ravie de constater la qualité de ces jus pressés à froid.

Notons également que les fruits et légumes utilisés dans les jus Detox Delight sont biologiques (et ça aussi, mine de rien, c’est très important). Enfin, les jus sont sans gluten et végétaliens… mais ça tombe sous le sens!

Retrouvez ici les cinq atouts majeurs de Detox Delight.

Cure de jus Detox Delight

Dans la pratique, la cure de jus Detox Delight est très simple à suivre – les bouteilles sont numérotées, afin de prendre les bons jus, aux bons moments et tout ce qu’il reste à faire c’est de veiller à espacer les jus d’au moins deux heures.

Je ne me souviens pas avoir eu de fringales particulières, et je n’ai pas cédé à l’appel du grignotage (si toutefois on en ressent le besoin, on peut très bien prendre une poignée de noix, une pomme ou des fruits secs par exemple).

De mon côté, j’avais choisi la cure classique (pour trois jours), la Juice Delight, qui se compose de cinq jus et d’un lait de noix (à consommer le soir). Chaque jus est parfaitement équilibré (entre 40% et 50% de légumes) pour éviter une trop haute teneur en fructose et aider l’organisme à garder un pH alcalin.

Et alors, c’était bon? Un grand oui! Mis à part peut-être un jus que j’ai moins aimé que les autres (mais je ne me souviens même plus lequel), les mélanges de fruits et légumes étaient délicieux, et le lait de noix (qui contient un peu de sirop d’érable entre autres) était la touche un peu plus gourmande, parfaite pour terminer la journée.

Mon seul petit regret aura été le manque de variété de la cure – disons que trois jours de jus identiques, au bout d’un moment, c’est un peu lassant (même si je comprends bien qu’il est plus simple pour Detox Delight de préparer ses cures de cette façon).

Et là où le bât blesse, c’est au niveau du coût de la cure – la cure de trois jours, identique à la mienne, avec livraison par coursier incluse, coûte près de 170€… Une certaine somme qu’il faut être prêt à vouloir (et pouvoir) débourser!

Cela dit, une cure à la maison est loin d’être bon marché! Je me souviens avoir dépensé à l’époque entre 50 et 70€ (si mes souvenirs sont bons) pour trois jours de jus et smoothies que je me préparais moi-même.

Le luxe de recevoir tous ses jus sur le pas de sa porte a un prix! Mais je dois dire que compte tenu de la qualité des jus (extraits à froid, préparés avec des fruits et légumes biologiques…) c’est un prix que je trouve justifié après tout. 

*******

Si les différentes cures Detox Delight vous intéressent, n’hésitez pas à faire un petit tour sur leur site (qui est très complet). Et si la cure « tout jus » vous effraie, sachez qu’il existe aussi des formules de cures où les jus se combinent à un repas végétalien (ou deux) – il existe vraiment beaucoup de cures différentes, à vous de trouver celle qui vous conviendra le mieux.

Les parisiens peuvent aussi se rendre dans le bar à jus Detox Delight, qui se trouve au 106, rue Amelot, dans le 11e arrondissement.

Est-ce que ce type de cure vous intéresse? N’hésitez pas si vous avez des questions, je m’efforcerai d’y répondre au mieux! (J’ai tâché de ne pas rendre cet article trop indigeste par sa longueur… J’ai une sacré tendance à la digression, il faut bien le dire.)

Je vous souhaite une belle journée et vous dis à très vite ♡


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

Cette cure de jus Detox Delight m’a été offerte, mais mon avis est sincère et mes opinions restent les miennes.

8

Vous aimerez aussi

Links I Love #145

Links I Love 11 juillet 2017 Laisser un commentaire

C’est drôle comme de semaine en semaine, mes sentiments peuvent changer du tout au tout – dans mes derniers « Links I Love », souvenez-vous, je vous parlais (justement) de souvenirs et de nostalgie, alors qu’à l’heure où je vous écris, je ne suis pas d’humeur à regarder (trop) en arrière.

J’ai plutôt des envies de recommencer à zéro (comme ça m’arrive environ tous les mois – la vie, cet éternel recommencement), de me couper les cheveux bien plus court, par exemple, de cesser de penser au passé et aux personnes qui le peuplent (et qui ne font plus vraiment partie de mon présent) et puis de changer, de ralentir, de m’apaiser.

C’est difficile à décrire, mais je me trouve souvent, au fond, pleine d’une agitation ou d’une autre. (Je préfère le mot anglais restlessness, je ne sais pas trop pourquoi.) Que ce soit face à l’avenir qui n’arrive pas assez vite, face à un sentiment de surplace permanent dans ma vie, plus ou moins exacerbé selon les périodes ou face à des choses qui me tiennent à cœur. 

J’ai toujours pensé que ça allait de pair avec mon caractère passionné qui n’aime pas se contenter de la tiédeur, et c’est sûrement lié, mais cette sorte d’agitation intérieure peut me jouer des tours (assez souvent pour tout vous dire).

Par exemple, ces derniers temps, je me sens plus engagée – que ce soit au niveau de la protection animale, de la politique, de l’écologie… Je m’informe, j’assiste à des conférences, je regarde des vidéos, et si je suis bien loin de maîtriser tous ces sujets, je me laisse souvent emporter par mes sentiments et mon indignation. Et au fond, cet excès de sentiment me nuit plus qu’autre chose, étant donné que je manque clairement de recul.

Alors bon, oui, je crois que j’ai besoin (envie?) de prendre du recul. De m’apaiser et de tempérer mon (sale) caractère. De retrouver un peu de bienveillance et de calme. J’ai peut-être juste besoin de vacances?

D’ailleurs, ce week-end passé était comme un préambule à mes vacances: je suis allée en Normandie, à la mer, avec ma famille, et c’était paisible. J’ai rapporté des coquillages, du sable entre mes orteils, quelques petits coups de soleil, des dizaines de photos de la mer et de jolis souvenirs en famille.

J’avais emmené mon appareil photo, mais je ne l’ai finalement jamais emmené avec moi à la plage… Avoir son téléphone dans la poche c’est quand même plus pratique!

Un jour il faudra que je vous parle de mon rapport conflictuel avec la photographie (de laquelle je me suis quand même beaucoup détachée ces dernières années, pour tout un tas de raisons) mais je crois que je peux vous résumer ma pensée en deux points: je préfère souvent profiter du moment présent plutôt que de l’immortaliser à outrance + un nouvel appareil photo, plus léger, de type hybride, me donnerait assurément plus envie de m’y remettre, je crois…

Mais enfin, tout ça pour dire que ces quelques jours à la mer, organisés à la dernière minute, m’ont fait le plus grand bien… et m’ont donné envie de revoir l’océan plus souvent, de retourner en Normandie et en Bretagne, peut-être même pour une escapade solitaire un jour.

Pardon, je ne n’avais pas anticipé d’être aussi dispersée dans mes écrits aujourd’hui, mais je crois que ça reflète plutôt bien ce qu’il se trame dans mon esprit ces jours-ci. Et vous, partagez-vous mon agitation épisodique?

Je vous laisse avec ma petite sélection de lectures du moment:

  1. Si vous avez vu Wonder Woman, vous allez forcément rire un peu (voire beaucoup) face à la « critique » par l’absurde d’un Odieux Connard. Si vous ne l’avez pas vu (et comptez le voir), fuyez, l’article raconte tout le film! (unodieuxconnard.com)
  2. Je partage le goût des châteaux et l’amour du Grand Siècle avec Louise, alors cette petite série de photos faites à Sceaux m’a beaucoup plu. (misspandora.fr)
  3. Une recette de one-pot-pasta aussi simple que délicieuse! (en anglais) (joanne-eatswellwithothers.com)
  4. Des images de Beverly Hills, et un début de réflexion sur Instagram et l’uniformisation des goûts et tendances constatée sur ce réseau (et au delà, sur beaucoup de blogs). (en anglais) (wishwishwish.net)
  5. Mais quel joli mariage! Je suis vraiment tombée sous le charme de la jolie journée d’Emilie et Thibault, immortalisée par Laurence Revol. (unbeaujour.fr)
  6. Il faut croire que j’ai envie de manger des pâtes avec des légumes verts dedans en ce moment. Hop là, voilà une nouvelle variante! (en anglais) (golubkakitchen.com)
  7. J’ai beaucoup aimé ce projet photo, cette réinterprétation du célèbre tableau de Leonardo da Vinci, La Cène, de façon très personnelle, comme symbole d’une renaissance… Étant donné le sujet de mes réflexions ci-dessus, c’est sans surprise que ça m’a beaucoup plu! (en anglais) (annstreetstudio.com)

J’espère que ces « Links I Love » vous auront inspiré… Et j’aimerais vous solliciter, pour renouveler un peu mes sources de lecture (il faut que je fasse le ménage dans mes flux RSS cet été…) – quels sont vos blogs favoris, à vous? (Mille mercis d’avance!)

Sur ces bonnes paroles, je vous souhaite une belle semaine – j’aimerais revenir vous parler de livres peut-être, mais je ne suis pas certaine de trouver le temps d’écrire cette semaine, et le week-end qui arrive, je quitte de nouveau Paris, encore pour retrouver ma famille, mais à la campagne cette fois! 

À très bientôt ♡


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

18

Vous aimerez aussi

Links I Love #144

Links I Love 4 juillet 2017 Laisser un commentaire

En cette première édition de « Links I Love » du mois de juillet, je vais évoquer mon sujet favori: le temps qui passe, et bien trop vite. (Et la nostalgie qui en découle.)

Le mois de juin s’est terminé avec un sourire et un au revoir doux et amer à la fois – il ne me reste que mes souvenirs, ô précieux souvenirs de tout ce qui a été joli en ce premier morceau d’été. J’aimerais pouvoir les ranger soigneusement entre deux feuilles de papier de soie, dans un grand livre à la reliure ancienne et pleine de dorures effacées par le temps, et les retrouver à l’envi, dans la grande bibliothèque de mon esprit, avec autant de vivacité que je les vois maintenant.

Parce que les souvenirs, comme tout le reste, ça s’efface, ça s’oublie, et ça ressemble bien vite à une vieille photo délavée, oubliée au fond d’une boîte. Ils s’effacent (bien sûr) pour laisser place à de nouvelles images, de nouveaux souvenirs et ne laissent, au fond, jamais de place au vide, et pourtant, pourquoi s’y attacher tant?

Je ne sais pas bien d’où me vient cette propension à aimer vivre dans le passé, à sans cesse vouloir me souvenir des jolies choses, plutôt que d’imaginer le futur (qui me fait peur, sans doute).

Quand j’étais petite déjà, j’adorais regarder de vieilles cassettes de mon enfance heureuse – il ne s’y passait peut-être pas grand chose, je dansais, je faisais de la balançoire, j’aimais raconter des choses à la caméra, haute comme trois pommes que j’étais…

C’est peut-être tout simplement plus « confortable » de vivre dans la douceur de ses souvenirs, plutôt que de se confronter à l’inconnu de l’avenir? Psychologie de comptoir mise à part, ça ne m’empêche pas de vivre au jour le jour… mais de préférer me lover dans mes souvenirs d’hier, donc.

Et hier c’était donc juin. Un mois dont je garderai un souvenir ensoleillé, un sentiment d’insouciance et un parfum de légèreté qui m’auront fait le plus grand bien après un printemps trop mouvementé. Trente jours partagés entre amis, famille (et un garçon aussi).

Il y a eu des verres de rosé en terrasse (beaucoup), des promenades nocturnes à travers Paris, de chouettes lectures, des rires, des pâtes au citron et des bisous dans le cou. C’était doux, surprenant et infiniment joli. Mais c’est déjà fini. (D’où ma nostalgie teintée de mélancolie…)

Pourtant il n’y a pas de raison pour que juillet, août, et tous les mois suivants ne soient pas beaux, à leur manière, différemment. Mais que voulez-vous, on ne change pas son caractère du jour au lendemain… même si j’y travaille, je vous assure!

De toute façon, il y aura toujours des jours où il sera plus simple de se réfugier dans le passé. (Et disons que ces jours-ci en font partie.)

Et vous, quels rapports entretenez-vous avec votre passé et vos souvenirs? 

Il est temps de vous laisser découvrir ma (courte) sélection de la semaine:

  1. Anne m’a donné envie d’aller à la découverte de Gand, capitale végétarienne de l’Europe, pas vous? (le-chien-a-taches.com)
  2. Après l’union civile de Jennifer et William partagée avec vous la semaine dernière, place aux images de leur cérémonie religieuse (et c’est beau). (unbeaujour.fr)
  3. Une recette qui m’a l’air plus qu’appétissante! (en anglais) (golubkakitchen.com)
  4. Encore (décidément) de belles images de la Norvège, cette fois sur le blog de Juliette. (jenesaispaschoisir.com)
  5. Cette petite recette de cheesecake « cru » à la menthe et au chocolat m’a l’air parfaite pour rafraichir nos palais en ces chaudes soirées estivales! (becomeadinosaur.com)
  6. Cet article sur Edimbourg m’a donné envie d’y retourner pour visiter la ville plus calmement – j’y ai passé une journée en janvier, mais c’était bien trop peu! (mangoandsalt.com)
  7. Natacha nous parle de sa liberté de blogueuse, et d’acceptation des multiples facettes qui nous composent tous. (natacha-birds.fr)
  8. Qui dit été, dit aubergines (et tomates, courgettes, poivrons…) – cette recette de tartinade d’aubergine et noix tombe donc à pic! (christelleisflabbergasting.com)

Ces articles vous ont-ils plu?

Quant à moi je file, cette semaine sera encore un peu chargée, et je pense déjà au week-end (pour dormir, j’accumule un gros retard de sommeil ces derniers temps).

Belle journée!

(Comme à peu près tous les ans en début d’été, j’ai envie de rejouer à Final Fantasy. À défaut, j’écoute de la musique de Nobuo Uematsu.)


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

13

Vous aimerez aussi