Articles de la catégorie

Journal de Bord

Souvenirs de l’année passée… pour bien accueillir 2018

Journal de Bord 15 janvier 2018 Laisser un commentaire

Le mois de janvier déjà bien entamé, je voulais quand même revenir un peu avec vous sur l’année passée mais aussi imaginer comment sera l’année à venir, pour bien accueillir 2018 et tracer les contours des bonnes intentions qui m’animent à l’aube de cette nouvelle page blanche…

Je crois que chaque année je le dis, mais le mois de janvier n’est jamais très joyeux pour moi – la fatigue, la grisaille et le froid se mêlent à la nostalgie des fêtes trop vite passées et souvent, penser à l’année qui arrive est bien le dernier de mes soucis, mes envies se limitant à rester sous la couette avec un bon livre.

Mais avant de penser à 2018, je vous emmène à travers quelques uns de mes souvenirs de 2017 – une année qui n’était pas extraordinaire mais parsemée de jolis moments comme de moins jolis, une année de transition, ou peut-être juste une année comme les autres, riche en découvertes, mais aussi riche d’une douce monotonie…

C’est parfois difficile de parler honnêtement des choses, surtout sur internet, sur les réseaux sociaux, où l’on ne montre que les jolies choses de nos vies (et tant mieux après tout) mais je crois que c’est aussi simple que ça: mon année 2017 a été difficile parfois, très belle par ailleurs, toujours remplie de doutes et de peurs, mais aussi pleine de belles découvertes (de toutes sortes).

C’était peut-être un peu comme ça pour vous aussi?

La Place Dauphine que j’aime tant et une vue sur le Quai des Orfèvres, depuis le pont Saint-Michel

En 2017, j’ai déménagé. J’ai quitté Saint-Michel et un appartement un peu cabossé dans lequel j’avais eu la chance de vivre depuis presque six ans. Il me semble que je vivais rive gauche depuis toujours, et le 6e arrondissement où j’avais emménagé presque par hasard il y a près de dix ans, m’a vue passer de quartier en quartier, grandir, sourire et pleurer entre la rue de Rennes, en passant par la rue de l’abbé Grégoire jusqu’à la rue Saint Séverin (officiellement dans le 5e arrondissement, mais bon).

Vous le savez, j’aime passionnément Paris, mais je crois que cet amour n’aurait pas été le même si je n’avais pas vécu aussi longtemps en plein cœur de la ville. Je ne compte plus les souvenirs que j’ai semés dans le 6e arrondissement et ses alentours… La rue Princesse me rappelle une rencontre qui a un peu changé ma vie, le Jardin du Luxembourg m’a vue le traverser mille et une fois, sous la pluie, au soleil, seule, avec des amis, triste ou souriante et les rues qui en repartent n’ont plus aucun secret pour moi.

Mais j’ai dû déménager. Et si depuis j’ai tissé mon cocon ailleurs, dans un joli petit studio du 12e arrondissement, je crois que j’ai laissé un morceau de moi à Saint-Michel et dans les rues du 6e arrondissement que j’aime tant… et dans lequel je reviens aussi souvent que possible.

Ça peut vous sembler un peu excessif peut-être et après tout, je n’ai pas quitté Paris, mais ce départ m’a tout de même profondément marqué. (Et vous devriez le savoir maintenant, quand j’aime, c’est souvent passionnément.)

Le Nouveau Nom, dont je dois encore vous parler et Les Disparus du Clairdelune, que j’ai adoré.

En 2017 j’ai aussi beaucoup lu. Encore plus que l’année précédente, et avec davantage d’assiduité, maintenant que je passe plus de temps dans le métro et que j’y lis presque systématiquement (une habitude que je n’avais pas avant, bizarrement).

J’ai amplement atteint (et même dépassé) mon objectif de trente livres en ayant lu trente-trois livres, soit 12 732 pages de fictions historiques, de fantasy, de classiques et autres livres sur le véganisme notamment.

C’était une belle année, car à l’exception de quelques ouvrages et histoires qui m’ont un peu moins plu, j’ai vraiment adoré ce que j’ai lu, certains de ces livres ayant depuis rejoint le rang de mes grands favoris.

Je pense par exemple à la saga de la Passe-Miroir, de Christelle Dabos, dont l’univers fantastique et imaginatif m’a transportée, à L’Ombre du Vent de Carlos R. Zafón dont les mots résonnent encore en moi ou encore aux deux premiers tomes des enquêtes de Nicolas Le Floch, dont je vous reparlerai, mais qui m’ont beaucoup, beaucoup plu.

Le début de ma collection Harry Potter, illustrés par Jim Kay

Et je ne pouvais pas vous parler de mes lectures sans mentionner le bonheur que ça a été de me replonger dans Harry Potter et ses sept tomes cet automne. Je n’avais pas relu Harry Potter depuis des années, au point où j’en avais oublié certains détails et à force d’y songer, j’ai fini par sauter le pas, et m’y replonger… et c’était fabuleux.

C’était aussi la première fois que je lisais les quatre premiers tomes en anglais (après les avoir lus et relus en français quand j’étais plus jeune) et comme avant, mes préférés ont été The Chamber of Secrets et The Half-Blood Prince. J’ai de nouveau adoré détester Dolores Umbridge, pleuré la mort de certains personnages chers à mon cœur et encore regretté de ne pas avoir étudié moi aussi à Hogwarts.

Si l’ensemble de mon année littéraire vous intéresse, vous pouvez aller la consulter sur Goodreads, juste ici.

Et puis en 2017 je suis aussi souvent allée au cinéma, peut-être un peu moins qu’en 2016, mais toujours aussi passionnément.

Parmi mes favoris, il y a eu La La Land, évidemment, mais aussi La Belle et la Bête (car je reste une grande enfant), Moonlight, dont je ne vous ai pas parlé à l’époque mais qui m’a beaucoup touchée, Loving, Coco, fabuleux et lumineux, 120 Battements par Minute, qui est superbe et indispensable et Au Revoir Là-Haut, qui m’a transportée.

Aller au cinéma est une expérience que j’ai beaucoup vécue seule l’année dernière et je crois que je préfère souvent être en tête à tête avec les films qui me transportent (mais ça fait longtemps que je fais ça, et je continuerai longtemps à le faire)(même si j’aime évidemment partager des films entre amis aussi!).

Côté séries, j’ai aussi fait de belles découvertes, même si j’ai finalement passé moins de temps devant Netflix que je ne le pensais! Je vous ai déjà parlé de Anne with an « E », mais j’ai aussi beaucoup aimé The Last Tycoon ou encore Strike, l’adaptation sur petit écran des livres policiers de J.K. Rowling écrits sous pseudo.

Et comment ne pas vous parler de The Big Bang Theory, qui a accompagné bon nombre de mes soirées cet automne (eh oui, j’ai regardé le dix saisons à la suite, mordue que je suis) et que j’ai adoré. Évidemment tout le monde connaît déjà, mais bon, mieux vaut tard que jamais!

Les canaux de Gand et la mer à Villers-sur-mer

En 2017… je n’ai pas beaucoup voyagé, mais j’ai quand fait de jolies escapades!

C’était aussi la première fois que je voyageais seule, certes pour une courte durée (trois jours) et pas très loin (en Belgique) mais j’ai beaucoup aimé découvrir Gand seule, me perdre dans ses ruelles et décider de mon programme en toute liberté.

J’aurais évidemment adoré partager mes découvertes avec quelqu’un, mais je crois que c’était un petit défi que je voulais relever et… après tout pourquoi pas? Je fais tant de choses seule, alors pourquoi pas voyager aussi!

Toutes mes autres escapades se sont déroulées en France – un joli week-end ensoleillé et doux sur la côte normande, un peu plus de 24h à Granville, un saut de puce à Lille (pour le travail), des séjours plus ou moins longs à la campagne chez mes parents et une nouvelle après-midi à Chambord.

De rares escapades, mais qui m’ont toujours fait le plus grand bien.

Et sinon, aussi en 2017…

  • J’ai lu des livres sur le véganisme, participé à quelques conférences sur le sujet et manifesté dans les rues de Paris pendant la Marche pour la fermeture des abattoirs. Je végétalise mon alimentation et suis de mieux en mieux informée… Mais je ne suis pas encore végane, tiraillée entre mes habitudes et une éthique à laquelle pourtant j’adhère. Je ne sais pas si je le serai vraiment un jour, mais j’apprends et je fais au mieux.
  • Un nouveau tatouage a vu le jour sur mon bras. Ce n’était absolument pas prémédité, j’ai simplement eu un coup de cœur pour un flash, dans le book d’un tatoueur argentin de passage à Paris. Et je l’ai fait. (J’en suis ravie, si vous saviez!)
  • J’ai arrêté de fumer, quelque part cet été, sans vraiment en prendre la décision. Ça ne m’empêche pas de piquer quelques cigarettes à mes amis en soirée (pardon!), mais je crois que cette habitude m’a finalement lâchée – et c’est pas plus mal.
  • J’ai pris moins de photos que les années précédentes, je ne sais pas très bien pourquoi, et pourtant j’adore ça. (En réalité mon perfectionnisme s’est trop souvent heurté à mes comparaisons avec les photos des autres, toujours plus jolies que les miennes, forcément…)(Et j’ai voulu regarder le monde plus souvent avec mes yeux qu’avec mon objectif je crois aussi.)
  • J’ai eu les cheveux très, très longs, puis très courts et c’est chouette, ça change.
  • Ah et j’ai aussi davantage cuisiné, maintenant que ma cuisine est un peu plus fonctionnelle (riquiqui, mais fonctionnelle) – des tartes, des cookies, des gratins et beaucoup d’essais de recettes véganes. De quoi enfin mettre mes différents livres de recettes à profit!

Je ne pensais pas que j’aurais envie de revenir sur cette année passée de façon aussi « détaillée » et pourtant… voilà chose faite! Et je suis assez heureuse de constater que mes souhaits, évoqués l’an dernier, se sont tous plus ou moins réalisés…

Et donc, 2018? 

Il est certain que, tout comme les années précédentes, je vais tâcher de dompter mes impatiences, tâcher de mettre de côté les doutes et peurs qui se font parfois bien trop nombreux… et continuer à espérer qu’il se passera quelque chose de grand, quelque chose qui fera que mon impression de « tourner en rond » sera moins forte. Une rencontre, un grand changement professionnel, un vrai, grand projet qui se dessine… Je ne sais pas bien, mais quelque chose comme ça, ce serait chouette.

Mais mon épanouissement ne doit pas dépendre de cet espoir un peu fou (un peu naïf peut-être surtout) et je continuerai à faire ces petites choses qui me rendent heureuse et qui, mises bout à bout, feront de cette année à venir une belle année, quoi qu’il arrive.

Alors cette année, pas de liste de souhaits ou de résolutions, rien d’écrit noir sur blanc, mais juste quelques belles intentions à garder dans un coin de ma tête… Comme celle de prendre soin de moi et de m’écouter, de faire preuve de bienveillance aussi bien envers les autres qu’envers moi-même.

Je crois que ces dernières années j’ai appris à m’affirmer de plus en plus, appris à assumer mes goûts et mes choix, alors il n’est pas question de m’arrêter en si bon chemin! Et puis parmi mes bonnes intentions, il restera toujours celle de me cultiver davantage, par quelque moyen que ce soit (vidéos, podcasts, livres…) et si l’an passé j’ai beaucoup lu sur le véganisme, j’ai l’impression que 2018 sera peut-être davantage l’année du féminisme pour moi. (L’actualité n’étant évidemment pas étrangère à ça…)

Enfin, et c’est peut-être l’idée la moins évidente à mettre en œuvre pour moi, je ne sais pas, mais j’aimerais savoir demander de l’aide quand il le faut, pour de vrai. Peut-être que je suis trop fière, un peu trop indépendante parfois, et par conséquent trop gênée, trop perdue, pour demander de l’aide quand en réalité j’en ai vraiment besoin.

Voilà, plus de bienveillance, à tous égards, moins d’auto-culpabilisation (on y croit) et toujours plein de livres, de séances de cinéma et de promenades au vert. Allez, 2018 sera chouette, hein dites?

Je ne pouvais pas clore cet article (déjà beaucoup trop long) sans vous remercier d’être là, année après année, pour échanger avec moi et me lire, me laissant parfois des petits mots qui me touchent souvent beaucoup. Merci ♡

Et vous alors, quelles sont vos rêves, envies et bonnes intentions pour 2018? Racontez-moi!

Je vous souhaite de nouveau une belle année, qu’elle soit douce, lumineuse, joyeuse et riche de tout ce qui vous rend le plus heureux!

Passez une belle semaine et à très vite…


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le  situé sous cet article – merci!

26

Vous aimerez aussi

Postcrossing, ou la nostalgie de l’écriture manuscrite (+ Concours Popcarte)

Journal de Bord 10 novembre 2017 Laisser un commentaire

Peut-être que si vous me suivez depuis un certain temps, vous savez que j’aime m’adonner de temps à autres au Postcrossing… et que je suis, par conséquent, devenue un peu malgré moi, collectionneuse de cartes postales!

Mais avant tout, qu’est-ce que le Postcrossing?

Le principe est simple comme tout: en vous inscrivant sur le site, vous tirez au sort des adresses d’autres personnes au hasard, dans le monde entier, et leur envoyez des cartes postales. En retour, votre boîte aux lettres elle aussi se remplit de cartes venant d’ailleurs.

Mais attention, ce n’est pas un échange – la première personne dont vous tirez l’adresse au sort, n’aura pas votre adresse pour vous écrire à son tour! (Sauf si vous la lui donnez, mais ça c’est une autre histoire.)

En somme, toutes ces petites cartes postales sont comme des petites pépites manuscrites destinées à égayer un peu les boîtes aux lettres et tournées des facteurs – du moins c’est comme ça que je le vois. C’est aussi l’occasion d’en savoir davantage sur d’autres cultures et langues que la notre et peut-être même de se faire des amis de l’autre côté du monde si l’échange dépasse la première carte.

De mon côté, ça fait deux ans que je suis inscrite sur le site et dans ce laps de temps, j’ai envoyé un peu moins de 280 cartes… Ça paraît énorme, et pourtant, sur Postcrossing vous croiserez des profils de passionnés qui en quelques années ont déjà envoyé des milliers de cartes (et je me suis toujours demandé comment ces gens faisaient pour en envoyer autant!).

Il est possible sur son profil Postcrossing, d’indiquer ses préférences en matière de cartes postales, afin d’orienter le choix de la personne qui tirera votre adresse au sort. À vrai dire, au début je ne l’avais fait qu’à demi-mot, mais après avoir reçu des cartes que je ne trouvais pas très jolies, j’ai indiqué un peu plus clairement ce que j’aimais (et n’aimais pas!).

Si vous voulez jeter un œil sur mon profil, c’est par ici (et sur mon « mur de cartes » vous pourrez voir celles que j’ai reçues et envoyées aussi!)

Personnellement, j’utilise Postcrossing moins dans un but de collection de cartes postales (contrairement à beaucoup d’inscrits…) mais davantage dans un but de partage et d’altruisme. Ça peut vous sembler étrange, d’autant qu’il s’agit de cartes envoyées à de parfaits inconnus…

Mais si chaque profil auquel j’adresse une carte ne « m’inspire » pas nécessairement, je prends tout de même grand soin d’écrire un petit quelque chose qui (je l’espère!) plaira à son destinataire. Je partage mes derniers coups de cœurs littéraires ou cinématographiques, je parle de mon amour de Paris, j’inclus une citation qui me touche ou parfois même raconte une anecdote très personnelle… après tout elle est adressée à un inconnu!

Avec ma petite boîte remplie de stickers et masking tape, je personnalise souvent mes cartes selon les goûts du destinataire, j’y ajoute un joli timbre et voilà, j’envoie un petit bout de moi-même, parfois très loin, croisant les doigts pour que la carte arrive à bon port…

Si je vous ai donné envie de vous y mettre à votre tour, sachez que mon site favori où trouver de belles cartes est Postal Love, un site russe où je fais une razzia de cartes peut-être une fois par an. Vous trouverez de belles et originales cartes sur Etsy également et de très beaux coffrets de cartes postales (Disney, The New Yorker, etc..) dans les grandes librairies par exemple.

Et si toutefois vous vous sentiez d’humeur créative, pourquoi ne pas créer vous-même vos cartes postales?

Les cartes que vous voyez là ont été crées à l’aide de Popcarte, un site qui vous permet de créer des cartes postales (mais aussi cartes de vœux, d’anniversaire ou faire-parts) à votre image, à travers divers collages et mises en scène…

Comme vous le voyez, plutôt partisane de la simplicité, j’ai préféré faire imprimer quelques unes de mes dernières photos en pleine page pour pouvoir dire « c’est moi qui l’ai faite! » et ajouter une touche encore plus personnelle aux cartes que je vais envoyer aux quatre coins du monde.

Pour me faire une petite idée des différents papiers disponibles, j’ai essayé les trois options disponibles:

  • Le papier satiné, celui qui ressemble le plus à un papier de photo, brillant au recto et donc satiné au verso, et ce n’est pas vraiment mon favori pour une carte postale…
  • Le papier nacré irisé, tout doux et vraiment joli avec ses reflets métalliques argentés – une belle surprise, parce que je ne savais pas à quoi m’attendre!
  • Le papier création, épais et robuste, à la finition mate: c’est mon préféré car il me rappelle le plus une véritable carte postale, sans oublier qu’il est plus agréable d’y écrire à l’encre.

Ah et j’ai failli oublier – ce qui est chouette sur Popcarte, c’est qu’on peut aussi faire envoyer nos cartes directement à nos destinataires via leur site. Si vous choisissez cette option, votre message ne sera évidemment pas manuscrit, mais vos cartes arriveront plus vite!

Et parce que Noël approche (ou parce que je vous ai convaincu de vous mettre à Postcrossing, qui sait!), j’ai le plaisir de m’associer à Popcarte pour vous faire gagner un bon d’achat de 40€ à dépenser sur le site pour que vous puissiez à votre tour créer vos propres cartes de toutes sortes.

Pour participer, rien de plus simple, laissez moi juste un commentaire sous cet article en me disant ce que vous avez envie de partager avec le monde si jamais vous décidez de vous inscrire à Postcrossing, par exemple. Le concours est ouvert jusqu’au jeudi 16 novembre, 20h et n’hésitez pas à en faire part aux amoureux de papeterie qui vous entourent!

J’espère que cet article vous a plu, et si vous aviez la moindre interrogation quant à un aspect de Postcrossing que je n’ai pas abordé, n’hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires.

Mais peut-être êtes-vous déjà adepte du Postcrossing? Est-ce qu’une sélection shopping spéciale cartes postales et papeterie vous intéresserait?

Je vous souhaite une belle fin de journée et un très beau week-end!


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

43

Vous aimerez aussi

Les Jolies Choses #20

Journal de Bord, Les jolies choses 23 juillet 2017 Laisser un commentaire

Ça faisait une éternité que je voulais vous préparer une nouvelle édition de « Jolies Choses » – et puis je n’ai jamais pris le temps de faire mes photos, je suis partie en week-end à la mer, puis au vert, et j’ai aussi un peu oublié…

Mais me revoilà enfin, pour partager avec vous quelques unes des choses que j’ai aimé ou qu’on m’a envoyé récemment (et que j’ai aussi aimé). C’est parti!

On commence avec mon seul et unique achat de soldes (pour l’instant) et dont je suis follement ravie: un nouveau sac Matt & Nat, qui sera de toute beauté pour cet automne-hiver (et au-delà) avec sa jolie couleur cerise (il est un peu plus foncé en réalité).

Depuis que j’ai déménagé et que j’ai passé de longues journées à trier tout et n’importe quoi, en me demandant comment diantre l’on pouvait accumuler autant de choses (certes, en dix ans de vie parisienne), j’ai envie d’une approche plus minimaliste dans ma vie… et donc de mieux acheter.

M’offrir un sac Matt & Nat (qui a un certain prix, il faut bien le dire et c’est aussi pour ça que j’en ai profité pendant les soldes) s’est fait dans cette démarche à la fois plus responsable et minimaliste. Je tâche désormais de m’offrir des produits de qualité, intemporels, qui me suivront de nombreuses années.

Matt & Nat est aussi un choix évident pour mon éthique qui se véganise de jour en jour. Car si vous l’ignoriez encore, Matt & Nat est une marque végane, qui utilise notamment des matériaux recyclés. Une belle marque, en somme!

Est-ce que vous connaissiez Matt & Nat? Que pensez-vous de mon nouveau sac?

Si vous souhaitez à votre tour vous offrir une de leurs créations, n’hésitez pas à regarder ce qu’il reste en soldes!

Hop, la transition est parfaite, alors que je viens d’évoquer avec vous le minimalisme, laissez-moi vous présenter Le Bonheur est dans le Peu*, de Francine Jay, un livre qui (vous vous en doutez) fait l’apologie du minimalisme et vous donne une méthode simple pour inviter ce dernier dans votre vie.

À l’heure où je vous écris, je ne l’ai pas encore tout à fait terminé (il ne me reste que quelques chapitres pratiques à lire) mais je dois dire que c’est une lecture idéale pour mes envies de simplicité.

Dans Le Bonheur est dans le Peu, l’auteure aborde avec légèreté un mode de vie désencombré et ses bienfaits, donne des petits conseils pour se détacher de ses objets et partage avec nous sa méthode pour appliquer le minimalisme à notre vie (qu’elle a baptisé « méthode Streamline »).

On passe également en revue, pièce par pièce, les différentes façons de se désencombrer, et c’est assez pratique pour mettre en œuvre (pour de vrai) un tri régulier.

De mon côté, ayant commencé à le lire juste après avoir déménagé/emménagé, je n’ai quasiment plus de tri « en attente » à faire, mais le livre m’a quand même donné quelques idées pour éviter d’encombrer de nouveau mon nouvel appartement (mais comme il est plus petit que mon ancien appartement, le minimalisme s’impose à moi!) et pour ne pas faire preuve de trop de sentimentalisme.

J’ai longtemps été une collectionneuse (et le suis encore à certains égards) mais j’aspire désormais à « moins » et, mine de rien, je respire mieux dans un espace moins rempli (même si j’ai encore beaucoup de choses, et que j’en aurai sûrement toujours beaucoup, ne serait-ce que des livres…).

Si le sujet vous intéresse, je vous invite aussi à regarder le documentaire Minimalism, disponible sur Netflix.

Qu’en est-il de votre côté? Êtes-vous plutôt collectionneur pathologique, ou minimaliste convaincu? (Vous pouvez être entre les deux, bien sûr!)

Sur mon nez en ce moment et pour me protéger du soleil: mes lunettes en bois ShinyWood*!

Une jolie marque de solaires qui a en outre une démarche éthique – pour chaque paire achetée, une partie des revenus est reversée à une association (comme Planète Urgence) qui œuvre pour l’environnement par exemple. (Leur site mériterait d’être plus clair sur leurs actions éthiques, je vous l’accorde.)

Quant aux lunettes que j’ai choisies, il s’agit du modèle Punta Cana, qui est un petit peu oversize, mais pas trop. Elles sont très confortables, le bois étant un matériau très léger et leurs verres sont de vrais verres solaires (Catégorie 3 – UV400).

Bref, je ne quitte plus mes lunettes en bois!

Connaissiez-vous ShinyWood? Est-ce que des lunettes en bois ça vous plaît? 

Le nouvel album de Lana del Rey est sorti il y a quelques jours, et si je suis encore en phase de découverte de l’album, je peux d’ores et déjà vous dire que certaines chansons me plaisent beaucoup. (D’autres moins, comme toutes celles chantées avec A$AP Rocky par exemple…)

Le côté éthéré de Lana del Rey, la tonalité souvent mélancolique et la douce langueur de la plupart de ses chansons en font la bande-son parfaite d’une matinée sous la couette, passée à lire des magazines et à boire du thé. (C’est en tout cas ce que j’ai fait ce week-end.)

Je crois que jusqu’ici, ma chanson favorite de son nouvel album, Lust for Life, est « Tomorrow Never Came », chantée avec Sean Ono Lennon, mais qui sait ce qu’il en sera dans quelque temps?

Et vous, avez-vous écouté le nouvel album de Lana del Rey?

Petit aperçu du bijou reçu dans la box Emma & Chloé* de ce mois de juillet – un joli bracelet Nilaï, qui aurait été idéal au bord de la plage quand j’étais en Normandie!

Qu’en dites-vous?

Il y a quelque temps, j’ai pu choisir deux jolis ensembles de lingerie sur le site Toutes les Poitrines, qui, comme son nom l’indique, propose un large choix de lingerie, quelle que soit la taille de son bonnet.

De mon côté, je préfère désormais porter un soutien gorge sans armatures, comme j’ai une poitrine plutôt menue et c’est d’autant plus confortable. Je me suis donc tournée vers deux ensembles qui allient confort et jolis détails…

D’abord ce joli ensemble de la marque Antigel de Lise Charmel*, qui me semble à la fois simple et sophistiqué, avec ses jolis détails à plumetis… Vous ne trouvez pas?

Quant à celui-ci, il s’agit de l’ensemble « Sweet Cotton »* de la marque Huit (qui n’est malheureusement plus disponible à ce jour). Il est confortable et tout comme l’ensemble Lise Charmel, présente de jolis détails qui le rendent unique.

Que pensez-vous de ces deux ensembles? Avez-vous aussi abandonné les soutien-gorges à armatures?

Il y a quelques semaines déjà, j’ai pu recevoir l’ensemble de la gamme les Petites Pousses*, pour pouvoir les goûter – ça changeait un peu de mes yaourts au soja!

Peut-être les avez-vous déjà aperçus au détour d’un rayon de supermarché, ces petits yaourts sans lactose ni soja? C’est en tout cas une vraie bonne idée pour étendre le choix des yaourts végétaux, quand on n’aime pas vraiment le goût du soja par exemple.

Parmi la gamme des Petites Pousses, vous trouvez des yaourts au lait de coco et au lait d’amande, en version nature mais aussi au chocolat ou à la framboise. Et la cerise sur le yaourt, c’est que toute la gamme est bio! 

De mon côté j’ai beaucoup aimé ces alternatives végétales, notamment la version chocolatée au lait de coco (j’ai un petit faible pour le lait de coco, sachez-le) et mon seul regret est peut-être de ne pas les trouver partout encore…

Leur prix (un peu élevé, il faut bien le dire)(aux alentours de 2,75€-2,95€) fait de toute façon d’eux un petit plaisir ponctuel!

Avez-vous déjà pu goûter aux yaourts les Petites Pousses? Qu’en avez-vous pensé?

Je voulais aussi vous montrer mes boucles d’oreilles préférées pour cet été que j’ai dénichées… chez Hema!

Le hasard fait parfois bien les choses… Comme ce sont des bijoux fantaisie, leur qualité me fait craindre qu’elles ne tiendront que le temps de cet été (elles commencent déjà à montrer des signes d’usure) mais je les aime follement.

Si toutefois vous savez où trouver des bijoux similaires, mais de meilleur qualité, n’hésitez pas à me le dire!

Il y a quelques jours, j’ai reçu un petit colis avec du thé vert Darjeeling de la part de Campagne de Thé, une marque allemande qui a une démarche éthique très intéressante.

En privilégiant le circuit court et supprimant les intermédiaires, 60% des bénéfices sont reversés aux producteurs locaux. Le thé est aussi conditionné dans de grands sachets de 250 grammes (pour réduire les déchets) et surtout il est bio, et entièrement traçable. Le tout à un prix défiant toute concurrence! (Retrouvez le détail de leur démarche juste ici.)

Les deux sachets de thé vert que j’ai reçus proviennent de jardins et de récoltes différentes, mais je ne les ai pas encore suffisamment dégustés pour déceler les différences (qui sont sûrement assez subtiles).

Quand l’été sera passé, peut-être que je me tournerai vers leur Darjeeling noir, une variété de thé que je trouve toujours plus propice à l’automne-hiver (tandis que je consomme davantage de thé vert l’été) – je serai en tout cas ravie de pouvoir soutenir une marque à la démarche éco-responsable!

Que pensez-vous de la démarche de Campagne de Thé?

J’espère que cet article ne vous aura pas semblé trop interminable – j’avais beaucoup de choses à partager avec vous! 

C’est bientôt les vacances pour moi, et je ne sais pas encore si je vais en profiter pour préparer quelques articles (parce que j’ai une longue liste d’articles à écrire, notamment sur mes dernières lectures et mes escapades passées) ou au contraire, rester loin de mes écrans, comme l’été dernier… À suivre!

En attendant, je vous souhaite un beau dimanche ♡


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

*Les articles marqués par une astérisque m’ont été offerts par la marque.

13

Vous aimerez aussi

Je suis venu te dire que je reviens… [Concours Terminé]

Journal de Bord 17 mai 2017 Laisser un commentaire

Yankee Candle

Il est temps de souffler sur la poussière qui s’est accumulée ici depuis presque un mois et de revenir vous écrire, ne serait-ce qu’un peu… est-ce que c’est comme le vélo et ça ne s’oublie pas?

Je ne savais pas bien comment revenir, quoi écrire, par quoi commencer. Un peu comme avec mes cartons, je ne sais pas bien comment m’y prendre… Parfois mon esprit qui se veut trop organisé ne me mène qu’à la paralysie. Mais il faut aussi dire qu’on y prend presque goût, à cette étape transitoire, où on a le droit de laisser trainer, de se reposer, d’attendre qu’on soit demain pour s’y mettre pour de vrai. (Ça n’est que temporaire après tout.)

Alors en guise de retour timide, je m’associe à Yankee Candle pour vous faire gagner deux bougies à l’occasion de la fête des mamans, pour les offrir.. ou même les garder pour vous!

Les deux bougies à gagner seront à choisir parmi les quatre variétés que la marque m’a gracieusement envoyé pour les tester. J’ai choisi des senteurs adaptées au printemps, fleuries et fraîches, à savoir…

  • Flowers in the Sun, un parfum fleuri et ensoleillé, qui vous emmène en promenade à travers des effluves d’agrumes et d’arbres en fleurs
  • Midnight Jasmine, une bougie aux accords résolument fleuris avec ses fleurs de jasmin, de chèvrefeuille, de néroli et de fleurs de mandarine
  • Shea Butter, un régal de bougie aux notes fraîches et réconfortantes à la fois – ça sent le beurre de karité, tout simplement!
  • Vanilla, dont je n’ai pas besoin d’expliciter l’odeur je pense…

Yankee Candle

Pour participer, rien de plus simple que de me laisser un commentaire en me racontant votre plus beau souvenir avec votre maman par exemple, ainsi que de suivre Yankee Candle sur Instagram si le cœur vous en dit.

Le concours est ouvert jusqu’à samedi 20 mai au soir, pour pouvoir ensuite faire parvenir les bougies à la gagnante juste à temps pour la Fête des Mères – c’est donc un concours express!

Quant à moi, je vais revenir doucement… J’ai encore mille et une choses à faire dans mon nouveau chez-moi (j’ai cruellement manqué de temps et c’était un long déménagement), j’apprivoise doucement mon nouveau quartier, songe à mes nouvelles habitudes sans trop regretter celles que j’ai laissées derrière moi et rêve d’un véritable jour de repos à ne rien faire du tout. (Bientôt je l’espère!)

Je vous souhaite donc bonne chance pour le concours, et une très belle journée – à très vite!


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le situé sous cet article – merci!

17

Vous aimerez aussi

Work in Progress

Journal de Bord 18 avril 2017 Laisser un commentaire

Work in progress

Work in progress… C’est un peu comme ça que je vois ma vie en ce moment.

La semaine dernière, surprise, j’ai fini par visiter, aimer et signer le bail d’un nouvel appartement. Ça m’est tombé dessus, presque sans crier gare, à un moment où je n’y croyais plus vraiment et où je m’étais résignée à prendre une chambre en colocation, parce que c’était toujours mieux que rien.

Juste après avoir empoché les clefs de mon nouveau petit studio, je suis partie en week-end au vert, comme prévu. D’ailleurs j’y suis toujours à l’heure où je vous écris. Et je fais du mieux que je peux pour éviter mes responsabilités de grande personne qui a un déménagement à préparer. (Ce n’est pas pour rien que je m’identifie tant à Peter Pan après tout.)

La semaine dernière, je vous disais que les petits et grands bouleversements de la vie ne pouvaient qu’apporter des choses bénéfiques in fineil faut croire que j’étais d’humeur philosophe. Maintenant que je suis au cœur du changement, je grince davantage les dents et j’ai bien hâte d’être après, quand les choses auront retrouvé de leur calme. Quand moi-même j’aurai retrouvé mon calme.

Nul doute que je suis un peu excessive dans mes sentiments, que mes peurs sont un petit peu irrationnelles parfois ou encore que je manque de souplesse sur certaines choses… C’est aussi le moment de me confronter à ces aspects de ma personnalité, peut-être pour mieux les dépasser et donc grandir un petit peu?

Je voulais simplement vous prévenir que je ne savais pas très bien quand je reprendrai un rythme de publication régulier et que je risquais d’être absente de ces pages pour quelque temps, pas trop longtemps je l’espère…

A très bientôt ♡

PS: J’ai tiré au sort la gagnante du concours Happi-home, et même si j’aurais voulu que vous gagniez toutes, c’est Joanna qui remporte le lot. Bravo à elle et merci pour vos participations!


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le situé sous cet article – merci!

23

Vous aimerez aussi