Articles de la catégorie

Journal de Bord

Sélection Déco avec PIB

Intérieur & Décoration, Sélections Shopping 7 avril 2019 Laisser un commentaire

Me revoilà, après près d’un mois et cette fois pour vous parler… déco !

Si vous vous souvenez bien, j’ai déménagé en début d’année et j’ai par conséquent quasiment triplé ma surface habitable – sans compter que je suis passée d’un petit studio semi-meublé, à un appartement pour deux quasiment vide (heureusement notre cuisine est bien équipée).

Bref, il a donc fallu qu’on achète des meubles, qu’on conjugue ensemble nos besoins et notre budget, et qu’on pallie au plus urgent (acheter un lit et un canapé). Maintenant que tout ça c’est fait, même s’il reste quelques cartons à vider, on passe doucement à la phase de décoration et de finition… et ça c’est plutôt chouette !

Notre petit chez-nous mêle à la fois le style années 50′ et le style scandinave, avec l’envie de créer quelque chose d’intemporel qui nous plaira encore dans quelques années (même si je m’interroge sur les façons dont les modes nous influencent, jusqu’à notre intérieur, mais ceci est une autre question…).

Alors quand le site PIB m’a permis de recevoir gracieusement l’un de leurs articles, mon choix s’est tourné vers le marche-pied de cette sélection, qui a trouvé sa place à côté de mon canapé, en guise de table d’appoint, et qui s’intègre tout à fait dans notre salon aux tonalités claires.

Je vous ai donc préparé une sélection shopping de meubles et articles de décoration dénichés sur le site de PIB, où vous trouverez de beaux meubles aux styles intemporels et fabriqués dans des matériaux nobles, ainsi que des éléments de décoration jolis et pratiques.

  1. Carafe à décanter, 45€ (au lieu de 55€) // 2. Lanterne en bambou, 75€ // 3. Marche-pied scandinave, 115€* // 4. Miroir doré, 280€ // 5. Canapé vintage, 2 280€ // 6. Meuble TV vintage, 840€ // 7. Table d’appoint en marbre, 195€ (au lieu de 215€) // 8. Bols en porcelaine, 35€ // 9. Lampe argentée, 95€

J’espère que cette sélection vous a plu et peut-être donné quelques idées !

De notre côté, il reste plein de petites choses à trouver pour agrémenter notre appartement – un fauteuil pour le salon, des plantes (mais c’est encore un autre problème avec mon chat qui croque tout ce qui est vert…), des lampes par-ci, par-là, de la décoration murale… Ça avance, doucement mais sûrement.

Et vous, comment avez-vous imaginé votre intérieur ? Peut-être que ça me donnera des idées !

À bientôt ♡


Article écrit en partenariat avec PIB
*produit offert


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

 

3

Vous aimerez aussi

Se souvenir de 2018… et s’imaginer 2019

Journal de Bord 29 janvier 2019 Laisser un commentaire

C’est avec un peu d’appréhension que je reviens ici, à l’aube de 2019, reprendre la plume pour évoquer l’année passée à travers mes souvenirs et me plaire à imaginer comment se présentent les mois à venir…

Je parle d’appréhension, mais c’est peut-être un peu fort : disons que je manque d’entraînement. Après des années à alimenter cet espace virtuel de façon quasi-hebdomadaire, il était rare que je me tienne tant éloignée du clavier. Mais après tout, écrire, ça ne s’oublie pas… non ?

Laissons là mes interrogations et autres considérations liées au blog (peut-être que nous y reviendrons) et laissez moi replonger un instant dans mes souvenirs de 2018, une année si belle et si douce…

Ambiance hivernale à la campagneLondres, en février dernier

Qui aurait pensé que quelques jours après avoir émis le souhait de vivre quelque chose de grand, je rencontrerais l’homme avec lequel je partage ma vie, mes joies comme mes peines, depuis maintenant un an ? Ça me paraît fou, complètement fou.

Chaque jour je me dis un peu plus à quel point j’ai vraiment eu de la chance de le rencontrer, lui qui me correspond tant, qui m’apporte tant… et que je n’aurais sûrement jamais croisé sans cette fameuse application de rencontre !

C’est certain, 2018 n’aurait pas été aussi douce, malgré les hauts et les bas, s’il n’avait pas été là.

Londres vu d’en hautLe tout premier bouquet qu’il m’a offert

Sans transition, l’année passée, j’ai encore un fois beaucoup lu – encore plus qu’en 2017 – à travers une grande variété de genres. BDs, romans, non-fiction, littérature jeunesse, manga… si je ne me suis pas cantonnée à un seul genre, j’ai quand même souvent abordé le thème du féminisme dans mes lectures et ça tombe bien, ça faisait partie de mes envies pour 2018.

J’ai aussi alterné lectures sur mon nouveau Kindle et véritables livres. Moi qui pensais rester une éternelle amoureuse du papier (et c’est toujours le cas) j’ai trouvé beaucoup d’avantages à ma liseuse qui est légère, facile à emporter et sur laquelle je me plonge plus facilement dans des livres que je n’aurais peut-être pas acheté en version papier.

En tout et pour tout, j’ai lu 41 livres en 2018, soit près de 11 088 pages de fictions historiques, de BDs et autres lectures plus ou moins passionnantes.

Le livre que j’aurai mis le plus de temps à lire aura été Orlando, de Virginia Woolf, mis de côté pendant des mois faute d’y trouver mon compte. Mais la plupart de mes autres lectures ont été de belles découvertes et j’ai particulièrement aimé :

  • Ici ça va, de Thomas Vinau, un très court roman où l’on découvre l’arrivée d’un couple à la campagne et où l’on replonge dans les souvenirs d’enfance du protagoniste. J’en garde un souvenir ensoleillé, doux et nostalgique comme j’aime.
  • Tomorrow, de Diamian Dibben (pas encore traduit en VF), un roman qui mêle fantastique et histoire avec brio à travers l’histoire d’un chien qui attend son maître pendant des centaines d’années et qui nous raconte ses souvenirs avec lui à travers toutes les cours d’Europe… Dit comme ça, ça semble étrange mais c’est un livre qui m’a vraiment passionné et quiconque aime l’histoire devrait aussi aimer ce roman.
  • All Creatures Great and Small, de James Herriot, ou les péripéties d’un jeune apprenti vétérinaire à travers les fermes et paysages du Yorkshire dans les années 1930-1940. C’est drôle, tendre et l’ambiance britannique est délicieuse. Je conseille chaleureusement !
  • Body Positive Power, de Meghan Jayne Crabbe, un livre qui fait beaucoup de bien à l’estime de soi et qui dénonce les dérives d’une société obsédée par les régimes et la minceur. À lire et relire, et à mettre entre toutes les mains.

Mais j’ai aussi adoré Lethal White, la suite des aventures policières de Cormoran Strike, des nouvelles policières de P.D. James, le troisième opus de la saga de l’Amie Prodigieuse, les deux premiers tomes du manga l’Atelier des Sorciers, et bien d’autres livres.

Mon rythme de lecture, couplé à mon manque de temps habituel a fait que je n’ai pas parlé de livres sur ce blog depuis très longtemps et qu’une année entière de lectures n’a pas été partagée par ici…

Évidemment, j’aimerais pouvoir vous reparler de livres à l’avenir, mais en attendant, n’hésitez pas à me suivre sur Goodreads, où je partage directement mon avis sur les livres que j’ai lus une fois que je les ai terminés.

Et vous, est-ce que 2018 a été riche en belles lectures ?

Belle lecture d’été – Jolie lumière du soir aux Tuileries

Côté cinéma, j’ai également passé de très bons moments (et souvent partagés, mon amoureux ayant aussi une carte de cinéma) devant les 39 films que je suis allée voir en salles.

Mention spéciale à Moi, Tonya que j’ai trouvé très bien fait (et Margot Robbie est incroyable), Call me by your Name, dont la langueur et la chaleur italienne m’a laissé de bons souvenirs, Avengers: Infinity War qui a été le seul film que je suis allée voir deux fois (il m’avait soufflée la première fois) et Plaire, Aimer et Courir Vite, émouvant et mélancolique comme j’aime.

En 2018 j’ai aussi vu une poignée de films de Noël qui m’ont changé les idées dans une période très chargée (j’ai beaucoup aimé Casse Noisette et Le Grinch, mais pas du tout Mary Poppins Returns qui m’a beaucoup déçu).

Je suis aussi retournée voir La La Land en janvier, et c’est un souvenir d’autant plus émouvant qu’il s’agissait d’un des premiers rendez-vous avec Romain, lui aussi grand amateur de ce film (et c’est en partie ce film qui nous a rapprochés initialement).

À la maison, les séries qu’on a adoré regarder ont été Lovesick, drôle et touchante à la fois, La Casa de Papel, Queer Eye et plus récemment Bojack Horseman et The Good Fight.

Ma liste de séries à regarder, elle, devient de plus en plus longue et je me demande si ça va s’arrêter un jour (probablement pas).

Strasbourg sous le soleil printanierLa Bretagne que j’aime tant

Et puis 2018 aura aussi été synonyme de très belles escapades, très souvent avec mon cher et tendre, mais pas que.

Je suis retournée à Londres, pour faire découvrir la ville à ma petite sœur et même s’il a fait très froid (c’était en plein cœur de l’hiver, en février) c’était drôlement chouette – on a visité l’expo Harry Potter à la British Library, fait de la balançoire à Hyde Park et visité Tate Britain, toujours une valeur sûre.

Au printemps, j’ai découvert Strasbourg le temps d’un court week-end avec Romain et ses amis de là-bas, c’était doux et la ville m’a beaucoup plu.

En juin c’était à mon tour de lui faire découvrir une ville, et non des moindres : Amsterdam, ma ville préférée au monde. (Oui désormais avant même Paris) Le séjour était idyllique, on s’est promenés, on a bien mangé et on a rapporté plein de fromage dans notre valise.

Puis on est partis en Bretagne, dans ce petit coin du Golfe du Morbihan duquel j’étais tombée amoureuse il y a quelques années. Là encore c’était c’était parfait, il a fait beau, on s’est baignés et on a mangé plein de crêpes et de galettes.

À l’automne il y a eu Anvers, très rapidement pour le boulot, mais c’était un chouette avant-goût avant d’y retourner un jour peut-être. Puis Venise en amoureux, comme une rallonge d’été, au goût de spritz et de pasta, à se perdre dans les petites rues étroites et à profiter l’un de l’autre, sur fond de canaux et de gondoles.

Il y a aussi eu des week-ends et des vacances à la verte campagne, chez mes parents (et c’était doux), un week-end à Caen de mon côté, puis un autre week-end en Normandie, en amoureux, du côté de la Maison Plûme, au tout début de l’hiver.

Je crois que je n’avais rarement autant voyagé que cette année et même si je ne suis jamais allée très loin, c’étaient vraiment de belles escapades dont je chérirai le souvenir encore longtemps.

La superbe gare d’AnversPaisible soirée à la campagne

Et puis, en vrac…

  • J’ai commencé à faire de la traduction en freelance, complètement par hasard et ça me plaît bien
  • J’ai écouté beaucoup de podcasts, notamment féministes et il faudrait d’ailleurs que je m’y remette (sans compter que j’ai mille autres podcasts à découvrir !)
  • Ma petite sœur s’est installée à Paris à l’automne et même si on ne se voit pas si souvent que ça (ah la vie d’adulte !) c’est chouette de partager la vie parisienne avec elle
  • J’ai rempli mes placards avec des trouvailles de seconde-main (pas beaucoup en réalité encore)(mais je n’achète trop rien par ailleurs) et des sacs/chaussures de marques véganes vraiment cool 
  • J’ai repris un passeport annuel Disneyland et je ne m’en lasse pas… Et j’ai d’ailleurs participé à la dernière édition du Dapper Day avec mon amie Laura et c’était drôlement chouette
  • Ma passion des châteaux ne s’est pas démentie avec des visites à Vaux-le-Vicomte (pour la soirée aux chandelles en plus ♥︎), Chaumont et Amboise
  • J’ai revu Nothing But Thieves sur scène et c’était cool + j’ai découvert Tamino et suis aussi allée le voir chanter (allez l’écouter, c’est très beau ce qu’il fait)
  • J’ai pris un abonnement Vélib, même si je crains bien trop le froid pour monter sur un vélo depuis le mois de novembre…
  • Je me suis offert un nouvel appareil photo et ai hâte de me plonger un peu mieux dans ses réglages et possibilités
  • Cette année encore, je suis allée à la Marche pour la Fermeture des Abattoirs, seule, mais j’y étais

À lire tout ceci, il semblerait que 2018 ait été une très belle année et évidemment ça a été le cas, mais l’année a évidemment compté son lot de choses pas très joyeuses ou d’échecs…

Cette année, nous avons perdu trois animaux chers à notre cœur et ça m’a rendue très triste de ne plus les voir parmi notre famille lors de mes séjours à la campagne.

C’est peut-être plus futile, mais j’ai aussi pris un peu de poids et ne l’ai pas toujours très bien vécu. Plusieurs raisons à cela, mais je travaille à accepter mon corps tel qu’il est, avec ses rondeurs éternelles et ses variations d’années en années.

Je n’ai aussi pas toujours très bien vécu ma vie professionnelle ce qui a parfois obscurci le tableau durant l’année… Sans compter que je me suis parfois souvent sentie dépassée par mon manque de temps, celui-là même qui m’a doucement tenue à l’écart de mon blog notamment.

Soleil aux TuileriesMonsieur, le chat qui nous manque à tous

Alors comme l’année dernière, j’aimerais esquisser les contours de mes envies, de mes intentions pour 2019, sans vraiment parler de résolutions (parce qu’on ne les tient jamais vraiment), simplement pour donner un fil conducteur à cette année qui arrive…

Et elle a déjà commencé sur les chapeaux de roues en ce qui me concerne car ça y est, j’emménage avec Romain incessamment sous peu ! C’était notre grand projet de ce début d’année et aussi incroyable qu’il n’y paraisse, nous avons trouvé notre appartement au bout d’une semaine de recherches.

Encore plus incroyable ? On déménage sur la rive gauche et je retourne dans le 6e arrondissement, sans vraiment avoir fait exprès (on cherchait un peu partout, pas uniquement dans cet arrondissement évidemment) – j’ai hâte de le faire découvrir à mon amoureux !

L’année qui arrive sera donc en grande partie consacrée à cette nouvelle vie à deux, à aménager notre intérieur et trouver notre équilibre à travers un quotidien partagé. J’ai hâte mais sais d’ores et déjà qu’il me faudra dompter ma patience face à un appartement qui sera d’abord un work in progress…

Cela fait bien évidemment écho à une autre de mes intentions pour l’année qui arrive, déjà évoquée l’an dernier – celle de faire preuve de davantage de bienveillance, aussi bien à l’égard des autres qu’à mon propre égard. Ce n’est pas tous les jours facile, mais j’aimerais mieux y arriver cette année. (On y croit !)

Couleurs d’automne au LuxembourgSouvenirs bretons…

Cette année, j’aimerais bien aussi comprendre ce que j’aimerais vraiment faire dans la vie, initier de vrais changements dans ma vie professionnelle et m’épanouir davantage dans ce domaine de ma vie.

C’est, de loin, la plus ambitieuse de mes envies, une intention de vie que je pourchasse depuis de nombreuses années sans trop y arriver, il faut bien le dire… Alors je ne sais pas si 2019 sera décisive et si je pourrai y faire grand chose de mon côté (vous la voyez cette non-confiance en moi ?) mais j’aimerais vraiment très fort qu’il y ait du changement de ce côté là. 

Sinon, comme l’année passée, j’aimerais continuer à me cultiver et m’ouvrir à tout plein de choses différentes – prendre le temps d’écouter à nouveau plein de podcasts (en ce moment je n’en écoute plus du tout), lire des livres de non-fiction, toujours sur le féminisme, sur la cause animale aussi ou sur tout autre sujet qui se trouverait un peu en dehors de ma zone de confort… ou pas d’ailleurs.

Oh, et puis cuisiner ! Dans notre nouvel appartement nous allons avoir la chance d’avoir une cuisine digne de ce nom, avec un grand four, un grand congélateur et de la place pour préparer plein de bons petits plats et de gâteaux. Et vu tous les livres de recettes que je collectionne, j’ai de quoi cuisiner quelque chose de différent tous les jours. J’ai hâte, hâte.

Je ne suis pas certaine de voyager très loin encore cette année (emménagement et dépenses domestiques obligent !) et mis à part un séjour en Angleterre à l’automne pour le mariage d’une amie chère, rien n’est encore prévu.

Mais je crois que j’ai assez envie de continuer à explorer la France, retourner en Bretagne et en Alsace notamment, et aussi visiter des villes que je ne connais pas encore (comme Rennes et Nantes par exemple) pour se faire une idée des régions qui pourraient nous plaire quand viendra le moment de quitter Paris (parce que je crois que ça finira par arriver un jour).

Printemps sur la Coulée VerteDepuis l’Île Saint Louis

Et mon blog dans tout ça ? Écrire ici me manque beaucoup et même si cette prise de distance avec les réseaux sociaux a de très bonnes raisons (ma vie réelle est si joliment remplie), j’aimerais de nouveau pouvoir prendre le temps de publier plus souvent ici et même sur Instagram (même si je me bats encore avec une certaine impression d’infériorité quand je prends des photos).

De façon générale, j’aimerais trouver un équilibre dans ma vie pour assouvir mes mille et une passions tout en profitant de mes proches… mais en prenant garde à ne pas vouloir trop en faire !

Commencer à vivre le quotidien à deux, d’ici peu, va sûrement m’aider à trouver une façon d’organiser mes activités d’une façon nouvelle. Quelque part, on recommence tout à zéro avec cet emménagement et même si on va peut-être tâtonner au début, se tromper et puis recommencer, je ne doute pas que ce sera merveilleux.

De l’amour, de la découverte, de nouveaux défis et de l’équilibre – en voilà de grandes et belles intentions pour 2019 ! 

Et vous, quelles sont vos envies et intentions pour cette nouvelle année qui arrive ? N’hésitez pas à partager vos rêves et envies pour les mois à venir.

Merci à toutes celles et ceux qui continuent de me lire (malgré ma présence très en pointillés…) et à me laisser des petits mots, ici ou ailleurs, c’est toujours un grand plaisir d’échanger et de partager avec vous ♥︎

Mieux vaut tard que jamais : je vous souhaite aussi une merveilleuse année 2019, qu’elle soit remplie de joie et de magie, de légèreté et d’amour… et de tout ce qui vous fait vibrer !

Très belle semaine et à bientôt j’espère…

NB : Toutes les photos illustrant l’article viennent de mon compte Instagram.


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le  ♥︎ situé sous cet article – merci!

34

Vous aimerez aussi

Le silence des vieilles photos

Journal de Bord 11 octobre 2018 Laisser un commentaire

C’était pas prévu. De garder le silence aussi longtemps, d’oublier d’écrire… C’est arrivé comme par hasard et soudain, c’est l’automne, octobre et les feuilles qui jaunissent et parler d’été n’est plus vraiment d’actualité.

Je vous rassure : tout va bien. Juillet s’est terminé dans un tourbillon de fatigue, de soleil et de travail. Autant vous dire que les vacances qui ont suivi ont été plus que bienvenues et que je n’ai pas eu le cœur de me mettre devant mon ordinateur pendant ces dernières (alors que j’étais pleine d’ambitions, que je me disais que je vous préparerai des articles et rattraperai mon retard… quel échec !).

Comme je vous l’avais dit en passant, depuis le mois de juin je fais de la traduction en freelance et quand on ajoute ça à une vie par ailleurs déjà bien remplie (sans compter que mon « vrai » boulot me prend beaucoup d’énergie depuis quelque temps) on finit par faire des choix. Comme celui de passer des week-ends partagés entre lecture, repos et dîners en amoureux. Ou des soirées à aller au cinéma, parce que je n’arrive déjà plus à y aller tous les vendredis.

Ma « présence virtuelle » s’est amoindrie, au profit d’une vie bien remplie et si parfois j’aimerais pouvoir prendre le temps de partager plus de choses je finis par me dire qu’après tout ce n’est pas grave (et que je prendrai peut-être le temps plus tard).

Pourtant mon envie de partager mes découvertes ne me quitte pas, j’accumule et me dis que ce sera pour après. (Ou bien pour Twitter, le seul réseau social sur lequel je ne faiblis pas.)

Après quoi au juste ? Ah… C’est une bonne question. Et dieu sait que j’y travaille, que ça me travaille. Mon impatience est mise à rude épreuve et je rêve beaucoup à un futur moins flou et plus serein. En attendant, eh bien je ronge mon frein et me change les idées comme je peux et si possible loin de mon ordinateur.

Mais plutôt que de m’éterniser sur mon avenir en point d’interrogation et mes aventures professionnelles, je peux vous dire que j’ai adoré mes vacances en Bretagne, où j’ai montré à mon amoureux le petit coin du Golfe du Morbihan duquel je suis tombée amoureuse il y a quelques années déjà. C’était doux, il a fait beau et on s’est régalés de crêpes et de kouign amann.

Après la mer, c’est à la campagne que j’ai fini de me reposer, entre parties de Scrabble (une passion retrouvée), longues grasses matinées et après-midis lecture, profitant du temps magnifique qu’on a eu la chance d’avoir cet été (la chaleur est beaucoup plus supportable au vert).

Et puis septembre est arrivé, il a fallu retourner travailler (parfois à reculons, il faut bien l’avouer) et retrouver une vie plus « active ». Plus que jamais, je n’ai pas vu passer le temps…

En vrac, parce que parfois c’est plus simple comme ça :

  • Je suis allée au Dapper Day à Disneyland avec mon amie Laura et si j’y retourne la prochaine fois, je prendrai davantage de temps pour composer ma tenue et pour me coiffer, plutôt que de mettre une de mes robes les plus rétro et d’apprendre à faire des victory rolls le matin même… J’ai aussi emmené mon amoureux à Disney cet été et ai craqué pour un énième passeport annuel. (Et on y retourne la semaine prochaine pour Disney aux couleurs de l’automne et Halloween, vivement !)
  • Pour m’échapper autant que possible du métro (et peut-être muscler mon cuissot) j’ai pris un abonnement Vélib à la rentrée et je rêve maintenant d’un Paris sans voitures. (Mais comme dans le métro, les gens, qu’ils soient à pied ou en voiture, font décidément n’importe quoi.)
  • J’écoute très souvent le dernier album d’Angèle, Brol, et ai découvert un artiste que j’aime désormais follement : Tamino. Tellement qu’on va même le voir en concert en novembre.
  • J’ai regardé la dernière saison de New Girl et trouvé ça plutôt mauvais (avec quelques moments mignons) et la dernière saison de Better Call Saul et c’était vraiment bien (mais toujours aussi lent).
  • Pour le boulot j’ai fait un saut de puce à Anvers en Belgique et si je n’ai quasiment rien vu de la ville, mis à part sa superbe gare et le coin où j’étais pour travailler, ça m’a donné envie de retourner en Belgique, à Anvers ou ailleurs. Et notamment pour racheter des speculoos au chocolat chez Maison Dandoy.
  • Ma petite sœur est en train de s’installer à Paris et c’est chouette. Ça me fait tout drôle de la voir devenir grande.
  • Mes amis se marient, se pacsent, quittent Paris ou font des enfants (pas tout en même temps) et ça fait beaucoup d’amour, ça m’émeut souvent beaucoup et rend le temps qui passe très concret (encore lui). Mais je crois aussi qu’on est tous beaucoup plus heureux maintenant, avec nos vies de grandes personnes mais-pas-si-grandes-que-ça-au-fond
  • On part à Venise ce week-end et croyez-le ou non, ce sera ma première fois en Italie. J’ai hâte !
  • Je me suis offert un nouvel appareil photo, un hybride, que je dois encore apprivoiser (mine de rien, ça change un peu du reflex) mais que j’aime déjà beaucoup pour sa légèreté et sa rapidité. Je l’emmène à Venise, ce sera une bonne façon de le tester..

Et puis je me plonge toujours autant dans mes livres, en ce moment notamment dans Lethal White, le dernier policier de J.K. Rowling (écrit sous le pseudonyme de R. Galbraith) et All Creatures Great and Small de J. Herriott dont les intrigues diamétralement opposées ont pourtant pour point commun la Grande Bretagne et son ambiance que j’aime tant.

Je cultive des succulentes (je me suis mise aux boutures), je me régale chez Season Square le samedi soir avant d’aller au ciné, puis je fais des grasses matinées le dimanche, je profite de la vie à deux tant idéalisée (mais encore meilleure en vrai) et surtout, en vous écrivant tout ça, je me dis que ma vie est plutôt chouette.

Alors oui, au milieu de toutes ces choses, il y a des moments moins rigolos, des soucis de santé jusqu’aux angoisses diverses et variées, de la lassitude, de l’impatience, des peurs… mais tout ça on l’oublie finalement très vite, ça va, ça vient et on finit par ne se souvenir que des jolies choses. Et c’est pas plus mal comme ça.

Sinon, les photos qui illustrent cet article sont des vieilles photos prises avec mon Diana Mini, que j’ai enfin faites développer cet été. Elles ont un côté très ancien que j’aime assez et ont presque quelque chose de poétique… vous ne trouvez pas ?

J’aimerais pouvoir vous dire avec certitude que je reviendrai bientôt vous parler de choses et d’autres, partager de nouveaux « Links I Love » ou parler de livres, mais ces temps-ci mes deux vies professionnelles me prennent beaucoup d’énergie d’un côté et de temps de l’autre, et ce qu’il me reste de ce dernier est précieux, vous vous en doutez.

Alors je vous dis plutôt à bientôt et vous souhaite de belles journées d’automne (ma saison favorite) entre été indien et dimanches pluvieux (moi j’adore les dimanches pluvieux, j’y peux rien).

Ah et ça c’est cadeau, c’est terriblement beau. (Écoutez aussi la version studio et toutes ses autres chansons, vous vous ferez du bien.)


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

40

Vous aimerez aussi

Souvenirs de l’année passée… pour bien accueillir 2018

Journal de Bord 15 janvier 2018 Laisser un commentaire

Le mois de janvier déjà bien entamé, je voulais quand même revenir un peu avec vous sur l’année passée mais aussi imaginer comment sera l’année à venir, pour bien accueillir 2018 et tracer les contours des bonnes intentions qui m’animent à l’aube de cette nouvelle page blanche…

Je crois que chaque année je le dis, mais le mois de janvier n’est jamais très joyeux pour moi – la fatigue, la grisaille et le froid se mêlent à la nostalgie des fêtes trop vite passées et souvent, penser à l’année qui arrive est bien le dernier de mes soucis, mes envies se limitant à rester sous la couette avec un bon livre.

Mais avant de penser à 2018, je vous emmène à travers quelques uns de mes souvenirs de 2017 – une année qui n’était pas extraordinaire mais parsemée de jolis moments comme de moins jolis, une année de transition, ou peut-être juste une année comme les autres, riche en découvertes, mais aussi riche d’une douce monotonie…

C’est parfois difficile de parler honnêtement des choses, surtout sur internet, sur les réseaux sociaux, où l’on ne montre que les jolies choses de nos vies (et tant mieux après tout) mais je crois que c’est aussi simple que ça: mon année 2017 a été difficile parfois, très belle par ailleurs, toujours remplie de doutes et de peurs, mais aussi pleine de belles découvertes (de toutes sortes).

C’était peut-être un peu comme ça pour vous aussi?

La Place Dauphine que j’aime tant et une vue sur le Quai des Orfèvres, depuis le pont Saint-Michel

En 2017, j’ai déménagé. J’ai quitté Saint-Michel et un appartement un peu cabossé dans lequel j’avais eu la chance de vivre depuis presque six ans. Il me semble que je vivais rive gauche depuis toujours, et le 6e arrondissement où j’avais emménagé presque par hasard il y a près de dix ans, m’a vue passer de quartier en quartier, grandir, sourire et pleurer entre la rue de Rennes, en passant par la rue de l’abbé Grégoire jusqu’à la rue Saint Séverin (officiellement dans le 5e arrondissement, mais bon).

Vous le savez, j’aime passionnément Paris, mais je crois que cet amour n’aurait pas été le même si je n’avais pas vécu aussi longtemps en plein cœur de la ville. Je ne compte plus les souvenirs que j’ai semés dans le 6e arrondissement et ses alentours… La rue Princesse me rappelle une rencontre qui a un peu changé ma vie, le Jardin du Luxembourg m’a vue le traverser mille et une fois, sous la pluie, au soleil, seule, avec des amis, triste ou souriante et les rues qui en repartent n’ont plus aucun secret pour moi.

Mais j’ai dû déménager. Et si depuis j’ai tissé mon cocon ailleurs, dans un joli petit studio du 12e arrondissement, je crois que j’ai laissé un morceau de moi à Saint-Michel et dans les rues du 6e arrondissement que j’aime tant… et dans lequel je reviens aussi souvent que possible.

Ça peut vous sembler un peu excessif peut-être et après tout, je n’ai pas quitté Paris, mais ce départ m’a tout de même profondément marqué. (Et vous devriez le savoir maintenant, quand j’aime, c’est souvent passionnément.)

Le Nouveau Nom, dont je dois encore vous parler et Les Disparus du Clairdelune, que j’ai adoré.

En 2017 j’ai aussi beaucoup lu. Encore plus que l’année précédente, et avec davantage d’assiduité, maintenant que je passe plus de temps dans le métro et que j’y lis presque systématiquement (une habitude que je n’avais pas avant, bizarrement).

J’ai amplement atteint (et même dépassé) mon objectif de trente livres en ayant lu trente-trois livres, soit 12 732 pages de fictions historiques, de fantasy, de classiques et autres livres sur le véganisme notamment.

C’était une belle année, car à l’exception de quelques ouvrages et histoires qui m’ont un peu moins plu, j’ai vraiment adoré ce que j’ai lu, certains de ces livres ayant depuis rejoint le rang de mes grands favoris.

Je pense par exemple à la saga de la Passe-Miroir, de Christelle Dabos, dont l’univers fantastique et imaginatif m’a transportée, à L’Ombre du Vent de Carlos R. Zafón dont les mots résonnent encore en moi ou encore aux deux premiers tomes des enquêtes de Nicolas Le Floch, dont je vous reparlerai, mais qui m’ont beaucoup, beaucoup plu.

Le début de ma collection Harry Potter, illustrés par Jim Kay

Et je ne pouvais pas vous parler de mes lectures sans mentionner le bonheur que ça a été de me replonger dans Harry Potter et ses sept tomes cet automne. Je n’avais pas relu Harry Potter depuis des années, au point où j’en avais oublié certains détails et à force d’y songer, j’ai fini par sauter le pas, et m’y replonger… et c’était fabuleux.

C’était aussi la première fois que je lisais les quatre premiers tomes en anglais (après les avoir lus et relus en français quand j’étais plus jeune) et comme avant, mes préférés ont été The Chamber of Secrets et The Half-Blood Prince. J’ai de nouveau adoré détester Dolores Umbridge, pleuré la mort de certains personnages chers à mon cœur et encore regretté de ne pas avoir étudié moi aussi à Hogwarts.

Si l’ensemble de mon année littéraire vous intéresse, vous pouvez aller la consulter sur Goodreads, juste ici.

Et puis en 2017 je suis aussi souvent allée au cinéma, peut-être un peu moins qu’en 2016, mais toujours aussi passionnément.

Parmi mes favoris, il y a eu La La Land, évidemment, mais aussi La Belle et la Bête (car je reste une grande enfant), Moonlight, dont je ne vous ai pas parlé à l’époque mais qui m’a beaucoup touchée, Loving, Coco, fabuleux et lumineux, 120 Battements par Minute, qui est superbe et indispensable et Au Revoir Là-Haut, qui m’a transportée.

Aller au cinéma est une expérience que j’ai beaucoup vécue seule l’année dernière et je crois que je préfère souvent être en tête à tête avec les films qui me transportent (mais ça fait longtemps que je fais ça, et je continuerai longtemps à le faire)(même si j’aime évidemment partager des films entre amis aussi!).

Côté séries, j’ai aussi fait de belles découvertes, même si j’ai finalement passé moins de temps devant Netflix que je ne le pensais! Je vous ai déjà parlé de Anne with an « E », mais j’ai aussi beaucoup aimé The Last Tycoon ou encore Strike, l’adaptation sur petit écran des livres policiers de J.K. Rowling écrits sous pseudo.

Et comment ne pas vous parler de The Big Bang Theory, qui a accompagné bon nombre de mes soirées cet automne (eh oui, j’ai regardé le dix saisons à la suite, mordue que je suis) et que j’ai adoré. Évidemment tout le monde connaît déjà, mais bon, mieux vaut tard que jamais!

Les canaux de Gand et la mer à Villers-sur-mer

En 2017… je n’ai pas beaucoup voyagé, mais j’ai quand fait de jolies escapades!

C’était aussi la première fois que je voyageais seule, certes pour une courte durée (trois jours) et pas très loin (en Belgique) mais j’ai beaucoup aimé découvrir Gand seule, me perdre dans ses ruelles et décider de mon programme en toute liberté.

J’aurais évidemment adoré partager mes découvertes avec quelqu’un, mais je crois que c’était un petit défi que je voulais relever et… après tout pourquoi pas? Je fais tant de choses seule, alors pourquoi pas voyager aussi!

Toutes mes autres escapades se sont déroulées en France – un joli week-end ensoleillé et doux sur la côte normande, un peu plus de 24h à Granville, un saut de puce à Lille (pour le travail), des séjours plus ou moins longs à la campagne chez mes parents et une nouvelle après-midi à Chambord.

De rares escapades, mais qui m’ont toujours fait le plus grand bien.

Et sinon, aussi en 2017…

  • J’ai lu des livres sur le véganisme, participé à quelques conférences sur le sujet et manifesté dans les rues de Paris pendant la Marche pour la fermeture des abattoirs. Je végétalise mon alimentation et suis de mieux en mieux informée… Mais je ne suis pas encore végane, tiraillée entre mes habitudes et une éthique à laquelle pourtant j’adhère. Je ne sais pas si je le serai vraiment un jour, mais j’apprends et je fais au mieux.
  • Un nouveau tatouage a vu le jour sur mon bras. Ce n’était absolument pas prémédité, j’ai simplement eu un coup de cœur pour un flash, dans le book d’un tatoueur argentin de passage à Paris. Et je l’ai fait. (J’en suis ravie, si vous saviez!)
  • J’ai arrêté de fumer, quelque part cet été, sans vraiment en prendre la décision. Ça ne m’empêche pas de piquer quelques cigarettes à mes amis en soirée (pardon!), mais je crois que cette habitude m’a finalement lâchée – et c’est pas plus mal.
  • J’ai pris moins de photos que les années précédentes, je ne sais pas très bien pourquoi, et pourtant j’adore ça. (En réalité mon perfectionnisme s’est trop souvent heurté à mes comparaisons avec les photos des autres, toujours plus jolies que les miennes, forcément…)(Et j’ai voulu regarder le monde plus souvent avec mes yeux qu’avec mon objectif je crois aussi.)
  • J’ai eu les cheveux très, très longs, puis très courts et c’est chouette, ça change.
  • Ah et j’ai aussi davantage cuisiné, maintenant que ma cuisine est un peu plus fonctionnelle (riquiqui, mais fonctionnelle) – des tartes, des cookies, des gratins et beaucoup d’essais de recettes véganes. De quoi enfin mettre mes différents livres de recettes à profit!

Je ne pensais pas que j’aurais envie de revenir sur cette année passée de façon aussi « détaillée » et pourtant… voilà chose faite! Et je suis assez heureuse de constater que mes souhaits, évoqués l’an dernier, se sont tous plus ou moins réalisés…

Et donc, 2018? 

Il est certain que, tout comme les années précédentes, je vais tâcher de dompter mes impatiences, tâcher de mettre de côté les doutes et peurs qui se font parfois bien trop nombreux… et continuer à espérer qu’il se passera quelque chose de grand, quelque chose qui fera que mon impression de « tourner en rond » sera moins forte. Une rencontre, un grand changement professionnel, un vrai, grand projet qui se dessine… Je ne sais pas bien, mais quelque chose comme ça, ce serait chouette.

Mais mon épanouissement ne doit pas dépendre de cet espoir un peu fou (un peu naïf peut-être surtout) et je continuerai à faire ces petites choses qui me rendent heureuse et qui, mises bout à bout, feront de cette année à venir une belle année, quoi qu’il arrive.

Alors cette année, pas de liste de souhaits ou de résolutions, rien d’écrit noir sur blanc, mais juste quelques belles intentions à garder dans un coin de ma tête… Comme celle de prendre soin de moi et de m’écouter, de faire preuve de bienveillance aussi bien envers les autres qu’envers moi-même.

Je crois que ces dernières années j’ai appris à m’affirmer de plus en plus, appris à assumer mes goûts et mes choix, alors il n’est pas question de m’arrêter en si bon chemin! Et puis parmi mes bonnes intentions, il restera toujours celle de me cultiver davantage, par quelque moyen que ce soit (vidéos, podcasts, livres…) et si l’an passé j’ai beaucoup lu sur le véganisme, j’ai l’impression que 2018 sera peut-être davantage l’année du féminisme pour moi. (L’actualité n’étant évidemment pas étrangère à ça…)

Enfin, et c’est peut-être l’idée la moins évidente à mettre en œuvre pour moi, je ne sais pas, mais j’aimerais savoir demander de l’aide quand il le faut, pour de vrai. Peut-être que je suis trop fière, un peu trop indépendante parfois, et par conséquent trop gênée, trop perdue, pour demander de l’aide quand en réalité j’en ai vraiment besoin.

Voilà, plus de bienveillance, à tous égards, moins d’auto-culpabilisation (on y croit) et toujours plein de livres, de séances de cinéma et de promenades au vert. Allez, 2018 sera chouette, hein dites?

Je ne pouvais pas clore cet article (déjà beaucoup trop long) sans vous remercier d’être là, année après année, pour échanger avec moi et me lire, me laissant parfois des petits mots qui me touchent souvent beaucoup. Merci ♡

Et vous alors, quelles sont vos rêves, envies et bonnes intentions pour 2018? Racontez-moi!

Je vous souhaite de nouveau une belle année, qu’elle soit douce, lumineuse, joyeuse et riche de tout ce qui vous rend le plus heureux!

Passez une belle semaine et à très vite…


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le  situé sous cet article – merci!

37

Vous aimerez aussi

Postcrossing, ou la nostalgie de l’écriture manuscrite (+ Concours Popcarte)

Journal de Bord 10 novembre 2017 Laisser un commentaire

Peut-être que si vous me suivez depuis un certain temps, vous savez que j’aime m’adonner de temps à autres au Postcrossing… et que je suis, par conséquent, devenue un peu malgré moi, collectionneuse de cartes postales!

Mais avant tout, qu’est-ce que le Postcrossing?

Le principe est simple comme tout: en vous inscrivant sur le site, vous tirez au sort des adresses d’autres personnes au hasard, dans le monde entier, et leur envoyez des cartes postales. En retour, votre boîte aux lettres elle aussi se remplit de cartes venant d’ailleurs.

Mais attention, ce n’est pas un échange – la première personne dont vous tirez l’adresse au sort, n’aura pas votre adresse pour vous écrire à son tour! (Sauf si vous la lui donnez, mais ça c’est une autre histoire.)

En somme, toutes ces petites cartes postales sont comme des petites pépites manuscrites destinées à égayer un peu les boîtes aux lettres et tournées des facteurs – du moins c’est comme ça que je le vois. C’est aussi l’occasion d’en savoir davantage sur d’autres cultures et langues que la notre et peut-être même de se faire des amis de l’autre côté du monde si l’échange dépasse la première carte.

De mon côté, ça fait deux ans que je suis inscrite sur le site et dans ce laps de temps, j’ai envoyé un peu moins de 280 cartes… Ça paraît énorme, et pourtant, sur Postcrossing vous croiserez des profils de passionnés qui en quelques années ont déjà envoyé des milliers de cartes (et je me suis toujours demandé comment ces gens faisaient pour en envoyer autant!).

Il est possible sur son profil Postcrossing, d’indiquer ses préférences en matière de cartes postales, afin d’orienter le choix de la personne qui tirera votre adresse au sort. À vrai dire, au début je ne l’avais fait qu’à demi-mot, mais après avoir reçu des cartes que je ne trouvais pas très jolies, j’ai indiqué un peu plus clairement ce que j’aimais (et n’aimais pas!).

Si vous voulez jeter un œil sur mon profil, c’est par ici (et sur mon « mur de cartes » vous pourrez voir celles que j’ai reçues et envoyées aussi!)

Personnellement, j’utilise Postcrossing moins dans un but de collection de cartes postales (contrairement à beaucoup d’inscrits…) mais davantage dans un but de partage et d’altruisme. Ça peut vous sembler étrange, d’autant qu’il s’agit de cartes envoyées à de parfaits inconnus…

Mais si chaque profil auquel j’adresse une carte ne « m’inspire » pas nécessairement, je prends tout de même grand soin d’écrire un petit quelque chose qui (je l’espère!) plaira à son destinataire. Je partage mes derniers coups de cœurs littéraires ou cinématographiques, je parle de mon amour de Paris, j’inclus une citation qui me touche ou parfois même raconte une anecdote très personnelle… après tout elle est adressée à un inconnu!

Avec ma petite boîte remplie de stickers et masking tape, je personnalise souvent mes cartes selon les goûts du destinataire, j’y ajoute un joli timbre et voilà, j’envoie un petit bout de moi-même, parfois très loin, croisant les doigts pour que la carte arrive à bon port…

Si je vous ai donné envie de vous y mettre à votre tour, sachez que mon site favori où trouver de belles cartes est Postal Love, un site russe où je fais une razzia de cartes peut-être une fois par an. Vous trouverez de belles et originales cartes sur Etsy également et de très beaux coffrets de cartes postales (Disney, The New Yorker, etc..) dans les grandes librairies par exemple.

Et si toutefois vous vous sentiez d’humeur créative, pourquoi ne pas créer vous-même vos cartes postales?

Les cartes que vous voyez là ont été crées à l’aide de Popcarte, un site qui vous permet de créer des cartes postales (mais aussi cartes de vœux, d’anniversaire ou faire-parts) à votre image, à travers divers collages et mises en scène…

Comme vous le voyez, plutôt partisane de la simplicité, j’ai préféré faire imprimer quelques unes de mes dernières photos en pleine page pour pouvoir dire « c’est moi qui l’ai faite! » et ajouter une touche encore plus personnelle aux cartes que je vais envoyer aux quatre coins du monde.

Pour me faire une petite idée des différents papiers disponibles, j’ai essayé les trois options disponibles:

  • Le papier satiné, celui qui ressemble le plus à un papier de photo, brillant au recto et donc satiné au verso, et ce n’est pas vraiment mon favori pour une carte postale…
  • Le papier nacré irisé, tout doux et vraiment joli avec ses reflets métalliques argentés – une belle surprise, parce que je ne savais pas à quoi m’attendre!
  • Le papier création, épais et robuste, à la finition mate: c’est mon préféré car il me rappelle le plus une véritable carte postale, sans oublier qu’il est plus agréable d’y écrire à l’encre.

Ah et j’ai failli oublier – ce qui est chouette sur Popcarte, c’est qu’on peut aussi faire envoyer nos cartes directement à nos destinataires via leur site. Si vous choisissez cette option, votre message ne sera évidemment pas manuscrit, mais vos cartes arriveront plus vite!

Et parce que Noël approche (ou parce que je vous ai convaincu de vous mettre à Postcrossing, qui sait!), j’ai le plaisir de m’associer à Popcarte pour vous faire gagner un bon d’achat de 40€ à dépenser sur le site pour que vous puissiez à votre tour créer vos propres cartes de toutes sortes.

Pour participer, rien de plus simple, laissez moi juste un commentaire sous cet article en me disant ce que vous avez envie de partager avec le monde si jamais vous décidez de vous inscrire à Postcrossing, par exemple. Le concours est ouvert jusqu’au jeudi 16 novembre, 20h et n’hésitez pas à en faire part aux amoureux de papeterie qui vous entourent!

J’espère que cet article vous a plu, et si vous aviez la moindre interrogation quant à un aspect de Postcrossing que je n’ai pas abordé, n’hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires.

Mais peut-être êtes-vous déjà adepte du Postcrossing? Est-ce qu’une sélection shopping spéciale cartes postales et papeterie vous intéresserait?

Je vous souhaite une belle fin de journée et un très beau week-end!


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

44

Vous aimerez aussi