Articles de la catégorie

Journal de Bord

Je suis venu te dire que je reviens… [Concours Terminé]

Journal de Bord 17 mai 2017 Laisser un commentaire

Yankee Candle

Il est temps de souffler sur la poussière qui s’est accumulée ici depuis presque un mois et de revenir vous écrire, ne serait-ce qu’un peu… est-ce que c’est comme le vélo et ça ne s’oublie pas?

Je ne savais pas bien comment revenir, quoi écrire, par quoi commencer. Un peu comme avec mes cartons, je ne sais pas bien comment m’y prendre… Parfois mon esprit qui se veut trop organisé ne me mène qu’à la paralysie. Mais il faut aussi dire qu’on y prend presque goût, à cette étape transitoire, où on a le droit de laisser trainer, de se reposer, d’attendre qu’on soit demain pour s’y mettre pour de vrai. (Ça n’est que temporaire après tout.)

Alors en guise de retour timide, je m’associe à Yankee Candle pour vous faire gagner deux bougies à l’occasion de la fête des mamans, pour les offrir.. ou même les garder pour vous!

Les deux bougies à gagner seront à choisir parmi les quatre variétés que la marque m’a gracieusement envoyé pour les tester. J’ai choisi des senteurs adaptées au printemps, fleuries et fraîches, à savoir…

  • Flowers in the Sun, un parfum fleuri et ensoleillé, qui vous emmène en promenade à travers des effluves d’agrumes et d’arbres en fleurs
  • Midnight Jasmine, une bougie aux accords résolument fleuris avec ses fleurs de jasmin, de chèvrefeuille, de néroli et de fleurs de mandarine
  • Shea Butter, un régal de bougie aux notes fraîches et réconfortantes à la fois – ça sent le beurre de karité, tout simplement!
  • Vanilla, dont je n’ai pas besoin d’expliciter l’odeur je pense…

Yankee Candle

Pour participer, rien de plus simple que de me laisser un commentaire en me racontant votre plus beau souvenir avec votre maman par exemple, ainsi que de suivre Yankee Candle sur Instagram si le cœur vous en dit.

Le concours est ouvert jusqu’à samedi 20 mai au soir, pour pouvoir ensuite faire parvenir les bougies à la gagnante juste à temps pour la Fête des Mères – c’est donc un concours express!

Quant à moi, je vais revenir doucement… J’ai encore mille et une choses à faire dans mon nouveau chez-moi (j’ai cruellement manqué de temps et c’était un long déménagement), j’apprivoise doucement mon nouveau quartier, songe à mes nouvelles habitudes sans trop regretter celles que j’ai laissées derrière moi et rêve d’un véritable jour de repos à ne rien faire du tout. (Bientôt je l’espère!)

Je vous souhaite donc bonne chance pour le concours, et une très belle journée – à très vite!


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le situé sous cet article – merci!

16

Vous aimerez aussi

Work in Progress

Journal de Bord 18 avril 2017 Laisser un commentaire

Work in progress

Work in progress… C’est un peu comme ça que je vois ma vie en ce moment.

La semaine dernière, surprise, j’ai fini par visiter, aimer et signer le bail d’un nouvel appartement. Ça m’est tombé dessus, presque sans crier gare, à un moment où je n’y croyais plus vraiment et où je m’étais résignée à prendre une chambre en colocation, parce que c’était toujours mieux que rien.

Juste après avoir empoché les clefs de mon nouveau petit studio, je suis partie en week-end au vert, comme prévu. D’ailleurs j’y suis toujours à l’heure où je vous écris. Et je fais du mieux que je peux pour éviter mes responsabilités de grande personne qui a un déménagement à préparer. (Ce n’est pas pour rien que je m’identifie tant à Peter Pan après tout.)

La semaine dernière, je vous disais que les petits et grands bouleversements de la vie ne pouvaient qu’apporter des choses bénéfiques in fineil faut croire que j’étais d’humeur philosophe. Maintenant que je suis au cœur du changement, je grince davantage les dents et j’ai bien hâte d’être après, quand les choses auront retrouvé de leur calme. Quand moi-même j’aurai retrouvé mon calme.

Nul doute que je suis un peu excessive dans mes sentiments, que mes peurs sont un petit peu irrationnelles parfois ou encore que je manque de souplesse sur certaines choses… C’est aussi le moment de me confronter à ces aspects de ma personnalité, peut-être pour mieux les dépasser et donc grandir un petit peu?

Je voulais simplement vous prévenir que je ne savais pas très bien quand je reprendrai un rythme de publication régulier et que je risquais d’être absente de ces pages pour quelque temps, pas trop longtemps je l’espère…

A très bientôt ♡

PS: J’ai tiré au sort la gagnante du concours Happi-home, et même si j’aurais voulu que vous gagniez toutes, c’est Joanna qui remporte le lot. Bravo à elle et merci pour vos participations!


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le situé sous cet article – merci!

23

Vous aimerez aussi

Happy New Year

Journal de Bord 13 janvier 2017 Laisser un commentaire

Happy New Year

Un Happy New Year un peu tardif, je vous l’accorde, mais néanmoins sincère – je ne savais pas trop comment parler de 2016, ni de mes souhaits pour 2017, surtout après une fin d’année aussi dépaysante que fatigante…

Décembre s’est bien évidemment terminé avec la tristesse d’un Noël déjà passé, mais avec la douceur de quelques jours passés en famille qu’on aurait voulu faire durer encore plus longtemps. Et puis je me suis envolée à Glasgow entre copines, on a flâné, testé plein de petits cafés, visité les Highlands le temps d’une journée et fêté 2017 à l’écossaise. C’était chouette et je vous en reparlerai (mais je ne sais pas bien quand, vu que je ne vous ai toujours pas raconté Lisbonne…).

Le retour à Paris, les jambes douloureuses d’avoir tant marché, aura été un peu irréel. De nouveau dans mon quotidien, je n’étais pas tout à fait sûre d’avoir bel et bien vécu cette dernière semaine de décembre, et je ne réalisais pas tout à fait que nous étions en 2017. Au fond, rien ne change vraiment, évidemment, mais janvier est toujours l’occasion de recommencer à zéro, de réajuster des détails, de voir les choses différemment…

De mon côté, 2016 aura apporté son lot de petits bonheurs, de frustrations, de découvertes et de changement. Quelque part en milieu d’année, je crois que j’ai décidé d’arrêter de tourner en rond, j’ai commencé à voir une psy et j’ai pris des petites décisions, par-ci, par-là. One step at the time. 

En 2016 j’ai beaucoup lu, beaucoup plus sans doute que les années précédentes réunies, et c’était un bonheur de se perdre de nouveau dans des histoires toutes plus différentes les unes que les autres. Quant à mon livre favori de l’année, je crois bien qu’il s’agit de Jonathan Strange & Mr Norrell, dévoré en quelques jours à l’ombre d’un arbre à la fin d’un mois d’août caniculaire.

Je suis toujours beaucoup allée au cinéma, à peu près 35 fois, mais ne me demandez pas quel est le film que j’ai préféré, ce serait sans doute trop compliqué (mais j’ai beaucoup aimé The Danish Girl, Genius, Brooklyn, A Bigger Splash, Steve Jobs… et j’en passe).

Quand je n’étais pas plongée dans un livre, au cinéma ou à la brasserie 2e Art avec mes amis (ça aussi ça m’arrive, et d’ailleurs ce restaurant (vegan!) est vraiment celui où j’aurai passé le plus de temps cette année) j’ai aussi regardé beaucoup de séries – avec une mention toute particulière à Jane the Virgin, Dix Pour Cent et Gilmore Girls (que je suis toujours en train de terminer).

2016 aura aussi été l’année où j’aurai le plus voyagé, jamais très loin, mais là n’est pas la question! Je suis allée à Lisbonne en mai, et c’était chaleureux, à Londres en avril (c’était pluvieux), j’ai aussi fait un saut de puce en Allemagne avec Weleda en juillet (il faudra que je vous en reparle aussi), un autre saut de puce à Lille en août et enfin, l’Écosse en décembre.

Je crois que je pourrais encore en dire long sur 2016, parce qu’en y repensant, j’ai oublié plein de petites (ou de grandes) choses qui me reviennent doucement, des choses qui parfois me font sourire, parfois non. Le temps, celui dont je ne cesse de souligner le manque, celui après tout le monde court plus ou moins, a au moins une qualité indéniable: celle de nous laisser oublier les moment où vraiment, l’angoisse prenait toute la place.

Alors maintenant que l’on ne se souvient presque plus que des bons moments de l’année passée, qu’en est-il de l’année qui arrive? 

À la même époque, l’an dernier, j’avais formulé l’envie de faire preuve de gratitude et de bienveillance, notamment envers moi-même, et à vrai dire, je crois que mes envies, à l’aube de 2017, restent similaires.

J’ai vraiment très envie de ne pas me mettre la pression par exemple, et d’accepter de faire les choses de la vie à mon rythme. Je crois que ça implique notamment de s’affranchir des autres et de davantage s’écouter, et de prendre des décisions qui sont en accord avec soi-même (et non pas avec les envies de ses proches ou de la société). C’est le travail d’une vie en réalité, mais je me sens plus sereine aujourd’hui qu’il y a quelques mois…

Et vous, quelles sont vos envies pour 2017?

Je suis assez contente de voir que mes souhaits plus pragmatiques pour 2016 se sont presque tous réalisés, alors voici ceux de 2017:

  • Lire était déjà un de mes souhaits de l’an passé, alors j’aimerais tout simplement continuer sur cette lancée, et me suis lancé le défi de lire 30 livres cette année. Plus précisément, j’aimerais aussi lire autre chose que de la fiction – une autobiographie ou deux, davantage de BDs…
  • Continuer à voyager un peu, et en Europe j’aimerais notamment aller à Bruges, peut-être en Allemagne, retourner à Amsterdam… À suivre!
  • Réfléchir davantage au veganisme et à mon engagement pour la cause animale. Je ne me sens pas tout à fait prête à être 100% vegan aujourd’hui, mais j’y pense de plus en plus. J’aimerais lire des livres sur la question et peut-être m’engager davantage auprès de L214 par exemple. À méditer.
  • Cuisiner davantage, ou plutôt, autre chose que mes sempiternelles soupes et potées de lentilles (et salades l’été). Peut-être apprendre une recette qui change un peu, chaque mois?
  • Faire le tri. Dans ma penderie, dans ma cuisine, sur mon ordinateur, partout.

J’ai l’impression que 2017 n’est qu’une suite logique de l’année précédente, et cela ne tient qu’à moi de dompter mes impatiences, mes incertitudes et mon indécision pour garder l’équilibre et être heureuse, tout simplement (c’est un peu cheesy, je vous l’accorde – mais c’est vrai).

Quant à vous, je vous souhaite tout autant de trouver votre équilibre, de vivre de belles choses, de faire de belles découvertes, d’être entourés de personnes que vous aimez et de vous lover dans la douceur. En 2017 et au delà. 


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le situé sous cet article – merci!

26

Vous aimerez aussi

Summertime

Journal de Bord 16 août 2016 Laisser un commentaire

Summertime

Je n’en étais pas tout à fait sûre, mais maintenant que je suis vraiment en vacances, je crois que je vais faire une petite pause ici aussiSummertime on Whatever Works.

C’est paradoxal, moi qui me réjouissais d’avoir davantage de temps pour vous écrire, traiter des photos qui attendent depuis longtemps d’être traitées, réorganiser des choses… Et puis les vacances sont arrivées, pour de vrai, et j’ai surtout eu envie de ne rien faire.

Enfin quand je dis rien… J’ai commencé par me balader à Lille, le dimanche le plus calme de l’année et même si le soleil était capricieux, c’était chouette de découvrir cette ville que je ne connaissais pas mais que j’aime déjà beaucoup. (J’ai acheté des gaufres chez Meert et ai profité de la terrasse de mon airbnb, c’était plutôt formidable.)

Et puis je suis rentrée à Paris pour passer une belle soirée au son d’un jazz manouche, enivrée par la douceur d’un dimanche soir à ne pas se soucier du lendemain (et par du vin, oui, certes).

J’ai aussi terminé deux livres ce week-end, assez rapides à lire, dont Harry Potter & the Cursed Child que j’ai beaucoup aimé, même s’il m’a laissé sur ma faim… Je vous en reparlerai, bientôt. (Un terme à la géométrie variable avec moi, comme vous le savez…!)

À la fin de la semaine, je serai à la campagne et d’ici là mon temps sera partagé entre mes grasses matinées et les cafés entre amis. C’est un programme plutôt doux, à l’image de ce mois d’août qui s’est révélé infiniment plus beau que ce à quoi je m’attendais il y a encore peu de temps (ne plus avoir à déménager, ça change un peu la vie).

C’est drôle, mais je me dis souvent que c’est quand la mélancolie règne que l’écriture est plus fluide, plus lyrique et recherchée. Quand la vie est jolie, soudain, je ne trouve plus très bien mes mots… Et pourtant, ce devrait être le contraire non? Apprendre à raconter le bonheur des choses simples, voilà mon défi…

En attendant, je ne vous promets pas de rester entièrement silencieuse par-ici jusqu’en septembre, mais je sens que ces prochaines semaines vont défiler à grande vitesse alors je ne vous promets pas non plus mille et un articles. Nous verrons bien. Whatever works. (Ou comment vivre dans l’instant présent, pleinement.)

Je vous souhaite à tous un très bel été  – ou de ce qu’il en reste… ♡


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le  ♡ situé sous cet article – merci!

Crédit photo

21

Vous aimerez aussi

27 Choses

Journal de Bord 7 avril 2016 Laisser un commentaire

27 Choses - Luxembourg

À l’aube de mes 27 ans, je me suis dit que ce serait l’occasion parfaite (sic) de partager avec vous 27 choses à mon sujet, que vous ignorez sans doute, qui vous feront peut-être sourire, peut-être même rire (qui sait) et qui pourront peut-être vous aider à me connaître davantage

Et pour illustrer cet article égocentrique à souhait, les jolies photos que Noémi a prises de moi l’été dernier, au Jardin du Luxembourg et que vous avez peut-être déjà aperçues sur son blog à l’époque. Je n’avais pas encore trouvé l’occasion de vous les montrer et comme en ce moment je rêve de printemps et de soleil, il ne m’en a pas fallu moins pour me décider à vous les présenter ici. (Vous trouverez davantage de photos de cette séance sur le blog de Noémi!)

Alors sans plus attendre, voici ces fameuses 27 choses à découvrir à mon sujet…

1. Quand j’étais petite, je ne suis pas allée à la maternelle. J’avais la chance d’avoir une maman qui avait le temps de s’occuper de moi (pendant que mon papa travaillait) et c’étaient les plus belles années de ma vie. Ça m’a laissé le temps de danser devant des ballets que je regardais sur des cassettes, de jouer dans le jardin quand il faisait beau et de réaliser des villes entières en Kapla.

2. Ma passion pour la danse classique était telle que je trouais régulièrement des chaussons de danse à force d’imiter les danseurs que je voyais à l’écran. Mais je n’ai jamais pris de véritables cours, du moins pas très longtemps. Et même si c’est loin tout ça, aujourd’hui encore, certains passages de ballets de Tchaïkovsky m’arrachent des larmes très facilement…

3. Ce n’est peut-être pas une surprise pour vous, mais je suis quelqu’un d’assez nostalgique. Je repense souvent à certaines périodes de ma vie avec un sourire et un soupir. Il faut parfois que je prenne garde de ne pas idéaliser mon passé au détriment de mon présent d’ailleurs.

4. Petite, je ne regardais pas la télévision. Le Club Dorothée? Ma génération certes, mais je ne l’ai strictement jamais regardé. À la place, des classiques d’Hollywood, des comédies musicales avec Gene Kelly en passant par du Hitchcock (pas tout évidemment à cet âge là!) jusqu’aux dessins animés Disney.

5. Après avoir voulu être danseuse étoile, j’ai voulu être maîtresse (évidemment), vétérinaire, agent immobilier (?) et journaliste. Et aujourd’hui, je cherche encore.

6. Fanfan, mon chat qui vit avec moi à Paris, est mon 15e chat. D’ailleurs, elle ressemble beaucoup à mon tout premier chat, qu’on avait eu quand j’avais 4 ans, qui s’appelait Jascha (pour Jascha Heifetz, grand violoniste) et qu’il m’avait fait une grande griffure sur la joue dès son premier jour chez nous (si mes souvenirs sont bons). Ça aurait pu me traumatiser, mais à partir de ce jour-là, mon amour des chats était né.

7. Mais si j’aime les chats, je n’aime pas moins les chiens et j’en ai connu beaucoup aussi dans ma vie. Mon premier amour de chien, c’était notre berger allemand, West, qui est mort quand j’étais assez jeune, au retour de nos vacances de Noël passées dans le sud avec mes grands-parents. Je me souviens très bien de cette immense tristesse, de ces larmes versées devant un feu de cheminée, en pensant qu’il ne serait plus là et qu’il était mort seul dans notre jardin, peut-être même à Noël… Plus tard, j’aimerais avoir plusieurs chiens et en ce moment, j’ai un gros crush sur les teckels à poils longs. (Don’t ask.)

8. Ah, et on a aussi eu quelques rats domestiques. Ce sont vraiment des drôles de petites bêtes. Celui qui a vécu le plus longtemps, Hector, adorait manger des spaghettis, et gare à nos doigts quand on lui en donnait!

27 Choses - Luxembourg

9. Harry Potter et Le Seigneur des Anneaux sont les seuls livres que j’ai lus et relus sans relâche à l’adolescence. D’ailleurs, un jour, je compte lire The Lord of the Rings en VO – c’est mon petit challenge (et plaisir) personnel que j’attends impatiemment de réaliser.

10. Je suis beaucoup plus à l’aise à l’écrit qu’à l’oral, même si je me soigne. Trouver les mots, les tournures de phrases idéales, ça me vient beaucoup plus naturellement comme ça, avec un clavier, un stylo, un crayon… Et je crois que j’aimerais me mettre à écrire autre chose un jour. De la fiction. Des nouvelles…

11. … Mais je n’ai pas assez confiance en moi. De façon générale, je suis très (trop) exigeante avec moi-même. Entre syndrome de l’imposteur et perfectionnisme, le tout doublé d’un caractère légèrement introverti, c’est pas tout les jours facile, et je peux être très, très sévère envers moi-même.

12. Quand j’étais plus jeune, je croyais que l’huile de coude existait vraiment. (Quoi, une plante nommée « coude », ça ne me paraissait pas incongru, c’est tout!)

13. Comme je suis végétarienne depuis toujours, mes parents étant végétariens, il y a beaucoup de choses que je n’ai jamais mangé, au grand étonnement des gens qui me rencontrent pour la première fois. Je n’ai jamais avalé de steak haché, de moules ou encore moins de saucisson par exemple. (Et ça me va très bien.)

14. J’attends encore de vivre une véritable histoire d’amour.

15. Je crois à la réincarnation et n’ai pas peur de la mort. Cet aspect de mes croyances n’est régi par aucune religion, je trouve tout simplement tout naturel qu’on vive de multiples existences, afin de vivre diverses expériences, parfois très contrastées, dans une sorte d’optique d’apprentissage. C’est un sujet que je trouve fascinant.

16. Quand j’étais plus jeune, je jouais des heures à Final Fantasy, Sims et aussi Tekken. Parfois je regrette de ne pas avoir davantage de temps pour me remettre à jouer (pourtant, j’ai une PS3…). Alors je compense en écoutant les œuvres de Nobuo Uematsu jouées par un orchestre. (C’est le compositeur des BO de la plupart des Final Fantasy.)

17. Je n’aime pas du tout le goût de la feuille de coriandre. Pour moi, ça a un goût de savon et je l’identifie tout de suite dans un plat. (Saviez-vous que c’était une caractéristique génétique?)

27 Choses - Luxembourg

18. J’écoute beaucoup de musique classique, sans doute parce que j’ai grandi avec (mes parents sont musiciens à l’origine). Mes compositeurs préférés sont Tchaikovsky, Vaughan Williams, Chopin, Debussy et Rachmaninov. (Et en ce moment je découvre doucement certains compositeurs anglais que je ne connaissais pas, ou mal.) De fait, je suis assez exigeante, et ne supporte pas qu’un morceau soit mal joué, bien que cela soit parfois subjectif.

19. Quand j’avais douze ans, je voulais vivre au Québec plus tard. Ensuite, Seigneur des Anneaux oblige, j’ai rêvé de Nouvelle Zélande. Et puis j’ai emménagé à Paris, et j’adore ça. (Même si la Nouvelle Zélande me fascine toujours.)

20. Mes fleurs préférées sont les hortensias. Et aussi les lilas. Mais rien n’est plus charmant qu’un bouquet de fleurs des champs.

21. Musicalement, je suis absolument monomaniaque et quand je suis dans une phase en particulier, c’est très difficile pour moi de passer à autre chose. (Et puis c’est « confortable » d’écouter toujours les mêmes choses, qu’on aime forcément.)

22. Si je suis la seule de ma famille à ne pas jouer d’instrument, j’aime beaucoup chanter, même si, par timidité, je ne le fais pas souvent en public (mais j’adore secrètement les karaokés). Et je me rêve chanteuse de jazz… dans une autre vie peut-être!

27 Choses - Luxembourg

23. Je préfère habituellement le salé au sucré. (Mais j’aime beaucoup trop manger de façon générale…)

24. Je suis très émotive, assez extrême dans mes sentiments (quand tout va bien, tout va merveilleusement bien, quand ça ne va pas, c’est la fin du monde) et assez empathique. Parfois j’aimerais faire preuve de davantage de détachement, de moins de passion… mais je ne serais plus moi.

25. Comme vous l’avez appris plus haut, j’ai passé mon enfance à regarder les films de Gene Kelly et je crois que quelque part, j’aurais aussi adoré apprendre à danser les claquettes. 

26. Je n’ai jamais touché à la couleur de mes cheveux autrement qu’avec un spray éclaircissant il y a un ou deux ans, parce que j’ai trop peur de ne pas retrouver ma couleur d’origine (je sais, c’est un peu stupide). Pourtant je rêve d’être rousse un jour…

27. Parmi mes mille et une passions, il y a aussi l’histoire et je suis fascinées par autant d’époques que de peuples différents. L’Egypte ancienne, le Moyen-Âge, l’époque des Tudors en Angleterre, le règne de Louis XIV… Du coup, c’est sans surprise que j’aime les fictions historiques, aussi bien à l’écrit qu’à l’écran, même si c’est souvent très (trop?) romancé.

Et c’est donc sur cette note historique que s’achève cet article un peu plus intime que d’habitude! Est-ce que ces anecdotes vous ont plu? N’hésitez pas non plus à partager des petites choses à votre propos, je suis une petite curieuse moi aussi…

Passez une belle journée!


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

51

Vous aimerez aussi