Articles de la catégorie

Voyage

L’Eure-et-Loir… côté Perche

Voyage 8 septembre 2019 Laisser un commentaire

Après un été passé à me reposer, me revoici (enfin !) pour vous raconter un week-end au vert, en Eure-et-Loir, que j’ai passé en charmante compagnie au tout début de l’été.

Pour ma part, l’Eure-et-Loir est un département que je connais bien, étant donné que mes parents y vivent, et que j’y ai moi même vécu une grande partie de mon adolescence avant de partir à l’aventure à Paris. C’est une région où on s’est installés presque par hasard (ce n’est pas ma terre natale en somme) mais où il fait plutôt bon vivre.

Et si je connais déjà l’Eure-et-Loir côté ville (Chartres, Rambouillet…) et côté champs (le fief de mes parents étant plutôt dans la Beauce, vous savez, le « grenier de la France ») je ne me suis jamais vraiment aventurée du côté Perche.

Cette erreur est désormais réparée. Je vous montre ?

L’Auberge Grand’Maison

Notre premier arrêt est également notre doux logis pour ce week-end et nous sommes tous ravis de découvrir l’Auberge Grand’Maison, un ancien manoir et corps de ferme, aménagé en chambres d’hôtes.

Joyeusement accueillis par Gordon (l’adorable chien de la maison) la visite des lieux se fait dans la douce tranquillité d’une soirée à la campagne – il faut dire que le domaine, arboré et calme, contraste fortement avec l’ambiance agitée des villes que nous venons de quitter.

Si vous souhaitez explorer la région, je ne peux que vous conseiller de passer une nuit ou deux (ou plus !) ici, d’autant que vous pouvez choisir de dormir dans la maison principale ou… dans une cabane dans les arbres ! (Mon vertige m’a empêché d’aller la visiter, mais tout le monde m’a assuré qu’elle était charmante)

Dans le domaine se trouve également une piscine, un jacuzzi, des jeux divers et variés et quelques animaux à observer, de près ou de loin. Moi c’est le jardin qui m’a conquise : rien ne vaut un après-midi ensoleillé, à lire sous un arbre.

À savoir que le lieu peut également être loué pour un mariage.

Juliette est la seule courageuse qui s’est jetée à l’eau ! #bretonne

Le thème du week-end était « le Perche Vintage » alors j’ai joué le jeu !

Auberge Grand’Maison
28 240 Meaucé
02 37 81 05 32

Collège Royal & Militaire de Thiron-Gardais

Le lendemain de notre arrivée, nous nous sommes rendus à Thiron-Gardais, où se trouve le Collège Royal & Militaire et ses jardins, restaurés par Stéphane Bern qu’on a même eu le plaisir de croiser…

Sans doute était-il curieux d’observer notre valeureux véhicule : un Citroën U23 d’époque dans lequel nous avons voyagé à travers la région tout le week-end !

Quant au Collège Royal & Militaire, il se compose d’un musée, de petits jardins charmants à souhait et d’une Orangerie où vous pouvez prendre le thé. Une petite bibliothèque est même à disposition, si d’aventure vous auriez oublié votre livre !

Nous n’avons pas visité le musée, faute de temps, mais qui sait, peut-être que je retournerai à Thiron-Gardais une prochaine fois…

Collège Royal & Militaire
12, rue de l’Abbaye
28 480 Thiron-Gardais

En revanche, nous avons eu la chance de déjeuner à l’ombre d’un parasol, au beau milieu du jardin et on s’est régalés des plats préparés pour l’occasion par l’Auberge de l’Abbaye, où nous sommes d’ailleurs retournés le soir même.

Mention spéciale aux menus végétariens qui ont été crées pour certains d’entre nous à cette occasion, et qui étaient très savoureux – on était bien loin d’une cuisine végétarienne insipide sans inspiration ! N’hésitez donc pas à demander qu’on végétalise votre assiette, même si le menu officiel du restaurant n’a rien de très végétarien à première vue.

L’Auberge de l’Abbaye
15, rue du Commerce
28 480 Thiron-Gardais

Si vous vous sentez l’âme aventurière, sachez que Thiron-Gardais renferme son propre escape game, au sein du Domaine de l’Abbaye. Avec désormais trois salles/énigmes tout à fait différentes les unes des autres, vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer !

Quand nous y sommes allés, nous avons pu tester « Les Secrets des moines de l’Abbaye » et « Ciné-studio : ça tourne ». Pour ma part, j’ai fait partie de l’équipe qui devait résoudre l’énigme sur le thème du cinéma et… j’ai adoré ! Pourtant, contrairement à Angéline (qui vit pour les escape games !) j’en ai rarement fait et j’étais un petit peu appréhensive, mais tout s’est bien passé et je me suis beaucoup amusée.

Je serais maintenant curieuse de découvrir leur nouvelle salle, « Le Grenier »…

Domaine de l’Abbaye
Grange aux Dîmes
18, rue de l’Abbaye
28 480 Thiron-Gardais

Comme vous pouvez le voir, les jardins thématiques du Domaine de l’Abbaye sont aussi très charmants. Décidément, Thiron-Gardais regorge de jolies choses à voir !

À Bicyclette… 🎶

L’un de mes moment favoris de tout le séjour aura été cette très longue balade à vélo (à assistance électrique tout de même, ce qui a été très appréciable à travers cette région joliment vallonnée). Il faisait délicieusement beau et chaud, le paysage était calme et en plein essor estival, en deux mots : j’ai a-do-ré !

Je vous laisse apprécier le paysage…

Bain de nature dans la forêt de Senonches

Pas de photo pour ce morceau du séjour, et pour cause : un bain de nature ça implique forcément de la déconnexion (et j’ai joué le jeu) !

Pour ceux qui n’auraient pas entendu parler de sylvothérapie, il s’agit d’une pratique inspirée du « Shinrin-Yoku », qui vient tout droit du Japon, et qui consiste à prendre un « bain » de forêt. C’est une pratique de pleine conscience, assez méditative et qui fait autant de bien au corps qu’à l’esprit.

J’était assez curieuse de découvrir cette pratique et l’expérience était très intéressante. Après quelques exercices rapides, nous avons parcouru un bout de forêt les yeux bandés jusqu’à atteindre chacun « notre » arbre, faisant doucement connaissance avec lui… C’est une certaine expérience du lâcher-prise ! 

Si jamais cette expérience vous intéresse, je vous conseille d’y aller avec un petit groupe de personnes, les distractions se feront moindres. Et si vous êtes dans le Perche, n’hésitez pas à le faire accompagnés de Nicolas, notre guide sylvestre du jour !

Notre dernier arrêt avant de repartir à Paris était le restaurant La Forêt (on reste dans le thème) à Senonches.

Là encore, je me suis régalée d’un menu végétarien aussi beau que bon – décidément, il ne faut pas hésiter à demander à végétaliser les assiettes de certains restaurants ! (À noter que celui-ci dispose d’une formule végétarienne dès le départ – halleloo !)

La Forêt
22, rue de Verdun
28 250 Senonches

*********

Et c’est ici que se termine mon récit de ce joli séjour au vert – merci à l’agence Air Pur et à Eure-et-Loir Tourisme de m’avoir conviée à cette découverte du Perche qui s’est faite dans la joie et la bonne humeur !

Est-ce que vous avez déjà visité le Perche de votre côté ? Ou peut-être vous ai-je donné envie d’aller visiter l’Eure-et-Loir ?

La région est à moins de deux heures de route de Paris, et c’est un coin de la France aussi beau que calme. (Et c’est bien pour ça que j’adore revenir me reposer chez mes parents aussi souvent que possible…)

J’espère que la visite vous a plu, et je vous dis à très bientôt !


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci ! 

14

Vous aimerez aussi

Un week-end normand à Caen

Voyage 28 octobre 2018 Laisser un commentaire

Maintenant que l’automne s’est bien installé (et qu’il est grand temps de ressortir ses chemises à carreaux et ses pulls) je vous emmène pour une promenade estivale à travers la Normandie, et cette fois du côté de Caen.

Après un week-end à Villers-sur-mer en famille l’an dernier, puis une découverte de Granville peu de temps après, je suis retournée avec grand plaisir dans cette région que j’affectionne tant et qui m’apporte toujours un certain apaisement (et mon petit doigt me dit que je risque d’y retourner avant la fin de l’année).

Ces trois jours, partagés avec Stéphanie, toutes deux invitées par l’Office du Tourisme, auront été riche en découvertes et en gourmandise… Allez, je vous montre tout ça !

La Table des Matières

Mais avant de plonger dans leur cœur de notre exploration historique de la ville, petit arrêt gourmand au sein de la nouvelle bibliothèque de Caen, située sur la presqu’île et où se trouve le restaurant la Table des Matières.

D’abord étonnée de trouver un restaurant au sein d’une bibliothèque, j’ai fini par être totalement séduite par l’idée, d’autant plus que le restaurant s’inspire de la littérature pour composer ses plateaux repas, qui changent selon les saisons.

J’avais pour ma part choisi l’unique plateau végétarien de la carte, le plateau Fannie Flagg, Beignet de Tomates Verteset je me suis régalée !

La Table des Matières
Bibliothèque Alexis de Tocqueville
15, quai François Mitterand
14 000 Caen

La ville de Caen

Caen est avant tout une ville historiquement riche – d’abord une cité ducale au Moyen-Âge, siège de Guillaume le Conquérant puis une ville profondément marquée par la Seconde Guerre Mondiale et le D-Day.

Notre visite historique a commencé par une visite de l’Abbaye aux Hommes, véritable chef d’œuvre architectural qui mêle art médiéval et architecture du 18e siècle (le monastère ayant été détruit pendant les guerres de religion, puis reconstruit au 18e siècle).

Devenu un lycée au 19e siècle, il sera ensuite, pendant la Seconde Guerre Mondiale, un centre d’accueil et un hôpital, ce qui sauvera le lieu des bombardements. Aujourd’hui, l’Abbaye aux Hommes est devenue l’Hôtel de Ville de Caen et a retrouvé ses jardins à la française sur l’esplanade qui lui fait face.

Impossible de rester de marbre devant la beauté des lieux – quelle chance que l’histoire ait épargné ce dernier des destructions !

Ci-dessus, la salle des mariages (ancienne Salle du Chapitre) – pas mal non ?

À savoir que la ville de Caen abrite également l’Abbaye aux Dames (que je n’ai pas eu la chance de voir, mais que Stéphanie a pu admirer pendant que mon train avait du retard !) et qu’une petite anecdote romantique entoure l’histoire de ces deux abbayes

Il est dit en effet que Guillaume le Conquérant, ayant épousé Mathilde de Flandre, sa cousine au 5e ou 6e degré, ordonne la construction de l’Abbaye aux Hommes et de l’Abbaye aux Dames pour se faire pardonner auprès du pape (leur union ayant mené à leur excommunication).

En réalité, la construction de ces abbayes fut certainement plus politique que romantique, mais je ne pouvais résister à vous conter cette petite légende normande.

On rejoint ensuite le centre historique, en passant par la Place St Sauveur (voir ci-dessus) où trône une statue de Louis XIV (facilement reconnaissable par son air arrogant…) puis la rue Froide, que nous empruntons avant de nous rendre jusqu’au Château de Caen, ou plus exactement ses anciennes fortifications.

Mais avant de continuer notre promenade à travers l’histoire, faisons un petit arrêt entre littérature et gourmandise…

Librairie Mémoranda

C’est à la librairie Mémoranda que nous faisons une petite pause thé (et partageons un gâteau fondant au chocolat dont je garde un délicieux souvenir) entourées par la chaleureuse présence de livres de seconde-main de toutes sortes, empilés du sol au plafond, tous genres confondus.

J’aurais adoré fureter encore davantage parmi les rayons, re-découvrant de vieux livres pour enfant, feuilletant des livres d’art… avant de repartir avec un roman sous le bras !

Un endroit délicieusement charmant pour tout bibliophile curieux.

Mémoranda
19, rue des Croisiers
14 000 Caen

Le Château de Caen

Nos pas nous mènent donc ensuite au Château de Caen, dont il ne subsiste en réalité aujourd’hui que quelques vestiges, dont d’impressionnantes fortifications.

Admirez la ville d’en haut en grimpant tout en haut de ces dernières, et imaginez à quoi ressemblait le Château du temps de sa gloire

L’enceinte du Château abrite aujourd’hui le Musée de Normandie (voir ci-dessus) ainsi que le Musée des Beaux-Arts de la ville, de même que le jardin des simples, qui est une reconstitution d’un jardin médicinal du Moyen-Âge dans lequel nous avons aimé nous promener un peu plus tard dans la journée.

Lors d’une promenade historique découvrez aussi :

  • Le quartier du Vaugueux, à deux pas du Château, qui a conservé un certain charme moyenâgeux et où vous pouvez trouver de quoi vous restaurer. (Nous avons dîné au restaurant Le Clou de Girofle, et mon risotto végétarien était plutôt bon.)
  • Les maisons à pans de bois de la rue Saint Pierre et de la rue de Geôle
  • L’office du tourisme de Caen, niché dans un superbe hôtel particulier, l’Hôtel d’Escoville.

La Biscuiterie Jeannette

Un peu à l’écart du centre-ville de Caen se trouve la biscuiterie Jeannette, célèbre pour ses madeleines artisanales. Avec un peu de chance, vous pourrez même voir la fabrication des madeleines en direct (mais ce n’était pas notre cas).

Sur place, vous pouvez repartir avec un coffre rempli de madeleines de toutes sortes, que vous préfériez la madeleine nature ou revisitée à la pistache, au yuzu ou encore au gingembre. Un régal !

(Et si vous n’êtes pas dans les environs de Caen, vous pouvez aussi commander vos madeleines en ligne via leur site ci-dessous.)

Biscuiterie Jeannette
23, avenue du Pays de Caen
14 460 Colombelles

Chez Laurence Dutilly

Pour nos deux nuits sur place, c’est Chez Laurence Duttily que nous avons eu la chance de résider. D’un ancien hôtel particulier, la styliste culinaire et décoratrice éponyme a crée trois chambres d’hôtes aux caractères très différents, mais toujours élégants et chaleureux.

De mon côté, je me suis retrouvée au 3e étage, dans la chambre la plus atypique du trio, sous les toits et avec un petit balcon…

Chaque matin, un copieux petit déjeuner nous était réservé, avec des baguettes et viennoiseries fraîches – miam !

Stéphanie avait hérité de la chambre au 2e étage, un peu plus lumineuse que la mienne et très charmante également. Et si un jour je retourne chez Laurence Dutilly, j’adorerais découvrir la chambre au 1e étage !

Si d’aventure vous décidez de visiter Caen pour un week-end, je vous conseille chaleureusement de passer votre séjour Chez Laurence Dutilly, je m’y suis vraiment sentie comme à la maison.

Chez Laurence Dutilly
9B, rue Pémagnie
14 000 Caen

De Caen à Ouistreham

Lors de notre seconde journée en Normandie, nous avons sillonné le canal de Caen à la mer en vélo électrique et le soleil étant au rendez-vous, la balade a été des plus agréables.

Nous avons également croisé le Pegasus Bridge, endroit stratégique du débarquement de Normandie. (Du moins sa réplique, le pont original ayant depuis rejoint un musée.)

Et puis quinze kilomètres plus tard, nous voilà à Ouistreham. Et pour se remettre de notre promenade à vélo, quoi de mieux que de grimper les 171 marches du phare ?

La vue du haut de ce dernier aura en tout cas été une belle récompense !

C’est aussi à Ouistreham que j’ai trempé mes orteils dans la mer pour la première fois de l’été (l’eau était assez froide) et longé la plage de sable fin – c’était au tout début du mois de juin, et l’été s’installait doucement…

Nous en avons aussi profité pour aller jeter un œil au D-Day Festival, une véritable institution fêtant le débarquement des alliés en Normandie à travers diverses manifestations culturelles. Lors de notre passage, nous avons pu voir un bout de concert et de démonstration de danse swing, le tout dans une ambiance délicieusement rétro.

À découvrir entre le mois de mai et de juin, chaque année.

Greedy Guts

Une autre bonne adresse gourmande à découvrir à Caen, végane de surcroît, c’est Greedy Guts !

Nichée au fond d’une impasse, ce restaurant pour le moins original, à la décoration faite de bric et de broc, sert différent tapas et desserts véganes tous plus savoureux les uns que les autres, préparés par une équipe pétillante et souriante.

Ne manquez pas d’y prendre le thé ou d’y dîner si vous êtes de passage à Caen !

Greedy Guts
15, rue de Bras
14 000 Caen

La Ferme de Billy

On reste dans le thème culinaire avec la Ferme de Billy, l‘endroit parfait pour un brunch en famille ou entre amis, un beau dimanche ensoleillé…

J’ai eu un véritable coup de cœur pour cet endroit superbe, en pleine nature, où tout est beau et surtout délicieusement bon. Le brunch se compose d’un généreux buffet, rempli de bonnes choses fraîches, cuisinées, sucrées ou salées, toujours accompagnées d’une bouteille de cidre de la ferme et d’une boisson chaude.

Un joli choix d’options végétariennes était à disposition et je me suis régalée avec le buffet des desserts (étant pourtant davantage un bec salé) en me resservant de fraises à la crème – c’était si bon !

C’est au fond du jardin, lors de notre mini-balade digestive, que nous avons rencontré nos amis les ânes.

Bucolique et charmant à souhait, je ne peux que vous conseiller de vous rendre à la Ferme de Billy un jour et de profiter de quelques heures sereines et gourmandes. (Par contre, bon à savoir : l’endroit est assez difficile d’accès sans voiture)

La Ferme de Billy
29 bis, rue de l’Eglise
14 980 Rots

Ainsi se termine le récit de mon week-end à Caen, qui s’est conjugué entre histoire et gourmandise – je n’aurais pu rêver mieux pour découvrir cette ville, et ce court séjour m’a donné envie de retourner voir la ville un jour, peut-être en amoureux, lors d’une future échappée normande…

Merci beaucoup à l’office du tourisme de Caen, et à Florence plus particulièrement, de m’avoir permis de découvrir la ville et d’étendre mes explorations normandes !

J’espère que ce petit voyage au cœur de Caen vous a plu et vous aura peut-être donné envie à votre tour de visiter ce petit coin charmant de Normandie ? Encore une fois, ce n’est pas très loin de Paris après tout…

Avez-vous déjà visité Caen ? Quel est votre endroit favori en Normandie ?

Passez une belle journée, ainsi qu’une belle semaine et à bientôt !


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

17

Vous aimerez aussi

24h à Granville: Un grand bol d’air normand

Voyage 29 octobre 2017 Laisser un commentaire

Il y a un peu plus d’un mois, j’ai eu la chance de pouvoir découvrir Granville, accueillante petite ville normande, pour à peine plus de 24h, grâce à une invitation de la SNCF Intercités. Et vous savez quoi? C’était vraiment chouette de s’échapper de Paris pour profiter de la côte normande sous le soleil!

C’est en un peu plus de 3h que nous avons rejoint Granville, à bord d’un Intercités flambant neuf (et en ayant même eu le privilège de visiter la cabine du conducteur!) avant de nous atteler à un programme où la culture et la gourmandise avaient la part belle…

Mais pour se mettre en jambes, et découvrir les environs et le littoral de Granville, nous avons d’abord fait une balade en gyropode. Gyro-quoi? Mais si, vous savez, ces drôles d’engins sur lesquels il semble trop facile de se déplacer… Alors qu’en réalité, ce n’est pas si évident que ça au premier abord!

Je suis passée de super-flippée à super-contente, une fois que j’ai compris comment fonctionnaient ces drôles de machines (qui donnent une dégaine d’enfer, il faut bien l’admettre). Et c’est assez impressionnant de se dire que c’est notre centre de gravité personnel qui dirige le gyropode, et nous permet d’accélérer ou de ralentir.

Bref, contre toute attente, j’ai adoré cette promenade d’un autre genre, à travers les sentiers verdoyants et ensoleillés de la Normandie (malgré une petite chute en fin de parcours, signe d’un trop grand enthousiasme… et rassurez-vous, il y a eu plus de peur que de mal!).

Nous avons réalisé cette balade avec Pascal, qui était d’une énergie débordante et extrêmement sympathique. Si d’aventure, ce type d’expérience aux alentours de Granville vous intéresse, retrouvez ses coordonnées ci-dessous.

Best Ride – Gyropode Normandie
info@bestride.fr

Une fois remis de nos émotions, nous nous sommes dépêchés de rejoindre notre prochain arrêt: le Musée Christian Dior installé dans la superbe villa Les Rhumbs, maison d’enfance du célèbre couturier et qui a eu une influence considérable sur ce dernier.

La villa et son jardin surplombent la plage, et tout ne semble y être que luxe, calme et volupté…

« La maison de mon enfance… j’en garde le souvenir le plus tendre et le plus émerveillé. Que dis-je ? Ma vie, mon style, doivent presque tout à sa situation et à son architecture. »

Christian Dior

C’est d’abord à travers ses jardins que nous avons découvert la villa Les Rhumbset quels jardins!

Ces derniers se composent d’un salon de plein air doté d’une pergola et d’un plan d’eau, prolongés par une roseraie astucieusement protégée des vents marins, et parmi laquelle on retrouve la rose éponyme, « Jardin de Granville ».

Mais au-delà de ces éléments emblématiques du jardin, la promenade à l’ombre des arbres centenaires y est tout aussi agréable que la perspective d’une après-midi lecture près des massifs d’hortensias, si typiques de la région…

Ah cette vue sur la mer… Sachez enfin que le jardin du Musée Christian Dior est un jardin public au sein de Granville, et qu’il est accessible librement et gratuitement toute l’année – plutôt chouette, non?

Après notre visite des jardins, nous avons été invités à découvrir, de façon très privilégiée, l’intérieur de la villa qui propose tout au long de l’année, diverses expositions dédiées à la mémoire de Christian Dior et de ses créations.

C’était l’occasion pour nous de découvrir l’actuelle exposition, Christian Dior et Granville, aux sources de la légende. Cette dernière nous a permis d’en apprendre davantage sur l’influence que Granville et sa maison d’enfance ont exercé sur le célèbre couturier, qui était un grand rêveur et était très nostalgique de son enfance en Normandie.

Cet attachement à ses racines normandes est présenté au travers de divers objets de son enfance et au travers de ses créations haute couture, ici crées à partir de 1947.

On y découvre également diverses créations des directeurs artistiques successifs de la maison de couture, qui se sont montrés fidèles aux thèmes de prédilection du couturier. Le parcours est à la fois historique, familial et stylistique, et c’est passionnant.

Je vous laisse découvrir un aperçu de cette belle exposition…

Christian Dior et Granville, aux sources de la légende – Du 8 avril 2017, au 7 janvier 2018

Musée Christian Dior
Villa Les Rhumbs

1, rue d’Estouteville

Interlude gourmand, avec un aperçu de ce que j’ai pu déguster au restaurant le Comptoir de l’Atelier Gourmet qui met à l’honneur produits locaux et de saison.

Si la carte ne propose pas véritablement d’options végétariennes, j’ai eu la chance de pouvoir goûter des créations gourmandes « aménagées » à mon régime alimentaire, et c’était très bon! Ici coup d’œil sur mon entrée, dont le détail m’a échappé, mais qui était fraîche et savoureuse. Quant au plat, il était riche en légumes et réconfortant.

Une belle découverte en somme et surtout, une cuisine qui a su s’adapter à mes exigences végétariennes, sans perdre en goût ou en subtilité!

Le Comptoir de l’Atelier Gourmet
13, avenue Aristide Briand

Notre soirée à Granville aura résolument été culturelle et artistique… En effet, c’était pour nous l’occasion de découvrir les nombreuses galeries d’art et ateliers d’artistes essaimées à travers la ville, (principalement du port, en passant par la rue des juifs et jusqu’à la haute ville) lors de la dernière nocturne du Fil Rouge.

C’est d’ailleurs assez fou, car il semble y avoir une concentration d’artistes, particulièrement hauts en couleur, à Granville – l’air marin inspirerait-il davantage la créativité?

Vous me pardonnerez, mais parmi la vingtaine de galeries visitées ce soir-là, je ne vais vous en présenter que trois en images. Notre exploration nocturne, au rythme assez soutenu, m’aura davantage incitée à profiter de tout ce patrimoine artistique avec mes yeux, plutôt qu’au travers de mon appareil photo!

Ci-dessus, un aperçu rapide de la toute première galerie visitée, celle de Xavier Hortala, homme discret et pourtant accueillant et chaleureux, entouré d’une multitude de ses toiles au style moderne, un peu naïf et surtout très coloré… C’est certain, ses toiles ne laissent pas indifférent!

Atelier – Galerie Xavier Hortala
9-11-15, rue Malpagne

Coup de cœur pour l’univers d’Isazalie, graphiste aux mille facettes, dont l’atelier chaleureux a retenu mon attention ce soir là.

Ses créations vont de l’illustration de couvertures de livres, jusqu’à la confection de cartes, en passant par la production de jolies tasses pour un salon de thé local – sans oublier ses iconiques marins!

À savoir qu’elle vend aussi via son atelier, d’adorables trophées animaliers en feutrine (100% cruelty free et surtout 100% mignons) qu’elle fait venir d’un atelier en Angleterre. On peut aussi les lui commander par correspondance, si jamais Granville est un peu loin pour vous…

Isazalie
14, rue des juifs

Presque juste en face d’Isazalie, se trouve l’atelier-galerie de Jean-Luc Saint-Martin, où sont exposées ses toiles peintes à l’huile, que l’artiste nous enjoint à toucher, à ressentir et à faire vivre sous nos doigts, bien loin d’une idée élitiste de l’art.

Ses paysages imaginaires (et imaginatifs) et camaïeux de bleu, m’ont beaucoup plu et invitent à la rêverie… Vous ne trouvez pas?

La caractère facétieux de l’artiste m’a aussi marquée, et si vous visitez Granville, n’hésitez pas à lui rendre visite… et à toucher ses toiles, tout en relief!

Atelier de Jean-Luc Saint-Martin
55, rue des juifs

Mais aussi…

  • La Galerie Marée Moderne, qui expose tour à tour des artistes locaux, de tous horizons et qui exposait lors de notre passage Le Bestiaire de Chabert 4, un artiste à l’univers très singulier et incisif.
  • L’Atelier-galerie de l’Aube, qui expose en ce moment les œuvres à l’encre de chine de Marion Le Pennec, poétiques et troublantes.
  • Le Bazar, de Fabien Lefebvre (83, rue des juifs), artiste sculpteur et soudeur, dont les créations étranges et même parfois provocantes ne peuvent laisser de marbre. Son « projet méduses » est assez amusant, quoique troublant… (Il ramasse les sandales méduses égarées le long des plages et en fait des installations diverses.)

Découvrir tous ces artistes, aux sensibilités toutes plus différentes les unes que les autres, était une belle expérience, riche en couleurs et en jolies rencontres – je ne peux que vous conseiller (si vous aimez l’art évidemment) d’aller fureter dans toutes ces galeries et ateliers d’artistes, il y en aura forcément quelques uns qui vous plairont!

Retrouvez toutes leurs coordonnées et adresses sur le site officiel de la ville de Granville.

Le lendemain, après une courte nuit à l’Hôtel Mercure de la ville (dont certaines chambres ont vue sur l’océan!), nous avions rendez-vous pour une visite guidée à travers Granville, et plus particulièrement à travers la Haute Ville et c’était particulièrement intéressant d’en apprendre plus sur l’histoire de cette ancienne cité fortifiée.

Saviez-vous, par exemple, que Granville se nomme ainsi non pas parce que la ville est grande, mais parce que ses premiers occupants, après les vikings, faisaient partie de la famille… Grant? (Eh bien, maintenant vous le savez!)

La visite a été ponctuée d’anecdotes historiques, le tout sous un soleil radieux (et un vent glacial qui aura eu raison de moi!).
Voyez plutôt…

La visite nous a ensuite emmené à l’église Notre-Dame, dite « du Cap-Lihou », l’un des plus anciens édifices de la ville fortifiée de Granville et où Christian Dior a notamment été baptisé…

Après avoir visité son chœur gothique, nous avons eu la chance de pouvoir nous faufiler jusqu’au clocher, afin d’admirer comme il se doit la ville qui se trouvait à nos pieds – attention au vertige!

Que c’était agréable d’avoir pris de la hauteur de telle sorte… La visite de l’église s’est poursuivi avec la salle des cloches, où l’on a pu découvrir ces incroyables (et immenses!) cloches que l’on a même fait tinter en notre honneur. (C’est impressionnant, croyez-moi.)

Mais une fois redescendus sur la terre ferme, et avant de reprendre le train pour Paris, il nous restait à découvrir quelques jolies boutiques et repaires gourmands!

Parmi toutes les boutiques visitées, celle qui aura le plus retenu mon attention a été La Kolloc, une boutique de vêtements et accessoires, gérée par deux sœurs, et à la sélection pointue (Maison Labiche, American Vintage, Superga…).

C’était aussi l’occasion de rencontrer l’une des créatrices du duo Macon & Lesquoy et d’en apprendre davantage sur leurs créations, ces superbes broches brodées toutes plus belles et décalées les unes que les autres.

La Kolloc
29, rue Lecampion

Après la mode, laissons place à un peu de douceur, avec les gourmandises chocolatées de la pâtisserie À la Tentation, où nous avons pu nous régaler avec leurs créations typiquement granvillaises: les Bulots et Praires de Granville, mais en chocolat!

Les premiers sont fourrés de praliné aux éclats de florentin, tandis que les seconds renferment un cœur de caramel à la vanille, fermé à la cassonade et tous deux existent en version chocolat noir ou au lait. C’est délicieux, et je trouve que c’est un bon souvenir à rapporter à ses proches, pour peu qu’ils aient une dent sucrée…

En tout cas, moi j’ai adoré et ça se voit… (Ma préférence va aux Praires, version chocolat noir. Miam, miam!)

À la Tentation
28, rue Paul Poirier

Mais aussi…

  • L’îlot Lamp’ Créations, une charmante boutique de décoration, tenue par un duo mère-fille, située sur le port et où l’on trouve aussi bien de jolis objets à thème marin à rapporter chez soi, que du thé et autres idées cadeaux. (La boutique a également un site de vente en ligne!)
  • Le salon de thé Dame Gourmande (2, rue Général Patton), où nous avons passé nos derniers moments à Granville, autour d’un déjeuner savoureux. Leur carte de thés est très fournie, et leurs madeleines sont très bonnes!

C’est donc ici que s’achève mon récit de ces 24h passées à explorer Granville, jolie ville normande accueillante et chaleureuse, à la scène culturelle et artistique riche et pleine de contrastes, où il fait bon vivre et flâner…

Mon seul regret? Qu’on n’ait pas eu le temps de fouler le sables de ses plages, seulement admirées de loin tout au long de notre visite… Ce sera donc pour une prochaine fois!

J’en profite pour remercier chaleureusement Cédric, le directeur de ligne SNCF Intercités qui nous accompagné lors de ce séjour, avec sa bonne humeur, son enthousiasme et ses anecdotes, ainsi que Jérôme, de l’agence Meliatis, qui a été discret mais toujours à l’écoute. Bien sûr, sans Aurélie, Fanny, Gaëlle et Alexandre, ce court voyage n’aurait pas non plus été aussi plaisant!

J’espère que ce (long) court-rendu de mon escapade normande vous a plu, et vous aura peut-être donné envie de découvrir Granville à votre tour? Après tout, ce n’est pas si loin de Paris…

Connaissez-vous déjà Granville? Est-ce que, comme moi, vous avez un petit faible pour la Normandie?

Je vous souhaite une belle journée et vous dis à très vite!


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

14

Vous aimerez aussi

Un Week-End à Londres

Voyage 5 juin 2016 Laisser un commentaire

Un Week-end à Londres - Whatever Works

Avant de vous parler de mon séjour à Lisbonne dans les temps à venir, petit retour en arrière sur un week-end à Londres, au mois d’avril dernier – trois jours et deux nuits, autrement dit un voyage express en terres londoniennes. Parce que ça nous avait manqué.

Cette fois je suis partie avec une amie et nous sommes en grande partie restées aux alentours de Notting Hill et du quartier de Kensington, même si nous avons fait quelques excursions au-delà de ces quartiers, évidemment.

La première nuit, nous l’avons passée au Royal Garden Hotelun hôtel qui se trouve en plein cœur du quartier de Kensington et dont les chambres donnent sur Kensington Gardens – autant dire que la vue était à couper le souffle !

Je vous laisse découvrir ça par vous-même…

Un Week-end à Londres - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

La chambre que nous avions était une « Garden Room » et elle était parfaitement confortable – entre le canapé, parfait pour prendre un thé, le lit (géant) tout doux et la salle de bains (géante aussi) dotée à la fois d’une cabine de douche et d’une baignoire, on s’est senties comme des princesses.

Sans compter sur les petites attentions du personnel (en rentrant de notre journée, le soir, la radio était allumée, des bouteilles d’eau mises à disposition et le lit préparé pour qu’il ne nous reste plus qu’à nous glisser dedans !) et leur disponibilité à toute épreuve qui ont vraiment rendu ce petit séjour unique.

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Royal Garden Hotel - Whatever Works

Ah, et ce petit déjeuner ! Nous avions clairement eu les yeux plus gros que le ventre en faisant notre choix le jour d’avant car nous n’avons pas eu la force de tout finir… Mais c’était fabuleux – full English breakfast, avec du thé, des céréales, mais aussi des fruits, des viennoiseries et un jus d’orange. Quand il nous a été apporté dans la chambre, c’était un peu comme si c’était Noël…

Nous avions aussi opté pour une livraison matinale du Times et c’était rigolo de faire comme si nous étions anglaises, le temps d’une lecture rapide du journal.

En me lisant, je pense qu’on dirait une enfant tant j’ai profité de cette nuit au Royal Garden Hotel avec un émerveillement enfantin. C’était en tout points parfait, et si jamais vous vous laissez tenter par une nuit dans cet hôtel, vous pouvez y aller les yeux fermés… il s’agit d’un cinq étoiles après tout ! 

Bien que les tarifs ne soient pas forcément accessibles à toutes les bourses (la nuit dans une chambre est à partir de £272 et je ne sais pas s’il s’agit d’une chambre ayant vue sur les jardins) et que l’hôtel ne soit pas doté d’un design particulièrement remarquable, il s’agit néanmoins d’une belle idée pour une nuit en plein cœur de la ville, tout en profitant du luxe d’un cinq étoiles. 

De notre côté en tout cas, l’expérience était réjouissante et dépaysante… et je ne me remets pas de cette magnifique vue !

Royal Garden Hotel 
2-24 Kensington High Street
www.royalgardenhotel.co.uk

Merci au Royal Garden Hotel de nous avoir invitées – c’était parfait. 

Un Week-end à Londres - Kensington Gardens + Hyde Park - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Kensington Gardens + Hyde Park - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Kensington Gardens + Hyde Park - Whatever Works

Avez-vous remarqué le héron qui prend fièrement la pose ?

Un Week-end à Londres - Kensington Gardens + Hyde Park - Whatever Works

Lors de notre première journée à Londres, après nous être reposées un peu dans notre chambre d’hôtel, nous avons beaucoup marché. En passant par Kensington Palace Gardens, une rue privée que nous avons parcourue de long en large pendant notre séjour et qui est bordée par d’innombrables belles demeures (dont beaucoup sont des ambassades)(et dont l’une d’elles semble être la copie conforme de la maison des Playmobil…) nous avons rejoint Kensington Gardens… sous la pluie.

Le parapluie était l’accessoire indispensable lors de notre séjour, ce qui m’aura (entre autres) grandement découragé dans mes envies de photographie. Je n’ai presque pas pris de photos avec mon appareil photo (hormis le premier jour) et j’ai presque laissé de côté mon iPhone également (presque).

Heureusement, le soleil aura fait une courte apparition lors de notre promenade à travers Kensington Gardens (où j’ai revu Peter Pan rapidement) puis Hyde Park (qui se trouve dans le prolongement de Kensington). Après un arrêt déjeuner au Serpentine Bar & Kitchen, nous avons remonté le chemin jusqu’à Marylebone pour admirer les jolies façades et nous nous sommes retrouvées à… Baker Street !

Cette fois-ci, nous n’avons pas visité le musée de Sherlock Holmes (que j’avais déjà visité lors de mon dernier séjour), mais mon amie Victoria n’avait encore jamais été jusqu’au 221B Baker Street, c’était donc l’occasion d’y retourner, comme une sorte de pèlerinage…

Un Week-end à Londres - Kensington Gardens + Hyde Park - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Kensington Gardens + Hyde Park - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Kensington Gardens + Hyde Park - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Marylebone - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Marylebone - Whatever Works

Un Week-end à Londres - Marylebone - Whatever Works

Le soir-même, nous sommes retournées du côté de Notting Hill, dans un pub plutôt chouette qui dispose d’une petite cour intérieure très tranquille, ornée de guirlandes lumineuses – c’est sûrement très agréable l’été !

Après quelques bières, nous avons aussi fini par dîner sur place et leur veggie burger était vraiment très bon. Je vous recommande l’endroit, d’autant qu’il s’agit d’un pub dans la plus pure tradition anglaise.

The Champion
1 Wellington Terrace
www.thechampionpub.co.uk

Un Week-end à Londres - Whatever Works

Le lendemain, après notre petit déjeuner géant à l’hôtel, nous avons rejoint (sous la pluie) notre chambre Air Bnb pour notre seconde (et dernière) nuit en ville (jolie chambre, propriétaire adorable mais avec une odeur canine assez prononcée…) avant d’aller visiter le Tate Museum… en passant par Big Ben et les Houses of Parliament.

Un Week-end à Londres - Big Ben - Whatever Works

J’avais déjà visité le Tate lors de mon dernier séjour, mais c’était chouette d’y retourner, d’autant que c’était l’occasion d’y découvrir de nouvelles œuvres que je n’avais pas vues auparavant…

Toujours sous la pluie, nous avons rejoint Soho en bus pour un afternoon tea à Muriel’s Kitchen. C’était bon, c’était mignon mais le service était un peu brouillon. À savoir qu’il y a plusieurs adresses à Londres !

Muriel’s Kitchen
36-38 Old Compton Street
Afternoon tea à environ £16 par personne
www.murielskitchen.co.uk

Un Week-end à Londres - Whatever Works

Les journées passent vite à Londres… Nous avons aussi fait un tour à Oxford Circus pour faire un tout petit peu de shopping (et où j’ai découvert le plus grand Topshop du monde – j’étais un peu fatiguée et sans le sou, mais tant mieux, j’aurais un peu trop dépensé sinon !) et avant de partir, un peu de healthy shopping au grand Whole Foods Market de Kensington.

Sans oublier que nous avons aussi parcouru Portobello Road Market (et qu’il y avait beaucoup de monde) et acheté des cartes de vœux à Paperchase…

Ah et dernière adresse plutôt chouette, un coffee shop entre Kensington et Notting Hill, complètement dans l’air du temps (mobilier minimaliste en bois clair, gâteaux sans gluten et bons cafés) où il a été bon de partager un dernier moment entre copines avant que j’aille attraper mon Eurostar ! (Mon amie est restée plus longtemps à Londres que moi.)

Kensington Coffee
43 Kensington Church Street
www.kensingtoncoffee.co.uk

Malgré la pluie (et le froid !) c’était un joli week-end londonien entre copines et une façon de déconnecter un peu du quotidien parisien. C’était aussi (sans que je le sache) un dernier week-end de répit avant un mois de mai bien chargé !

À chaque fois que je vais à Londres, je suis ravie et pourtant, à chaque fois, c’est aussi une ville dans laquelle j’ai l’impression de me sentir vraiment toute petite… Je ne m’y vois pas vivre par exemple. Je l’ai déjà dit avant, mais c’est une ville trop grande pour moi.

Mais il y a toujours cette ambivalence, ce sorte de je t’aime moi non plus entre Londres et moi… Et si je suis toujours pleine de sentiments divers en quittant cette ville, j’ai toujours aussi cette inlassable envie d’y retourner, ne serait-ce que pour mieux la connaître. See you again soon, London !

Est-ce que cette petite escapade londonienne vous a plu ? Partagez-vous mes sentiments à propos de Londres… ?

Je vous souhaite une belle soirée et une belle semaine à venir !


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le  situé sous cet article – merci!

23

Vous aimerez aussi

Une nuit à… l’Hôtel Le Lapin Blanc

Voyage 17 mars 2016 Laisser un commentaire

Hôtel Le Lapin Blanc

Au début du mois, vous le savez peut-être, ma petite sœur est venue passer quelques jours avec moi à Paris, et pour sa première nuit parisienne, je lui ai fait la surprise d’une nuit à l’hôtel Le Lapin Blanc (enfin, pour la surprise, on repassera, je n’ai évidemment pas réussi à tenir ma langue!).

Cet hôtel, idéalement situé près de Saint Michel à Paris est un petit écrin merveilleux, que l’on remarque à peine sur le boulevard Saint Michel (et ce n’est pas faute d’être passée devant douze millions de fois, vu que j’habite à côté) ce qui lui confère encore davantage un petit côté onirique et magique (un peu comme le 12 Grimmauld Place à Londres si vous me suivez…).

Hôtel Le Lapin Blanc

Hôtel Le Lapin Blanc

S’il est évident que l’on met un pied dans l’univers d’Alice aux Pays des Merveilles dans l’hôtel Le Lapin Blanc, on découvre vite qu’ici, le terrier du lapin blanc se trouve quelque part entre les années 50′ et le design scandinave.

Un mélange doux, aux lignes épurées et rondes, qui combine les matières pour créer un contraste aussi beau que surprenant…

Hôtel Le Lapin Blanc

Hôtel Le Lapin Blanc

Hôtel Le Lapin Blanc

De la porte de l’hôtel qui s’ouvre toute seule (et qui m’a presque fait bondir de surprise..!) jusqu’aux chouettes en céramique qui gardaient un œil sur nous pendant notre sommeil en passant par le confort absolu du lit, cette nuit aura été une petite pause enchanteresse et dépaysante…

Hôtel Le Lapin Blanc

Hôtel Le Lapin Blanc

Hôtel Le Lapin Blanc

Hôtel Le Lapin Blanc

Hôtel Le Lapin Blanc

En revanche, comme vous pouvez l’apercevoir sur les photos, le coin douche est ouvert sur la chambre… mieux vaut donc partager sa chambre avec son amoureux, son amant… ou sa sœur comme moi!

Il existe des chambres à vocation plus familiale me semble-t-il (à confirmer à la réception si ça vous intéresse) mais la grande majorité des chambres est dotée d’une baignoire ou salle d’eau ouverte sur le reste de la pièce. Bon à savoir!

Si nous avons pu profiter d’un thé le lendemain, nous n’avons pas testé leur petit déjeuner qu’il est possible de prendre dans la chambre ou dans une petite salle à manger qui se trouve au sous-sol. (Nous, on est allées se fournir chez Gérard Mulot, mon boulanger favori, pour sa divine baguette au levain et ses croissants beurrés à la perfection…!)

Ah, petit bémol au sujet de la télévision… C’est un peu bête, mais j’estime qu’à l’hôtel on devrait pouvoir avoir un peu plus de choix que les chaînes de la TNT (qu’on a généralement à la maison). Il devrait y avoir la possibilité de se connecter à Netflix par exemple! (Moi, accro à Netflix? Tss, tss!)

Hôtel Le Lapin Blanc

Hôtel Le Lapin Blanc

Hôtel Le Lapin Blanc

Fifty shades of blue…

Cette nuit à l’hôtel Le Lapin Blanc aura donc été une chouette parenthèse un peu magique pour le début de ces quelques jours entre sœurs et il nous a semblé bien difficile de quitter la douceur et le confort des draps ce matin-là!

Si une nuit aux pays des merveilles vous fait envie, comptez environ 200€ pour une chambre similaire à celle dans laquelle nous avons séjourné, un prix plutôt raisonnable compte-tenu de l’emplacement et de la beauté de l’hôtel – une bonne idée pour un week-end entre amoureux à Paris, non?

Hôtel Le Lapin Blanc
41, boulevard Saint Michel
75005 Paris

Et vous, est-ce que cet hôtel vous plaît? Connaissiez-vous son existence?

Je vous souhaite une belle journée et gare à vous si vous croisez un lapin blanc avec une montre à gousset…


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

Merci à Buzz & Go et à l’hôtel Le Lapin Blanc de m’avoir permis de passer cette nuit au pays des merveilles!

29

Vous aimerez aussi