17 filles

Septième Art 25 novembre 2011 Laisser un commentaire

La semaine dernière, il m’a été proposé d’aller voir 17 Filles, de Muriel et Delphine Coulin, en avant-première, et comme évidemment je ne refuse jamais une telle proposition (le cinéma, mon amour) j’y suis allée. Et comme souvent, un peu à l’aveuglette. J’avais vaguement entendu parler du film, mais sans plus. Vous le savez, ce mode de fonctionnement me va à ravir – plutôt se laisser surprendre que de se voir déçu…

De quoi est-ce que ça parle? A Lorient, ville tranquille, Camille (Louise Grinberg), la forte tête de son groupe d’amis, apprend qu’elle est enceinte et décide de garder l’enfant. Puis c’est au tour de Florence (Roxane Duran) de tomber enceinte.. Finalement ce seront dix-sept filles qui attendront un enfant.

Dix-sept filles qui ont décidé de prendre leur vie en main, de s’affirmer et s’affranchir, et finalement de grandir, via ce moyen plus qu’inhabituel qu’est la maternité. Mais autour d’elles, personne ne comprend cette décision…

J’ai tellement de choses à vous dire à propos de ce film que je ne sais pas bien par où commencer.

Commençons tout simplement par le début. Ce qu’il faut savoir, c’est que ce film a été écrit à partir d’une histoire vraie. C’est aux États-Unis, à Gloucester, Massachusetts, que dix-sept filles tombent enceintes dans le même établissement. C’était en 2008, et les médias apprennent très vite que les jeunes filles auraient scellé un pacte afin de toutes tomber enceintes, puis élever leurs enfants ensemble. Belle utopie, hein? (Si vous voulez en savoir un peu plus, je vous recommande cet article du Time Magazine ou encore celui-ci, du Guardian. Attention, tous deux sont en anglais…)

Revenons au terme d’utopie… Que ce soit à Gloucester ou à Lorient, il est question d’ennui. Ces adolescentes se sentent oubliées, ont un futur incertain et « ne veulent pas finir comme leurs parents », c’est à dire incompréhensifs face à leurs envies, leurs désirs et embarqués dans une routine monotone. Elles ont envie de liberté, d’autonomie et d’être prises au sérieux.

Elles imaginent un avenir meilleur, où elles élèveraient leurs enfants toutes ensemble, sans l’aide de leurs parents ni même des pères de leurs enfants. Un avenir où elles seront à l’écoute des besoins de ces derniers. Un avenir où une personne au moins les aimera de façon inconditionnelle: leur bébé.

Mais comme toutes les utopies, ça ne va (évidemment) pas fonctionner.

J’ai trouvé que le film dépeignait la situation de ces jeunes filles d’une façon très sensible. Elles nous est racontée de leur point de vue et très peu de place est laissée aux adultes finalement.

Ces mêmes adultes qu’on ne voit presque que sous un mauvais jour, ne cherchant qu’à pouvoir contrôler les envies et le corps de ces filles. Mais peut être que c’est uniquement mon point de vue de fille féministe, qui, à 22 ans, n’est pas tellement loin de ses années lycée… Alors que si j’étais mère, et aurais 40 ans, mon opinion serait peut être différente.

Le rythme du film va de la contemplation (ces plans qui montrent à l’image une jeune fille dans son univers, dans sa chambre, qui, on le comprend bien, se plaît à rêver de maternité…) à un rythme beaucoup plus effréné, typique de l’adolescence (les soirées, les rires…). En somme, c’est une peinture très fidèle de ce que peut être l’adolescence, et avoir 17 ans.

Le rapport au corps est aussi très travaillé. Ce corps qui change, qui se transforme, parfois trop vite, et qu’elles vont se réapproprier à travers la grossesse. A travers cette transformation elles montrent aux adultes, et en particulier à leurs parents, qu’elles ont le pouvoir sur leurs corps, et par extension sur leur vie, et qu’elles grandissent et s’éloignent, tout simplement.

Vous voyez bien qu’il y a mille choses à dire sur ce film?

Avant que je ne m’emporte et fasse une analyse complète des motifs de ce film, je finirai en ajoutant que le casting a été très bien choisi. Chaque jeune fille est différente, et joue son rôle avec une grande fraicheur et beaucoup de justesse, encore une fois.

J’ai eu un petit coup de cœur pour Clémentine, interprétée par Yara Pilartz, qui est toute mignonne. Quelque peu effacée par la proéminence de Camille, j’ai aussi beaucoup aimé Esther Garrel (oui, la sœur de Louis) que j’ai trouvé la plus adulte de toutes. (C’est peut être pour ça que je l’ai appréciée, me sentant plus proche d’elle..?)

Évidemment Louise Grinberg, forte et touchante à la fois, y est formidable et lumineuse.

J’ai cherché à savoir si la fin de 17 Filles correspond à la « véritable » fin de l’histoire à Gloucester mais je n’ai absolument rien trouvé nulle part. J’imagine qu’elle n’est pas entièrement la même, pour des raisons dramatiques évidemment, et pour romancer quelque peu.

Mais afin de vous donner vraiment envie d’aller voir 17 Filles, voici la bande-annonce…

J’espère vraiment que vous aurez envie de voir ce film, il soulève beaucoup de questions, mais a su rester léger malgré tout. Un bon moment et une belle réflexion. Je vous le conseille vivement. (Il sort en salles le 14 décembre.)

Merci à Charlotte pour l’invitation et à Emma, de Diaphana, pour l’accueil qui m’a été réservé!

Bon week-end ♥

+ J’ai également (enfin) vu Polisse. Pas certaine d’en parler « pour de vrai » ici. Dur, violent, touchant, mais je suis restée sur un sentiment d’inaccompli. Et puis surtout, c’est vraiment pas un film très drôle…

+ Par contre, pour rire un peu, et si vous n’avez pas peur d’un peu de sang et de combats épiques, allez voir les Immortels. Je n’ai pas dit que c’était un bon film hein, j’ai dit « pour rire »… Visuellement beau, et avec le magnifique Henry Cavill, c’est un film grand spectacle qui se prend au sérieux, ou du moins en a l’air. Thésée a la classe, les dieux ont la classe, Mickey Rourke fait un peu peur et Freida Pinto est sublime. Et voilà. Allez-y si vous avez une carte illimitée et deux heures à tuer (ou si vous avez vu un film trop sérieux juste avant..)(ou si vous voulez juste voir les beaux yeux d’Henry Cavill) sinon, passez votre tour.

0

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

5 Commentaires

  • Répondre mathinuages 25 novembre 2011 at 15 h 53 min

    Ohhh j’espère qu’il va sortir chez moi! Je croise les doigt!

  • Répondre Camille 25 novembre 2011 at 21 h 08 min

    Aaaaah, mais oui, ce film, j’en ai entendu parler, je veux absolument aller le voir!
    Merci de cette bien chouette critique!

  • Répondre Zadig 28 novembre 2011 at 20 h 31 min

    Pari réussi, tu m’as donné envie de voir ce film dès a sortie! Et puis la BO a l’air assez chouette!!

  • Répondre Anne-Laure 8 décembre 2011 at 0 h 14 min

    Wow quelle déclaration ! Tu m’as donné envie de plonger au coeur de cette histoire.

  • Répondre Valentine 22 décembre 2011 at 14 h 44 min

    J’ai été invitée aussi, mais j’ai eu un empêchement.
    J’y serais allée avec scepticisme, j’avais entendu des critiques très acerbes lors du festival de Cannes.
    D’ailleurs Solène R. la seule du groupe qui n’est pas enceinte (je crois) est la nouvelle copine d’un de mes exs ;)
    Elle est très jolie, je l’ai déjà vue dans un film avec Vincent Lindon.

    bref, j’attendrai qu’il passe à la télé je pense.

    Bises!!