Gemma Bovery

Laurelas15 septembre 2014
Gemma Bovery // Le film

Quand je me sens triste d’être loin de ma campagne adorée, je me console en me rappelant qu’à Paris, je peux assouvir ma passion pour le cinéma à chaque coin de rue… Et en parlant de cinéma, il faut que je vous parle de Gemma Bovery, le dernier film que je suis allée voir et que j’ai beaucoup aimé.

Je suis moins souvent attirée par le cinéma français (peut-être ai-je tort), mais dès que je vois Fabrice Luchini à l’affiche d’un film, je ne peux m’empêcher d’aller voir ce dernier – il a ce petit je-ne-sais-quoi dans ses yeux, si expressifs, et cette élocution si particulière, qui me séduisent à tous les coups. C’est un homme qui me semble passionné et passionnant, tout simplement.

Gemma Bovery, pour ceux qui l’ignorent, est l’adaptation d’un roman graphique de Posy Simmonds, lui-même étant une réécriture du roman de Gustave Flaubert, Madame Bovary. On y suit donc les aventures sentimentales et rurales de Gemma (Gemma Arterton) qui vient tout juste de quitter Londres pour s’installer en Normandie avec son mari, Charlie (Jason Flemyng).

Leur arrivée dans la région ne manque pas de piquer la curiosité de Martin Joubert (Fabrice Luchini) qui est fasciné par la ressemblance entre Gemma et Emma Bovary

Gemma Bovery // Le film

Nul besoin d’être versé en littérature et d’avoir lu le roman de Flaubert pour apprécier Gemma Bovery, une adaptation tout en légèreté et douceur. Mais si le ton est plus malicieux, la mélancolie n’est jamais vraiment loin…

Gemma Bovery est un film au rythme inégal, parfois un peu (trop) lent peut-être mais je n’ai jamais trouvé, personnellement, que cela nuisait à l’intrigue. J’ai surtout trouvé que c’était un film qui jouait beaucoup sur les sens – quand Gemma entre pour la première fois dans la boulangerie de Martin, on sentirait presque l’odeur du pain chaud. Le vent dans les arbres, la chaleur d’un feu de cheminée, la douceur de la peau de Gemma…

Il y a donc une dimension très sensuelle dans Gemma Bovery, et c’est joué avec beaucoup de délicatesse par Gemma Arterton. Elle incarne à la perfection cette femme qui s’ennuie, cette beauté charnelle aux rêves déchus –  elle donne de la profondeur au personnage, entre grâce et tristesse.

Fabrice Luchini, malicieux et truculent, comme à son habitude, reste cependant davantage en retrait, en “simple” observateur des drames quasi littéraires qui se jouent sous ses yeux. Entre voyeurisme et manipulation, il s’amuse, puis s’inquiète pour le destin de Gemma qui ne cesse de le fasciner.

Les décors champêtres de la Normandie donnent beaucoup de charme au film, de même que la bande originale, composée par Bruno Coulais.

Gemma Bovery - Bande annonce

A noter que, pour une fois, la bande-annonce remplit tout à fait ses fonctions : nous donner envie de voir un film, sans pour autant nous dévoiler l’intrigue !

Gemma Bovery est donc un film léger, mais empreint de beaucoup de sensibilité et qui mêle avec délicatesse humour et mélancolie. On retiendra la sensualité de Gemma Arterton, la truculence de Fabrice Luchini et la beauté des décors, de même que la fin du film, dont je ne vous dis rien, si ce n’est qu’elle est particulièrement savoureuse..!

J’en suis ressortie avec l’envie de relire Madame Bovary, un de mes romans classiques favoris, et l’envie de découvrir (enfin) Gemma Bovery, la BD de Posy Simmonds, certaine que c’est une lecture qui me plaira.

Et vous, avez-vous vu Gemma Bovery ? Est-ce que c’est un film qui vous attire ? 

Passez une belle semaine, et moi je vous retrouve demain pour notre rendez-vous hebdomadaire !


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci !

1

Commentaires (10)

  • Caroline

    15 septembre 2014 at 10h48

    Ce film m’attire beaucoup également! J’ai hâte de pouvoir aller le découvrir!

  • Bobbie

    15 septembre 2014 at 11h01

    La bande-annonce m’a donné très envie et étant également assez fan de Luchini, je ne vais pas tarder à aller voir ce film :) Dans la veine du cinéma français, je suis allée voir “Les combattants” hier. Sympa mais pas foufou, je m’en serais passée. Mais c’est l’avantage d’avoir une carte UGC illimitée : on ne regrette jamais son film. Passe une bonne journée :)

    1. Laurelas

      15 septembre 2014 at 22h22

      C’est vrai! Après, j’ai moins le temps d’aller au ciné qu’avant (= pendant mes études) donc j’essaie quand même d’éviter les films qui ne me disent qu’à moitié…

      J’espère que tu aimerais Gemma Bovery! :)

  • Alexandra

    15 septembre 2014 at 14h17

    Vu et beaucoup aimé !

  • Vesper L.

    15 septembre 2014 at 14h21

    Il a l’air très sympa… j’aime bcp Luchini, et cette actrice (qui a fait une James Bond Girl éphémère) est charmante dans ce rôle… j’irai p’t’être le voir :)

  • Mademoiselle Coquelicot

    15 septembre 2014 at 17h44

    J’ai prévu d’aller le voir très vite, ton billet confirme l’impression que la bande-annonce m’a donné ! :)

  • Clara

    15 septembre 2014 at 18h42

    Comme toi, j’aime les films français avec Fabrice Luchini, donc je le verrai avec plaisir =)

  • Eleusis_Mégara

    15 septembre 2014 at 18h56

    J’avais très envie d’aller voir ce film, comme toi j’adore Lucchini et Emma Bovary est l’un de mes romans favoris donc, pourquoi pas – je dis ça mais je sais que je vais avoir la flemme d’aller au cinéma et que je vais attendre qu’il sorte en location sur iTunes pour le regarder ^_^

    Bisous <3

    1. Laurelas

      15 septembre 2014 at 22h23

      Ah, le bonheur d’aller au cinéma, les lumières qui s’éteignent doucement, le grand écran – c’est quelque chose que j’aime tant… (Même si regarder un film chez soi c’est autrement plus cosy!)

      Bisou <3

  • auroreinparis

    16 septembre 2014 at 23h03

    Ta critique résume ce que j’en ai pensé, en revanche j’ignorais que c’était l’adaptation d’un roman lui même inspiré de Flaubert !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent

Etsy Christmas 2014

Article suivant

Links I Love #27