Culture-list #1

Culture 25 mars 2020 Laisser un commentaire

Après un long moment à ne plus trop partager mes coups de cœur culturels avec vous ici, me revoilà avec une nouvelle façon de partager avec vous ce que j’ai aimé lire, regarder, découvrir

Si par le passé je tentais de vous parler d’à peu près tous les livres que je lisais, j’ai fini par laisser sombrer la rubrique, par manque de temps et aussi, soyons honnêtes, d’intérêt, car chaque livre que je lis ne mérite pas forcément d’être évoqué. (Pour tous ceux qui seraient intéressés de voir absolument tout ce que je lis, il y a toujours mon profil Goodreads, que je mets à jour en temps réel.)

La même chose est arrivée à ma rubrique ciné, car décidément, tous les films que je vois au cinéma ne me donnent pas toujours envie de vous en parler.

Bref, il était temps pour moi d’avoir une rubrique qui regroupe mes derniers coups de cœurs culturels, tous genres confondus, sans obligation d’être exhaustive et à la régularité… aléatoire, disons.

Alors sans plus attendre, je vous fais découvrir ce qui m’a plu récemment !

The Witcher (le Sorceleur en VF) – Livres + série

Quelque part en début d’année j’ai décrété que 2020 serait une année fantasy. Je compte relire Le Seigneur des Anneaux (en VO cette fois), j’ai envie de me plonger dans La Boussole d’Or (His Dark Materials) que je n’ai jamais lu et pour mon anniversaire, mes parents m’ont offert la collection complète de la saga Artemis Fowl.

Mais dans mes envies de lectures fantasy, Le Sorceleur se plaçait tout en haut de ma liste, en grande partie parce que Netflix a produit une adaptation des livres tout récemment.

Avant d’évoquer la série, je vous laisse avec quelques mots sur les livres, du moins les trois premiers tomes que j’ai lus.

Le Sorceleur – Le Dernier Vœu, de Andrzej Sapkowski

À travers les plaines arides et les montagnes escarpées des Royaumes du Nord, un homme avance seul. En ces temps obscurs, il est l’un des rares à ne pas craindre les terribles créatures qui croisent sa route. Car Geralt de Riv est un sorceleur : un mercenaire initié aux secrets d’une ancienne magie. Il suit son propre code d’honneur dans un monde qui a oublié le sien, avec l’espoir inavoué de réaliser son dernier voeu : retrouver son humanité.

Ce premier livre est en réalité un recueil de nouvelles qui permet de découvrir le monde de Geralt de Riv, ses monstres et quelques-uns des personnages principaux de la saga.

J’ai beaucoup aimé découvrir un univers fantasy différent des univers anglo-saxons auxquels je suis habituée, davantage ancré dans le folklore slave et les contes européens.

Le tout est relevé avec beaucoup d’ironie et une bonne dose d’humour, qui contrastent quelque peu avec la noirceur de cet univers (ou même avec Geralt, un personnage qui n’a pas l’air très commode au premier abord).

Toutes les nouvelles ne m’ont pas séduite, et le format m’a un peu frustré : j’avais envie d’en savoir plus et de suivre Geralt dans une aventure au long cours ! C’était néanmoins une chouette entrée en matière et il ne m’a pas fallu longtemps avant de plonger dans le second livre de la saga…

Le Sorceleur – L’Épée de la Providence, de Andrzej Sapkowski

Geralt de Riv, le sorceleur, mène sa mission sans faillir dans un monde hostile et corrompu, dépourvu d’espoir. Sa renommée légendaire n’a d’égales que la peur et la haine qu’il inspire chez ceux qu’il traque sans pitié. Mais sa rencontre avec la petite Ciri, l’Enfant élue, va donner un sens nouveau à l’existence de ce héros solitaire. Geralt cessera-t-il enfin de fuir pour affronter la providence et découvrir son véritable destin ?

Ici encore, on est face à un recueil de nouvelles, mais contrairement au premier livre, j’y ai trouvé plus de cohérence et malgré un découpage en nouvelles, la chronologie semble plus claire et les personnages et situations semblent connaître une véritable évolution.

Le ton est moins léger et les enjeux semblent plus graves que dans les nouvelles du premier livre. J’ai aussi aimé voir le personnage de Geralt gagner en profondeur, revoir Jaskier et Yennefer, et rencontrer le personnage de Ciri.

L’univers est toujours aussi riche et intéressant, peuplé d’une multitude de créatures diverses et variées, bienfaisantes ou… non. J’en garde un très bon souvenir, avec des nouvelles qui m’ont semblé avoir plus de relief que celles du premier livre – à découvrir donc !

Le Sorceleur – Le Sang des Elfes, de Andrzej Sapkowski

La jeune princesse Ciri est l’unique survivante du royaume de Cintra. Alors qu’elle tente de fuir la capitale, elle croise le chemin de Geralt de Riv, qui la prend sous son aile et la conduit à Kaer Morhen, l’antre des sorceleurs. Initiée aux arts magiques, Ciri y révèle sa véritable nature et l’ampleur de ses pouvoirs, qui attirent bien des convoitises : un mage mystérieux est prêt à affronter le sorceleur afin d’atteindre sa protégée…

Cette fois, on est plongé dans un vrai roman et les choses sérieuses commencent ! Cela dit, le rythme de ce troisième tome est assez lent et les personnages sont tous éparpillés à travers le monde, ce qui donne lieu à des chapitres où ils sont (souvent) isolés dans leur coin d’aventure. On sent que quelque chose d’important va se passer… mais plus tard.

J’ai beaucoup aimé suivre les divers personnages féminins qui prennent plus d’ampleur, mais j’ai beaucoup moins aimé tout le côté politique du livre (je me suis un peu ennuyée quand il s’agissait de stratégies militaires et autres, et j’ai passé mon temps à confondre tous les rois et seigneurs…).

Maintenant j’ai assez hâte de découvrir le quatrième tome et de continuer mon incursion dans cet univers que j’aime beaucoup.

Donc, après avoir lu les trois premiers livres de la saga, j’étais fin prête à me plonger dans la série et c’était dans l’ensemble une belle découverte !

J’étais plutôt contente d’avoir l’intrigue fraîchement en tête en abordant cette adaptation, d’autant plus que celle-ci passe allègrement d’une chronologie à une autre sans crier gare (ce qui peut être franchement déroutant).

L’une des qualités de cette adaptation est d’avoir intégré assez fidèlement certains épisodes de la saga du Sorceleur, tout en ayant étoffé certains personnages (je pense bien entendu à Yennefer), malgré certaines modifications qui m’ont paru au premier abord discutables. J’ai moi-même quelques réserves concernant certains personnages, mais l’ensemble me semble tout de même plutôt réussi et cohérent.

L’ambiance de la série est chouette, les décors sont très réussis et la bande-son immersive à souhait. Du côté des acteurs, Henry Cavill, en plus d’être incroyablement sexy (il faut bien le dire), est assez convaincant en Geralt de Riv taciturne et sombre, et j’ai aussi beaucoup aimé Anya Chalotra qui interprète Yennefer (même si je m’étais faite une image assez différente du personnage à travers les livres).

L’intrigue est rythmée et les combats assez impressionnants – vraiment, visuellement, cette série vaut le détour. Maintenant j’ai assez hâte que la seconde saison voie le jour, d’autant que d’ici là j’aurai sans doute bien avancé dans ma lecture des livres…

Est-ce que vous avez vu et/ou lu The Witcher vous ? Qu’en avez-vous pensé ?

À savoir que, si vous l’ignoriez, les livres ont été adaptés en jeux vidéo il y a quelques années déjà. Je n’y ai pas joué (et je ne sais pas si je m’y frotterai, je suis un peu sensible aux jeux qui font peur…) mais peut-être que ça vous intéressera de plonger dans cet univers par ce biais !

∙ Jeux Vidéo

Ghost of a Tale

Une fois n’est pas coutume, je viens vous parler d’un jeu vidéo auquel je joue en ce moment et que je trouve trop chouette.

Dans Ghost of a Tale, un jeu d’action-aventure, vous incarnez Tilo, une petite souris-ménestrel enfermée dans la prison de Fort Deruine qui cherche à retrouver sa femme, Merra, tenue prisonnière ailleurs…

J’avais repéré ce jeu à l’époque de sa sortie sur console, m’extasiant sur la beauté des décors et des personnages (bien trop mignons) mais ça ne fait que quelques semaines que je m’y suis mise (et je me demande bien ce que j’attendais) et j’aime beaucoup y jouer.

Comme je l’ai dit plus haut, je ne suis pas une joueuse très téméraire (les jeux qui font peur, très peu pour moi, les missions d’infiltration me stressent souvent et je peux facilement sursauter… on ne se moque pas, merci) alors même ici, quand il s’agit d’éviter les gardes-rats et faire preuve de ruse, je ne fais pas toujours la maligne…

J’aime beaucoup l’ambiance du jeu, un peu médiévale, avec ses mystères et légendes, ses personnages hauts en couleur et ses quêtes variées qui permettent d’explorer les lieux de fond en comble. Il faut parfois faire marcher ses méninges, mais dans l’ensemble c’est un jeu très accessible. (Le niveau de difficulté n’est pas modifiable)

À l’heure où je vous écris, je pense en être à un peu moins de la moitié du jeu (et je joue lentement, j’explore beaucoup…) pour une quinzaine d’heures de jeu, et mis à part une caméra parfois capricieuse et des cartes des lieux pas toujours très claires, je n’ai pas de reproches à faire à ce jeu que j’aime beaucoup.

Le jeu est disponible sur PC et consoles, et une version Switch devrait bientôt voir le jour.

Cinéma

Onward (En Avant en VF)

Dans un monde où la technologie a peu à peu remplacé la magie, deux frères se lancent dans une quête fantastique pour pouvoir passer quelques heures avec leur père…

Bon, même s’il est actuellement impossible d’aller au cinéma, confinement oblige, je voulais tout de même vous parler un peu d’Onward, le dernier Disney-Pixar que nous avons vu au cinéma peu avant… bref, vous savez.

J’ai beaucoup aimé ce film, qui se joue dans un monde teinté d’heroic fantasy (décidément, c’est le thème récurrent de cet article) rempli d’elfes, cyclopes et autres fées qui n’ont pourtant plus grand chose de magique, la technologie les ayant quelque peu rendus paresseux… Le film est plein de petites références geek et plein d’humour, mais possède aussi cette petite touche de poésie et d’humanité propre aux films Pixar.

Bien que le ton soit léger, Onward aborde des thèmes importants et variés tels que le deuil, la quête du père, l’affirmation de soi, le pardon et la relation fraternelle… et ils sont abordés avec intelligence et sincérité, comme c’est souvent le cas dans les productions Pixar.

On m’avait conseillé de le voir avec ma sœur et effectivement, à la fin du film j’étais bien contente d’avoir ma petite sœur à côté de moi pour l’étreindre au milieu de nos larmes d’émotion – je réitère donc ce conseil, allez le voir (quand ce sera possible) avec vos sœurs/frères, ce sera un joli moment à partager !

BDs

Depuis que je me suis inscrite à la bibliothèque, je lis beaucoup (mais vraiment beaucoup) de BDs et moi qui en avais une image un peu désuète (j’en étais peut-être restée à Astérix et Tintin) et qui pensais que le genre n’était pas fait pour moi, je me retrouve à lire ce genre de littérature en majorité ces temps-ci. Comme quoi, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !

Peut-être que je vous écrirai quelques articles pour vous parler de mes préférées un jour, mais en attendant je voulais vous parler de deux albums que j’ai particulièrement aimé lire récemment…

Tant Pis pour l’Amour, de Sophie Lambda

Quand Sophie rencontre Marcus, elle tombe amoureuse en 48h. Elle qui était si cynique en amour, cette fois, elle y croit. Sauf qu’il se révèle vite étrange. Sophie a alors besoin de comprendre ce qui ne va pas. Confronté à ses mensonges et ses incohérences, il a des réactions violentes, des excuses pour tout et arrive à se sortir de chaque impasse. Mais jusqu’à quand ? Sophie aime un manipulateur narcissique.

À travers 300 pages (qui se lisent d’une traite) l’autrice raconte l’histoire d’amour qu’elle a vécue avec un manipulateur, et surtout comment elle s’en est sortie, comment elle s’est reconstruite après une histoire intense et destructrice…

Sophie raconte son histoire avec beaucoup d’humour, malgré un sujet qui est quand même assez pesant et j’ai beaucoup aimé la dimension pédagogique de l’album (la seconde moitié explique les mécanismes de pensée et stratégies des manipulateurs pour garder leur emprise sur leurs victimes) qui permet de mettre en lumière le comportement des manipulateurs et s’en prémunir si besoin.

C’est un album que je conseille à tous de lire, que le sujet vous touche de près ou de loin (et même si ce n’est pas le cas).

Moi en Double, de Navie (dessins d’Audrey Lainé)

Navie était malade. Elle était en obésité morbide et souffrant chaque jour, avec le sourire, sans jamais le montrer… L’acceptation de soi est ce qui lui tient le plus à coeur, mais comment aimer cette fille dans le miroir qui n’est que le reflet de sa souffrance ?
Navie portait son double. Un double qu’elle a aimé, qu’elle a essayé de fuir puis de tuer. Mais comment fait-on pour se tuer sans mourir ?

Un très beau témoignage, superbement mis en dessin par Audrey Lainé, et dans lequel toute femme, qu’elle soit grosse ou non, se retrouvera forcément un peu… Le rapport à notre corps, à notre image est rarement serein et c’est avec beaucoup de sincérité que Navie parle de ces choses à travers sa propre expérience.

J’ai été très touchée par ce récit doux-amer et je le conseille à tous, lui aussi.

Stand-up comedy

En ce moment, peut-être plus que jamais, il s’agit de se changer les idées comme on peut, et quoi de mieux qu’un spectacle de stand-up ? De préférence intelligent et vraiment drôle, sans racisme, grossophobie, ou sexisme, c’est mieux.

Voici une petite sélection de mes derniers spectacles comiques favoris.

Féministe pour Homme, Noémi de Lattre

Ce premier spectacle est à voir à Paris, au Théâtre de la Pépinière, donc évidemment, en ce moment il est en stand-by, mais j’ose espérer qu’il sera de nouveau joué quand la vie aura repris son cours normal…

Comme son nom l’indique, ce spectacle parle de féminisme et pas qu’à moitié : Noémi est engagée et elle en parle avec beaucoup de force mais aussi avec malice et humour, tout en restant bienveillante. Un mélange détonant qui galvanise, m’a beaucoup fait rire mais m’a aussi beaucoup touchée.

C’est un spectacle intelligent, sincère et drôle, et j’aimerais que tout le monde aille le voir ! Emmenez-y tout particulièrement vos ami.e.s qui ne comprennent peut-être pas le féminisme, ça leur fera du bien.

Hexagone, Fary (Netflix)

Sur les bons conseils de Laëtitia (qui m’avait déjà conseillé le spectacle de Noémi de Lattre) on a regardé la première partie du nouveau spectacle de Fary, Hexagone, sur Netflix la semaine dernière et… on a beaucoup aimé !

Je ne connaissais pas du tout cet humoriste avant de regarder ce spectacle et de fait, c’était une chouette découverte. Fary se pose des questions d’identité, de culture et si le spectacle a un aspect politique, il n’en reste pas moins très drôle.

À découvrir à votre tour !

La seconde partie du spectacle sera disponible mi-avril.

Afraid of the Dark, Trevor Noah (Netflix)

J’aimais déjà beaucoup regarder les extraits du Daily Show de Trevor Noah sur YouTube de temps à autres, mais j’ai tout récemment découvert ses spectacles sur Netflix, dont celui-ci, Afraid of the Dark, qui date de 2017.

Rien de tel pour se remonter le moral un jour de petite mine que Trevor Noah et ses parfaites imitations d’accents, ses propos si justes sur l’immigration et les relations internationales (et son sourire contagieux).

Il me semble que son spectacle suivant, Son of Patricia, est plus apprécié du public, mais mis à part quelques blagues un peu longuettes, j’ai beaucoup ri devant Afraid of the Dark et c’est exactement ce qu’il me fallait à ce moment-là.

Et c’est sur cette note d’humour que je termine cet article probablement un peu trop long (j’ai pourtant tâché d’être succinte) mais qui m’aura permis de vous parler de ces quelques petites choses que j’ai apprécié découvrir ces dernières semaines.

N’hésitez pas à me faire part de vos avis et impressions, qu’il s’agisse du fond de l’article ou de sa forme – je suis ouverte à toutes vos propositions d’amélioration, si besoin !

Je suis en tout cas assez contente de revenir partager avec vous mes coups de cœur, moi qui ne savais plus trop comment vous en parler, j’ai l’impression d’avoir trouvé la meilleure formule en ce qu’il me concerne… Un grand merci à Pauline aussi, qui m’a gentiment laissé emprunter le nom de cet article ♡

Je vous souhaite de belles découvertes et vous dis à très vite, prenez soin de vous.


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

13

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

4 Commentaires

  • Répondre Livre O'Vert 25 mars 2020 at 20 h 00 min

    Après avoir entendu largement parler de The Witcher (d’abord pour les livres), j’avais bien envie de découvrir la série. Ton avis dessus me donne encore plus envie d’essayer. J’ai vu passer Tant Pis pour l’Amour et j’avoue que les dessins m’avaient déjà beaucoup attiré, mais sans avoir regardé le résumé. Eh bien, tu m’as donné très envie ! Belles futures découvertes !

  • Répondre Lydie 11 avril 2020 at 22 h 45 min

    J’adore cette rubrique ! Je la trouve variée et très complète, j’adore le fait que tu abordes également les jeux-vidéos !
    J’ai recommencé à jouer et je pense que cette petite souris me fait trop craquer pour succomber et y jouer également.
    Impatiente de voir les futurs articles de ta rubrique !

  • Répondre Jennifer 15 avril 2020 at 14 h 59 min

    J’ai acheté Moi en Double il y a quelques années après avoir moi-même perdu des dizaines de kilos. Son récit est totalement réaliste. Ayant parfois besoin de soutiens dans mon parcours et mon combat, je le relis très souvent pour me donner de la force, un bijou !

  • Répondre Gwen 17 avril 2020 at 19 h 44 min

    Merci pour ces découvertes, hâte d’avoir ton avis sur La Boussole d’Or, premier livre où j’ai versé ma petite larme, et qui me laisse plein de souvenirs. Dans mon top. :)