Monthly Movie Digest #5

Septième Art 2 juillet 2018 Laisser un commentaire

Si ces deux derniers mois ont été bien chargés, ça ne m’a pas empêché d’aller au cinéma – peut-être pas tous les vendredis, mais en tout cas suffisamment souvent pour assouvir mes envies de films… et pour vous préparer ce Monthly Movie Digest !

Au programme de cette édition, deux blockbusters américains avec des super-héros (mon petit pêché mignon), un excellent film français, un film new-yorkais sans grand intérêt, deux films qui nous plongent dans une ambiance britannique et un film qui a enfin pu voir le jour après des années de difficultés, mais dont je ne sais toujours pas bien quoi penser… Vous me suivez ?

(En cliquant sur les titres des films, vous accédez aux fiches de ces derniers sur Allociné, si vous souhaitez en savoir plus!)

Avengers: Infinity War, un film de Joe et Anthony Russo

Alors vous faire un résumé complet de ce film serait peine perdue. Sachez simplement qu’il s’insère dans le Marvel Cinematic Universe juste après Thor: Ragnarok et qu’il s’agit ici pour les Avengers de sauver l’univers de Thanos, LE grand méchant du moment, aux ambitions écologiques tout à fait uniques (on va le dire comme ça).

Sachez ensuite que je suis allée voir le film deux fois, tellement je l’ai adoré. C’est simple: c’est probablement l’un des films Marvel les plus réussis, à l’intrigue un peu plus profonde que d’habitude. Il faut sauver le monde, mais cette fois, on est face à un antagoniste, Thanos, complexe et mélancolique… mais non moins terrible.

Les scènes d’action s’enchaînent dans un crescendo incroyable, elles sont lisibles et superbement mis en scène (pour qui est sensible à ce type de spectacle) et le CGI est vraiment impressionnant.

Outre de l’action (c’est un Marvel après tout) il y a beaucoup d’émotion et de mélancolie au travers des différentes intrigues du film et je dois bien avouer avoir eu le cœur serré à de nombreuses reprises.

J’ai beaucoup aimé retrouver mes héros favoris, de Dr Strange en passant par Ironman jusqu’aux Gardiens de la Galaxie et j’ai trouvé qu’aucun d’entre eux n’était vraiment « oublié » au profit des autres. Et malgré le côté bien plus sombre de cet opus, on retrouve l’humour propre aux différents personnages tout au long du film et ça apporte une certaine fraicheur.

Bon, et puis la fin, moi, elle m’a complètement scotchée – j’ai sans doute passé les trente dernières minutes bouche bée, la larme à l’œil et serrant (un peu trop) fort la main de mon amoureux. Ça vous semblera peut-être ridicule, mais j’ai tendance à vraiment vivre les films que je vais voir au cinéma, alors oui, j’ai tremblé, pleuré et eu le souffle coupé devant Avengers: Infinity War.

Plaire, aimer et courir vite, un film de Christophe Honoré

1990. Arthur a vingt ans et il est étudiant à Rennes. Sa vie bascule le jour où il rencontre Jacques, un écrivain qui habite à Paris avec son jeune fils. Le temps d’un été, Arthur et Jacques vont se plaire et s’aimer. Mais cet amour, Jacques sait qu’il faut le vivre vite.

Changement de registre avec ce film doux, contemplatif mais sincère où il est question d’un dernier amour, pour Jacques atteint du sida et d’un premier amour, pour Arthur, qui ne pensait pas se laisser emporter.

J’ai été assez étonnée de lire beaucoup de critiques négatives à l’encontre de ce film, jugé long, ennuyeux, ampoulé… Pourtant, moi je l’ai trouvé très réussi, un peu suranné, mais pas trop, notamment grâce à l’interprétation de Pierre Deladonchamps, l’écrivain qui parle comme un livre (comment ne pas être séduite ?) et touchant, parce qu’on y parle tout de même de maladie et de mort, mais sans jamais tomber dans le sentimentalisme.

Vincent Lacoste, lui, apporte beaucoup de fraicheur à l’intrigue là où Denis Podalydès est plus discret, mais attendissant malgré tout.

Il me semble avoir pensé, en sortant de la salle, que Plaire, aimer et courir vite avait emprunté à la fois à 120 Battements par minute, parce qu’il y est aussi question de sida, mais sans militantisme et à Call me by your Name, de par son histoire d’amour entre deux hommes d’âges différents et racontée dans une atmosphère contemplative. Et pourtant, j’ai adoré ces trois films pour des raisons très différentes.

Plaire, aimer et courir vite est un très beau film, émouvant mais aussi drôle, plein de mélancolie et de nostalgie et j’ose espérer qu’il ne laisse pas indifférent car moi, je l’ai vraiment beaucoup aimé.

Manhattan Stories, un film de Dustin Guy Defa

Dans ce film choral au grain volontairement vintage, on suit quelques histoires new-yorkaises somme toutes assez banales (ou au contraire, un peu exagérées) qui se croisent sans se rencontrer comme si elles faisaient partie d’un recueil de nouvelles de Woody Allen.

Parfois légères et tendres mais aussi inégales et sans intérêt, ces histoires laissent sur un sentiment d’inachevé sans même que l’on se soit attaché aux personnages. Dommage !

Reste Tavi Gevinson, qui m’a donné envie de la découvrir dans d’autres films, ou encore Michael Cera drôle mais pathétique et cette ambiance automnale, jazzy et solaire qui caractérise souvent New York dans les films de Woody Allen et consorts.

Tant pis, je ne peux pas tomber sur des chefs d’œuvre à chaque fois !

Solo: A Star Wars Story, un film de Ron Howard

Dans la famille Star Wars, je demande… Han Solo ! On découvre ici la jeunesse de ce personnage emblématique, sa rencontre avec Chewbacca et Lando à travers un voyage initiatique qui n’est pas de tout repos…

Pas grand chose à dire sur cet opus Star Wars: c’est un divertissement efficace et bien réalisé, qui manque peut-être d’un petit quelque chose mais qui ne déçoit pas pour autant. J’ai trouvé Alden Ehrenreich assez sympathique en jeune Han Solo tout comme Donald Glover, qui interprète Lando.

Ce n’est peut-être pas le spin-off le plus inspiré ou réussi (pour ça allez voir Rogue One) mais on passe un bon moment malgré tout.

Le Cercle Littéraire de Guernesey, un film de Mike Newell

Londres, 1946. Juliet Ashton, une jeune écrivaine en manque d’inspiration reçoit une lettre d’un mystérieux membre du Club de Littérature de Guernesey créé durant l’occupation. Curieuse d’en savoir plus, Juliet décide de se rendre sur l’île et rencontre alors les excentriques membres du Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates dont Dawsey, le charmant et intriguant fermier à l’origine de la lettre. Leurs confidences, son attachement à l’île et à ses habitants ou encore son affection pour Dawsey changeront à jamais le cours de sa vie.

Adaptation d’un roman épistolaire de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows, que j’avais lu et adoré il y a quelques années, Le Cercle Littéraire de Guernesey est un joli petit film qui tombe parfois dans l’excès de sentimentalisme mais que j’ai tout de même beaucoup aimé.

Si vous me connaissez un petit peu, vous comprendrez bien vite pourquoi ce mélange suranné qui mêle amour de la littérature, atmosphère britannique et années 50′ m’a séduit… C’est tout ce que j’aime !

Les paysages de Guernesey m’ont donné envie de visiter l’île à mon tour un jour et j’ai adoré découvrir ou re-découvrir certains acteurs britanniques que j’aime, notamment Lily James dont la fraicheur me séduit à chaque fois.

L’intrigue, à la fois légère et romantique mais aussi sombre et tragique (l’ombre de la Seconde Guerre Mondiale plane définitivement sur l’intrigue) reprend bien le roman et m’a d’ailleurs donné envie de le relire.

Les décors et costumes sont beaux et participent à faire de ce film un joli moment qui donne le sourire, pour peu que le cynisme ne vous ait pas déjà atteint !

L’Homme qui tua Don Quichotte, un film de Terry Gilliam

Après presque trente ans de projets abandonnés, Terry Gilliam a enfin pu porter à l’écran le film dont il rêvait depuis si longtemps… Mais de quoi s’agit-il vraiment ?

Toby, un jeune réalisateur de pub cynique et désabusé, se retrouve pris au piège des folles illusions d’un vieux cordonnier espagnol convaincu d’être Don Quichotte. Embarqué dans une folle aventure de plus en plus surréaliste, Toby se retrouve confronté aux conséquences tragiques d’un film qu’il a réalisé au temps de sa jeunesse idéaliste: ce film d’étudiant adapté de Cervantès a changé pour toujours les rêves et les espoirs de tout un petit village espagnol. Toby saura-t-il se racheter et retrouver un peu d’humanité ?

En pratique, le film présente une épopée surréaliste, déjantée et totalement décousue où la réalité se mêle au rêve et où l’on ne sait plus trop où donner de la tête. La première moitié du film souffre de longueurs, là où la seconde moitié s’emballe dans un festival où la folie règne en maitre. 

Une fois le film terminé, impossible de savoir s’il s’agit d’un chef d’œuvre brillant ou d’un grand n’importe quoi…

Vous avez une idée vous ?

Mary Shelley, un film de Haifaa Al Mansour

En 1814, Mary Wollstonecraft Godwin entame une relation passionnée et scandaleuse avec le poète Percy Shelley et s’enfuit avec lui. Elle a 16 ans. Condamné par les bienpensants, leur amour tumultueux se nourrit de leurs idées progressistes. En 1816, le couple est invité à passer l’été à Genève, au bord du lac Léman, dans la demeure de Lord Byron. Lors d’une nuit d’orage, à la faveur d’un pari, Mary a l’idée du personnage de Frankenstein. Dans une société qui ne laissait aucune place aux femmes de lettres, Mary Shelley, 18 ans à peine, allait révolutionner la littérature et marquer la culture populaire à tout jamais.

Mon amour du genre gothique et des films aux atmosphères britanniques m’a naturellement emmené voir en avant-première Mary Shelley, film biographique un poil romancé, mais jamais enjolivé.

On découvre le tempérament de l’auteure qui a crée Frankenstein, sa relation tumultueuse avec Percy Shelley et ses combats de femme dans un monde d’hommes. Si le film s’appuie sur des faits réels, il n’a rien d’un film historique qui peut parfois être trop lisse…

Il y a, au contraire, quelque chose de contemplatif et de mystérieux dans cette intrigue à la mélancolie avérée. Quelque chose de gothique, amplifié par une mise en scène un peu sombre et une bande-son presque fantomatique.

Si j’ai trouvé les personnages féminins convaincants, notamment Elle Fanning qui interprète à merveille la force de son personnage, j’ai été beaucoup moins convaincue par l’acteur qui incarnait Percy Shelley…

Mary Shelley est un beau film, mélancolique et sombre mais aussi percutant et inspirant et j’espère que vous aimerez le découvrir à sa sortie, le 8 août prochain.

**********

Bravo à tous ceux qui seront arrivés jusqu’ici en ayant tout lu – j’avais beaucoup de chroniques en retard ! N’hésitez pas à partager avec moi vos impressions et avis, ainsi que de me conseiller des films que j’aurais manqué, sait-on jamais.

Je ne sais pas encore ce qui m’attend au cinéma en juillet (ou ce qui m’attend tout court) mais le rythme de publications ici va rester quelque peu sporadique et je vous écrirai dès que j’aurai un peu de temps, parmi mes mille vies qui composent la mienne… C’est toujours un peu la même rengaine, vous ne m’en voudrez pas, mais c’est comme ça.

D’ici à la prochaine fois, je vous souhaite un beau mois de juillet et vous dis à très vite !


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

12

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

7 Commentaires

  • Répondre heyimManon 2 juillet 2018 at 11 h 09 min

    Tellement hâte de découvrir l’adaptation du Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates ! J’avais tellement aimé le livre ! Et puis, Mary Shelley me tente bien aussi ;)

    • Répondre Laurelas 2 juillet 2018 at 18 h 34 min

      J’espère que ces films te plairont si tu vas les voir :)

  • Répondre Mathilde - Les étincelles 2 juillet 2018 at 17 h 09 min

    Coucou Yasmine, merci pour ces jolies revues ! Tu m’as donné très envie d’aller voir Plaire, aimer et courir vite, je suis sensible à ce thème et la comparaison avec Call me by your name, le coup de coeur de l’année pour moi question cinéma, ne peut que me tenter d’avantage. Comme toi j’ai passé un bon moment devant Solo, trouvant qu’il remplissait totalement le contrat en terme de cinéma de divertissement même si j’ai regretté que le film ne prennent pas plus le temps d’explorer ses personnages.

    J’ai vu hier soir Le cercle littéraire de Guernesey :) et malheureusement je ne peux m’empêcher d’être déçue. J’aurais adoré aimé ce film car je suis amoureuse du livre que j’ai lu il y a quelques années et j’attendais cette adaptation avec Lily James avec impatience. Malheureusement, je n’ai pas retrouvé le souffle du roman, l’intensité du suspens autour de l’histoire d’Elizabeth ni la complicité entre le duo amoureux. Je me suis un peu ennuyée, à regret. Avais-tu lu le livre (il est juste génial) :) ?
    A très bientôt !

    • Répondre Laurelas 2 juillet 2018 at 18 h 33 min

      Hello Mathilde, merci pour ton commentaire :)
      Oui j’avais lu le livre, mais il y a bien 8 ans environ, je n’en avais pas un souvenir très précis.. Je comprends ce que tu peux reprocher au film, mais de mon côté j’ai tout de même passé un bon moment!

      Belle soirée :)

  • Répondre Nymeria 2 juillet 2018 at 20 h 36 min

    L’adaptation du Cercle littéraire des amateurs d’éplucheurs de patates me tente bien, car j’ai adoré le livre écrit par Annie Barrows « La manufacture de chaussettes inusables » ! Si c’est dans le même esprit (bien que cela reste un film, je risque de bien aimer :)

  • Répondre luciluciol 2 juillet 2018 at 20 h 41 min

    Hello !
    Apparemment il y a très peu d’images de Guernesey dans Le Cercle, ça aurait été trop coûteux de tourner sur l’île. Il faut que j’aille le voir pour vérifier !
    Pour avoir y vécu 4 ans, je te recommande plutôt d’aller à Jersey, que j’ai trouvée bien plus jolie et où il y a plus à visiter !
    Tu m’as donné très très envie de voir Mary Shelley ! Merci & belle semaine !

  • Répondre Sam 4 juillet 2018 at 9 h 57 min

    J’ai très envie de découvrir l’adaptation « Le cercle littéraire de Guernesey » et je suis également très intriguée par « Mary Shelley » je ne connaissais pas ce film alors merci pour la découverte!