24h à Granville: Un grand bol d’air normand

Voyage 29 octobre 2017 Laisser un commentaire

Il y a un peu plus d’un mois, j’ai eu la chance de pouvoir découvrir Granville, accueillante petite ville normande, pour à peine plus de 24h, grâce à une invitation de la SNCF Intercités. Et vous savez quoi? C’était vraiment chouette de s’échapper de Paris pour profiter de la côte normande sous le soleil!

C’est en un peu plus de 3h que nous avons rejoint Granville, à bord d’un Intercités flambant neuf (et en ayant même eu le privilège de visiter la cabine du conducteur!) avant de nous atteler à un programme où la culture et la gourmandise avaient la part belle…

Mais pour se mettre en jambes, et découvrir les environs et le littoral de Granville, nous avons d’abord fait une balade en gyropode. Gyro-quoi? Mais si, vous savez, ces drôles d’engins sur lesquels il semble trop facile de se déplacer… Alors qu’en réalité, ce n’est pas si évident que ça au premier abord!

Je suis passée de super-flippée à super-contente, une fois que j’ai compris comment fonctionnaient ces drôles de machines (qui donnent une dégaine d’enfer, il faut bien l’admettre). Et c’est assez impressionnant de se dire que c’est notre centre de gravité personnel qui dirige le gyropode, et nous permet d’accélérer ou de ralentir.

Bref, contre toute attente, j’ai adoré cette promenade d’un autre genre, à travers les sentiers verdoyants et ensoleillés de la Normandie (malgré une petite chute en fin de parcours, signe d’un trop grand enthousiasme… et rassurez-vous, il y a eu plus de peur que de mal!).

Nous avons réalisé cette balade avec Pascal, qui était d’une énergie débordante et extrêmement sympathique. Si d’aventure, ce type d’expérience aux alentours de Granville vous intéresse, retrouvez ses coordonnées ci-dessous.

Best Ride – Gyropode Normandie
info@bestride.fr

Une fois remis de nos émotions, nous nous sommes dépêchés de rejoindre notre prochain arrêt: le Musée Christian Dior installé dans la superbe villa Les Rhumbs, maison d’enfance du célèbre couturier et qui a eu une influence considérable sur ce dernier.

La villa et son jardin surplombent la plage, et tout ne semble y être que luxe, calme et volupté…

« La maison de mon enfance… j’en garde le souvenir le plus tendre et le plus émerveillé. Que dis-je ? Ma vie, mon style, doivent presque tout à sa situation et à son architecture. »

Christian Dior

C’est d’abord à travers ses jardins que nous avons découvert la villa Les Rhumbset quels jardins!

Ces derniers se composent d’un salon de plein air doté d’une pergola et d’un plan d’eau, prolongés par une roseraie astucieusement protégée des vents marins, et parmi laquelle on retrouve la rose éponyme, « Jardin de Granville ».

Mais au-delà de ces éléments emblématiques du jardin, la promenade à l’ombre des arbres centenaires y est tout aussi agréable que la perspective d’une après-midi lecture près des massifs d’hortensias, si typiques de la région…

Ah cette vue sur la mer… Sachez enfin que le jardin du Musée Christian Dior est un jardin public au sein de Granville, et qu’il est accessible librement et gratuitement toute l’année – plutôt chouette, non?

Après notre visite des jardins, nous avons été invités à découvrir, de façon très privilégiée, l’intérieur de la villa qui propose tout au long de l’année, diverses expositions dédiées à la mémoire de Christian Dior et de ses créations.

C’était l’occasion pour nous de découvrir l’actuelle exposition, Christian Dior et Granville, aux sources de la légende. Cette dernière nous a permis d’en apprendre davantage sur l’influence que Granville et sa maison d’enfance ont exercé sur le célèbre couturier, qui était un grand rêveur et était très nostalgique de son enfance en Normandie.

Cet attachement à ses racines normandes est présenté au travers de divers objets de son enfance et au travers de ses créations haute couture, ici crées à partir de 1947.

On y découvre également diverses créations des directeurs artistiques successifs de la maison de couture, qui se sont montrés fidèles aux thèmes de prédilection du couturier. Le parcours est à la fois historique, familial et stylistique, et c’est passionnant.

Je vous laisse découvrir un aperçu de cette belle exposition…

Christian Dior et Granville, aux sources de la légende – Du 8 avril 2017, au 7 janvier 2018

Musée Christian Dior
Villa Les Rhumbs

1, rue d’Estouteville

Interlude gourmand, avec un aperçu de ce que j’ai pu déguster au restaurant le Comptoir de l’Atelier Gourmet qui met à l’honneur produits locaux et de saison.

Si la carte ne propose pas véritablement d’options végétariennes, j’ai eu la chance de pouvoir goûter des créations gourmandes « aménagées » à mon régime alimentaire, et c’était très bon! Ici coup d’œil sur mon entrée, dont le détail m’a échappé, mais qui était fraîche et savoureuse. Quant au plat, il était riche en légumes et réconfortant.

Une belle découverte en somme et surtout, une cuisine qui a su s’adapter à mes exigences végétariennes, sans perdre en goût ou en subtilité!

Le Comptoir de l’Atelier Gourmet
13, avenue Aristide Briand

Notre soirée à Granville aura résolument été culturelle et artistique… En effet, c’était pour nous l’occasion de découvrir les nombreuses galeries d’art et ateliers d’artistes essaimées à travers la ville, (principalement du port, en passant par la rue des juifs et jusqu’à la haute ville) lors de la dernière nocturne du Fil Rouge.

C’est d’ailleurs assez fou, car il semble y avoir une concentration d’artistes, particulièrement hauts en couleur, à Granville – l’air marin inspirerait-il davantage la créativité?

Vous me pardonnerez, mais parmi la vingtaine de galeries visitées ce soir-là, je ne vais vous en présenter que trois en images. Notre exploration nocturne, au rythme assez soutenu, m’aura davantage incitée à profiter de tout ce patrimoine artistique avec mes yeux, plutôt qu’au travers de mon appareil photo!

Ci-dessus, un aperçu rapide de la toute première galerie visitée, celle de Xavier Hortala, homme discret et pourtant accueillant et chaleureux, entouré d’une multitude de ses toiles au style moderne, un peu naïf et surtout très coloré… C’est certain, ses toiles ne laissent pas indifférent!

Atelier – Galerie Xavier Hortala
9-11-15, rue Malpagne

Coup de cœur pour l’univers d’Isazalie, graphiste aux mille facettes, dont l’atelier chaleureux a retenu mon attention ce soir là.

Ses créations vont de l’illustration de couvertures de livres, jusqu’à la confection de cartes, en passant par la production de jolies tasses pour un salon de thé local – sans oublier ses iconiques marins!

À savoir qu’elle vend aussi via son atelier, d’adorables trophées animaliers en feutrine (100% cruelty free et surtout 100% mignons) qu’elle fait venir d’un atelier en Angleterre. On peut aussi les lui commander par correspondance, si jamais Granville est un peu loin pour vous…

Isazalie
14, rue des juifs

Presque juste en face d’Isazalie, se trouve l’atelier-galerie de Jean-Luc Saint-Martin, où sont exposées ses toiles peintes à l’huile, que l’artiste nous enjoint à toucher, à ressentir et à faire vivre sous nos doigts, bien loin d’une idée élitiste de l’art.

Ses paysages imaginaires (et imaginatifs) et camaïeux de bleu, m’ont beaucoup plu et invitent à la rêverie… Vous ne trouvez pas?

La caractère facétieux de l’artiste m’a aussi marquée, et si vous visitez Granville, n’hésitez pas à lui rendre visite… et à toucher ses toiles, tout en relief!

Atelier de Jean-Luc Saint-Martin
55, rue des juifs

Mais aussi…

  • La Galerie Marée Moderne, qui expose tour à tour des artistes locaux, de tous horizons et qui exposait lors de notre passage Le Bestiaire de Chabert 4, un artiste à l’univers très singulier et incisif.
  • L’Atelier-galerie de l’Aube, qui expose en ce moment les œuvres à l’encre de chine de Marion Le Pennec, poétiques et troublantes.
  • Le Bazar, de Fabien Lefebvre (83, rue des juifs), artiste sculpteur et soudeur, dont les créations étranges et même parfois provocantes ne peuvent laisser de marbre. Son « projet méduses » est assez amusant, quoique troublant… (Il ramasse les sandales méduses égarées le long des plages et en fait des installations diverses.)

Découvrir tous ces artistes, aux sensibilités toutes plus différentes les unes que les autres, était une belle expérience, riche en couleurs et en jolies rencontres – je ne peux que vous conseiller (si vous aimez l’art évidemment) d’aller fureter dans toutes ces galeries et ateliers d’artistes, il y en aura forcément quelques uns qui vous plairont!

Retrouvez toutes leurs coordonnées et adresses sur le site officiel de la ville de Granville.

Le lendemain, après une courte nuit à l’Hôtel Mercure de la ville (dont certaines chambres ont vue sur l’océan!), nous avions rendez-vous pour une visite guidée à travers Granville, et plus particulièrement à travers la Haute Ville et c’était particulièrement intéressant d’en apprendre plus sur l’histoire de cette ancienne cité fortifiée.

Saviez-vous, par exemple, que Granville se nomme ainsi non pas parce que la ville est grande, mais parce que ses premiers occupants, après les vikings, faisaient partie de la famille… Grant? (Eh bien, maintenant vous le savez!)

La visite a été ponctuée d’anecdotes historiques, le tout sous un soleil radieux (et un vent glacial qui aura eu raison de moi!).
Voyez plutôt…

La visite nous a ensuite emmené à l’église Notre-Dame, dite « du Cap-Lihou », l’un des plus anciens édifices de la ville fortifiée de Granville et où Christian Dior a notamment été baptisé…

Après avoir visité son chœur gothique, nous avons eu la chance de pouvoir nous faufiler jusqu’au clocher, afin d’admirer comme il se doit la ville qui se trouvait à nos pieds – attention au vertige!

Que c’était agréable d’avoir pris de la hauteur de telle sorte… La visite de l’église s’est poursuivi avec la salle des cloches, où l’on a pu découvrir ces incroyables (et immenses!) cloches que l’on a même fait tinter en notre honneur. (C’est impressionnant, croyez-moi.)

Mais une fois redescendus sur la terre ferme, et avant de reprendre le train pour Paris, il nous restait à découvrir quelques jolies boutiques et repaires gourmands!

Parmi toutes les boutiques visitées, celle qui aura le plus retenu mon attention a été La Kolloc, une boutique de vêtements et accessoires, gérée par deux sœurs, et à la sélection pointue (Maison Labiche, American Vintage, Superga…).

C’était aussi l’occasion de rencontrer l’une des créatrices du duo Macon & Lesquoy et d’en apprendre davantage sur leurs créations, ces superbes broches brodées toutes plus belles et décalées les unes que les autres.

La Kolloc
29, rue Lecampion

Après la mode, laissons place à un peu de douceur, avec les gourmandises chocolatées de la pâtisserie À la Tentation, où nous avons pu nous régaler avec leurs créations typiquement granvillaises: les Bulots et Praires de Granville, mais en chocolat!

Les premiers sont fourrés de praliné aux éclats de florentin, tandis que les seconds renferment un cœur de caramel à la vanille, fermé à la cassonade et tous deux existent en version chocolat noir ou au lait. C’est délicieux, et je trouve que c’est un bon souvenir à rapporter à ses proches, pour peu qu’ils aient une dent sucrée…

En tout cas, moi j’ai adoré et ça se voit… (Ma préférence va aux Praires, version chocolat noir. Miam, miam!)

À la Tentation
28, rue Paul Poirier

Mais aussi…

  • L’îlot Lamp’ Créations, une charmante boutique de décoration, tenue par un duo mère-fille, située sur le port et où l’on trouve aussi bien de jolis objets à thème marin à rapporter chez soi, que du thé et autres idées cadeaux. (La boutique a également un site de vente en ligne!)
  • Le salon de thé Dame Gourmande (2, rue Général Patton), où nous avons passé nos derniers moments à Granville, autour d’un déjeuner savoureux. Leur carte de thés est très fournie, et leurs madeleines sont très bonnes!

C’est donc ici que s’achève mon récit de ces 24h passées à explorer Granville, jolie ville normande accueillante et chaleureuse, à la scène culturelle et artistique riche et pleine de contrastes, où il fait bon vivre et flâner…

Mon seul regret? Qu’on n’ait pas eu le temps de fouler le sables de ses plages, seulement admirées de loin tout au long de notre visite… Ce sera donc pour une prochaine fois!

J’en profite pour remercier chaleureusement Cédric, le directeur de ligne SNCF Intercités qui nous accompagné lors de ce séjour, avec sa bonne humeur, son enthousiasme et ses anecdotes, ainsi que Jérôme, de l’agence Meliatis, qui a été discret mais toujours à l’écoute. Bien sûr, sans Aurélie, Fanny, Gaëlle et Alexandre, ce court voyage n’aurait pas non plus été aussi plaisant!

J’espère que ce (long) court-rendu de mon escapade normande vous a plu, et vous aura peut-être donné envie de découvrir Granville à votre tour? Après tout, ce n’est pas si loin de Paris…

Connaissez-vous déjà Granville? Est-ce que, comme moi, vous avez un petit faible pour la Normandie?

Je vous souhaite une belle journée et vous dis à très vite!


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

9

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

8 Commentaires

  • Répondre Lili 29 octobre 2017 at 10 h 09 min

    Que de souvenirs ! Impossible de pas sourire en repensant au gyropode (!), à la caresse des toiles…
    Tu as raison : nous ne sommes pas allés marcher sur la plage ! Comme quoi, la ville n’est pas que balnéaire ;-)
    C’était chouette de partager cette découverte.
    Bon dimanche ^^

    • Répondre Laurelas 29 octobre 2017 at 18 h 37 min

      Oui c’était chouette :)
      Merci pour ton petit mot, et belle soirée à toi!

  • Répondre Samsha 29 octobre 2017 at 19 h 17 min

    Rien que de voir ces photos, ça fait du bien !

    • Répondre Laurelas 12 novembre 2017 at 15 h 44 min

      Hihi, n’est-ce pas!

  • Répondre Gingerbrain 11 novembre 2017 at 11 h 46 min

    En regardant tes photos, là de suite j’ai un peu le bourdon. Normande vivant à Lyon la mer me manque jour et nuit mais « le travail c’est la santé » … Plus que 9 dodos et je pars en vacances au Havre \o/ Pourvu qu’il pleuve, pourvu qu’il vente et que ce soit une mer déchaînée, une bruine à faire frémir et des soirées au coin du feu.

    • Répondre Laurelas 12 novembre 2017 at 15 h 29 min

      Ah, quel beau tableau que tu dresses là (la cheminée et le déchaînement des éléments, quel bonheur d’automne romantique à souhait!)
      Bon séjour alors :) (et j’espère que tu pourras retrouver la mer, un jour, si tel est ton souhait!)

  • Répondre Ornella 16 novembre 2017 at 12 h 52 min

    J’ai beau être Normande (née à Dieppe (76)), je ne connais quasiment rien de la Normandie. Quelle tristesse…

    J’ai une amie de Granville qui me propose d’aller chez elle, depuis bien 2 ans et je n’ai toujours pas sauté le pas. Alors, tu m’as appris un truc, je ne savais absolument pas que le musée Christian Dior se trouvait à Granville ni même qu’il avait une maison là-bas alors merci pour ce si bel article et si complet.

    • Répondre Laurelas 18 novembre 2017 at 17 h 36 min

      Je t’en prie, et du coup j’espère que tu finiras par accepter l’invitation de ton amie? :)