A Bigger Splash

Septième Art 23 avril 2016 Laisser un commentaire

A Bigger Splash

Je n’ai remis les pieds au cinéma que cette semaine, pour voir A Bigger Splash et ça faisait bien trop longtemps que je n’y avais été (la dernière fois, c’était pour l’excellent Midnight Special il y a presque un mois!) – ça m’avait manqué!

Et si le film ne m’a pas tout à fait transportée, j’ai tout de même été prise au jeu, du moins assez pour vous en parler un petit peu…

A Bigger Splash, sorte de remake de La Piscine (que je n’ai jamais vu par ailleurs..) suit les vacances de Marianne (Tilda Swinton), rock star souffrante d’une extinction de voix, qui passe des jours tranquilles sous le soleil de l’Italie avec Paul (Matthias Schoenaerts), son compagnon… enfin, jusqu’à ce qu’arrive Harry (Ralph Fiennes) et sa fille Pénélope (Dakota Johnson). Avec leur arrivée c’en est fini de la tranquillité, tandis que s’installent tensions diverses et fantômes du passé…

A Bigger Splash

Sex, drugs and rock’n’roll: voilà, en quelques mots, comment résumer A Bigger Splash.

La première chose qui m’a frappée, c’est qu’au début, il ne se passe pas grand chose – les scènes, entrecoupées de plans rapprochés sur des « natures mortes » (littéralement, on voit de très près l’intérieur de pauvres poissons morts), se déroulent avec langueur et (presque) ennui. Il y a toutefois quelque chose de très esthétique, qui fait appel aux sens, dans ces images, du moins suffisamment pour intriguer…

Puis arrivent les éléments perturbateurs, Harry et Pénélope. Insidieusement, s’installent des tensions entre les personnages. Et alors qu’entre des scènes du présent s’immiscent des flash-backs, on apprend doucement, mais jamais entièrement, les différentes relations qu’ont entretenu les personnages dans le passé. 

L’intrigue s’intensifie tout au long du film, jusqu’à cette scène fatidique (dont je ne dirai rien!) à laquelle on s’attend de toute façon un peu. À vrai dire, la tension est telle, à tant de niveaux différents, qu’on s’attend à tout, qu’on s’attend au pire…

Cette ambivalence de rythme, entre langueur estivale et tourbillon de folie, m’a parue un peu déroutante et plutôt efficace pour me tenir en haleine, je dois bien l’avouer. Cela dit, je ne saurais mettre le doigt sur ce qui m’a manqué, mais il m’a manqué quelque chose. Je ne sais pas si c’est au niveau du scénario où de la mise en scène, mais si le film m’a plu par bien des aspects (j’y reviendrai) il ne m’a pas non plus transporté. Dommage!

Mais s’il y a bien une chose qui est sûre, c’est que le quatuor d’acteurs qui a été choisi ici fait des étincelles, chacun dans un registre bien différent. Vous avez d’abord le génial Ralph Fiennes, dans un rôle fou, décomplexé, provocateur à souhait et passablement agaçant… et donc absolument formidable. Puis vous avez Tilda Swinton, fabuleuse dans un rôle quasiment muet et qui pourtant arrive à être tantôt légère, solaire ou encore d’une sensibilité insoupçonnée. (Et puis, mon dieu, mais toutes ses tenues sont d’un chic!)

Plus en retrait, Matthias Schoenaerts n’est pas moins charmant, mais plus mystérieux et sombre, comme pour contraster avec l’hystérie de Ralph Fiennes. (Cela dit, je ne saurais être objective avec Matthias Schoenaerts dont je suis sous le charme depuis que je l’ai véritablement découvert dans Far From the Madding Crowd…) Enfin, Dakota Johnson est parfaite en jeune femme provocatrice et sensuelle à souhait, même si je trouve qu’elle (ou son personnage?) va un peu trop loin dans la caricature de l’allumeuse.

L’autre gros point fort de A Bigger Splash est sa photographie, à la fois lumineuse, baignée du soleil de l’Italie et pourtant froide et angoissante. L’esthétique du film est assez sublime en réalité, et c’est ce qui m’a le plus frappé et troublé. J’ai un souvenir de plans minutieusement composés, de jeux de reflets… et puis je l’ai déjà évoqué, mais la garde-robe de Tilda Swinton m’a fait rêver pendant ces deux heures.

En somme, malgré de très bons acteurs, une mise en scène léchée et un esthétisme très soigné, A Bigger Splash ne m’a pas subjuguée… Je crois qu’il manque au film une certaine profondeur – il a un petit quelque chose d’artificiel qui le réduit presque à un exercice de style dénué de véritable sens (la conclusion m’a un peu laissé perplexe d’ailleurs).

Bref, vous noterez que je n’ai pas exactement réussi à mettre le doigt sur ce qui m’a empêché d’être tout à fait captivée… Mes sentiments sont donc partagés: une part de moi a beaucoup aimé le film, tandis qu’une autre part de moi s’est un peu ennuyée et n’y a pas trouvé son compte.

Est-ce que vous avec vu A Bigger Splash? Qu’en avez-vous pensé? Je serais curieuse de lire ce que vous en avez pensé de votre côte!

Sur ce, je vous souhaite un bon week-end et vous dis à très vite!


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

11

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Pas encore de commentaire