Solace

Septième Art 14 septembre 2015 Laisser un commentaire

Solace

Ce week-end, un peu à la dernière minute, je suis allée voir Solace (Prémonitions en VF) avec une amie (parce que je ne voulais pas le voir seule, j’avais peur que le film me fasse un peu peur…)(don’t judge) – c’était un bon film, mais assez inégal. Je vous en dis plus juste après le synopsis!

Solace, film d’Alfonso Poyart, est un thriller qui fleurte avec le fantastique à travers une enquête policière menée par Joe Merriwether (Jeffrey Dean Morgan) et sa co-équipière Katherine Cowles (Abbie Cornish) qui essaient de trouver le responsable d’une série de meurtres similaires, exécutés sans laisser d’indices.

Joe décide donc de faire intervenir un vieil ami, le docteur John Clancy (Anthony Hopkins), un médium qui a déjà aidé le FBI par le passé. Très vite il découvre que le tueur possède le même don que lui… Commence alors un duel psychologique dont il sera bien difficile de deviner les conséquences.

Solace

Solace n’est pas un film dont je suis ressortie avec un avis tranché – il y a autant de bonnes que de mauvaises choses à souligner, et cela en fait un film assez inégal dans l’ensemble. J’ai, évidemment, trouvé ça assez regrettable…

L’ambiance du film, oppressante à souhait le plus souvent, a parfaitement su rendre le spectateur mal à l’aise et anxieux, gage d’un bon thriller. Mais je ne sais pas pourquoi, par moments, le film perdait cette saveur, ce qui a eu le don de me désarçonner plus d’une fois. Je pense notamment à certaines mises en scène de « visions » que j’ai trouvé un peu tombées dans la surenchère. Dommage.

Visuellement, le film est tout aussi inégal: on alterne des plans maitrisés et efficaces avec d’autres, filmés de façon tout à fait erratique (zooms, mouvements de caméra aléatoires) qui, en voulant sûrement donner une dimension documentaire au film, ne font qu’agacer le spectateur. Encore une fois, le film aurait été plus lisible et digeste avec une mise en scène classique, mais soit, peut-être qu’il y a des amateurs dans la salle..?

Quant au scénario en lui-même, on retrouve de nouveau de bonnes comme de mauvaises choses. Le propos est intéressant, original et évite tout manichéisme, ce que je tiens à souligner. Mais le rythme est inégal, et je trouve bien fâcheux que le personnage de Colin Farrell soit introduit aussi tard, je suis sûre qu’il y aurait eu matière à le développer, et à développer par la même occasion sa relation au personnage d’Anthony Hopkins.

Du côté des acteurs, c’est plutôt positif en revanche. J’ai aimé la prestation d’Anthony Hopkins, dans la retenue et le mystère qui le rendent presque inquiétant. (Presque.) C’était aussi une bonne surprise de retrouver ici Jeffrey Dean Morgan, que j’aime beaucoup – je l’ai trouvé attachant et authentique, mais regrette que son rôle n’ait pas été davantage approfondi…

Il n’y a que la prestation d’Abbie Cornish dont je ne sais que faire: je l’ai trouvée moins convaincante que les autres, sans pour autant l’avoir trouvée fondamentalement mauvaise.

Ah oui, une dernière chose: le titre français du film, Prémonitions, fait perdre une grosse dose de sens au film, et c’est pour ça que j’ai préféré vous en parler avec son titre original, Solace, qui permet de recomposer les pièces du puzzle bien plus rapidement… (Ce n’est donc pas qu’une snoberie linguistique de ma part!)

[youtube https://youtu.be/yiH5V5psa7M]

Bon, en somme Solace n’est pas un film mauvais, malgré ce que j’ai peut-être pu vous faire croire – son propos est intéressant et résolument original, et le film est servi par de bons acteurs. C’est bien ça qui sauve quelque peu le film, qui, par ailleurs, est trop inégal à mon goût et peut sembler se disperser par moments…

Un thriller quelque peu imparfait dans sa mise en scène et son rythme mais néanmoins efficace et intriguant. Parfait, donc, pour un samedi soir pluvieux!

Ah, et si vous êtes un peu sensibles aux images comme moi, rien de très choquant à l’écran en réalité: un peu de sang et quelques cadavres qui n’ont pas été suffisants à me donner des cauchemars, mais une scène ou deux où j’ai préféré rapidement détourner le regard quelques secondes. J’ai vu bien pire.

Le film est en salles depuis mercredi dernier, est-ce que vous l’avez vu? Si oui, partagez-vous mes opinions?

Comme toujours, vous pouvez cliquer sur le cœur en bas de l’article si vous avez aimé me lire. Quant à moi, je vous donne rendez-vous demain pour une nouvelle édition de mes Links I Love!

Belle semaine à tous!

4

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

2 Commentaires

  • Répondre Miss Blemish 15 septembre 2015 at 8 h 28 min

    J’ai également été le voir ce week-end et j’en suis ressortie toute retournée. Avec les six derniers mois passés en réanimation, la question du choix et de la prédiction ont particulièrement résonné en moi. Que se passera-t-il le jour où l’on pourra prédire de façon certaine ce qu’il advient devant tel, tel ou tel cas particulier ? [SPOILER] Je trouve le film très intéressant car il replace la valeur du choix intime de la personne face à sa propre mort et remet en perspective la véritable définition de l’euthanasie qui vient de la personne elle-même, informée, consciente, qui a eu le temps de faire ce qu’elle avait à faire, à dire, à partager, qui a la liberté de s’entourer de ses proches avant de partir par rapport à un choix dont elle serait exclue comme c’est le cas dans le film. Je l’ai beaucoup aimé pour les questions éthiques qu’il met en exergue et l’ai trouvé profond par ce biais là. Je dois avouer que j’ai été tant absorbée par cette question là que je n’ai pas trop prêté attention à la scénographie. Ceci dit, je suis d’accord, j’aurais aimé voir la relation des deux « voyants » plus développée. Mais peut-être était-ce un parti pris pour ne pas se mouiller, ne pas donner un sens fini à ce film qui laisse le spectateur longuement cogiter à la sortie…
    A bientôt !

    • Répondre Laurelas 21 septembre 2015 at 23 h 20 min

      Bien vu, mais effectivement, comme toi, une part du film m’a beaucoup intéressée et le moins qu’on puisse dire, c’est que le scénario était original de ce fait!

      Merci d’avoir partagé tes pensées avec moi ici :)