The Imitation Game

Septième Art 30 janvier 2015 Laisser un commentaire

The Imitation Game

C’était un jeudi gris et pluvieux – normalement, j’aurais dû passer la journée à Disney, mais le hasard des choses en a fait autrement. Après un café, une balade jusqu’aux Tuileries, un tour à l’exposition Garry Winogrand au Jeu de Paume (allez-y, elle est chouette!), un bagel et un chaï tea, je me suis retrouvée au cinéma pour voir The Imitation Gameet j’ai a-do-ré.

Peut-être que c’est aussi parce que je l’ai attendu longtemps que j’ai tant aimé ce film.

Déjà à Londres il y a trois mois, je voyais des affiches partout, me faisant trépigner d’impatience à l’idée de voir Benedict Cumberbatch (mon amour) dans le rôle d’Alan Turing, ce génie mathématicien qui a réussi à décrypter Enigma, la machine de cryptage nazie, réputée inviolable.

Le film se concentre donc sur les années de Turing à Bletchley Park, où il travailla sans relâche avec une équipe de cryptologues pour tenter de percer les secrets d’Enigma…

The Imitation Game

The Imitation Game ne se concentre pas seulement sur ces années passées à Bletchley Park, mais s’attarde aussi sur la jeunesse d’Alan, à la Sherborne School, et sur les évènements qui se déroulèrent en 1952, et qui amèneront Turing a être condamné pour « indécence » (autrement dit, homosexualité) ce qui l’amènera à se suicider deux ans après. (Enfin, selon toute vraisemblance, car j’ai pu lire par ailleurs que ç’aurait pu n’être qu’un malheureux accident…)

Ce triple niveau de narration confère une grande profondeur au personnage qui n’en devient que plus fascinant à mesure que l’intrigue se déroule devant nos yeux – le reste passe au second plan, même la guerre (pourtant bien présente grâce à quelques scène d’une grande intensité visuelle) ou encore le processus de décryptage en lui-même, qui reste bien obscur et vulgarisé à l’extrême.

Cela dit, cette vulgarisation scientifique, bien qu’elle se fasse sans doute aux dépens de la réalité, ne m’a pas gênée outre mesure. Les puristes, eux, seront sans doute horrifiés de découvrir que la découverte de Turing se fasse de façon totalement triviale – mais je n’en dis pas plus, à vous de découvrir tout cela au cinéma!

Le film se concentre donc sur Alan Turing, sa psychologie, son génie et son inaptitude à se conformer au monde qui l’entoure, ce qui le rend étrange et touchant à la fois. Si les traits du personnage ont été grossis en faveur de la fiction, on ne peut que saluer l’immense talent de Benedict Cumberbatch à incarner avec une justesse sans pareil ce personnage extraordinaire.

Totalement investi dans son rôle, Cumberbatch est tout simplement parfait dans la réserve et le mal-être du génie solitaire et incompris. (Mais en même temps, après Sherlock et même The Hobbit, je n’en attendais pas moins!)

S’il fait de l’ombre au reste du casting, je tiens quand même à saluer les prestations de Mark Strong, la force tranquille du MI6, Allen Leech, tout aussi sympathique que dans Downton Abbey, Matthew Goode et Keira Knightley, mignonne comme à son accoutumée. (Bien que j’ignore encore si je la trouve bonne actrice ou non, même si je l’ai vue dans de nombreux films depuis…)

J’ai lu çà et là des reproches concernant la prétendue histoire d’amour qui aurait été romancée entre Alan Turing et Joan Clarke (Keira Knightley donc) et je me demande si ces personnes ont bien vu le même film que moi.

Je n’ai, à aucun moment, pensé voir une histoire d’amour se dérouler devant mes yeux – à mon sens, les personnages, qui se fiancent effectivement dans le film comme dans la réalité, ne le font que par arrangement. (Critique facile et sans profondeur donc.)

En revanche, j’ai trouvé que les points soulevés par le film (homosexualité réprimée, parité homme-femmes, rejet de la différence…) étaient curieusement dans l’air du temps, comme si les choses n’avaient peut-être pas tant changé que ça en cinquante ans…

The Imitation Game est donc un film à la narration sophistiquée et intelligente, à la mise en scène soignée et qui brille avant tout par la qualité de ses interprètes.

Benedict Cumberbatch est époustouflant, et j’ai promis à mes amis sur Facebook que s’il ne remporte pas l’Oscar du Meilleur Acteur cette année, je veux bien manger mon chapeau..!

Peut-être suis-je de ces (trop) grands enthousiastes, mais j’ai aimé ce film de tout mon cœur. J’ai été émue, j’ai ri, j’ai un peu tremblé et j’ai surtout été fascinée par le personnage d’Alan Turing (d’ailleurs ça m’a drôlement donné envie de lire la biographie sur laquelle se base ce film).

Quoi qu’il en soit, je ne peux que vous le conseiller car jusqu’ici, c’est le meilleur film que j’ai vu cette année. (Le prochain film dont j’attends de grandes choses est The Theory of Everything, un autre biopic prometteur!)

Et vous, avez-vous vu The Imitation Game? Sinon, vous ai-je donné un tant soit peu envie de le voir..?

Je vous souhaite un très beau week-end! ♡

2

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

7 Commentaires

  • Répondre Eleusis_Mégara 30 janvier 2015 at 13 h 02 min

    J’avais déjà très très envie de le voir, ta critique ne fait que me presser pour aller au cinéma ! Le film sur la vie de Stephen Hawking me dit beaucoup aussi, d’autant plus que je lis un livre en ce moment sur les équations qui ont changées le monde et un chapitre lui est consacré. On ira ensemble ? :)

    Bécots <3

  • Répondre Daphné 30 janvier 2015 at 14 h 29 min

    Je me reconnais dans tous tes mots sur ce film ! Moi aussi je mange mon chapeau si Benedict Cumberbatch ne ressort pas oscarisé en février (quoi qu’il a la concurrence de Eddie Redmayne pour The Theory of Everything- que je n’ai pas encore vu. Et toi?) Par ailleurs, 100% d’accord quant à ta remarque sur les sujets que soulèvent ce film qui sont encore d’actualité aujourd’hui, plus de 60 plus tard … L’évolution des mœurs est un long chemin !

  • Répondre pandamned 31 janvier 2015 at 18 h 25 min

    J’adore tous tes articles ciné, c’est tellement bien écrit ! J’ai vraiment hâte de voir ce film, je suis sûre qu’il pourrait me plaire (et puis, il y a Benedict, donc bon!)

  • Répondre TheCherryCrumble 1 février 2015 at 2 h 38 min

    Excellente critique :) très très hâte de le voir (et revoir Cumberbatch par la même occasion!) ♥

  • Répondre Camille 1 février 2015 at 23 h 46 min

    Wow, ça donne super envie d’aller voir (ou de guetter sa sortie sur Netflix – plus probable dans mon cas !)

  • Répondre auroreinparis 2 février 2015 at 23 h 12 min

    Quel enthousiasme ! J’avais envie de le voir sans grande conviction, maintenant il a une place de choix sur ma liste !

  • Répondre Justine 13 mai 2015 at 21 h 56 min

    Je te rejoins totalement sur ce que tu as écrit à propos du film ! Une grosse claque en sortant du cinéma alors que j’y allais tout à fait par hasard… Et l’un des meilleures films de 2015 que j’ai eu l’occasion de voir jusqu’à maintenant !