Dallas Buyers Club

Septième Art 27 février 2014 Laisser un commentaire

Dallas Buyers Club

J’aime croire que je choisis plutôt bien les films que je vais voir au cinéma, mais quand l’autre jour, la séance complète d’American Bluff m’a fait choisir d’aller voir Dallas Buyers Club à la place, je l’ai plutôt vu comme un petit coup de pouce du destin, me signifiant que ce film-là, fallait pas passer à côté.

Destin ou hasard, peu importe, je ne suis vraiment pas mécontente d’avoir vu Dallas Buyers Club – un film qui m’a touchée, mais dont je ne suis pas ressortie avec mélancolie comme je le craignais un peu…

Dallas Buyers Club relate l’histoire de Ron Woodroof (Matthew McConaughey) un cow-boy qui vit de sexe, drogues et rodéo. Mais alors qu’on le diagnostique séropositif, sa vie bascule: il lui reste trente jours à vivre. Il ne se laissera pourtant pas faire par le corps médical Américain qui préfère soigner ses malades du sida avec un médicament dangereux, et recourt à des traitements alternatifs moins toxiques, et pourtant non autorisés par la FDA… (the American Food and Drug Administration)

Avec l’aide de Rayon (Jared Leto) un transsexuel rencontré lors de son court séjour à l’hôpital, il va rassembler d’autres malades en quête de guérison, et c’est ainsi que naîtra le Dallas Buyers Club

Dallas Buyers Club

Ce qui m’a agréablement surprise dans Dallas Buyers Club c’est son incroyable légèreté – oui, vous avez bien lu légèreté. Ron Woodroof a le sida, il va en mourir, c’est certain, mais là n’est pas le sujet. Enfin si, mais plutôt que de suivre l’histoire d’un homme malade, et de l’aborder de façon dramatique, Jean-Marc Vallée, le réalisateur, a choisi de montrer l’histoire d’un homme qui se bat contre le système et contre la maladie, et cela sans pathos aucun.

C’est donc avant tout le récit initiatique d’un cow-boy accro au sexe et aux drogues, ouvertement homophobe, qui apprend à ses dépens la tolérance et fera preuve d’un altruisme incroyable. C’est un changement, une prise de conscience progressive qu’on prend plaisir à observer. (Ah, cette scène au supermarché, à la fois si drôle et émouvante!)

C’est léger, mais ça reste profondément émouvant et c’est en très grande partie dû à l’incroyable performance de Matthew McConaughey et Jared Leto.

Tous deux méconnaissables, leurs interprétations sont d’une puissance folle, et ne sonnent jamais faux. Matthew McConaughey est physiquement méconnaissable, et donne une véritable profondeur à son rôle. Quant à Jared Leto, il est lui aussi complètement transformé, et aussi attendrissant que drôle dans le rôle du frivole Rayon.

Trop occupée à m’extasier devant les performances des acteurs, je n’ai pas fait attention à la caméra à l’épaule, un procédé qui d’habitude me rebute. Un autre bon point pour ce film auquel je ne reproche rien, si ce n’est quelques longueurs minimes…

En somme, si vous êtes d’humeur à aller voir une biopic, et que vous hésitez entre 12 Years a Slave ou Dallas Buyers Club, je vous encourage vivement à aller voir le second. J’ai également vu 12 Years a Slave, mais je ne vous en ai pas parlé parce que malgré les très belles prestations d’acteurs, le film m’a plongé dans une mélancolie profonde le soir où je l’ai vu. Beaucoup trop naturaliste à mon goût, c’était un très bon film, mais pour rien au monde je le reverrai.

Tandis que Dallas Buyers Club a réussi à traiter un sujet tout aussi délicat avec une sensibilité et une légèreté rare – point de sentimentalisme ou de pathos mal placé, le film dénonce de façon sensée les industries pharmaceutiques, tout en racontant l’histoire d’un homme transformé par la maladie… mais transformé pour le mieux, et non pour le pire. 

Impressionnant, bouleversant, drôle et porté par deux acteurs tout simplement formidables, je ne peux que vous conseiller d’aller voir Dallas Buyers Club, un film qui a déjà rejoint le palmarès de mes films favoris de l’année!

Et même si je n’ai pas vu le Loup de Wall Street (et que Leo mérite lui aussi une statuette un jour) et que la performance de Chiwetel Ejiofor dans 12 Years a Slave est très bonne, je milite très fort pour que Matthew McConaughey remporte l’Oscar du meilleur acteur lors de la cérémonie des Oscars ce week-end…

Avez-vous vu Dallas Buyers Club? Qu’en avez-vous pensé, et est-ce que vous partagez mon enthousiasme?

Bonne fin de semaine et à très vite!

1

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

7 Commentaires

  • Répondre filou49 28 février 2014 at 10 h 34 min

    ah moi j’ai exactement ressenti le contraire de toi…entre 12 years a slave et celui ci je conseillerai largement plus le premier car d’une part la mise en scène est bien plus brillante que celle ci et également car ce que tu appelles mélancolie est pour moi de l’émotion et autant le 1er m’a bouleversé autant celui ci est pas mal mais son traitement trop classique et froid empeche d’être bouleversé par ce film que tu oublies assez vite je trouve …après effectivement les deux acteurs masculins sont géniaux…!

    • Répondre Laurelas 2 mars 2014 at 16 h 35 min

      C’est drôle parce que j’ai ressenti exactement le contraire. C’est 12 Years a Slave qui ne m’a pas inspiré beaucoup d’émotions brutes. C’était trop naturaliste à mon goût, comme un bon vieux roman de Zola, on nous montrait le quotidien d’un esclave et évidemment, ça m’a touchée, mais… pas assez, pas de la même façon.

  • Répondre Madimado 28 février 2014 at 14 h 18 min

    Contrairement à Filou, j’ai adoré Dallas Buyers Club. Même si j’ai beaucoup aimé 12 years a slave, il ne m’a pas émue outre mesure. Matthew McConaughey mérite amplement une statuette !

  • Répondre flo 1 mars 2014 at 17 h 11 min

    Moi aussi je suis pro Matthiew pour l’oscar !
    J’ai vraiment adoré ce film qui parle d’un sujet grave sans être plombant. j’ai ri tout en étant profondément touchée !

    • Répondre Laurelas 2 mars 2014 at 16 h 36 min

      Exactement – le combo parfait entre émotion et légèreté! :)

  • Répondre Brodeuse du Phare 2 mars 2014 at 17 h 53 min

    Eh bien ça donne envie…

  • Répondre Nathalie 13 mars 2014 at 23 h 16 min

    J’ai également été très touchée par ce film.. je n’en ai pas parlé sur mon blog parce que j’avais un peu de mal à exprimer ce que j’avais ressenti. Tu le fais très bien en revanche..
    A bientôt

    http://aubonheurdesdames-leblog.fr