My Week With Marilyn

Septième Art 14 avril 2012 Laisser un commentaire

Il est temps que je vous parle de My Week With Marilyn. Peut-être que ça vous donnera envie de le voir ce week-end?

Je l’ai vu le jour de sa sortie, alors que j’étais complètement épuisée d’une longue matinée de travail et… j’ai plutôt (beaucoup) aimé. Mais avant de vous livrer mes impressions, un petit résumé s’impose.

Réalise par Simon Curtis, My Week With Marilyn n’est pas tout à fait une biopic – en effet, le film relate « une semaine » de la vie de Marilyn Monroe (Michelle Williams), lors du tournage du film Le Prince et la Danseuse, avec Laurence Olivier (Kenneth Branagh) dont le tournage se déroule en Angleterre.

C’est en 1956, et Marilyn vient tout juste d’épouser Arthur Miller. Sur le tournage du film se trouve aussi Colin Clark (Eddie Redmayne) qui rêve de devenir cinéaste et qui tombe bien évidemment sous le charme de la star. Peu à peu, ils deviennent amis… Le film relate donc la semaine qu’il aurait passé avec Marilyn qui aura trouvé en lui quelqu’un qui la comprend. Enfin.

Je suis ressortie de la salle de cinéma avec en moi beaucoup de mélancolie. Moins léger que je ne pensais, j’ai trouvé que Marilyn a été dépeinte dans le film avec beaucoup de sensibilité, de pudeur comme une femme bien plus fragile et mélancolique que l’on ne pouvait se l’imaginer (à l’époque) et bien loin de l’image de la blonde un peu idiote qu’elle donnait (à dessein).

Le film vous entraîne très vite dans son univers; mais vraiment. Le rythme est très rapide – du moins c’est ce que j’ai trouvé – et c’était très rafraîchissant. Mais en cours de route ça s’est essoufflé, sans que ça soit (entièrement) une mauvaise chose…

La narration de la « semaine » de Marilyn et Colin s’est faite avec plus de douceur, comme pour retranscrire à l’écran, à travers le rythme, la « bulle » dans laquelle se sont enfermés les deux protagonistes. C’est joli, c’est frais et c’est superbement interprété. Avant tout.

Michelle Williams est en effet assez incroyable dans ce rôle. Tout en finesse, elle est arrivée à incarner Marilyn, la seule et unique, en éclipsant presque le souvenir de cette dernière. Quand je regardais Michelle, je voyais vraiment Marilyn. Et pourtant elle ne lui ressemble pas parfaitement… Mais elle fascine tout autant qu’elle dans ce rôle qu’elle a incarné avec brio. (Il faut noter que c’est elle aussi qui chante à l’écran, pour de vrai. Et c’est plutôt réussi.)

Le jeune Eddie Redmayne n’est pas mauvais non plus, il apporte beaucoup de fraîcheur au film, mais quelque part, je ne suis pas sûre d’avoir été entièrement convaincue par son jeu. (C’est ça de ne pas écrire ses critiques à chaud.. On ne se souvient pas exactement de tout!) Kenneth Branagh est génial en Lawrence Olivier à la limite du tyran et c’est avec plaisir qu’on retrouve Judi Dench et Emma Watson (bien moins agaçante que dans son rôle d’Hermione…).

L’atmosphère du film m’a beaucoup, beaucoup plu aussi. Les années 50′, l’Angleterre, l’univers des plateaux de tournage, Dean Martin qui chante… La bande originale du film, composée par Alexandre Desplat, est par ailleurs très belle. La photographie du film est quant à elle très soignée, lumineuse et a un petit côté suranné qui me plaît beaucoup.

Cela dit, ce serait mentir que de dire que ce film est formidable. Je ne saurais même pas dire ce qui m’a déplu exactement. Le rythme qui s’est révélé inégal? Une certaine absence de profondeur? Impossible de mettre le doigt dessus. Peut-être que je m’attendais tout simplement à mieux (et qu’il est temps de revoir mes exigences à la baisse?).

Tout cela ne veut pas dire que je n’ai pas apprécié My Week With Marilyn. Au contraire, j’ai beaucoup aimé la légèreté et l’atmosphère du film et j’ai été bluffée par le jeu de Michelle Williams. Et bien que j’en sois ressortie un peu mélancolique, j’ai trouvé le film très plaisant.

Voilà, c’est ça, ce film est agréable, c’est une jolie balade en compagnie d’une Marilyn presque aussi vraie que nature, mais ce n’est pas un chef d’œuvre. Tout simplement.

Allez donc le voir, c’est un film parfait pour un week-end un peu frais, où il semble de bon ton de s’enfermer (en amoureux) dans une salle de cinéma. En tout cas c’est mon humble avis, et je serais ravie de lire à mon tour vos impressions!

Enfin, pour illustrer cet article – une fois n’est pas coutume – au lieu de photos du film, j’ai choisi des photos qui sont parues dans le Vogue Allemand du mois de février dernier, où Brigitte Lacombe a capturé une Michelle Williams plus magnifique en Marilyn que jamais.

Passez un joli week-end!

+ J’ai (enfin) visité l’exposition de Tim Burton à la Cinémathèque de Paris. Il faudra que je vous en touche un mot. (Le programme est chargé sur ce blog, oh si vous saviez!)

2

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

1 Commentaire

  • Répondre Alexiane 16 avril 2012 at 14 h 51 min

    Je ne l’ai pas encore vu mais je meurs d’envie d’y aller! Bon, l’amoureux n’a pas l’air très motivé par contre… ^^
    En tout cas les photos sont magnifiques et le peu qu’on en voit dans la bande annonce…! <3