Restless

Septième Art 29 septembre 2011 Laisser un commentaire

Retour à mon premier amour: le cinéma. Et hier, alors qu’il a fait un temps magnifique, évidemment, je suis allée voir un film au cinéma… Sans aucun regret. Ce film, c’était Restless, et il était autrement plus chouette qu’un après-midi ensoleillé.

Mais avant tout, de quoi est-ce que ça parle? Enoch (Henry Hopper) est un jeune homme qui, depuis la mort tragique de ses parents, aime à vivre en côtoyant la mort; son meilleur ami est un fantôme de pilote de guerre kamikaze (eh oui) et il aime assister aux enterrements de parfaits inconnus.

Lors de l’un de ceux-là, il rencontre Annabel (Mia Wasikowska) une jeune femme animée d’un amour profond pour la vie et la nature. Mais Annabel est en phase terminale de cancer.. Ce qui n’empêchera pas ces deux êtres, pourtant si différents, à se trouver des points communs et à vivre une relation intense et exceptionnelle.

Restless est un film très beau. Le sujet, délicat, d’un amour confronté à la maladie, peut vite tomber dans le pathos et vouloir nous tirer les larmes.

Et pourtant, ici, rien de tout cela. La maladie n’est pas une fatalité pour Annabel, qui continue à vivre et de profiter de ce que la nature a à lui offrir. Point de niaiserie non plus entre les deux protagonistes. C’est une belle histoire d’amour, racontée simplement, sans artifices, et avec pudeur.

Il faut aussi dire que les acteurs sont formidables. Mia Wasikowska est rayonnante, tellement jolie, fraîche et spontanée. Absolument pas résignée à son sort, Annabel est pleine de vie, et l’actrice incarne le personnage à merveille.

Là où je l’avais trouvée un peu fade dans l’Alice aux Pays des Merveilles de Tim Burton, je l’ai trouvée magnifique et très touchante dans Restless. J’ai aussi trouvé que le personnage dégageait un charme un peu désuet, et c’est dû au fait que tout au long du film, il me semble qu’elle ne soit habillée que dans un style rétro – mignon comme tout.

Henry Hopper est attachant en jeune homme assez perdu, et qui a beaucoup perdu d’ailleurs, mais qui retrouve un certain goût à la vie à travers l’enthousiasme et la joie de vivre d’Annabel. Grâce à elle, je crois qu’il aura compris que la mort n’est pas une fatalité, n’est qu’une transition, et qu’en attendant, carpe diem.

Voilà, c’est ça je pense, en quelques mots, ce film est une apologie du carpe diem. (Honnêtement, j’en ai bien besoin ces temps-ci…) Restless est donc un beau film, avec des acteurs brillants, et un sujet traité tout en délicatesse et finesse. Et je crois qu’il n’y a rien d’autre à ajouter.

Ah si, la bande originale est signée Danny Elfman, et ça c’est un plus – même si elle est assez éloignée de son style habituel, c’est tout doux et très chouette.

Je vous le conseille de tout cœur. Bonne fin de semaine!

1

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

8 Commentaires

  • Répondre Camille 29 septembre 2011 at 14 h 07 min

    Et puis il est quand même très beau, Henry Hopper, hein!

  • Répondre Anne-Laure 30 septembre 2011 at 8 h 57 min

    Tu as prononcé deux mots magiques qui vont me faire foncer au ciné : Danny Elfman. Bon, ta critique aussi m’a convaincue et je ne peux m’empêcher d’avoir une petite pensée pour le père du beau Henry, Denis Hopper, parti il y a quelques mois maintenant.

    • Répondre Laurelas 4 octobre 2011 at 23 h 16 min

      J’espère que tu vas aimer alors :)

  • Répondre bottines 30 septembre 2011 at 11 h 07 min

    Ce film a l’air assez original, tu me donnes envie d’aller le voir ! Moi aussi j’avais trouvé Mia Wasikowska fade dans Alice au pays des Merveilles, mais je pense que ce registre lui va beaucoup mieux.

  • Répondre Camille 1 octobre 2011 at 10 h 57 min

    J’aime vraiment tes critiques de film. J’adore la façon dont une capte les meilleurs moments et les meilleurs détails de chaque film, qui me donne envie de courir au cinéma.
    J’y suis allée d’ailleurs hier soir, voir This must be the place, qui m’a tout simplement enchanté :)

    Je ne suis pas aussi douée que toi avec les mots, mais je voulais te dire que tu me donnes toujours envie d’aller voir les films dont tu parles.

    Des bisous&bon weekend,
    Camille.

    • Répondre Laurelas 4 octobre 2011 at 23 h 16 min

      Ton commentaire me touche vraiment beaucoup ♥ merci!

  • Répondre Envie de cinéma | ~ Everything Is Lovely ~ 19 octobre 2011 at 12 h 51 min

    […] que jamais 2 sans 3, encore un article de Laurelas qui m’a donné envie […]

  • Répondre mathilde 1 janvier 2016 at 22 h 24 min

    J’ai trouvé ce film magnifique, totale découverte lors de mon invitation reçue pour le festival de Deauville, cela a été un gros coup de cœur.
    L’univers est superbe et doux comme une belle après midi d’automne, avec le soleil qui chauffe encore un peu et la douce odeur d’un chocolat chaud à la cannelle.