Il était un petit navire

Journal de Bord 29 novembre 2010 Laisser un commentaire

Salut, salut… Oui, je sais, je blogue pas vraiment en ce moment. Et je suis tellement prise par mon travail que j’ai tout simplement oublié (oui, oui) de bloguer hier, dimanche. Ce qui en soi, n’est pas bien grave.

Comme un vieux disque rayé, je vais vous répéter que je n’ai pas le temps en ce moment. Ou en tout cas, pas de temps à consacrer au blog (ni à la lecture de blogs d’ailleurs, j’ai un mois de retard pour certains..). Mais je l’ai voulu. En quelque sorte. J’ai tout le temps voulu retrouver cette vie parisienne où je ne savais plus où donner de la tête. Bon, c’était surtout ne plus donner de la tête entre sorties au cinéma et autres soirées entre amis que j’envisageais, et je me retrouve à ne plus donner de la tête… Entre mes devoirs à la fac et petit-boulot.

Moins fun. Mais je suis occupée, et c’est pas trop mal. (Je me plains souvent, mais en vrai, ça va, je suis une femme occupée, voilà tout.)

Ce week-end je me suis quand même octroyé le droit d’aller danser. C’était la fête annuelle de la boîte de mon petit-boulot. Autrement dit, une fête à ne pas rater. Et le thème c’était (roulement de tambour) « Do you, do you St. Tropez?« . (Thème fort peu en accord avec la saison, oui.) Alors moi, avec toute l’équipe de mon site, étions déguisés en petit marins, petits matelots, je ne sais pas trop. Des rayures, du bleu marine, et un petit chapeau mignon (que je n’ai même pas perdu, et pourtant j’avais parié dessus).

Voilà, c’était le pourquoi du comment de la « photo de la semaine ». (Hum.)

Bon. A l’heure où je vous écris, je suis fatiguée, j’ai fini un deuxième devoir en deux jours, et après deux courtes nuits, je ne rêve que de dormir mille ans. Mon rêve c’est d’hiberner en fait. Alors je raconte un peu n’importe quoi. Oui.

A très vite, espérons..! (Il n’y a que sur Twitter que je suis vraiment présente, si ça vous dit… Vous m’y croiserez plus qu’ici malheureusement.)

0

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Pas encore de commentaire