Articles de la catégorie

Septième Art

Ce qui nous lie

Septième Art 29 juin 2017 Laisser un commentaire

Ce qui nous lie

Incroyable, mais vrai: je reviens un peu vous parler de cinéma, et plus particulièrement de Ce qui nous lie, le dernier film que je suis allée voir.

Ces derniers temps, vous n’êtes pas sans savoir que je ne suis pas allée très souvent au cinéma, et que de façon générale, après mon déménagement, puis mon emménagement (et la grosse fatigue qui en a découlé), entre le boulot et les autres choses de la vie… eh bien le temps m’a filé entre les doigts, et ma propension à vivre au jour le jour s’est accentuée.

Petite digression, tout simplement pour dire que (malgré moi) mes pas ne m’ont pas beaucoup porté dans les salles obscures ces dernières semaines et que ça m’a manqué, voilà tout. (Même si je crois que je n’ai pas loupé de véritables chef d’œuvres, non?)

Bref, quand j’ai vu que Pio Marmai était à l’affiche du dernier film de Cédric Klapisch, je me suis dit que ça serait forcément bien, ne serait-ce qu’un peu…

Dans Ce qui nous lie, on suit Jean (Pio Marmai) qui revient dans sa Bourgogne natale, après dix ans à parcourir le monde, pour rendre visite à son père mourant et retrouver sa sœur Juliette (Ana Girardot) et son frère Jérémie (François Civil). Alors que leur père meurt peu avant les vendanges, cette fratrie va, pendant l’année qui suit, se retrouver, se déchirer, s’aimer et grandir, au rythme des vignes qu’elle cultive…

Ce qui nous lie

Ce qui nous lie est donc une comédie douce-amère qui nous parle de famille, d’héritage et si le film suit une fratrie, il y est surtout question de père(s), de son influence et de son absence, le tout dans l’univers (fascinant, je trouve) du vin.

Le ton est peut-être un peu plus « sérieux » que dans l’Auberge Espagnole par exemple, mais j’ai trouvé le film assez inégal dans son ensemble… Il souffre de quelques longueurs et j’ai trouvé le scénario assez pauvre en réalité – les personnages tournent en rond pendant une grande partie du film, et je dois dire que ça devient un peu lassant à la longue.

Cela dit, la langueur du rythme peut aussi se savourer (comme du bon vin?) et l’on se laisse parfois porter par la beauté des paysages changeants de la Bourgogne à travers les quatre saisons ou encore par le quotidien des personnages, qui semble suffisamment proche du nôtre pour qu’on puisse s’y identifier. C’est aussi un peu ça, le cinéma générationnel de Klapisch: il ne s’y passe pas toujours grand chose, mais on s’y retrouve, plus ou moins…

À noter qu’il y a quelques fulgurances d’humour très réussies (notamment ces deux moments où le personnage incarné par Pio Marmai réecrit les dialogues entre deux autres personnages que l’on aperçoit au loin) et autres moments de légèreté qui rattrapent un peu les faiblesses du scénario.

Bon, et puis il faut dire que ce trio d’acteurs fonctionne plutôt bien – j’aime toujours autant Pio Marmai (que j’avais adoré notamment dans Nos Futurs, rappelez-vous) bien qu’ici c’est la force d’Ana Girardot qui m’a séduite, ainsi que la jeune fougue de François Civil (que j’ai découvert précédemment dans Dix Pour Cent) qui m’a plutôt touchée.

Quant à l’univers viticole, que je connais assez mal il faut bien l’avouer, il était intéressant à découvrir. On suit les différentes étapes de la fabrication du vin, sans trop de détails, mais suffisamment pour comprendre la passion de la terre (et du vin) qu’anime les viticulteurs et autres œnologues.

Ah et dernière chose: la chanson interprétée par Camélia Jordana au générique est assez envoûtante (je l’ai pas mal écoutée en rédigeant cet article).

Si le film semble manquer d’un enjeu plus clair, d’un scénario plus travaillé, il reste plaisant à découvrir pour ses fulgurances d’humour ou de tendresse, et pour tous ceux qui apprécient le cinéma de Klapisch – il ne s’agit pas d’un grand cru, mais il se savoure tout de même lors d’un après-midi pluvieux par exemple!

Et vous, qu’avez-vous pensé de Ce qui nous lie? Partagez-vous mon sentiment un peu mitigé?

Je vous souhaite une belle journée et vous dis à très vite!

+ J’ai aussi vu Wonder Woman il y a quelque temps, et j’ai beaucoup aimé – visuellement très réussi, avec une héroïne forte (forcément) et ça fait du bien, même si Wonder Woman reste une femme trop « lisse » à mon goût…

Avant ça j’ai aussi vu le dernier Pirates de Caraïbes: la Vengeance de Salazar, un divertissement efficace mais qu’on oublie vite, même si j’en garde un meilleur souvenir que les deux opus précédents (et que mon moi nostalgique était ravie de retrouver des personnages du tout premier film..).


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

13

Vous aimerez aussi

Beauty and the Beast

Septième Art 2 avril 2017 Laisser un commentaire

Beauty and the Beast

Depuis quelques jours j’ai le moral au fin fond des chaussettes, alors pour me changer les idées (et parce que j’avais quand même très envie de le voir) je suis allée voir Beauty and the Beast, le dernier né des studios Disney, et c’était… fabuleux!

Est-il vraiment nécessaire de vous rappeler l’histoire de la Belle et la Bête ? Je ne pense pas, mais sachez que cette nouvelle adaptation du conte est très fidèle au dessin animé, jusqu’à reproduire certaines séquences de façon presque parfaite (mais mes souvenirs du dessin animé sont un peu flous, n’étant pas celui que je regardais le plus quand j’étais petite) tout en l’enrichissant, évidemment.

Ah, et je vous préviens, il s’agit ici d’une véritable comédie musicale! 

Beauty and the Beast

C’est une précision qui a son importance (je trouve) parce que je ne m’attendais pas à un tel tourbillon musical (et les comédies musicales ne sont pas du goût de tout le monde!). Personnellement, je me suis laissé emporter par ce tourbillon joyeux, coloré et chantant, car c’est tout ce qu’il me fallait ce soir-là.

Dès les premiers instants, on se trouve happé par le conte, et plongé au cœur d’un univers magique où tout un château est enchanté, ses habitants changés en objets, au service de leur prince transformé en Bête, offrant un contraste fort avec le village de Belle que l’on découvre bien vite…

Ce dernier est ensoleillé, pittoresque, joyeux et coloré. Visuellement, le film est en enchantement, et même si tout est très lisse (nous sommes dans un Disney après tout) ça invite à la rêverie et au sourire.

Si l’on retrouve avec plaisir des séquences familières (pour peu qu’on ait vu le dessin animé), l’intrigue et les personnages ont été étoffés d’une belle façon – Gaston (Luke Evans), par exemple, n’est pas seulement une brute épaisse, mais devient un héros de guerre (même s’il ne reste pas très loquace) et ses séquences offrent de beaux moments de rire, grâce au couple qu’il forme avec LeFou (Josh Gad).

De façon générale, les acteurs offrent de très belles performances, qu’il s’agisse d’Emma Watson, parfaite en Belle, personnage rêveur mais au caractère bien trempé, ou de Dan Stevens, touchant, même s’il sa véritable physionomie est cachée sous les traits d’une Bête pendant la très grande majorité du film.

J’ai aussi été très contente de découvrir à la fin du film à qui appartenaient les voix de Lumière, Big Ben et les autres… (Quand mes acteurs britanniques fétiches se révèlent à l’écran, ça ne peut que me faire sourire!)

L’intrigue de Beauty and the Beast est aussi étoffée à travers des flash-backs sur le passé des protagonistes, ce qui leur donne de la profondeur sans ralentir le rythme du film. Il est d’ailleurs impossible de s’ennuyer tant le film défile à une vitesse folle!

Les scènes s’enchaînent avec une fluidité sans pareille, et je suis passée des rires aux larmes (d’émotion) en un clin d’œil, emportée par la magie et l’énergie du film.

On notera aussi la présence de personnages de couleur et d’un couple homosexuel à peine dissimulé, ce qui fait de cette nouvelle adaptation, un conte moderne à l’engagement social ne se limitant plus au féminisme – et ça c’est vraiment bien! (Même s’il y a matière à discuter de la façon dont tout ceci est dépeint…)

Beauty and the Beast aura été une belle surprise, un film d’une légèreté et d’une joie sans pareille, beau et magique, parfait pour retomber en enfance et rêver le temps d’une séance… Je vous le conseille de tout cœur… pour peu que vous aimiez les comédies musicales et l’univers de Disney!

Est-ce que vous l’avez vu vous? Qu’en avez-vous pensé?

Je vous souhaite une belle soirée et vous dis à bientôt!

+ C’est drôle, car j’ai vu l’adaptation en prises de vues réelles de Cendrillon exactement le même jour, il y a deux ans (et j’avais beaucoup aimé aussi!).


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le situé sous cet article – merci!

13

Vous aimerez aussi

Lion

Septième Art 5 mars 2017 Laisser un commentaire

Lion

En ce week-end pluvieux, je reviens vous parler de cinéma, et plus précisément de Lion, que j’ai vu la semaine dernière et qui m’a beaucoup émue.

Il y a beaucoup de films au cinéma en ce moment que j’ai envie de voir (ou de revoir)(oui, je parle bien d’un éventuel troisième visionnage de La La Land…) et Lion en faisait partie, bien que je ne savais pas exactement de quoi il s’agissait. Je crois que j’avais vu la bande-annonce, mais je n’en suis pas certaine… Quoi qu’il en soit, j’en savais suffisamment et suffisamment peu pour avoir envie de le voir.

On y suit le destin de Saroo (Sunny Pawar/Dev Patel) qui, a 5 ans, se retrouve arraché à sa famille malgré lui, perdu en plein cœur de Calcutta, à des milliers de kilomètres de son foyer. Plus chanceux que d’autres, il finira adopté par un couple australien… Mais 20 ans plus tard, son passé finira par le hanter, et il fera tout pour retrouver sa famille en Inde.

Lion

Il aurait sûrement fallu que je vous parle de ce film peu après que je l’ai vu – mes souvenirs se font plus épars, mais quand je repense à Lion, il me reste une impression de force, d’émotion et de beauté.

Je me méfiais un peu des sous-titres qui accompagnaient les affiches du film çà et là – « le nouveau Slumdog Millionaire » ou « votre cœur explosera de bonheur » qui me promettaient un grand film plein de bons sentiments. J’avais surtout peur d’y voir d’un excès de pathos (et d’une insensibilité due à de trop grandes attentes).

Fort heureusement, ça ne s’est pas passé comme ça pour moi. Dès la première scène, d’une beauté et d’une délicatesse incontestable, mes craintes se sont dissipées et j’ai assisté, attendrie, à ce quotidien simple de ces deux frères, Guddu et Saroo, liés par une tendresse évidente tout en sachant que le drame n’était pas très loin…

La simplicité et la beauté ont ensuite laissé place au drame et à l’inquiétude ressentie face à ce petit garçon perdu dans l’immensité de l’Inde – on tremble avec Saroo, on s’inquiète de son destin qui, plus d’une fois, aurait pu basculer. Là encore, le récit est dénué de pathos, malgré la tristesse, malgré l’horreur qu’on devine.

L’interprétation du jeune Sunny Pawar est incroyable de force et d’émotion – il me semble impossible de rester impassible devant la justesse de cette prestation qui, à aucun moment, ne semble tomber dans l’excès.

Quant à la seconde partie du film, qui se concentre sur les jeunes années adultes de Saroo, alors que les souvenirs de son passé resurgissent, elle n’en reste pas moins émouvante, bien qu’elle me semble un petit peu trop romancée pour être vraie.

Cela dit, elle a le mérite de soulever des questions intéressantes, telle que la quête d’identité et les difficultés qu’elle engendre au niveau familial (dans le cadre ici de l’adoption et de ses problématiques). C’est intéressant, mais peu travaillé, tout juste effleuré, le cœur du récit se concentrant majoritairement sur la quête personnelle de Saroo.

Rendons tout de même justice à Nicole Kidman et sa prestation très juste, pleine d’émotion, d’une mère qui ne cherche qu’à bien faire – les scènes qu’elle partage avec Dev Patel sont assez réussies je trouve.

La photographie du film est particulièrement réussie, les paysages sauvages et lumineux s’opposent à l’oppression des villes surpeuplées de l’Inde. La simplicité du quotidien côtoie la misère humaine et il est difficile de ne pas s’en émouvoir. Tout ceci conjugué à la bande originale de Dustin O’Halloran, qui vient relever l’émotion à l’aide d’airs mélancoliques, fait de Lion un film qui se vit et qui donne des frissons, tout simplement.

Et pourquoi Lion? Pour le savoir, il faudra attendre la toute fin du film, où l’on rencontre aussi brièvement le véritable Saroo – parce que j’ai oublié de le préciser en amont, mais il s’agit d’une histoire vraie, ce qui rend le récit d’autant plus troublant et touchant…

Si Lion ne m’a pas autant bouleversée que je ne l’imaginais, j’ai tout de même versé quelques petites larmes, et me suis laissée emporter par la beauté et la puissance d’un récit poignant, porté par des acteurs aux prestations impressionnantes et justes.
À découvrir!

Mais peut-être l’avez-vous déjà vu? Si oui, qu’en avez-vous pensé?

Je vous souhaite un très beau week-end ♡


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le situé sous cet article – merci!

21

Vous aimerez aussi

Loving

Septième Art 17 février 2017 Laisser un commentaire

Loving

Depuis que j’ai vu La La Land (deux fois), je n’étais pas retournée au cinéma. Et puis je suis allée voir Loving. Et encore une fois, je me suis félicitée de mon choix de film.

À vrai dire, il n’y a pas grand chose qui me semble valoir le coup, en ce moment, au cinéma (mais dites-moi si je me trompe) – du coup, j’étais même un peu sceptique en lisant le synopsis de Loving. Enfin ça c’était jusqu’à ce que je voie que c’était un film réalisé par Jeff Nichols. 

Mais si, vous savez, celui qui a réalisé Take Shelter, Midnight Special et Mud (que je n’ai pas vu). Le réalisateur dont l’acteur fétiche est le fascinant Michael Shannon. Ça ne vous dit rien? Si tel est le cas, je vous invite à vous intéresser à sa filmographie, ça vaut le coup d’œil, croyez-moi!

Ici, Jeff Nichols se frotte à l’exercice du biopic, en adaptant à l’écran l’histoire de Mildred (Ruth Negga) et Richard Loving (Joel Edgerton), un couple interracial qui se marie en plein cœur d’une Amérique ségrégationniste… Sauf que l’état de Virginie, où ils vivent, condamne de telles unions et les force à quitter ce dernier sous peine d’encourir de la prison. Mais c’est sans compter sur leur détermination à faire valoir leurs droits.

Loving

J’avais peur de plusieurs choses en lisant le synopsis de Loving pour la première fois – j’avais peur d’un récit trop romancé, peut-être sirupeux, où le pathos serait roi. Si vous partagez ces craintes, soyez rassurés, ce film n’est rien de tout cela.

Dans le difficile exercice qu’est le biopic, Nichols a réussi à faire de l’histoire de Mildred et Richard quelque chose d’intime et de sobre, une histoire personnelle inscrite à jamais dans l’histoire tout-court, mais une histoire personnelle avant tout. Ici, les enjeux politiques de leur union ne sont que secondaires et on s’intéresse à quelque chose de plus profond.

C’est clairement visible à travers les regards, les silences et le cadrage (très serré) de la caméra notamment. L’émotion est brute, les sentiments vrais, mais sans exagération et sans pathos (dieu merci).

Tout ceci est également possible grâce aux talents d’acteurs de Joel Edgerton, dans une performance tout en retenue et en sensibilité, et de Ruth Negga, superbe dans un rôle déterminé et déterminant. La force des regards de Joel Edgerton, par ailleurs plutôt bourru et introverti, est assez incroyable. On retrouve aussi brièvement Michael Shannon dans un rôle secondaire qui ne manque pourtant pas de force.

Dans Loving, comme dans ses films précédents, on retrouve des thèmes chers à Jeff Nichols : l’oppression sociale, clairement représentée par le racisme normalisé de l’époque, le thème de la paternité et de la filiation, ainsi que la paranoïa, incarnée par l’inquiétude constante de Richard Loving.

Le rythme du film est assez lent (peut-être trop pour certains) mais la gestion du temps est, à mon avis, tout à fait maîtrisée. Les ellipses narratives sont suffisamment subtiles pour ne pas déranger le récit et la narration est incroyablement fluide – ce qui n’est pas toujours évident dans le cadre d’un biopic!

On retrouve aussi une certaine tension, comme une sorte d’inquiétude qui accompagne le récit… C’est un sentiment diffus et subtil, qui n’est pas désagréable mais qui suffit pourtant à tenir en haleine, ne serait-ce qu’un peu et juste assez pour se sentir proche des personnages et de leur histoire.

Je trouve vraiment remarquable que Jeff Nichols, à travers des films aux problématiques et aux genres très différents, arrive à raconter quelque chose d’intime, toujours avec beaucoup de sobriété en employant des thèmes et des motifs récurrents. Une fois plongé dans l’univers de Jeff Nichols, impossible de ne pas reconnaître sa patte.

Évidemment, on reconnaît aussi ses films grâce à ses collaborateurs – les acteurs Michael Shannon et Joel Edgerton, le compositeur David Wingo ou encore Adam Stone à la photographie pour ne citer qu’eux…

Enfin, je m’égare un peu, mais tout ça pour vous dire que j’ai beaucoup aimé Loving. Pour la simplicité et la force de son propos, pour sa sobriété et son atmosphère intime. Mais aussi pour son portrait d’homme sensible (et qui a le droit de l’être!) à travers le personnage de Richard Loving. (J’ai vu le documentaire The Mask we Live In récemment, ça m’a marqué.)

Et puis tout simplement parce que je crois que j’aime beaucoup le cinéma de Jeff Nichols. 

Je vous le conseille vivement! Mais peut-être l’avez-vous déjà vu? N’hésitez pas à me faire part de vos impressions!

Quant à moi, il ne me reste qu’à vous souhaiter un très beau week-end ♡


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le situé sous cet article – merci!

12

Vous aimerez aussi

La La Land

Septième Art 25 janvier 2017 Laisser un commentaire

La La Land

Quand mon amie Laëtitia m’a proposé de l’accompagner à une avant-première de La La Land la semaine dernière, j’ai sautillé de joie tant le film s’annonçait grandiose. Eh bien, vous savez quoi? Il a complètement dépassé mes attentes, et je n’attends plus qu’une chose: qu’il sorte en salles pour que je retourne le voir.

C’est vous dire à quel point il m’a plu, bouleversé et marqué. La La Land aura rejoint le panthéon de mes films favoris en un instant, et je n’ai presque rien vu venir…

Car si je savais qu’il s’agissait d’une comédie musicale et si j’avais vu la bande-annonce, bien entendu, je me suis tenue relativement éloignée de tout autre chose (la BO, d’autres extraits et bandes-annonces par exemple). C’est un peu ma recette magique pour me laisser emporter (ou non) par un film au cinéma, en savoir suffisamment pour piquer ma curiosité, et suffisamment peu pour me laisser surprendre.

Mais avant de vous parler plus en détail de mon amour pour La La Land, en voici le synopsis. C’est à Los Angeles que l’on rencontre d’une part Sebastian (Ryan Gosling), pianiste de jazz aux rêves de grandeur mais à l’existence bancale, et d’autre part Mia (Emma Stone), une jeune aspirante comédienne, qui, en attendant son heure, sert des cafés dans un studio de tournage. Par un coup du destin, nos deux protagonistes vont se rencontrer, s’aimer et rêver ensemble à un avenir plus radieux…

La La Land

À peine ai-je vu les premières minutes du film, au son entraînant de la chanson « Another Day of Sun » (bonne humeur garantie dans le métro si vous l’écoutez de bon matin), que j’ai su que j’allais l’aimer de tout mon cœur. J’ai souri, j’ai eu envie de danser et j’ai littéralement été éblouie par cette explosion de couleurs et de joie qui ouvre le film.

Je crois que je ne saurais décrire à quel point La La Land m’a touché – j’ai tour à tour souri très fort, versé quelques larmes d’émotion et ai pratiquement eu des frissons tout le long du film.

Je me suis souvenue de mon amour des comédies musicales (avec lesquelles j’ai pratiquement grandi), touchée d’une nostalgie heureuse, j’ai été entraînée par les sons de jazz distillées tout le long de l’intrigue (dieu sait que j’aime le jazz) et l’émotion m’a étreinte devant une histoire d’amour aussi belle que fulgurante.

Bien loin d’en faire trop, le film est un savant mélange de joie, de magie, de beauté, d’émotion et d’énergie absolument galvanisante. Visuellement, on en prend plein les yeux – couleurs, ondulations de caméra, beauté de la prise de vue… J’ai été émerveillée du début à la fin par ce monde en Technicolor savamment orchestré par Damien Chazelle.

Quant aux acteurs, ils ne sont que perfection (vous aurez vite compris que je n’ai absolument aucun reproche à faire à ce film). Emma Stone, que j’aime déjà beaucoup, aura incarné une Mia tout en légèreté, ingénue juste ce qu’il faut, drôle et pleine de vie, tout en restant fidèle à ses rêves. Et quelle voix! 

Ryan Gosling, quant à lui, n’est pas en reste. Superbe, tout en subtilité, en nuances et émotion – à noter qu’il joue lui-même au piano, et il ne se débrouille pas trop mal! (Et puis, note à part, j’avais presque oublié à quel point il était charmant et charismatique…)

Nos deux héros chantent, dansent et jouent du piano eux-mêmes, sans l’aide de doublures, et parfois même en « direct » sur le plateau. Leurs interprétations ne sont pas toujours parfaites, mais c’est aussi ça qui donne du relief et du réalisme au film – ils ne sont que des apprentis artistes après tout!

Ai-je besoin de préciser que la bande originale est absolument parfaite? Les airs musicaux, entre légèreté et émotion me donnent des frissons encore maintenant. (Parce que bien sûr, je n’écoute que la BO en boucle depuis mercredi dernier.) Les chansons sont entraînantes et je me surprends souvent à les chantonner…

Si l’intrigue de La La Land ne vous paraîtra peut-être pas excessivement originale de prime abord, je vous laisse revenir vers moi une fois que vous aurez vu le film. Car ici encore, au même titre que Whiplash, on assiste au sacrifice personnel au service de l’ambition, et il faut bien être un cœur de pierre pour ne pas s’en émouvoir. Et de nouveau, cela permet au film de s’inscrire, malgré tout, dans un certain réalisme.

J’ai rarement été autant séduite par un film, et si vous lisez entre les lignes, ça se ressentira sûrement à travers cet article… La La Land est un film merveilleux, joyeux, onirique et coloré, qui fait appel à beaucoup d’émotions, entre nostalgie et mélancolie, et interprété tout en finesse par Emma Stone et Ryan Gosling.

C’est également un vibrant hommage à Hollywood, ses comédies musicales et son univers impitoyable, et également au jazz de Duke Ellington et les autres. En d’autres termes, ce film ne pouvait que me plaire, et je compte aller le revoir encore et encore. (Je crois que je ne m’en lasserai jamais.)

Est-ce que vous avez déjà vu La La Land? Partagez-vous mon amour pour ce chef d’œuvre?

Il sort en salles aujourd’hui, alors n’hésitez pas à me donner vos impressions une fois que vous l’aurez vu! En tout cas, je pense que vous l’aurez compris, je vous le conseille de tout cœur.

Passez une belle journée ♡


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le situé sous cet article – merci!

24

Vous aimerez aussi