120 Battements par Minute

Septième Art 27 août 2017 Laisser un commentaire

Qui dit retour de vacances, dit aussi retour au cinéma, et je ne pouvais pas ne pas vous parler de 120 Battements par Minute, Grand Prix au dernier Festival de Cannes et surtout grand film dont je suis ressortie complètement chamboulée. 

Peut-être même que je serais passée à côté, si je n’avais pas été entrainée au cinéma par cette copine revue presque par hasard ce jour-là, à cause de ma propension à préférer les films anglo-saxons et à reculer (parfois) devant les films qui me semblent trop difficiles à regarder. Mais le hasard existe-t-il seulement? (Je ne suis pas si sûre.)

Si, comme moi en ce moment, vous n’êtes pas tout à fait au fait de l’actualité cinématographique, un petit rappel du synopsis de 120 Battements par Minute s’impose.

On y suit, au début des années 90′, les actions menées par les militants d’Act Up pour lutter contre l’épidémie du sida, mais surtout pour lutter contre l’indifférence générale face à une maladie qui ronge et prend de l’ampleur. Mais c’est aussi l’histoire de Nathan, nouveau venu au sein de l’association, et de Sean, au militantisme fiévreux.

Ma copine m’avait prévenue: « Le film dure plus de deux heures, et n’oublie pas tes mouchoirs. »

Cet avertissement ne m’a pas empêché de ne pas du tout voir le temps passer (et de sangloter doucement à quelques reprises). Mais comment vous raconter un film aussi fort, aussi beau et aussi nécessaire que 120 Battements par Minute?

C’est un film rythmé par les actions militantes d’Act Up, puissantes, engagées et qui tâchent – on retrouve aussi le groupe dans leurs RH (réunions hebdomadaires) et on constate amèrement qu’il y a trente ans, la lutte contre le sida semblait menée face à une société qui était bien heureuse d’ignorer la réalité de la maladie et bien indifférente aux messages de prévention nécessaires et pourtant absents.

Ça semble fou, quand, comme moi, on fait partie de la génération qui a grandi avec une conscience du sida, des messages de prévention à chaque coin de rue et des dépistages facilités. (Même s’il reste toujours du chemin à parcourir, mais ceci est une autre histoire.)

Mais si c’est un film de groupe au premier abord, il s’attarde doucement sur l’individu, et on est très vite subjugué par le personnage de Sean (Nahuel Perez Biscayart), jeune homme presque androgyne, à l’énergie nerveuse, faussement cynique et par sa relation avec Nathan (Arnaud Valois) qui prend peu à peu une tournure centrale dans l’intrigue.

Leur histoire m’a beaucoup touchée, il y avait quelque chose de très beau, d’authentique et d’intime distillé à travers leurs scènes. Et leur scène d’amour, à la fois crue et sensuelle était pleine d’un naturel qui manque parfois à ce type de moments au cinéma.

Et puis il y a toutes ces scènes de transition, les « métamorphoses » du virus en images de synthèse, l’exaltation des scènes en boîte de nuit filmées avec beaucoup d’onirisme et puis cette Seine rougie… Autant de moments qui sont comme une pause avant de reprendre sa respiration.

Le film aurait pu être un enchevêtrement maladroit de scènes mal accordées, mais le montage est absolument parfait. On passe de la narration de groupe à l’histoire individuelle sans maladresse, le rythme est soutenu, mais laisse tout de même de la place à l’émotion sans que celle-ci ne verse dans le pathos larmoyant. (Et pourtant, qu’est-ce qu’on chiale devant ce film.)

Je ne l’ai dit qu’à demi-mot, mais les acteurs de 120 Battements par Minute sont tous plus fantastiques les uns que les autres, et particulièrement Nahuel Perez Biscayart qui m’a beaucoup touché (et qui m’a tout de suite tapé dans l’œil pour sa ressemblance avec quelqu’un que j’ai connu et adoré). Il écrase tout par sa formidable présence et c’est, pour moi, la grande révélation du film. 

On retrouve aussi dans le film Adèle Haenel, dans un rôle un peu moins présent à l’écran et pourtant percutant et énergique. Il me semble que tous les acteurs ont été poussés par une énergie folle et qu’ils ont tous pris plaisir à prendre part à ce film – et ça se sent, ça se voit.

Le plaisir, l’énergie d’une jeunesse en colère, l’amour et la légèreté côtoient la mort, la maladie et la peur, dans ce film à la fois beau et triste, mais résolument percutant et important.

Et comme souvent un dernier mot sur la bande originale qui est très électronique et donc parfaite pour accompagner l’énergie fiévreuse du film. 

Vous l’aurez compris, je vous conseille vivement d’aller voir 120 Battements par Minute et de vous laisser entraîner par son énergie communicative: il devrait vous toucher en plein cœur et c’est en tout cas tout le mal que je vous souhaite.

L’avez-vous déjà vu? Qu’en avez-vous pensé?

Je vous souhaite un très beau dimanche et vous dis à très vite!

+ L’association Act Up est de nos jours dans une certaine difficulté financière alors si le sujet vous touche, je vous invite à vous rendre sur leur site et vous informer sur les moyens de la soutenir. 


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

11

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

1 Commentaire

  • Répondre Aurore 28 août 2017 at 17 h 01 min

    Tu en parles très bien.
    Je l’ai vu et je ne savais pas que je l’avais aimé car j’étais un peu secouée ( bon puis j’ai passé la séance à essayer de regarder l’écran derrière une fille qui avait un énorme chignon et tournait la tete toutes les 10 secondes rien que pour m’empêcher de voir !)
    Mais ce film marque le spectateur. C’est indéniable.