Mes Dernières Lectures #8

Dans ma bibliothèque 16 décembre 2016 Laisser un commentaire

Mes Dernières Lectures #8

Dans cette nouvelle revue de mes dernières lectures je vais vous présenter les livres que j’ai lus et qui ont fait battre mon cœur (ou pas…) cet été. Et comme les extrêmes sont un peu ma spécialité, on y trouvera à la fois le plus gros livre que j’aurai lu cette année, ainsi que deux de mes plus courtes lectures!

Encore une fois, beaucoup d’éclectisme dans mes lectures, avec au programme aujourd’hui, un roman fantasy absolument fascinant, un roman qui parle d’amour avec finesse et un livre avec des vampires pas comme les autres…

Vous me suivez?

Mes Dernières Lectures #8 - Jonathan Strange & Mr Norrell

Jonathan Strange & Mr Norrell – Susanna Clarke

« I have a scholar’s love of silence and solitude. To sit and pass hour after hour in idle chatter with a roomful of strangers is to me the worst sort of torment. »

Si vous me suivez depuis un moment, et ailleurs que sur mon blog, il ne vous aura pas échappé que Jonathan Strange & Mr Norrell a été mon coup de cœur de l’été, et peut être même de l’année… Je vous avais déjà parlé de la série que la BBC a produite (et que j’ai regardé juste après avoir terminé le livre) mais place maintenant au livre en lui-même!

L’intrigue de Jonathan Strange & Mr Norrell se déroule dans l’Angleterre du début du 19e siècle, tandis que le pays est enlisé dans la guerre contre Napoleon. Or, il se trouve que Mr Norrell, qui se targue d’être le dernier magicien pratiquant la magie dans le pays, veut offrir son aide à l’armée pour enfin vaincre Napoleon. Il faut en effet savoir que, bien que l’Angleterre soit pleine de magiciens, aucun d’entre eux, mis à part Norrell, ne pratique la magie – ils se contentent d’en parler et de théoriser la magie.

Mr Norrell s’installe donc à Londres et bâtit peu à peu sa réputation de magicien… Pendant ce temps, Jonathan Strange, qui ne sait rien de Mr Norrell et de ses exploits, va se mettre à étudier la magie, presque par hasard, pour devenir à son tour un véritable magicien. Il va sans dire que les destins de ces deux hommes vont finir par se croiser, pour le meilleur, comme pour le pire…

Malgré ses mille pages, c’est un livre qui m’a enchanté, et ce pour diverses raisons. Tout d’abord, j’aime énormément les univers fantastiques riches et « vraisemblables » comme ceux développés par J.K. Rowling dans Harry Potter ou par Tolkien dans The Lord of the Ringsdes univers si richement décrits et étudiés qu’il n’est que trop facile de s’y perdre pendant de longues heures, laissant derrière soi la réalité…

Ici, Susanna Clarke s’y est prise de façon similaire, en intégrant à l’histoire réelle de l’Angleterre, une sorte de mythologie de la magie, à travers des anecdotes et histoires (parfois très longues) qu’elle développe dans des notes de bas de page (qui prennent parfois plus de place que la narration d’origine) et à travers tout le récit. C’est absolument fascinant et souvent aussi très drôle. Les notes de bas de page ont l’inconvénient de casser un peu le rythme du récit, mais bon, ça ne m’a pas dérangé outre mesure (mais ce ne sera pas le cas de tout le monde).

Et dans cet univers riche et mystérieux, évoluent des personnages non moins intéressants et tout aussi complexes que l’intrigue qui les entoure. Ils ne sont pas caricaturaux, ils sont uniques et jamais entièrement bons ou mauvais – en somme ils sont humains, et ça c’est vraiment un bon point.

Quant à l’atmosphère magique, mystérieuse et profondément britannique, vous imaginez bien que ça m’a beaucoup, beaucoup plu…

Enfin, je ne pouvais pas ne pas vous parler du style de Susanna Clarke. Elle écrit avec finesse et érudition, oscille sans cesse entre sarcasme et narration plus « sérieuse » et rappelle furieusement le style de Jane Austen, ou encore Dickens et Oscar Wilde. Évidemment, j’ai lu le livre en version originale, et c’était un délice – je ne saurais dire si l’esprit et l’humour typiquement britannique se retrouve aussi bien en version française… Si c’est possible, lisez-le en VO, ce serait dommage de s’en priver! 

Mais si Jonathan Strange & Mr Norrell m’a totalement envoûté, je ne suis pas sûre que ce soit un roman à mettre entre toutes les mains. Il semblera sans doute trop long (et donc ennuyeux) à certains, tandis que d’autres n’auront pas la passion du détail que j’ai éprouvée – beaucoup d’histoire réelle est mêlée à la magie de l’intrigue, et le tout peut être un peu (trop) complexe parfois. 

Le rythme est assez lent, du moins au début, et si ça m’a permis de « déguster » ma lecture, ça en endormira d’autres. Sans compter que la magie dont on parle ici est assez.. obscure, et on ne sait pas très bien quelles sont ses règles ni même comment elle fonctionne. Ce mystère sera peut-être frustrant pour les lecteurs habitués à une magie plus « simple d’accès »…

Quoi qu’il en soit, j’ai aimé Jonathan Strange et Mr Norrell de tout mon cœur et il est certain que je replongerai dans cet univers avec grand plaisir, soit à travers la série, soit en relisant le livre un jour… Et quand j’aurai fait diminuer ma pile à lire, je m’offrirai la « suite » intitulée The Ladies of Grace Adieu and Other Stories, qui est en réalité un recueil de nouvelles qui se déroulent dans le même univers que son prédécesseur. 

Et j’espère vivement que Susanna Clarke écrira d’autres livres dans cette lignée!

Est-ce que vous avez lu Jonathan Strange & Mr Norrell? Si oui, je suis curieuse de connaître votre avis…

Mes dernières Lectures #8 - Vous Aimer, Caroline Bongrand

Vous Aimer – Caroline Bongrand*

« Ils s’embrassèrent, beaucoup, longuement, lentement. On sous-estime le baiser. Lorsqu’il se donne, pleinement, entièrement, c’est une étreinte des âmes. C’est un corps qui entre dans un autre, lui donne tout, lui prend tout, se laisse donner et se laisse prendre. C’est faire l’amour, de manière totale, comme en modèle réduit. »

Je me souviens très bien de l’après-midi où j’ai lu ce livre – j’étais à Lille, c’était un dimanche après-midi ensoleillé, et j’avais enfin trouvé un coin de verdure un peu plus calme que les autres au Parc de la Citadelle. Et puis j’ai lu. J’ai souri et j’ai été émue, je me suis reconnue et j’ai trouvé ça beau. Puis j’ai refermé ce livre et me suis mise en chemin, pour reprendre le train vers Paris.

Vous Aimer est un livre qui raconte la rencontre entre une femme et un homme. Une rencontre, puis une relation platonique mais passionnée et passionnelle entre ces deux être qui ont choisi de faire un pacte pour préserver leurs familles respectives – le pacte de ne jamais faire l’amour.

Alors, en lisant cette quatrième de couverture, j’avais un peu peur de me retrouver dans un récit rempli de lieux communs, d’une intrigue sans surprise et de personnages un peu caricaturaux. Et bien, je n’aurais pas pu être plus loin de la réalité!

Ce roman m’a beaucoup plu pour la simplicité et la vraisemblance de ses émotions. Ici, pas de tournures de phrase alambiquées, l’écriture de Caroline Bongrand est simple mais douce et va droit au but. L’amour qui est raconté dans le roman est beau, loin d’être sirupeux et il ne sonne pas faux – au contraire, l’évidence du sentiment amoureux décrit ici m’a beaucoup touché.

Il est aussi facile de s’identifier aux personnages (d’autant plus qu’ils n’ont pas de nom) et de se retrouver dans les questionnements et sentiments des uns et des autres. Enfin, si c’est un roman qui touchera sans doute plus facilement un public féminin, je me souviens avoir corné quelques pages, pour les montrer un jour à un garçon avec lequel j’aurai envie de les partager…

En somme, Vous Aimer est un très beau livre, simple mais touchant et d’une grande finesse. À découvrir!

Connaissez-vous Caroline Bongrand? Vous ai-je donné envie de découvrir Vous Aimer?

Mes Dernières Lectures #8 - Avant j'étais juste immortel, Juliette Bouchet

Avant j’étais juste Immortel – Juliette Bouchet*

« – Je m’appelle Raphaël. Je suis navré de la confusion occasionnée. J’ai réellement cru que la maison était abandonnée avant de m’y installer. Ça fait environ une heure que vous vous videz de votre sang. Pourtant c’est votre jour de chance, je vous propose un marché.
– On ne négocie pas avec les voleurs, jeune homme.
– J’accepte que vous restiez ici avec moi et que vous vous occupiez de l’intendance, en échange de quoi vous pouvez garder Médor.
Soudain secoué de soubresauts spasmodiques, sir Peter Roberts me fixe entre deux éclats de rire nerveux.
– Go fuck yourself, mister.
Il jette sa tête en arrière et repart d’un rire tonitruant en se laissant choir sur l’accoudoir du canapé. Hilare et sanglant. Je crois que j’ai trouvé un copain. »

Le dernier livre que j’aurai lu cet été, le voici: un roman de vampires pas comme les autres (et même totalement loufoques).

Raphaël est un vampire aux goûts bien définis, un peu allergique au sang d’humain accro à la malbouffe, qui bat la campagne à la recherche de sang frais, qui ne serait pas contaminé par des cochonneries… Il fait équipe avec Sir Roberts, un vieil anglais qu’il a transformé en vampire, un peu par pitié et surtout pour ne plus être aussi seul. Mais tout va basculer quand Raphaël va tomber amoureux d’une femme aussi indomptable qu’irrésistible.

Si je l’ai lu très rapidement aussi, on ne peut pas dire que ce livre m’ait particulièrement plu… Deux cent pages de parodie et de situations cocasses mais aussi un peu grossières, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé, je dois bien l’avouer.

L’humour noir est omniprésent, et si le ton est léger et provocant à souhait, c’est surtout pour nous parler d’amour (un peu) et pour dénoncer (beaucoup) nos mauvaises habitudes de consommation. Tout ceci a au moins le mérite d’être original!

Certains personnages sont attachants malgré tout, l’intrigue est inattendue et les dialogues plutôt savoureux. C’est un roman que j’ai trouvé divertissant, mais loin d’être inoubliable et pour cette raison, je ne saurais pas quoi ajouter de plus…

Sur Goodreads, d’autres personnes ont été plus emballées que moi, alors peut-être que ça plaira à certains d’entre vous, qui sait!

Et vous, peut-être l’avez vous lu? Qu’en avez-vous pensé?

J’espère que cette nouvelle chronique littéraire vous a plu et vous aura donné quelques envies de lecture…

Je trouve que la saison est particulièrement propice pour lire des livres tels que Jonathan Strange & Mr Norrell (l’ayant lu en plein mois d’août, je ne suis pas ma propre logique, mais bon…). De mon côté, en ce moment, je suis en pleine lecture de Beauty, de Robin McKinley, le livre du mois de décembre du club lecture de Victoria, et je suis ravie d’être plongée dans cet univers de conte de fées, doux mais loin d’être simpliste. 

Et vous, que lisez-vous en ce moment? Des livres à me recommander?

Je vous souhaite de belles lectures et vous dis à très vite!


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

*Livres gracieusement envoyés par l’éditeur

10

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

6 Commentaires

  • Répondre Sarah 16 décembre 2016 at 10 h 11 min

    Coup de coeur pour « Vous aimer » après avoir lu ta critique, typiquement le roman de fille que j’aime mm si j’ai un peu peur qu’il soit trop niais. En plus tu l’as lu à Lille au parc de la Citadelle, c’est chez moi ça, alors je peux pas passer à côté de cette découverte, c’est un signe :)

    • Répondre Laurelas 19 décembre 2016 at 21 h 03 min

      Héhé! Et non, il n’est pas du tout niais je trouve, très doux et délicat, j’espère que tu vas aimer si tu te le procures :)

  • Répondre Electra 18 décembre 2016 at 18 h 35 min

    J’ai acheté Jonathan Strange dès sa sortie (en anglais) et je n’ai jamais trouvé le temps de le lire, ton billet me dit qu’il vaut la peine que je le ressorte de ma bibliothèque !

    • Répondre Laurelas 19 décembre 2016 at 21 h 01 min

      Oh oui! J’espère que tu vas aimer si tu t’y mets :)

  • Répondre anne 19 décembre 2016 at 9 h 32 min

    RHo là là je ne savais pas qu’il existait une « suite » à Jonathan Strange et Mr Norrell » ! IL faut que je me procure ce livre ! Personnellement j’ai aimé les notes de bas de pages, cela enrichissait énormément l’univers du livre, le rendrait très crédible, presque « vrai » !

    • Répondre Laurelas 19 décembre 2016 at 20 h 59 min

      Oui, je vois ce que tu veux dire, c’est aussi pour ça que j’ai bien aimé, ça donnait du relief à l’ensemble, inscrivait l’histoire centrale dans une sorte de « mythologie » un peu à la manière de Tolkien et ses Terres du Milieu. Et le côté mise en abyme dans le tête ne m’a pas gêné, mais ça ne plaira pas à tout le monde…

      Et moi aussi j’ai appris tout récemment qu’il existant cette suite (enfin c’est pas vraiment vraiment une suite, plutôt un sorte de « spin off » je crois) – vivement que je m’y plonge!