Man of Steel

Septième Art 28 juin 2013 Laisser un commentaire

Superman

Mon rapport au temps qui passe est assez étrange, et quand je suis retournée au cinéma l’autre jour, j’avais l’impression que ça faisait très longtemps que je n’y avais pas mis les pieds – alors que non, hein.

De toute façon, depuis que j’ai terminé mon mémoire (et donc mes études), je navigue dans un sorte de flou artistique (ou pas) entre grande, grande fatigue et incertitudes face à l’avenir. J’ai un peu besoin de prendre des vacances (c’est prévu!) et d’arrêter de courir partout – mais paradoxalement j’ai plein d’envies et d’idées, sauf que je m’endors à tout moment. (Vraiment besoin de vacances..)

Bref, je m’éloigne du sujet. L’autre jour, je suis donc retournée au cinéma pour la première fois depuis Song for Marion. Je suis allée voir Man of Steel, que je ne pouvais pas manquer. Parce que 1) c’est un film de super-héros 2) Henry Cavill. Voilà, hein.

Un synopsis est-il réellement nécessaire? Bon, rapidement alors. Je crois que je ne vous apprends rien si je vous dis que Man of Steel nous retrace la genèse de la vie de Superman. Incarné par Henry Cavill donc, on apprend comment et pourquoi Superman devient Clark Kent sur Terre, alors que ses parents l’y ont envoyé alors qu’il n’était qu’un bébé, et que sa planète d’origine, Krypton, était au bord de la destruction.

Mais en envoyant son fils sur Terre, Jor-El (Russel Crowe) s’attire les foudres du General Zod (Michael Shannon) qui jure de retrouver Clark (qui s’appelle d’ailleurs Kal-El à Krypton) pour venger la trahison de son père. Long story short, Clark Kent grandit, et se rend compte qu’il n’est pas un homme comme les autres, tout en sauvant la vie de tous ceux qu’il croise en mauvaise posture sur son chemin.

Il rencontre aussi Loïs Lane (Amy Adams) sur ce même chemin, et elle découvre très vite quelle est la véritable identité de Clark Kent. Et puis un jour, le General Zod finit par retrouver Clark/Kal-El/Superman, sur Terre donc, et c’est là que les ennuis commencent…

Henry Cavill & Amy Adams

Pour tout vous avouer, Superman est un super-héros que je connais très mal – comme tous les héros de DC Comics en réalité. Je suis une grande fan des productions Marvel plutôt…

Du coup, j’ai abordé ce film en néophyte, je découvrais en quelque sorte le personnage de Superman. Je crois d’ailleurs que là est tout la force de ce film: de nous faire découvrir, ou re-découvrir le mythe de Superman, sous un angle nouveau. (Corrigez-moi si je me trompe hein, mais il me semble bien que c’est le premier film à illustrer la genèse du mythe avec autant de profondeur.)

Man of Steel est donc posé comme une épopée retraçant les premiers exploits de ce héros qu’est Superman, un héros qui met un certain temps à enfiler son costume d’ailleurs. Bien que le film s’ouvre sur de l’action, et que celle-ci est distillée tout au long du récit, le mythe met un certain temps à se mettre en place, si je puis dire.

Le montage est parfois brusque, entre flash-backs et temps présent, et on voit grandir Clark, sans prendre le temps de s’y attacher. C’est un peu rapide, et c’est dommage.

C’est d’autant plus dommage car on ne s’attache jamais vraiment, pendant les deux heures trente du film, au personnage de Superman qui, du coup, porte bien son nom: l’homme d’acier. Il est impressionnant, imposant et force le respect, mais il est froid, trop distant. On peine à ressentir une quelconque sorte d’empathie pour le personnage, auquel on ne nous a pas laissé le temps de s’attacher. C’est vraiment regrettable.

Mais qui dit épopée, dit épique – Man of Steel est un film puissant et grandiose, d’une qualité visuelle époustouflante. Là-dessus, il n’y a absolument rien à dire, chaque plan est beau, soigné, tandis que les scènes d’action, incroyables, dépassent de très loin les prouesses des dernières productions Marvel. (Pour ma part, l’ultime scène d’action s’est un peu éternisée, et point trop n’en faut! Au bout de plus d’une heure d’explosions et d’action à tout va, on se sent soi-même un peu assommé.)

Par ailleurs, la bande originale, composée par Hans Zimmer représente vraiment bien ce côté épique du film.

Un mot sur les acteurs aussi… Henry Cavill a une prestance incroyable (et a visiblement passé ces derniers mois dans une salle de sport, vu qu’il a triplé d’épaisseur depuis les Tudors!) et un charisme qui ne demande qu’à être exploité. Je le redis, il est vraiment dommage qu’on ait pas eu l’occasion d’aborder son personnage en profondeur. Peut-être la prochaine fois?

Au contraire, l’antagoniste du film, General Zod, qui a beau avoir un nom assez ridicule (je trouve) est paradoxalement bien plus présent. Il est convaincant, et vraiment très bien interprété par Michael Shannon – antipathique, mais pas trop, et dévoué à sa cause, aussi égoïste et cruelle qu’elle soit.

Quant à Amy Adams, beaucoup l’ont trouvé niaise, et je concède qu’à la fin du film elle l’est un peu, mais elle a commencé par me surprendre, faisant de Loïs Lane une journaliste pas si bête, qui n’a pas froid aux yeux.

Enfin, juste un dernier mot pour saluer la performance courte mais réussie de Russel Crowe. (A moins que ce soit son accent britannique qui m’ait séduite.)(Notons que les deux pères de Clark Kent, c’est à dire Russel Crowe et Kevin Costner, ont tous deux interprété Robin des Bois dans leurs carrières respectives. Classe.)

Une dernière chose, un détail qui a son importance: j’ai trouvé le ton du film beaucoup trop sérieux.

Très peu d’humour, très peu de second degré, et encore une fois, ça me chagrine un peu. J’aime tellement les productions Marvel, pleines d’humour et de catch phrases… Vous voyez ce que je veux dire? Encore une fois, ça fait partie de la dimension épique du film, je suppose, mais l’humour est un aspect qui m’a manqué.

Sans avoir été réellement déçue vu que la qualité de la photographie du film m’a tenue en haleine pratiquement tout le long, je suis tout de même restée quelque peu sur ma faim. C’est tellement dommage d’avoir laissé Henry Cavill incarner un personnage aussi superficiel et froid! Alors qu’il est capable de tellement plus de choses…

Man of Steel est donc un grand film, épique et impressionnant, mais qui se prend un peu trop au sérieux et manque d’émotion.. Cela dit allez quand même le voir, et dites-moi ce que vous en avez pensé, je suis très curieuse de connaître votre avis!

Bon week-end et à très vite ♥

0

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

4 Commentaires

  • Répondre BelleMauve 29 juin 2013 at 10 h 38 min

    Je me retrouve bien dans ta critique, je suis une grande fan de ce genre de films mais il m’a manqué quelques touches, je pense notamment aux petits sauvetages impromptus, il n’y en a que 2 après ce n’est qu’une grosse bataille alors que superman est à peine encore superman. C’est sûr que si on compare à Iron man, ça manque cruellement d’une petite touche d’humour. Mais je reste quand même très heureuse de l’avoir vu, la réalisation est superbe, les acteurs au top et il paraît que c’est une trilogie?…

  • Répondre Veso 1 juillet 2013 at 4 h 20 min

    En même temps le personnage lui même de Superman est très lisse, comme Captain America, et le « manque d’humour » est un des points forts je trouve de DC comics qui nous livrent du coup des héros beaucoup plus sombres (batman, watchmen), et quand on voit le raté d’Iron Man 3, je suis bien content que DC n’ait justement pas tenté d’être drôle.

    Pas parfait, pas passionnant non plus mais ça reste un très bon Superman, et ils risquent de s’approfondir avec les deux prochains (qui sortiront sans doute) ainsi qu’avec le film de la justice league qui est déjà annoncé (en espérant un reboot de green lantern et un vrai film sur flash)

  • Répondre Raph 2 juillet 2013 at 23 h 00 min

    Hello :) Première fois que je commente même si cela fait quelque temps que je viens ici ! Mais là, sur Man of Steel, obligée de répondre =P
    Ta critique m’a fait prendre conscience que finalement, ce film n’est PAS pour les néophytes. Effectivement, la structure est différente de ce que l’on a l’habitude de voir mais je pense que c’était un parti pris. A-t-on vraiment besoin qu’on nous explique une énième fois l’enfance et l’adolescence de Superman ? Il est vrai que la première fois que je l’ai vu (oui, je l’ai vu deux fois déjà, mais ai-je déjà précisé que Superman est mon super-héros préféré ? :)), j’ai été quelque peu déstabilisée par ces flashbacks, mais finalement, une fois que l’on s’y attend, ça coule de source !
    Pour ce qui est de la psychologie du personnage, l’émotion, tout ça, il paraîtrait que c’est prévu pour le 2, puisque le premier s’attarde essentiellement sur Superman plutôt que sur Clark Kent (un Kryptonnien n’est pas fait pour les émotions haha).
    Enfin, pour Amy Adams… Je dis un NON catégorique. J’ai été extrêmement déçue. Et pourtant, j’adore cette actrice. Simplement, elle n’est PAS Loïs Lane, qui est loin d’être une journaliste bête mais plutôt quelqu’un de très curieux, allant au devant du danger et ne reculant devant rien. Et étant très drôle. Le contraire de Clark en somme. Là, Amy Adams n’entre pas du tout dans le rôle, elle minaude et nous donne du Loïs Lane niaise et sans saveur. Vraiment, je ne comprends pas ce qu’ont pensé les directeurs de casting en la choisissant elle. Même au niveau du physique, elle ne fait pas le poids (la pauvre, elle en prend pour son grade ^^’).
    Bon Henry Cavill, lui, j’approuve, il est parfait, il EST Superman. D’ailleurs, je suis retournée le voir une deuxième fois spécialement pour lui =P

    J’espère avoir suffisamment bien défendu la cause de Man of Steel =D

    Superman forever <3

    • Répondre Laurelas 3 juillet 2013 at 21 h 03 min

      Ahah, génial ton commentaire :)
      Une fan, une vraie! Cela dit, je comprends bien ton engouement – même si je reste sur mes positions, et je regrette le manque d’émotion. De proximité avec le personnage. Quelle dommage de se sentir si loin du héros…

      Et pareil Amy Adams a du potentiel je trouve, peut être mal exploité ici. Enfin, j’aime beaucoup Amy Adams d’habitude, ça oriente peut être mon avis…

      N’hésites pas à réagir plus souvent, les commentaires, ça fait vivre un blog (et fait très plaisir à son auteur :))