Skyfall

Septième Art 27 octobre 2012 Laisser un commentaire

C’était un samedi parfait – je suis allée manger à East Side Burgers (je vous en reparle vite) avec une amie et après une balade dans le Marais et un café en terrasse, nous nous sommes retrouvées au cinéma, pour voir le dernier James Bond, Skyfall. Et je vous préviens: je vais en dire beaucoup de bien.

Mais d’abord, situons un peu l’intrigue de ce 23e volet des aventures de James Bond.

On apprend qu’à la suite d’une opération qui tourne mal, un disque dur contenant des noms d’agents secrets infiltrés se trouve dans de mauvaises mains – des agents sont exposés, le MI6 est sous attaque et sa crédibilité est remise en cause. On ne compte que sur l’agent 007 pour remettre de l’ordre dans tout ça…

Scénario somme toute assez classique n’est-ce pas – James Bond doit sauver le monde. Comme d’habitude. Mais attention, dans Skyfall, c’est superbe.

D’abord, et je crois que mon sentiment est partagé par d’autres, il me semble que Skyfall signe un retour « à l’ancienne ». Pas de gadgets inutiles, pas (trop) d’action et d’explosions qui n’ont aucun sens; on revient à l’essentiel. Et l’essentiel ici, c’est aussi un scénario certes classique, mais soigné et cohérent.

Et ce que j’ai beaucoup aimé, c’est que le côté humain du personnage de Bond, avec ses faiblesses et ses doutes, a été mis en avant. Bond, mais aussi M… Ce n’est donc pas seulement un film d’action dont le principal intérêt réside dans les prouesses visuelles, il y a aussi une histoire cohérente derrière. (J’ai trouvé l’intrigue plus profonde que celle de Jason Bourne: l’héritage, par exemple, dont j’avais été un peu déçue.)

Si on continue dans l’analyse, il serait intéressant de mettre en parallèle le personnage de Bond et celui de Batman, par exemple… Mais je n’irais pas jusque là. (Une belle analyse référentielle serait à faire, ce serait passionnant.)

Une des autres qualités de Skyfall, c’est son rythme. A peine le film a-t-il commencé que l’on est happé par l’action et le suspens – dont on ne se libère que deux heures après, à la fin du film. Et contrairement à beaucoup de films d’action (que je trouve un peu prétentieux) l’action et l’intrigue n’est pas exposée de façon trop complexe.

Attention, je ne contredis pas ce que j’ai dit plus haut, mais je ne dois pas être la seule à me retrouver souvent perdue dans un film d’action où trop d’informations sont données à la fois, et où, finalement, on ne comprend plus rien.. (Si?)

Quoiqu’il en soit, ici on ne s’ennuie jamais, et c’est particulièrement jouissif. Et cela va de pair avec un montage que j’ai trouvé parfait.

De façon générale, j’ai trouvé la mise en scène et la photographie impeccable – le film est beau, et bien réalisé. Et les acteurs ne sont pas en reste. Daniel Craig, bien que je ne sois pas de celles qui le trouvent à leur goût, et que je me range plutôt du côté de ceux qui n’étaient pas vraiment convaincus par ses capacités à incarner James Bond, eh bien, il m’a tout à fait convaincue dans Skyfall. Il a une prestance incroyable, sans trop en faire non plus, et comme je disais plus haut, il a donné de l’humanité à son personnage et c’est très bien. Je suis presque tombée sous le charme voyez-vous…

Mais la palme de l’interprétation de talent revient sans conteste à Javier Bardem, un VRAI méchant, avec ses perversions, son passé tragique et son sadisme. Son personnage, Silva, met quelque peu mal à l’aise, et pas qu’une fois dans ce film. Son blond est ridicule, mais ça ne suffit pas à le rendre moins repoussant. Un très bon choix de casting donc, mais avec Javier Bardem, je ne m’attendais pas à moins.

Judi Dench, qui incarne M, est elle aussi impeccable, mais c’est sans surprise. Coup de cœur aussi pour Ralph Fiennes, qu’on voit trop peu, mais pour lequel je voue un amour éternel (même s’il a été Voldemort). Ah, et Q est incarné par Ben Wishaw, dont le visage me semblait familier – il est celui qui a incarné Grenouille, dans l’adaptation du Parfum, roman de Süskind. Bref, il est mignon comme tout en jeune nerd prodige.

Skyfall c’est un peu le parfait mélange d’hier et d’aujourd’hui. Un James Bond qui se suffit à lui même, qui n’a pas besoin de mille gadgets pour nous époustoufler, juste d’une Aston Martin vintage (magnifique) et qui pourtant évolue dans un monde où il existe des armes à reconnaissance digitale et des pirates informatiques capables de bouleverser le monde entier d’un clic.

Pour moi, ce qui rend ce film parfait, c’est aussi ses touches d’humour – un film d’action qui ne se prend pas trop au sérieux, c’est un film d’action qui n’est pas prétentieux. C’est tout simplement essentiel.

Evidemment, ce qui m’a beaucoup plu également c’est que ce James Bond est intensément British: un régal pour mes yeux, et pour mes oreilles. (L’accent anglais me fait un effet fou.)

Je ne sais pas si je suis réellement en droit de dire que c’est un film qui se veut plus authentique que ses récents prédécesseurs – je ne suis même pas sûre d’avoir vu les précédents opus mettant en scène Daniel Craig, et je n’ai pas de souvenir précis d’aucun autre James Bond.

Et pourtant voilà, j’ai trouvé que Skyfall était un retour aux sources absolument magnifique. On est bien loin de la surenchère Hollywoodienne – moins d’explosions, moins de femmes, moins d’exotisme en plastique et de gadgets sans grande utilité. Mais plus de profondeur, de beauté et un jeu d’acteur qui se doit d’être vu.

Vous l’aurez compris, j’ai vraiment beaucoup, beaucoup aimé Skyfall, et je pense même retourner le voir assez vite… Il fait froid, profitez-en, et allez le voir au cinéma!

Bon week-end!

+ J’ai oublié de le mentionner, mais le générique de début, comme souvent, est très chouette, accompagné en plus de la chanson-titre du film, interprétée par Adele, que je trouve très belle.

1

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

7 Commentaires

  • Répondre Sybille 28 octobre 2012 at 12 h 45 min

    Je suis tellement pressée de le voir :)

  • Répondre pierre 29 octobre 2012 at 11 h 47 min

    hello pour la référence à batman pas besoin de référentialiser ou de contextualiser, un moment bond porte un masque sur sa bouche qui fait indubitablement penser à BANE ;)

    • Répondre Laurelas 29 octobre 2012 at 17 h 32 min

      Hmm, pour Batman, c’est plutôt par rapport à son profil psychologique (orphelin..) que je voyais les ressemblances ;)

      • Répondre Bloodybliss 5 novembre 2012 at 12 h 38 min

        Vu il y a une semaine, je suis totalement d’accord avec toi pour le côté Batman (j’ai même trouvé ça un peu « gros »), je voyais presque les chauve souris sortir du trou où il s’est caché ;)

  • Répondre pierre 29 octobre 2012 at 11 h 56 min

    par contre désolé mais le méchant est un vrai méchant certes, qui fait froid dans le dos, mais il s’agit du personnage le moins cohérent du film !! un ancien MI6, gay, as de l’informatique, as de l’armement, quoi encore… qui ferait un parfait cas d’école pour les psychiatres (cf relation amour/haine avec M un peu glauque)

    il est tiré par les cheveux, en plus d’être tiré à 4 épingles shah

    • Répondre Laurelas 29 octobre 2012 at 17 h 34 min

      J’entends, j’entends, mais ça reste un personnage complexe et qu’on prend au sérieux, contrairement à beaucoup de « villains » du monde du cinéma. Et ça, c’est cool.

  • Répondre Mona 29 octobre 2012 at 19 h 57 min

    Même opinion sauf à propos de Daniel Craig que j’adore quoi qu’il arrive !