Drive

Septième Art 18 octobre 2011 Laisser un commentaire

Décidément, il est assez rare ces temps-ci que j’aille au cinéma sans en ressortir enchantée, subjuguée ou encore intriguée. Drive, film de Nicolas W. Refn, ne fait pas exception. Pourtant bien différent de tout ce que j’ai pu voir récemment, et de ce que j’aime de façon générale, ce film m’a époustouflée.

Comme souvent (toujours?) j’y suis allée en n’ayant qu’une vague idée de quoi il s’agissait (ce qui est parfois bien mieux) mais je vais tout de même vous donner quelques indices… Dans Drive on rencontre cet homme, sans réelle identité, celui qui passe son temps derrière un volant (Ryan Gosling). Il conduit à Hollywood, en tant que cascadeur, le jour, et la nuit pour des criminels, mais sans pour autant prendre part à leurs méfaits – il ne fait que conduire. Lui-même rencontre sa charmante voisine, Irene (Carrey Mulligan) et son fils, dont il devient proche.

Très protecteur, il va aider l’époux d’Irene à sa sortie de prison, à s’acquitter d’une dette mais… Cela tourne mal.

Par où commencer? Tout d’abord, ce film mérite amplement le prix de la mise en scène, remporté au Festival de Cannes; elle est impeccable. Il y a une certaine lenteur dans la prise de vue, dans le rythme du film (ce qui est assez paradoxal pour un film dit « d’action ») mais que j’ai trouvée incroyable.

Âmes sensibles, même les scènes d’action sanguinolentes sont filmés en stop-motion. Je dois vous avouer que l’âme sensible que je suis a détourné la tête à quelques reprises, lors de scènes bien trop crues à mon goût. Mais ça n’est que peu de choses et le film n’en reste pas moins de toute beauté.

La lenteur donc. Oui, ne vous attendez pas à un blockbuster américain typiquement bourré d’explosions et autres fusillades. Pire, ne croyez pas que ce n’est qu’un Fast & Furious-like. Comme une amie me l’avait dit il y a quelques jours, elle en a ressenti une certaine mélancolie. Et je suis assez d’accord avec elle.

Disons que nous suivons l’histoire de cet homme qui n’est caractérisé que par son blouson au scorpion brodé dans le dos, un cure-dent, sa voiture.. son silence. Même son appartement est on-ne-peut-plus impersonnel. Et cette scène, où il met ce masque, et n’est définitivement plus lui-même..

Qui est-il vraiment? Grande question. Faux méchant, vrai gentil.. Ou serait-ce le contraire? Ryan Gosling incarne ici un personnage à dimension mythique, qu’on ne caractérise que par ses échappées incroyables, sa prestance, et sa violence excessive.

Sa performance d’acteur est époustouflante, et je ne dis pas ça juste parce que j’aimerais l’épouser, il est vraiment formidable dans ce film. Froid et pourtant doté de sensibilité, et surtout très énigmatique: c’est simple, Ryan Gosling porte, pour moi, le film sur ses épaules.

Mais attention, cela ne veut pas dire que sans lui le film ne vaudrait rien. C’est la conjugaison de son jeu d’acteur et de la mise en scène qui en font un excellent film. Et que serait un excellent film sans excellente bande son? Rien, et ça tombe bien, la bande son est elle aussi à la hauteur de la qualité du film. Un son éléctro-pop, aérien, qu’on est presque surpris d’entendre dans certaines séquences violentes et qui pourtant sonne toujours très juste.

Drive est donc un chef d’œuvre qui joue avec les paradoxes. Film d’action au rythme lent et au héros insaisissable…

Je vous conseille vivement d’aller le voir, c’est un film assez unique qui vaut le détour et pour peu que vous vous laissiez faire, il vous transportera. (Et même moi, qui n’ai que faire de la violence telle qu’on peut voir dans la seconde moitié du film, eh bien je retournerais avec plaisir le revoir.)

Pour finir, comme toujours, ma chanson favorite du film…

Nightcall – Kavinsky
(lien Spotify)

+ Je suis tombée sur cet article sur Geek Culture, juste après avoir vu le film, et je suis assez d’accord avec tout ce que l’auteur a pu écrire. Courrez le lire!

0

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

8 Commentaires

  • Répondre la souris 18 octobre 2011 at 15 h 11 min

    aaah Ryan!!! Rien que pour lui, j’ai envie de le voir, après, si le film est bien, ce serait un plus ;)

  • Répondre Envie de cinéma | ~ Everything Is Lovely ~ 19 octobre 2011 at 12 h 49 min

    […] que ma copine Laurelas m’a trop donné envie de le voir avec son article! Et que j’ai grande confiance en son jugement en matière de cinéma […]

  • Répondre midori. 22 octobre 2011 at 21 h 04 min

    Ouh merci pour l’idée de film, je cherchais quelque chose pour occuper mon dimanche aprem =D bisous!

  • Répondre Seyfried 25 octobre 2011 at 11 h 05 min

    Belle critique, très envie d’aller le voir ! Ryan montre ces derniers temps qu’il est un GRAND acteur. Si tu l’apprécies (et tu as l’air de le trouver plutôt pas mal hein), je te conseille les films Blue Valentine, The Notebook, ou All good things. J’ai fait 2 critiques de Blue Valentine et All Good Things sur mon blog : htpp://www.studioreview.canalblog.com

    • Répondre Laurelas 29 octobre 2011 at 20 h 51 min

      Merci :) (Notebook, vu et revu et adoré, évidemment!)

  • Répondre JustineRZ 30 octobre 2011 at 11 h 36 min

    J’ai moi aussi beaucoup aimé ce film, en sortant j’avais déjà envie de le voir à nouveau.. et puis Ryan.. et puis cette bande son <3

  • Répondre Anne-Laure 2 novembre 2011 at 18 h 14 min

    Ce film m’a complètement retournée et depuis que je l’ai vu la semaine dernière, « A Real Hero » de College & Sonic Youth tourne en boucle dans mon Spotify. Alors j’ajoute »Nighcall » à la playlist !
    Ta description du personnage est vraiment fidèle au film et ce que j’en ai ressenti. D’ailleurs sait-on seulement son prénom ? Je n’ai que des souvenirs de « kid » et autres tournures impersonnelles. Prochain film en ligne de mire… Les Marches du Pouvoir (pas notre faute si Ryan squatte le haut de l’affiche !)

  • Répondre Pourquoi Ryan Gosling devrait se rhabiller | Le boulevardier | Blog L'Express Styles 3 mars 2012 at 10 h 11 min

    […] les jeunes blogueuses et leurs lectrices s’émeuvent sans lendemain, avec ou sans raison, pour un acteur […]