Links I Love #144

Links I Love 4 juillet 2017 Laisser un commentaire

En cette première édition de « Links I Love » du mois de juillet, je vais évoquer mon sujet favori: le temps qui passe, et bien trop vite. (Et la nostalgie qui en découle.)

Le mois de juin s’est terminé avec un sourire et un au revoir doux et amer à la fois – il ne me reste que mes souvenirs, ô précieux souvenirs de tout ce qui a été joli en ce premier morceau d’été. J’aimerais pouvoir les ranger soigneusement entre deux feuilles de papier de soie, dans un grand livre à la reliure ancienne et pleine de dorures effacées par le temps, et les retrouver à l’envi, dans la grande bibliothèque de mon esprit, avec autant de vivacité que je les vois maintenant.

Parce que les souvenirs, comme tout le reste, ça s’efface, ça s’oublie, et ça ressemble bien vite à une vieille photo délavée, oubliée au fond d’une boîte. Ils s’effacent (bien sûr) pour laisser place à de nouvelles images, de nouveaux souvenirs et ne laissent, au fond, jamais de place au vide, et pourtant, pourquoi s’y attacher tant?

Je ne sais pas bien d’où me vient cette propension à aimer vivre dans le passé, à sans cesse vouloir me souvenir des jolies choses, plutôt que d’imaginer le futur (qui me fait peur, sans doute).

Quand j’étais petite déjà, j’adorais regarder de vieilles cassettes de mon enfance heureuse – il ne s’y passait peut-être pas grand chose, je dansais, je faisais de la balançoire, j’aimais raconter des choses à la caméra, haute comme trois pommes que j’étais…

C’est peut-être tout simplement plus « confortable » de vivre dans la douceur de ses souvenirs, plutôt que de se confronter à l’inconnu de l’avenir? Psychologie de comptoir mise à part, ça ne m’empêche pas de vivre au jour le jour… mais de préférer me lover dans mes souvenirs d’hier, donc.

Et hier c’était donc juin. Un mois dont je garderai un souvenir ensoleillé, un sentiment d’insouciance et un parfum de légèreté qui m’auront fait le plus grand bien après un printemps trop mouvementé. Trente jours partagés entre amis, famille (et un garçon aussi).

Il y a eu des verres de rosé en terrasse (beaucoup), des promenades nocturnes à travers Paris, de chouettes lectures, des rires, des pâtes au citron et des bisous dans le cou. C’était doux, surprenant et infiniment joli. Mais c’est déjà fini. (D’où ma nostalgie teintée de mélancolie…)

Pourtant il n’y a pas de raison pour que juillet, août, et tous les mois suivants ne soient pas beaux, à leur manière, différemment. Mais que voulez-vous, on ne change pas son caractère du jour au lendemain… même si j’y travaille, je vous assure!

De toute façon, il y aura toujours des jours où il sera plus simple de se réfugier dans le passé. (Et disons que ces jours-ci en font partie.)

Et vous, quels rapports entretenez-vous avec votre passé et vos souvenirs? 

Il est temps de vous laisser découvrir ma (courte) sélection de la semaine:

  1. Anne m’a donné envie d’aller à la découverte de Gand, capitale végétarienne de l’Europe, pas vous? (le-chien-a-taches.com)
  2. Après l’union civile de Jennifer et William partagée avec vous la semaine dernière, place aux images de leur cérémonie religieuse (et c’est beau). (unbeaujour.fr)
  3. Une recette qui m’a l’air plus qu’appétissante! (en anglais) (golubkakitchen.com)
  4. Encore (décidément) de belles images de la Norvège, cette fois sur le blog de Juliette. (jenesaispaschoisir.com)
  5. Cette petite recette de cheesecake « cru » à la menthe et au chocolat m’a l’air parfaite pour rafraichir nos palais en ces chaudes soirées estivales! (becomeadinosaur.com)
  6. Cet article sur Edimbourg m’a donné envie d’y retourner pour visiter la ville plus calmement – j’y ai passé une journée en janvier, mais c’était bien trop peu! (mangoandsalt.com)
  7. Natacha nous parle de sa liberté de blogueuse, et d’acceptation des multiples facettes qui nous composent tous. (natacha-birds.fr)
  8. Qui dit été, dit aubergines (et tomates, courgettes, poivrons…) – cette recette de tartinade d’aubergine et noix tombe donc à pic! (christelleisflabbergasting.com)

Ces articles vous ont-ils plu?

Quant à moi je file, cette semaine sera encore un peu chargée, et je pense déjà au week-end (pour dormir, j’accumule un gros retard de sommeil ces derniers temps).

Belle journée!

(Comme à peu près tous les ans en début d’été, j’ai envie de rejouer à Final Fantasy. À défaut, j’écoute de la musique de Nobuo Uematsu.)


Si vous avez aimé me lire, vous pouvez me le faire savoir, sans même commenter, en cliquant sur le   situé sous cet article – merci!

13

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

4 Commentaires

  • Répondre Camille 4 juillet 2017 at 16 h 29 min

    Je crois que je peux te comprendre sur tous les points de cette nostalgie dont tu parles. Je crois – c’est mon auto-analyse – que je suis une grande idéaliste, et comme le monde ne me plait pas exactement, que je le voudrais plus beau, plus doux, moins dur, plus pailleté, plus bienveillant, et bien je me réfugie dans les souvenirs du passé, qui me semblent plus en accord avec ce que je voudrais. Je me trompe, sans doute, des souvenirs, on ne garde que ce que l’on veut garder, mais depuis que j’ai compris que je fonctionnais comme ça, ça m’aide, un peu, à voir toutes les jolies choses du moment présent, et un peu, de ceux qui pourraient arriver, en gardant en tête que tout le mauvais, je pourrais toujours choisir de ne plus y penser.
    Et merci pour cette jolie sélection !

    • Répondre Laurelas 29 juillet 2017 at 20 h 02 min

      Merci pour cette analyse qui m’a fait un peu réfléchir – c’est peut être un peu ça aussi pour moi.. A creuser!

  • Répondre J. renaud 10 juillet 2017 at 15 h 01 min

    Puisque l’on oubli plus naturellement les mauvais moment , les souvenirs permettent de se faire une idée remodelée de notre passé.
    J’aime également m’y replongé et me laissé bercé par cette ci douce illusion. Doux rêveur, je m’imagine un avenir sans heurs puis je me réveille mais par bonheur je tombe sur ton discours … merci !

    • Répondre Laurelas 29 juillet 2017 at 20 h 01 min

      Merci à toi ;)