Paddington

Septième Art 6 décembre 2014 Laisser un commentaire

Paddington

Que ça m’avait manqué d’aller au cinéma! Je n’y avais pas été pendant plus de deux semaines, par manque de temps d’abord, puis par manque d’énergie, mais hier soir, j’ai enfin retrouvé le plaisir d’être plongée dans le noir… Et j’y ai vu Paddington, charmant film familial, à l’accent délicieusement britannique – tout ce que j’aime!

Depuis mon récent voyage à Londres (dont je vous parlerai un jour, probablement en 2015…) il me tardait de voir ce film pour lequel j’ai beaucoup de tendresse, pour la simple et bonne raison qu’il me rappellera toujours ce séjour londonien. En effet, l’amie qui m’a accueillie a travaillé sur le film et m’a emmenée, lors de mon dernier jour à Londres, assister au lancement du « Paddington trail » non loin de Tower Bridge.

Il faisait gris, et les parapluies étaient de sortie, mais c’était amusant de voir l’envers du décor, et j’ai même vu Hugh Bonneville (de loin)(et je me suis retenue de tout comportement de groupie, promis).

De toute façon, comment résister à l’adorable frimousse de Paddington?

Pour ceux qui l’ignorent, les aventures de l’ours Paddington font partie de la culture britannique à part entière et de l’autre côté de la Manche, rares sont ceux qui ne connaissent pas ce petit ours brun qui porte si bien le duffle-coat. Le film reprend donc la genèse des aventures de Paddington que je vous résume en deux mots.

Dans un monde où il ne semble pas si étrange de voir un ours parler, on suit l’arrivée de Paddington à Londres, fraîchement débarqué d’un long voyage depuis le Pérou, sa terre natale. Il est recueilli par la famille Brown, une joyeuse tribu excentrique et colorée et il découvre que Londres n’est peut-être pas aussi accueillant qu’il le pensait… En effet, il doit rapidement faire face à une femme étrange, qui semble vouloir sa peau – littéralement!

Paddington

Si vous cherchez un film léger, enfantin et drôle, ne cherchez plus, allez voir Paddington! (Et vous pourrez même y emmener votre petit frère.)

C’est un film pour les petits et grands enfants, qui mêle avec beaucoup de malice l’humour et l’émotion, et je suis sûre que vous en ressortirez aussi attendrie que moi. Ne cherchez pas ici d’intrigue complexe, on fait face à un schéma narratif tout à fait classique, digne de n’importe quel conte.

Car Paddington est avant tout un joli conte dont la moralité est pleine de bons sentiments. Mais attention, la légèreté du film, associée à la truculence des dialogues, empêche cette histoire de sombrer dans la niaiserie qui était susceptible de l’attendre au tournant!

Le charme britannique de cette famille excentrique, mais profondément unie, y est aussi pour beaucoup. Les acteurs semblent s’en donner à cœur joie et sont incroyablement attachants. De Mr Brown (Hugh Bonneville), en père anxieux et réprobateur mais pas seulement, en passant par Mrs Brown (Sally Hawkins) en mère un brin délurée, jusqu’aux enfants, les interprétations sont toutes très justes.

Il n’y a que Nicole Kidman, en antagoniste, qui pêche un peu de ce côté-là – mais disons que c’est le rôle qui veut ça!

Bon, et même si Paddington est un ours fait de morceaux de pixels, j’ai beaucoup aimé l’âme qui lui était insufflée par la voix de Ben Wishaw (que j’ai tout de suite reconnu). Je ne saurais pas vous expliquer exactement ce qui m’a tant fait aimer cette interprétation – l’élocution parfaite, les intonations, le charme de la politesse extrême de ce petit ours… tout cela, et sans doute bien plus encore.

D’ailleurs, en parlant de pixels, il faut bien souligner que les effets visuels du film sont particulièrement réussis – Paddington est incroyablement expressif et le détail qui lui a été apporté est soigné à souhait. Visuellement parlant, le film est donc très agréable à regarder. Londres est beau et coloré, et j’ai presque envie de sauter dans un Eurostar pour y retourner fissa!

Ah, et je ne vous l’ai pas encore dit, mais on ne s’ennuie pas une seule seconde devant ce film et on rit beaucoup – mention spéciale à Hugh Bonneville, tellement parfait dans ses mimiques.

Vous l’aurez donc compris, Paddington est vraiment un film idéal pour la période de Noël. Il plaira autant aux grands qu’aux petits enfants, et mêle avec brio tendresse et légèreté – il me semble vraiment impossible de résister aux grands yeux brillants de ce petit ours qui aime tant la marmelade!

Ah, je l’ai vu en VO parce que je préfère (et je ne regrette pas, toute amoureuse de la voix de Ben Wishaw que je suis) mais il me semble avoir entendu de très bonnes choses sur la version française, où on retrouve Guillaume Gallienne dans la peau de Paddington, donc à vous de voir…

Bon, et vous, l’avez-vous déjà vu? Si oui, êtes-vous du même avis que moi?

Je vous souhaite un très beau week-end!

2

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

1 Commentaire

  • Répondre Camille 6 décembre 2014 at 19 h 07 min

    Oh mon dieu ! Je suis fan de ce petit ours (j’étais tombée amoureuse de lui – oui oui – lors de mon tout premier séjour londonnien, en classe de 5eme) et rien que pour ça et parce que Londres, Londres quoi, je veux aller le voir !